Archives des articles tagués Direito
A Irmandade Xurídica Galega ten un papel de divulgación do galego na Xustiza e pretende que se normalice o seu uso. Malia que queda moito camiño por andar, o presidente da Irmandade recoñece que a situación cambiou bastante con respecto a hai 30 ou 40 anos. Porén, exixe axuda das Administracións públicas.

Xoaquín Monteagudo nun acto en 2018.

Por Sonia Dapena

A Irmandade Xurídica Galega realizou onte un acto en Celanova para recordar a primeira vez que se empregou o galego no seu xulgado. En que consistiu?
O que conmemoramos foi que o xulgado de Celanova entregou unha sentenza en galego nun proceso xudicial por primeira vez hai 25 anos. Ademais, a Irmandade Xurídica Galega fundámola no ano 2008 en Celanova. Foi un acto singular porque o noso primeiro evento como colectivo de xuristas preocupados polo galego realizouse no Mosteiro de San Rosendo, en Celanova.
De cando dataría a aparición do galego na Xustiza?
Por buscar episodios máis ou menos significativos, hai 35 anos no que daquela era a audiencia territorial da Coruña, que hoxe é o Tribunal Superior de Xustiza de Galiza, se ditara a primeira sentenza en galego da época moderna. En concreto fora do contencioso-administrativo que presidía o maxistrado Claudio Movilla. Esa foi a primeira vez no noso tempo.

Cal foi a motivación para crear a Irmandade?
Como profesionais do dereito, funcionarios e cidadáns galegos pretendemos que a lingua, como elemento central da nosa cultura e da nosa identidade colectiva, sexa lingua oficial, real e efectiva, no ámbito da Administración de Xustiza e no mundo do dereito. O que facemos para conseguir iso é realizar actos por toda Galiza cunha natureza fundamentalmente divulgativa e pedagóxica.

Teñen falado coas Administracións para que lles axuden a dar un pulo ao galego?
A situación do galego na Xustiza é moi insatisfactoria. Estou falando desde a perspectiva dun grupo privado que se preocupa. Carecemos dunha actuación programada e sistemática para lograr ese obxectivo. Hai que contextualizar o noso traballo nunha situación de penuria institucional. Hai que ter en conta que na situación de partida a Administración de Xustiza e o Dereito como tal é dos ámbitos sociais onde a lingua galega foi máis severamente marxinada. Carecemos dunha tradición histórica forte do galego como lingua xurídica e na que se ensina o Dereito. Somos xeracións de profesionais do Dereito que fomos educados en castelán nas facultades, co cal traballar en galego significa un sobreesforzo persoal.

Fala dun empeño persoal.
É necesario porque non existe institucionalmente unha política destinada a incorporar o galego como lingua xurídica nos ámbitos nos que falamos.

Aínda hai xente que non aproba o idioma do país na Xustiza?
Fóra de anécdotas, falando globalmente, eu creo que a situación mudou bastante a favor. Levo 40 anos de traballo no Dereito e son testemuña de que  hai 30, 40 ou 20 anos a situación era máis dificultosa que agora.

En que sentido?
Había un ambiente hostil xeneralizado. Dicían: « Aí vén o do galego ». A min me pasou dalgún maxistrado que suspendeu o xuízo ou quixo suspendelo porque el non tiña porque escoitar o galego. Eu creo que esa situación está superada. Hoxe acéptase como máis ou menos normal que un cidadán utilice a lingua galega. Na Irmandade Xurídica Galega somos unha minoría, pero facemos parte uns 250. Entre eles hai unha xeración nova que é galegofalante. Antes era impensábel.

É algo positivo.
Iso non quita que haxa anécdotas condenábeis e que o uso do galego poida producir aínda hoxe certas dificultades. A infraestrutura de programas, documentos etc… non está adaptada ao uso do galego.

Están a exixir a adaptación?
Unha das reivindicacións é que a informatización e automatización debería prever o uso do galego na Galiza. Aínda hoxe non o conseguimos. Todos os anos dísenos que si desde a Xunta pero non chega a nada.

Hai adaptación dos programas ao euskera e catalán?
Penso que si. Os Gobernos de alí si que se preocuparon. Isto é inexplicábel.

Ninguén os escoitou?
A secretaría xeral de Política Lingüística colaborou con nós, pero o órgano competente na materia, a Dirección Xeral de Xustiza, está desaparecida.

Tamén defenden un dereito cidadán.
A cidadanía galega ten unhas ideas do uso do galego froito dunha situación histórica. Se as institucións non colaboran para acabar co prexuízo, o galego nunca será unha lingua xurídica.

