Antoine Galland (1646-1715), orientaliste, archéologue et grand voyageur, traduit pour la première fois en Europe Les mille et une nuits, un ensemble de contes populaires compilés en arabe pendant l’âge d’or de l’Islam. Sa traduction en français inspire des traductions dans d’autres langues dans toute l’Europe.

ActuaLitté

Publié par Marie Lebert

Antoine Galland traduit d’abord Sindbad en 1701 après un voyage à Constantinople (aujourd’hui Istanbul) dans les années 1690. Sa traduction des Nuits arabes en 1704 est basée sur un manuscrit syrien du XIVe siècle. Hanna Diab, un moine chrétien syrien d’Alep, lui raconte d’autres contes de mémoire en 1709.

Tous ces contes sont d’origine arabe, persane ou indienne. Le mystère entoure toujours l’origine de certains contes, appelés contes orphelins, par exemple AladinAli Baba ou même Sindbad, qui auraient pu être rédigés par Galland lui-même à partir de récits oraux.

Publiée entre 1704 et 1717, sa traduction en 12 volumes devient un best-seller dans le sillage des contes de Charles Perrault publiés quelques années auparavant, en 1697. La publication des Mille et une nuits popularise les contes orientaux dans la littérature européenne.

Ces contes sont ensuite traduits en anglais en 1706, en allemand en 1712, en italien en 1722, en néerlandais en 1732, en russe en 1763 et en polonais en 1768. Toutes ces traductions sont très populaires et influencent les débuts du romantisme.

Beaucoup plus tard, Les Mille et une nuits (à retrouver sur Gallica) sont à nouveau traduites en français par Joseph Charles Mardrus, médecin en Orient et grand voyageur lui aussi. Sa traduction en 16 volumes est publiée entre 1898 et 1904 par Henri Piazza avec de belles illustrations de Léon Carré.

Suit une deuxième édition entre 1926 et 1932, tout comme une nouvelle traduction du français vers l’anglais par le poète et traducteur Edward Powys Mathers.

[Gravure : portrait présumé d’Antoine Galland, par Morel, d’après Hyacinthe Rigaud – manuscrit : Osama Shukir Muhammed Amin FRCP CC BY SA 4.0 – source : http://www.actualitte.com]