Long Island, années 1960. Le jeune Lewis Alan Reed en a marre de vivre chez ses parents. Il ne supporte plus les séances d’électrochocs censés le guérir de ses « tendances ». Il veut aussi qu’on l’appelle « Lou ». Bref, il décide de partir pour New York. C’est là qu’il rencontre John Cale, un Gallois venu aux États-Unis pour jouer de la musique concrète. Ensemble, ils vont former un groupe, TheVelvet Underground, et imaginer un rock « radicalement différent »…

Écrit par Victor De Sepausy

Leurs textes parleront de drogue, de sexe et de la vie dans les marges. Ils seront pris en main par Andy Warhol qui s’improvisera manager sans rien connaître à la musique. Une nouvelle page de l’histoire du rock’n’roll va bientôt s’ouvrir…

Avec son trait joyeux et décomplexé, Prosperi Buri réussit le pari d’évoquer la trajectoire tumultueuse du Velvet Underground et de Lou Reed tout en faisant preuve d’humour et de dérision, et sans rien cacher de l’admiration qu’il voue à cette formation qui a influencé de nombreux artistes. Comme le raconte la légende, les acheteurs du premier album du Velvet n’étaient peut-être qu’une poignée, mais ils ont tous formé un groupe dans la foulée !

L’auteur n’épargne pas Andy Warhol, ridicule à force d’appeler ses protégés « mes chouchous », même si l’album met en lumière le coup d’accélérateur que le fondateur de la Factory a donné à leur carrière. Il n’est pas tendre avec Lou Reed, prompt à virer les musiciens qui lui font de l’ombre, à commencer par John Cale.

Entre conflits d’ego, séparations douloureuses, manque de reconnaissance et managers douteux, le Velvet a connu le parcours du combattant classique de bon nombre de groupes de rock de son époque. Aujourd’hui, il nous reste la musique, et cet album réjouissant qui nous plonge dans le New York mythique des sixties.

En voici les premières pages, juste pour le plaisir :

[à paraître 5/03] Histoire du Velvet Underground – Prosperi Buri – Dargaud – 9782205087307 – 19,99 €

 

[Source : http://www.actualitte.com]