[Imaxe: : Irmandade Xurídica Galega – fonte: http://www.nosdiario.gal]

La mort de George Floyd no només va provocar protestes per la brutalitat policial contra els afroamericans, sinó que també va tornar a posar en marxa el debat sobre la violència de l’esclavitud i el colonialisme i va provocar accions impactants contra els seus símbols. Als Estats Units, les estàtues dels generals confederats han estat enderrocades, eliminades o cobertes de pintades. Al Regne Unit, va passar amb els comerciants d’esclaus i els polítics, inclòs Churchill, acusat de ser racista. Als Països Baixos, els manifestants van demanar la retirada de l’estàtua d’un funcionari de la Companyia Holandesa de l’Índia Oriental i a Bèlgica la protesta es va centrar en els monuments dedicats al rei Leopold II. Els manifestants denuncien que el governant continua sent honorat com a benefactor, amb carrers que duen el seu nom i estàtues en molts espais públics de Bèlgica, i també al Congo, tot i les atrocitats comesses contra el poble congeles.

L’estàtua de Cristòfor Colom derrocada a Minnesota (foto de l’agència Dire)

Escrit per Anna Polo

En parlem amb Valentin Mufila, un músic originari del Congo que viu a Itàlia des de fa molts anys i és un profund coneixedor de la història africana. Una història esborrada pel colonialisme per justificar les atrocitats i el saqueig sistemàtic de la riquesa dels pobles presentats com salvatges a civilitzar, un tema sobre el qual va escriure nombrosos articles per a Pressenza.

Quin valor simbòlic, espiritual i social tenen per a tu aquestes accions contra les estàtues de personatges com el rei Leopold II de Bèlgica?

A la cultura africana els símbols són importants i tenen un fort valor espiritual. A les societats iniciàtiques, tot té sentit. No es fa res per casualitat. Passa amb màscares, banderes, estàtues, etc. En l’àmbit espiritual, per als africans, les màscares són un símbol de culte, no un objecte de museu, tot i que algunes tenen un valor artístic.

Els monuments tenen un valor i un significat similars; per això és tan fort i emotiu veure joves africans i belgues units en rebutjar el passat simbolitzat pels monuments dedicats al rei Leopold II. Aquest és un dels efectes beneficiosos de la immigració, que ha creat vincles i ha construït amistats entre si. Veure caure els monuments del rei de Bèlgica em dona la idea que està succeint quelcom molt fort a un nivell concret, espiritual, social i històric. És la caiguda del símbol espiritual del poder colonial.

I això em torna al profeta congolès Simon Kimbangu, segons el qual calia un alliberament espiritual abans de l’alliberament del poble africà.

Com he dit, les banderes també tenen un valor simbòlic: la de l’Estat Lliure del Congo, creada després de la Conferència de Berlín de 1884/85 –de fet un domini privat del rei Leopold– tenia una estrella groga sobre un camp blau. L’estrella simbolitzava el geni occidental que va arribar a portar la salvació i la civilització a la foscor africana representada pel blau. El 1960, després d’haver-se aconseguit la independència, els pares fundadors amb Lumumba van deixar la bandera tal com era, però van afegir una diagonal vermella com a símbol del patiment i el sacrifici dels màrtirs congolesos.

Hi ha hagut repercussions d’aquestes protestes al Congo?

Vaig trucar amics i familiars al Congo, però malauradament el 90% de la població és pobra, no té electricitat i no té connexió a Internet i per tant no ha pogut seguir el que ha passat. Cal dir, però, que l’enderroc de les estàtues de Leopold II no és un fet nou per a nosaltres: ja va passar els anys setanta amb Mobutu, quan el país es deia Zaire, com a oportunitat per eliminar els símbols de l’opressió que va patir el nostre poble, per exemple l’enorme monument del rei a l’estació central de Kinshasa.

A més, la campanya “Retorn a l’autenticitat” llançada per Mobutu tenia com a objectiu tornar als valors anteriors a l’arribada dels colonitzadors i esborrar l’imaginari belga que hi havia en nosaltres; els belgues encara eren els models a seguir. Per primera vegada, vam tenir l’oportunitat de no portar mai noms cristians i occidentals, sinó congolesos.

A Bèlgica, el colonialisme continua sent un tema tabú a les escoles i al Congo havíeu d’estudiar la història dels reis belgues Quin paper pot tenir l’educació per ajudar europeus i africans a afrontar el passat?

Tornant a les manifestacions, és molt important veure que els joves educats per considerar Leopold II com un pare fundador, un constructor, un reformador, un benefactor, es neguin ara a portar la càrrega d’un passat fet d’esclavitud i colonialisme i reconeguin que, en realitat, era un tirà. Aquests joves volen construir nous ponts amb el Congo; no volen oblidar el passat, sinó obrir aquesta pàgina fosca i aprendre d’ella per canviar les coses i evitar repetir els errors comesos.

