La sénatrice Marie-Claude Varaillas a dû s’expliquer face aux occitanistes sur son vote lors du débat relatif au projet de loi voulant protéger les langues régionales.

Dordogne : polémique autour du vote d’une loi sur les langues régionales

Marie-Claude Varaillas rappelle qu’elle est très attachée à l’occitan.

Écrit par Hervé Chassain

Marie-Claude Varaillas est très en colère. La sénatrice communiste de Dordogne s’est fait attaquer par des défenseurs de la langue d’oc. Ils l’accusent d’avoir refusé de voter en faveur d’une loi protégeant les langues régionales.

Un communiqué signé par Jean-Louis Lévêque, administrateur de la Maison occitane du Périgord, a déploré que son groupe ait voté contre ce projet de loi relatif à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion.

« Faux et injuste »

« C’est faux et injuste, se défend Marie-Claude Varaillas. Notre groupe s’est seulement abstenu en raison d’un amendement déposé en séance par la droite qui dénaturait le texte initial pour lequel nous devions voter. »

Elle rappelle que cet amendement, lié à la loi Carle, oblige les communes à prendre en charge les dépenses de fonctionnement d’écoles privées d’une autre commune au motif qu’un enfant de de leur secteur y est scolarisé. Ce serait le cas pour les établissements proposant l’enseignement de langues régionales.

Les communistes et écologistes refusent « de favoriser le secteur privé de l’Éducation nationale au détriment des établissements publics ». La sénatrice assure que le texte, qui va passer à l’Assemblée nationale avant de revenir au Sénat, sera voté une fois débarrassé de son amendement controversé.

Les défenseurs des langues régionales comme Jean-Louis Lévêque déplorent « l’hostilité dont font encore preuve certains élus à l’égard du plurilinguisme dans notre pays ». Il a ainsi relayé le « vif mécontentement ressenti par les structures qui se battent au quotidien pour que vive l’occitan dans notre département ».

Marie-Claude Varaillas, qui rappelle qu’elle parle occitan depuis son enfance et qu’elle y est très attachée, assure qu’elle fera tout pour le défendre et encourager son enseignement. Elle a déjà écrit dans ce sens aux représentants du monde occitan, ainsi que sur sa page Facebook :

 

[Photo :  Philippe Greiller – source : http://www.sudouest.fr]