Vladimir Jabotinsky (1880-1940) est une figure majeure du sionisme russe et un acteur important dans l’histoire de la refondation de l’État d’Israël. Soldat créateur de l’Organisation d’auto-défense juive à Odessa et, avec Joseph Trumpeldor, de la Légion juive au sein de l’Armée britannique durant la Première Guerre mondiale, il a aussi établi le mouvement sioniste révisionniste, et diverses organisations juives en Eretz Israël : le Bétar, l’HaTzohar et l’Irgoun. Il s’est aussi distingué comme écrivain, poète et journaliste talentueux : Les Cinq, Samson le nazir,  Histoire de ma vieLes 5, 6 et 11 mai 2021, Mezzo diffusera « Samson de Haendel au Festival Misteria Paschalia de Cracovie« . 

Publié par Véronique Chemla

« Selon le rav Chimchon Rafaël Hirsch (1808-1888), le Nazir est appelé ainsi car il porte la couronne – Nézer ou diadème royal -, qui l’élève bien au-dessus des autres vers une noblesse spirituelle ». (Rav Hayim Yaacov Schlammé, Hamodia, 26 mai 2009)

Est nazir celui « qui vit autrement, à part (de l’hébreu, nazor) ; un homme consacré à D., qui a fait vœu de vivre dans la pureté, de ne jamais effleurer un corps mort, de ne point manger ni boire de tout ce qui provient de la vigne à vin ».

Écrivain et politicien sioniste, Vladimir Jabotinsky (1880-1940) désigne ainsi ce personnage à la force extraordinaire.

Un roman symbolique

Á la fin de la Première Guerre mondiale, il avait songé à une trilogie sur les héros bibliques Jacob, Samson et David. Seul Samson, le nazir est publié (1930).

Inspiré par Le Livre des Juges de la Bible hébraïque, Vladimir Jabotinsky souligne la solitude, l’intelligence, la sagesse de juge et la finesse psychologique quasi-divinatoire de Samson, homme à la personnalité duale, fidèle aux siens et attiré par le raffinement des Philistins.

Maniant avec dextérité l’art de l’euphémisme et de la suggestion, l’auteur laisse deviner les clés explicatives de situations et de personnages, plus qu’il ne les livre.

Vladimir Jabotinsky offre un récit passionnant sur l’élaboration, la maturation et la férocité de la vengeance, la violence effrayante – impétueuse individuelle ou déchaînée collective -, l’impératif de l’unité et de la ruse pour vaincre, ainsi qu’une ode à la fidélité des amitiés viriles.

Il démystifie Samson. « La perte de sa chevelure lui est fatale non parce que sa toison serait signe de la puissance qu’a Dieu sur lui, mais parce que Samson est prisonnier d’une symbolique qui veut que la tonte soit une marque d’infamie » (Luba Jurgenson).

Dans ce roman symbolique au style puissant, l’appel final de Samson destiné aux tribus d’Israël (Lévites) et exhortant à l’unité, à la préparation méthodique à la guerre contre ceux qui les menacent et à l’apprentissage du rire, résonne toujours.

La remarquable traduction du russe et la postface de cette nouvelle édition sont signées de Luba Jurgenson.

ADDENDUM
En 2013, une mosaïque représentant Samson portant sur ses épaules la porte de Gaza (Livre des Juges, 16:3) a été découverte dans la synagogue à Huqoq (Galilée) datant du Ve siècle. L’été 2012, des fouilles archéologiques avaient révélé une mosaïque montrant Samson et les renards (Livre des Juges, 15:4) ;

Le 18 janvier 2016, de 20 h à 21 h 30, Doris Von Drathen, historienne de l’art, donna aux Études Hébraïques Contemporaines – 16 rue des Ecouffes, 75004 Paris -, dans le cadre d’un regard sur la scène de Dalila et Samson – Du Moyen Age jusqu’au Baroque, la conférence Samson dans l’art – un héros malgré lui. « Cette conférence invite à ouvrir notre lecture du texte de Samson (livre de Juges) par la vision et la compréhension imaginaire de quelques artistes sur les personnages et la scène. Nous analyserons également le contexte historique, géographique de l’école de l’artiste et les aspects techniques comme la construction de la perspective et de l`espace, des couleurs etc.  On observera les œuvres des peintres à partir de Moyen Age jusqu’à l’époque baroque (Rubens, Caravage et d’autres). Le motif central sera la scène de Dalila et Samson. Il s´agira d´observer quels aspects du texte sont choisis et pourquoi, quelle « fantaisie » amène un artiste à focaliser sur un détail, au prix de négliger d´autres aspects ou même en s´éloignant du texte (par exemple les tendresses de Dalila, ou les ciseaux). Toujours est-il que l´on découvrira de près, en « corps et en âme », la faiblesse, le désespoir et le courage de Samson – le héros malgré lui ».

Le 23 mai 2019  à 18 h 30, à la Maison des Polytechniciens, X-Israël invite à la conférence de Pierre Lurçat, avocat et essayiste, sur « Jabotinsky et son héritage dans l’histoire d’Israël ». La conférence a été suivie d’un apéritif amical. L’auteur a dédicacé ses deux derniers livres (http://bit.ly/lurcat2016 et http://bit.ly/lurcat2018).