A Occident encara són temes tabú. La mort de Floyd va desenterrar pàgines ocultes de racisme i colonialisme, no només a l’Àfrica, sinó també a Amèrica del Sud, Austràlia, etc.

A Bèlgica, el diputat d’origen togolès Kalvin Soiresse Njall està fent una feina enorme perquè a les escoles, universitats i a l’educació en general coneguem què ha passat i sapiguem les conseqüències que, avui dia, encara són presents. Cal estudiar la veritat: Bèlgica s’ha enriquit amb la sang dels congolesos i la nostra història s’ha cancel·lat, com si tot hagués començat amb l’arribada dels colonitzadors. Com si no haguessin existit regnes, monedes, un sistema polític i jurídic com en totes les civilitzacions. Tot això no s’estudia a les escoles. I també s’ha d’estudiar la història fosca de molts països africans, amb els seus dictadors, morts i tragèdies. Aquesta tasca s’ha de fer no només a les escoles, sinó també en l’art, la música, la cultura. L’educació i la memòria històrica són molt importants.

Podrien aquestes accions sacsejar la consciència dels occidentals i africans sobre què eren realment l’esclavitud i el colonialisme i iniciar un ampli debat al respecte?

Això espero. Com a africans ens havíem perdut una mica; els tràgics esdeveniments que han tingut lloc als Estats Units ens donen un cop de mà. Hi ha un punt molt important del qual voldria parlar: molts africans no han pogut plorar pels seus éssers estimats assassinats pels colonitzadors i els seus descendents no tenen enterraments a honrar. Parlo per exemple dels reis que no es volien sotmetre a Leopold, i dels que es van trobar els seus caps tallats en un important museu de Bèlgica. Així doncs, també aquí, la recuperació de la memòria és fonamental.

Com podem arribar a tocar el tema central de l’enorme reparació que l’Occident encara deu a Àfrica i a tots els altres països saquejats i colonitzats?

No tinc una solució màgica, però crec que cal tornar a donar una volta al tema del “dret a saber”, per exemple, atorgar als historiadors accés als arxius dels països colonitzadors. I afegeixo el dret a recuperar el nostre patrimoni artístic i cultural, molt ric, com va fer Benín amb França.

Parlant de compensació econòmica, s’hauria de crear una comissió per identificar els danys causats, per poder  arribar a acords bilaterals clars per prendre un nou camí, a partir de noves bases. Àfrica necessita una indemnització, no un nou deute. Per descomptat, no voldria veure un país en fallida perquè s’arruïnés per això, però crec que la gent pot organitzar-se, parlar i determinar diverses possibilitats.

No m’agrada sentir algú disculpar-se per tantes atrocitats. No és gaire; la sol·licitud de perdó ja és millor, però no s’ha de limitar a les paraules. No sé les xifres exactes, però alguns diuen que la riquesa acumulada per Bèlgica amb la sang del congolès equival a gairebé 100 mil milions d’euros. Però sobretot crec que són necessaris actes de reconciliació molt forts, reconeixent el passat.

L’ésser humà està fet de llums i ombres. Comet molts errors, però també pot aprendre d’ells, canviar i portar llum, amor i germanor per construir un futur més bonic i més just.

 

 

 

[Font: http://www.pressenza.com]

Accéder à des décisions de justice, comme la jurisprudence, peut être compliqué et coûteux.

Écrit par Christophe Dubois et Zorana Rosic

Si les arrêts et jugements rendus par les cours et tribunaux belges avaient dû être publiés en ligne dans une banque de données accessible à tous dès septembre 2020, l’entrée en vigueur de cette réforme vient d’être retardée de deux ans. Une évolution pourtant cruciale pour la Justice belge, souvent critiquée et jugée parfois à tort trop complexe, trop lente, trop inefficace et trop peu accessible. En France, l’accès numérique aux décisions de justice n’est pas encore une réalité. Mais un pas décisif vient d’être franchi puisque les conditions de publication en open data des décisions des juridictions administratives et judiciaire sont désormais précisées.

Alors que les organisations belges se sont très largement tournées vers les outils numériques pour continuer de fonctionner durant la pandémie du Covid-19, le monde judiciaire a fait exception.

Une importante fracture interne au champ judiciaire a été révélée par l’Affaire Dutroux il y a plus de 20 ans. Elle concerne les tensions internes à l’appareil judiciaire et policier ainsi qu’avec le gouvernement, la presse et les associations d’aide aux victimes. Cette fracture interne est désormais doublée d’une fracture numérique, poussant les citoyens belges à s’éloigner de la Justice, apparaissant comme « inadaptée et inintelligible ».

