En Amérique latine, l’intérêt pour les langues et la littérature autochtone n’a cessé de croire au cours de ces 20 dernières années. Ces études sont rendues possibles grâce à une série de textes anciens qui permettent de faire le lien entre passé et présent. Le codex Zouche-Nuttall, rare manuscrit précolombien plié en accordéon – comme un leporello, en somme –, nous plonge ainsi dans l’histoire du peuple mixtèque. 

ActuaLitté

Codex Zouche-Nuttall – page 20

 

Publié par Gariépy Raphaël

Les Mixtèques sont un peuple indigène dont les descendants habitent toujours les états d’Oaxaca de Guerrero et de Puebla, dans le sud du Mexique. Malgré les incursions des Aztèques, puis des Espagnols, les locuteurs du mixtèque ont survécu, mais leur histoire est surtout connue grâce à une série de codex, dont le précieux Zouche-Nuttall.

Cette œuvre, qui comprend 47 feuilles en peau de cerf peintes, contient deux récits en son sein. La première face du document raconte l’histoire d’importants centres de la région mixtèque, tandis que l’autre, commençant à l’extrémité opposée, enregistre la généalogie, les mariages et les exploits politiques et militaires d’un de leur chef, au nom approximativement traduit par Eight Deer Jaguar-Claw, autrement dit Griffe de jaguar et huit cerfs.

Incursion dans le passé

Expert des codex mixtèques, le Dr Manuel A. Hermann Lejarazu perçoit ces œuvres comme une opportunité de lier la culture contemporaine des personnes parlant mixtèque au passé postclassique. Bien qu’achevé vers 1556, le manuscrit pliable pictographique « est considéré comme d’origine préhispanique », écrit le spécialiste, « car il préserve une forte tradition indigène dans ses techniques pictographiques, sans influence européenne ».

Le codex a été découvert pour la première fois en 1854 dans un monastère dominicain de Florence. On ne sait pas exactement comment et quand il est arrivé en Europe, mais plusieurs de ces codex « sont parvenus dans l’Ancien Monde à titre de cadeaux ou dans le cadre des documents soumis aux tribunaux espagnols qui traitaient des questions juridiques aux Indes ».

Bien loin de sa terre natale, le codex Zouche-Nuttall est maintenant disponible gratuitement en ligne dans une édition numérisée sur le site du British Museum, qui l’a acquis en 1902, et sur Internet Archive.

Via Open Culture

 

 

[Source : http://www.actualitte.com]