Les 3, 4, 5, 6 et 8 avril 2020, Mezzo diffusa « Valery Gergiev dirige Samson et Dalila de Saint-Saëns » par Louise Narboni. L’histoire est inspirée du Livre des Juges, de la Bible. « Prisonniers des Philistins, les Hébreux implorent le Dieu d’Israël. Samson, valeureux héros, tue Abimélech et encourage les siens à se rebeller contre les Philistins. Le peuple d’Israël rompt alors ses chaînes et parvient à s’enfuir – sous les menaces vipérines du Grand Prêtre de Dagon qui jure vengeance. Celui-ci retrouve la voluptueuse Dalila, décidée à séduire Samson, de façon à percer le secret de sa force – dans le seul but de venger son peuple. Dans un duo débordant de lyrisme, Dalila fait chavirer le cœur du héros qui, malgré les mises en garde d’un vieillard hébreu, succombe à son amour »

Les 5, 6 et 11 mai 2021, Mezzo diffusera « Samson de Haendel au Festival Misteria Paschalia de Cracovie« . Samson est un oratorio en trois actes de Georg Friderich Haendel (1685- 1759) composé dès 1741 sur un livret en anglais de Newburgh Hamilton.

« Samson fut très apprécié et est considéré comme l’une de ses meilleures œuvres dramatiques. Il est habituellement interprété comme oratorio, en tant que pièce de concert mais peut aussi bénéficier d’une présentation scénique comme un opéra ».

« Certains de ses airs solistes sont souvent interprétés, seuls, en concert – c’est le cas de Let the bright Seraphim, air pour soprano, et de Total eclipse, pour ténor ».

« Samson de Haendel au Festival Misteria Paschalia de Cracovie » par Jean-Pierre Loisil

Enregistrement : 1 avril 2018 – Misteria Paschalia | Krakow

03 h 17

Distribution :

Dunedin Consort

Polish Radio Choir

John Butt (Direction)

James Way (Ténor) : Samson

Eleanor Dennis (Soprano) : Dalila

Sur Mezzo les 5 mai 2021 à 22 h 20, 6 mai 2021 à 12 h 30 et 11 mai 2021 à 12 h 30

« Valery Gergiev dirige ‘Samson et Dalila’ de Saint-Saëns » par Louise Narboni

Opéra Samson et Dalila en trois actes de Camille Saint-Saëns (1835-1921)

Livret de Ferdinand Lemaire.

Création à Weimar, Théâtre de la Cour grand-ducale, 2 décembre 1877

Enregistrement : 25 mai 2016 – Mariinsky Theatre | St Petersburg
Durée: 02:12
Distribution
Mariinsky Orchestra
Valery Gergiev (Direction)
Ekaterina Semenchuk
Gregory Kunde
Roman Burdenko (Baryton) : Le Grand Prêtre de Dagon
Yannis Kokkos (Mise en scène)
Sur Mezzo les 29 mars 2020 À 01 h, 31 mars 2020 à 08 h 30 sur Mezzo, 31 mars 2020 à 17 h sur Mezzo Live HD, 3 avril 2020 à 09 h 30 sur Mezzo Live HD, 4 avril 2020 à 08 h 30 sur Mezzo, 5 avril 2020 à 02 h sur Mezzo Live HD, 6 avril 2020 à 06 h sur Mezzo Live HD et 8 avril 2020 à 13 h sur Mezzo Live HD

Vladimir Jabotinsky, Samson, le nazir. Editions des Syrtes, 2008. 350 pages. 23 euros. ISBN-13 : 978-2845451346

Cet article avait été commandé par L’Arche. Il a été publié sur ce blog le :
– 11 juin 2012 à l’approche de la conférence du journaliste-écrivain Pierre Lurçat De Jabotinsky à Netanyahou : le courant national du sionisme, organisée par l’association France-Israël le 12 juin 2012, à 20 h 30, au Salon Amphi Pereire, 100 boulevard Pereire, 75017 Paris, et le 10 juillet 2012 à l’approche de la conférence du journaliste-écrivain Pierre Lurçat Que reste-t-il aujourd’hui du sionisme de Jabotinsky ?, organisée le 10 juillet 2012, à 20 h 30, au centre communautaire francophone de Jérusalem Emounah. Pierre Lurçat y présentera Histoire de ma vie de Vladimir Jabotinsky (éd. Les Provinciales) qu’il a traduite de l’hébreu ;

– 14 juillet 2013 alors qu’une mosaïque représentant Samson portant sur ses épaules la porte de Gaza (Livre des Juges, 16:3) a été découverte dans la synagogue à Huqoq (Galilée) datant du Ve siècle. L’été 2012, des fouilles archéologiques avaient révélé une mosaïque montrant Samson et les renards (Livre des Juges, 15:4) ;
– 19 avril 2014. W9 a diffusé une série sur la Bible, évoquant maintenant Samson ;
– 5 janvier 2015. Franklin Rausky donnera une conférence sur l’épopée de Samson le 6 janvier 2015 à la synagogue de Bordeaux ;
– 17 janvier 2016, 23 mai 2019 et 3 avril 2020.

 

[Source :  http://www.veroniquechemla.info]