La justice et le savoir juridique, des biens communs

Dans un monde juridique qui change, le citoyen numérique constate qu’il faut souvent payer pour accéder à une information juridique : législationjurisprudence ou doctrine. Or le savoir et la justice constituent des biens publics, notion définie dès le droit romain comme les choses qui appartiennent au peuple et dont l’usage est commun à tous. La justice est en outre un bien commun et un principe fondateur de la démocratie. Par conséquent, son accès doit être libre, gratuit, garanti, permanent et fiable.

Ouvrir l’accès à l’information juridique s’impose d’autant plus que les sources juridiques sont disparates et dispersées, et dès que l’on considère les conditions de travail des acteurs judiciaires. L’ouverture des informations juridiques aiderait les professionnels du droit dans leurs missions en leur offrant une base de données fiable, complète, intégrée, actualisée… et gratuite ! Car l’accès à la législation, à la jurisprudence et à la doctrine doit être garanti par les pouvoirs publics et non par des entreprises commerciales privées. Actuellement, quelques grandes maisons d’édition détiennent les clés de cet accès, qui reste très fermé. Et c’est le cas depuis le XIXᵉ siècle.

Souhaiter l’ouverture du droit semble frappé de bon sens, surtout à l’heure du mouvement de l’« open ». Mais ici encore, si les initiatives d’ouverture se multiplient, notamment dans les secteurs scientifiques et éducatifs, la Justice belge reste frileuse. Quelques signes encourageants méritent pourtant d’être soulignés.

Des sources dispersées dans un marché concentré

Depuis quelques années, les maisons d’édition juridique misent sur la digitalisation comme axe d’innovation et de communication stratégiques, annonçant régulièrement de nouveaux services basés sur l’intelligence artificielle. Mais si l’accès électronique aux contenus dispersés dans près de 400 revues est désormais possible, son prix important a pour conséquence que seules sont capables d’y accéder quelques grandes firmes d’avocats et les bibliothèques universitaires et judiciaires.

Mais même pour ces clients, les modalités d’accès et d’usage sont limitées. Elles s’appuient sur l’interdiction juridique d’envoyer le contenu à un destinataire externe depuis l’université ou le bureau, sur une consultation limitée à l’écran (screen only), sur l’obligation de passer par l’intranet, ou encore par les murs de l’organisation abonnée. Ces modalités peu pratiques sont déterminées par la régulation marchande et la situation oligopolistique. En effet, deux grands groupes se partagent l’essentiel de ce marché, à savoir les groupes Larcier et Wolters Kluwer, avec des chiffres d’affaires cumulés qui s’élevaient à plus de 106 millions d’euros en 2019.

Une lueur d’espoir toutefois : la doctrine, instrument permettant aux acteurs juridiques de suivre l’impact de certaines législations et décisions judiciaires sur la société, échappe peu à peu au pay wall. En Belgique, un décret de 2018 permet un accès libre aux publications scientifiques signées par des auteurs ayant bénéficié, ne fût-ce qu’en partie, d’un financement public de la Communauté française de Belgique. Parmi ces auteurs, nombreux sont les chercheurs et enseignants travaillant au sein d’une université ou d’une haute école belge francophone.

A contrario, l’accès à la législation passe toujours majoritairement par le format « papier ». Le service public fédéral de Justice offre bien des accès numériques, mais les limites actuelles de ces outils (dispersion des sites, ergonomie datée, mises à jour aléatoires, etc.) poussent l’utilisateur à s’en remettre aux offres des éditeurs privés, plus performantes et payantes.

De même pour la jurisprudence : les juridictions ne possèdent pas de base de données unique garantissant un accès permanent, gratuit et fiable à l’ensemble des décisions des cours et tribunaux. Ceci est paradoxal dans la mesure où, en tant que producteurs de ces données, ils doivent eux aussi passer par des éditeurs privés pour accéder à des sources plus complètes.

La récente révision de l’art. 149 de la Constitution concernant la publicité des jugements et des arrêts témoigne, depuis mai 2019, de la volonté – voire de la nécessité – d’un accès complet et actualisé à la jurisprudence au profit des citoyens. En Belgique, le tournant annoncé peut s’appuyer sur l’expérience des hautes juridictions belges, comme nous allons le voir.

Quand l’exemple vient d’en haut : le Conseil d’État belge ouvre ses arrêts

Pour poser un diagnostic sur l’état d’un droit national, il peut s’avérer utile de se pencher sur la pratique de ses plus hautes juridictions. En Belgique comme en France, les pratiques diffèrent en effet au Conseil d’État, à la Cour Constitutionnelle et à la Cour de cassation.

Le Conseil d’État a procédé, dès la fin des années 1990, à la publication systématique, via son site Internet, de tous les arrêts rendus par la Section du Contentieux administratif. Deux bases de données sont disponibles : RefLex, qui centralise une grande quantité d’informations juridiques (documents parlementaires, lois, traités et une partie de la jurisprudence), et juriDict, qui donne accès à une sélection raisonnée et structurée des arrêts présentant une valeur juridique importante. Depuis peu, les avis rendus par la Section de Législation sont eux aussi accessibles en ligne. Le système mis en place permet à chaque citoyen d’effectuer des recherches gratuitement.

