Au terme de quelles opérations mentales et scripturales un texte devient-il, dans une autre langue, un autre texte ?

Afin de mieux comprendre comment naissent les traductions, on se penchera ici sur les documents de travail de traductrices et de traducteurs. Biffures et permutations, ratures et repentirs, palettes lexicales et retouches successives exposent en effet sur la page un processus encore peu étudié : la traduction en devenir.

Associant traductologie et génétique des textes, la génétique des traductions invite à observer le travail des traducteurs sous ses multiples aspects : rédaction, péritexte, correspondance avec l’auteur, réflexions sur la pratique, etc.

Notre carnet s’en tiendra toutefois à un unique objet d’étude, sans doute le moins exploité à ce jour : les brouillons de traduction.

Ce carnet, qui accompagne le projet « Génétique des traductions » soutenu par l’école universitaire de recherche Translitteræ, s’inscrit dans le cadre des activités de l’équipe « Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM – Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS – ENS).

 

Disciplines : Langue et linguistique, Théorie et critique littéraires

Thèmes : Littératures, Digital humanities

 

[Source : http://www.openedition.org]