L’exemple du Conseil d’État démontre que la publication à la source, ouverte, complète et continue de décisions et d’avis, sans filtre artificiel, est possible. Celle-ci, en offrant aux usagers un accès à l’intégralité des arrêts, leur permet d’effectuer une recherche presque exhaustive – sans possibilité de traduction instantanée cependant – laquelle nourrit l’argumentaire juridique mis en œuvre dans le cadre des recours portés devant la haute Cour administrative.

Cet exemple n’est pas isolé puisque la Cour Constitutionnelle et la Cour de cassation publient aussi leur jurisprudence de manière ouverte, complète et continue depuis 1989 et 1990. Toutefois, ces trois régimes de publication de la jurisprudence sont autonomes et indépendants, ce qui renforce la décentralisation et l’émiettement de l’accès au droit, ainsi que la disparité de cet accès selon les matières et les juridictions. La pérennité technologique de ces outils pose également question, car ils dépendent de solutions et de langages propriétaires dont les versions se renouvellent régulièrement, entraînant des problèmes de compatibilité, de dépendances et de coûts.

Certains observateurs supposent que le travail juridiquement technique et peu casuistique des cours suprêmes s’accommode bien d’un partage total de leurs décisions. Mais d’autres s’étonnent et regrettent que les juridictions inférieures ne disposent pas de dispositifs légaux réglant la publication de leurs décisions, ni des outils informatiques leur permettant de mettre en ligne, systématiquement, gratuitement et rapidement leur jurisprudence.

Cette absence de dispositifs légaux et technologiques ne peut plus être ignorée. Les professionnels du droit en font désormais l’expérience : les outils numériques garantissent une activité continue. Chargés d’assurer l’accès égal de tous les citoyens au droit, ils ne sont pas encore rendus capables d’effectuer, à partir de leurs ordinateurs portables, des recherches dans des banques de données accessibles, complètes et actualisées. Ils savent pourtant que l’ouverture timide mais inéluctable qui est traitée ici constitue une avancée démocratique. Cette prise de conscience a gagné la société civile, où des solutions concrètes émergent librement.

Cet article fait partie de la série « Les belles histoires de la science ouverte » publiée avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Pour en savoir plus, visitez le site Ouvrirlascience.fr.

 

 

 

 

[Photo : Christophe Dubois – source : http://www.theconversation.com ]

Escrito por Alicia Blanco

Este título hubiera sido mucho menos oportuno dos meses atrás. Hubiera parecido más lejano, un sencillo ejercicio de imaginación. Hoy, cuando millones de personas sentimos que el mundo que conocimos desaparece, esta expresión cobra un significado nuevo y nos enfrenta a un desafío inevitable.

El relato de Débora Nunes tiene como centro la ciudad experimental de Auroville que Mirra Alfassa, la “Madre”, fundara en la India a fines de los años 60 y que hoy es para muchos una referencia. Recorriendo partes de su historia, Débora va construyendo una ficción en la que proyecta hacia 2046 la eclosión del sistema mundial y lo que es más interesante, su paulatino reemplazo por una nueva escala de valores y una nueva organización social.

Sin entrar en detalles, anticipo que el libro propone Auroville como un modelo, una forma posible de vivir, de responder a lo que viene. Obviamente –como sucede con todo– la propuesta se podrá discutir, pero lo que me parece  valioso, lo que creo valiente e importante, es la convicción de que es posible imaginar un futuro más luminoso y proponerle a los demás construirlo, “coconstruir un sueño” –dice Débora–. Construir colectivamente. Es una opción por la que muchos apostamos.

Todo parece indicar que la eclosión está más cerca de lo que Débora anticipaba. Del otro lado del aislamiento global sigue en pie un modo de vida integralmente violento y desequilibrado. ¿Vamos a seguir aceptándolo como inevitable? ¿Seguiremos aceptando la guerra y la pobreza de millones porque están lejos, la especulación financiera hasta que afecte nuestros ahorros, la necesidad del otro porque no es la nuestra? No me pregunto qué harán los dueños del poder, sino qué haremos nosotros con esta oportunidad personal y colectiva.

Yo creo que este breve libro es una advertencia, un llamado de atención, un aviso. Es una invitación a reflexionar, a hacernos cargo y actuar para cambiar el rumbo de las cosas cuando todavía disponemos de algún tiempo, no mucho. Es una invitación a escuchar sinceramente, a reconocer que ninguno de nosotros tiene la fórmula, que necesitamos construirla con otros, coconstruir.

El libro plantea un esbozo, una posibilidad, un punto de partida para la discusión, el intercambio, la búsqueda de alternativas, la práctica de nuevas conductas personales y colectivas, una invitación a hacer realidad un mundo verdaderamente humano. ¿Por qué no juntar fuerzas en esa dirección? ¿Cómo no hacerlo?

Propongo aceptar la invitación y abrir el juego.

Carminda Mac Lorin (Canadá)

“Auroville, 2046 presenta una visión lúcida, al mismo tiempo grave y esperanzadora, de un futuro que no parece tan lejano. Una obra particularmente pertinente en la actualidad, que invita a creer en los vínculos que nos unen.”

Eduardo Neira (Perú)

“Luego del colapso total de la civilización moderna, ocurrido por la agudización del cambio climático y sus desastrosas consecuencias sobre la economía mundial, la vida de las ciudades y los hábitos de las personas, Débora Nunes nos propone, a través de su personaje Indra, un mundo nuevo, una sociedad utópica basada en los valores del cooperativismo, la solidaridad y la sostenibilidad ambiental. Un gran desenlace para todos aquellos que soñamos con un mundo mejor.”

Juanita Bermúdez (Nicaragua)

“Auroville  46″ es el sueño hecho realidad de todas personas que hemos luchado y seguimos luchando por un mundo más amigable en el que la buena voluntad y el bien estén por encima de  la corrupción y los intereses de mezquinos gobernantes que envenenan el corazón de sus pueblos para que les sea permitido continuar gobernando a sus anchas. Un país en el que todos tengamos el derecho a discentir y que tus opiniones sean respetadas.”

Carlos Jara (Ecuador)

“Hemos llegado al 2046 y la humanidad no ha logrado evitar la agonía del colapso civilizatorio. La mayoría de las sociedades no han conseguido autoorganizarse y construir culturas resilientes. El dominio de las concepciones mecanicistas, una globalización acelerada, una exagerada concentración de la riqueza, el poder de la banca y las finanzas, han continuado con el crecimiento económico ilimitado, el consumismo y la cosificación de la vida social. Y todo ello bajo la fuerza de la ciencia y tecnología corporativa, la informática, la militarización y el autoritarismo. Los cambios han sido muy rápidos e inciertos en las condiciones ambientales, dando lugar al caos climático generalizado. La ética ha sido degradada al campo de la estupidez. En ese contexto, en Auroville, India, aún persiste ese rasgo cultural que nos hace buenos seres humanos: la solidaridad. Allí se viene construyendo, como en otras zonas, las bases de una nueva cultura planetaria. Es Indra, una mujer visionaria de sociedades responsables, colmada de inquietudes feministas, quien nos cautiva y convoca a imaginar un mundo nuevo. El cuento que nos regala Débora Nunes nos enternece y colma de esperanza, nos convence que la política ética es esencialmente proceso social participativo, y nos vuelve reverentes ante los místicos planetarios, como Indra, la Madre (Mirra Alfassa) y Sri Aurobindo. ¡Lindo!”


– Carlos Jara. Profesor, escritor, comprometido con la justicia socioambiental. Quito, Ecuador
– Carminda Mac Lorin. Coorganizadora del Foro Social Mundial 2018. Quebec, Canadá
– Eduardo Neira. Consultor de proyectos urbanos y ambientales. Lima, Perú
– Juanita Bermudez. Produtora cultural. Managua, Nicaragua

 

Descargar Auroville 2046

 

 

[Fuente: http://www.pressenza.com]

 

 

Les Éditions de Paris ont publié « Israël, le rêve inachevé. Quel État pour le peuple juif ? », un essai intéressant de Pierre Lurçat. Dès l’origine, le sionisme politique a été fondé sur un « compromis fragile » sur l’identité de l’État d’Israël. Un équilibre précaire qui sous-tend les institutions, la vie politique et culturelle israélienne. La question resurgit lors de certains débats : l’État d’Israël, un « État comme les autres » ou un « État juif » attaché à son histoire plurimillénaire si riche.

Publié par Véronique Chemla

L’État d’Israël n’est pas septuagénaire. Il est bien plus âgé. Les institutions de l’actuel État préexistaient à sa refondation en 1948. « Né malgré la Shoah », ce « pays ancien-nouveau » (Theodor Herzl, Altneuland, 1902) est plurimillénaire.

Ambivalent, il a été refondé au XXe siècle sur des « compromis fragiles » entre des alternatives existentielles, des choix essentiels. Ces options identitaires parcourent son histoire et revêtent une acuité contemporaine. Résumons-les en une question qui perdure : l’État d’Israël doit-il être un « État occidental comme les autres », « échappant à tout déterminisme théologique » – ce qui est prôné par la Cour suprême et par des élites médiatiques, culturelles et politiques post-sionistes ou de gauche -, ou bien un « État juif » attaché à sa tradition si riche ?

Un exemple ? Les débats sur la loi fondamentale définissant Israël comme « l’État-nation du peuple juif ».

Essayiste et traducteur, auteur de livres sur l’islam radical Le Sabre et le Coran et Pour Allah jusqu’à la mort (éditions du Rocher 2005 et 2008), Pierre Lurçat poursuit sa réflexion sur le sionisme et Israël (La trahison des clercs d’Israël, La Maison d’édition 2017) en présentant des éléments du débat sur l’identité israélienne. Une dialectique qui traverse en les innervant les institutions et la société israéliennes, et n’est pas prête de se tarir.

Ainsi, l’essayiste fustige l’« activisme judiciaire » de la Cour suprême. La « révolution constitutionnelle » menée par le juge Aharon Barak « a pesé de tout son poids dans le débat politique, en affaiblissant la notion d’un État juif inscrite dans la Déclaration d’Indépendance de 1948 au profit de celle d’un « État de tous ses citoyens ». Le juge Aharon Barak et ses successeurs écartent « toute conciliation entre le caractère juif de l’État et son caractère démocratique » et sont réticents à accepter le « particularisme juif ».

Pierre Lurçat évoque aussi le droit hébraïque, « système de droit florissant pendant des siècles » qui « traite à 80% de droit pénal, civil et constitutionnel, et à 20% de questions religieuses » (juge Menahem Elon). Un droit écarté en 1948 au profit d’une synthèse du droit anglo-saxon et du droit ottoman. Se dégageant progressivement de cette gangue stratifiée, a émergé un droit israélien qui a concédé au droit hébraïque, marginalisé dans les études universitaires juridiques, une portion congrue : « l’état personnel (mariage, divorce) ».

Or, dans les Provinces-Unies (Pays-Bas actuels) récemment indépendantes du XVIIe siècle, Peter van der Kun ou Petrus Cunaeus (1586-1638), philologue et jurisconsulte, a considéré dans son ca (De la république hébreue, 1617) l’État hébreu antique, et non Athènes ou Rome, comme un « archétype de la république idéale », un modèle pour la république des Sept Provinces-Unies des Pays-Bas.

Le « sionisme comme continuation de l’histoire juive ou comme sa négation » ?

Des « Juifs d’affirmation » s’opposent aux « Juifs de négation » (Jean-Claude Milner).

Pour certains Juifs, le poids de l’héritage juif, de l’apport civilisationnel du judaïsme si louable semble être devenu si lourd qu’ils aspirent, plus ou moins consciemment, à se débarrasser d’une « conscience historique juive » douloureuse, pour pouvoir ne plus être Juif « en toute bonne conscience », mettre un terme à l’histoire juive et nier l’existence même du peuple juif. Ce « refus d’assumer leur vocation » se cristallise sur Hébron, cité biblique haïe par les apôtres du « nouveau Juif ». « L’alterjuif » est miné par la haine de soi. « Au niveau collectif et national, par le refus d’assumer le destin collectif de l’État d’Israël ».

Pierre Lurçat procède aussi à des rappels historiques ou révèle des faits méconnus dont il souligne l’importance : la fragilité du sionisme politique en 1903 lors du « projet de colonisation juive en Ouganda » – « prémices de Sion », selon un Herzl consumé par l’urgence d’agir -. L’aspect militaire indispensable à l’avènement du « sionisme comme force politique sur la scène internationale » – aventure héroïque des « Muletiers de Sion » (Zionist Mule Corps, ZMC) à Gallipoli en 1915, sur le front turc durant la Première Guerre mondiale, anticipant « la création d’un régiment juif qui participera à la conquête de la Palestine (Eretz-Israël par le général Allenby » -. Les « Dix-huit principes de la Renaissance » de Yaïr Stern lecteur de la Bible hébraïque et rêvant de la reconstruction du Temple de Jérusalem, « promesse de rédemption non seulement pour le peuple juif, mais pour l’humanité tout entière ». L’action admirable de Peter Bergson, fils du rabbin Dov Kook, qui, avec le scénariste Ben Hecht, a sauvé 200 000 Juifs européens de la Shoah durant la Deuxième Guerre mondiale, s’est opposé à des organisations juives américaines « rooseveltiennement correctes », et a œuvré en tant que sioniste révisionniste pour l’indépendance d’Israël. La cargaison d’armes livrées en 1948 par le gouvernement français à l’Altalena, bateau affrété par l’Irgoun et « bombardé sur ordre de David ben Gourion ». Le mouvement cananéen, actif des années 1930 aux années 1970, visait « à faire renaître la nation hébraïque antique, en rompant tout lien avec le judaïsme de diaspora », voire avec le judaïsme…

L’auteur exprime une nostalgie admirative, et justifiée, pour des politiciens rescapés de la Shoah, des combattants pour l’indépendance d’Israël mus par une éthique et un dévouement désintéressés.

En regrettant l’instrumentalisation politique de la Shoah, Pierre Lurçat omet que son enseignement est « arabiquement ou islamiquement correct ».

Il déplore l’échec de l’État d’Israël et du sionisme à effectuer la « révolution sociale biblique en Israël », alors que les « idées sociales de la Bible ont imprégné Jabotinsky, père de la Légion juive et de la conception de défense d’Israël ». Mais il omet de désigner des responsables : les dirigeants travaillistes pendant des décennies, des familles israéliennes de gauche qui détiennent des monopoles, une bureaucratie permettant la persistance de rentes de situations au détriment des consommateurs israéliens, etc.

Avec raison, Pierre Lurçat démontre la faute majeure commise par les autorités israéliennes qui ont en 1967 remis le mont du Temple à Jérusalem au Waqf jordanien qui le gère au détriment des visiteurs juifs, souvent agressés. Comment des autorités musulmanes peuvent-elles comprendre la centralité de Jérusalem pour le judaïsme quand le lieu juif le plus saint leur a été remis après sa libération durant la guerre des Six-jours !?

On n’est pas convaincu par le passage alléguant une « relation ambivalente de l’islam envers les non-musulmans ». La relation est univoque : l’inégalité entre musulmans et non-musulmans accusés d’avoir falsifié les Écritures.

Mais le grand mérite du livre est d’avoir présenté de manière claire et concise les termes d’un débat toujours actuel, et qui s’ouvre sur la distinction croissante entre les Juifs vivant en diaspora et les Juifs israéliens, des « Hébreux »…

Pierre Lurçat, « Israël, le rêve inachevé. Quel État pour le peuple juif ? ». Les Éditions de Paris, 2018. 118 pages. ISBN : 978-2-84621-275-5

[Source : http://www.veroniquechemla.info]

La Revista Paix et Sécurité Internationales fue fundada, en 2013, en la Universitè Abdelmalek Essaadi de Tanger-Tetuán (Marruecos), por el Dr. Rachid El Houdaïgui, catedrático de Derecho Internacional Público y Relaciones Internacionales. 

Actualmente, la Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes publica sus números a partir de la edición digital de la Universidad de Cádiz

El contenido de la revista se centra en derecho internacional y relaciones internacionales, en general, y el mundo euromediterráneo en particular.

[Fuente: blog.cervantesvirtual.com] 

Carta abierta de escritores saharauis en el exilio a la UNESCO y a defensores de los animales

Esta carta abierta, enviada a la UNESCO y a organizaciones y partidos políticos en defensa de los animales, es una iniciativa de los escritores saharauis en el exilio, Ali Salem Iselmu y Bahia Mahmud Awah, para «proteger الابل في المناطق المحتلة من الصحراء الغربية elbil esahrauía, el ganado camellar saharaui, violentado por los militares de Marruecos».

Por Escritores saharauis en el exilio

Decía Gandhi que «La grandeza de una nación y su progreso moral puede ser juzgado por la forma en que sus animales son tratados». Cuando supimos de la triste noticia del ametrallamiento por parte del ejército marroquí de un rebaño de dromedarios saharauis que pastaba cerca del “Muro de la Vergüenza” marroquí que divide el Sáhara Occidental, y que no es la primera vez que sucede, cierta tristeza y consternación invadió nuestros corazones que sufren este largo exilio. Y es por ello este texto dirigido a donde pudiera hallar nido y clamor para condenar esta barbarie contra el dromedario saharaui.

Alejados y divididos, la amenaza pende sobre la forma ancestral de vida de un pueblo nómada, que desde el Sáhara Occidental se ha trasladado de un lugar a otro en compañía de este venerado animal, que ocupa un lugar fundamental en la memoria colectiva e individual saharaui. Desde la ignorancia del ocupante es expuesto a una salvaje violencia y exterminio por una cultura que no respeta a un animal instalado en el corazón saharaui. El pasado 13 de mayo nos llegaron desde los territorios saharauis ocupados crueles imágenes en las que se veían varios dromedarios mutilados y muertos por heridas de minas y balas del ejército de Marruecos desplegado en esta zona del territorio ocupado del Sáhara Occidental desde los años ochenta, en la región de Guelta. Marruecos hasta la fecha se niega a respetar la fauna, la flora y la vida de los nómadas saharauis que se han desplazado con total libertad en este territorio hasta 1975, fecha de su invasión por parte de Marruecos.

Testimonio de la familia del nómada saharaui afectada en dos casos, Mohamed Lamin Uld Elbarnaui y que ha perdido tres dromedarios en estos ataques de los militares marroquíes.

“Ya son tres dromedarios que me han matado. Fue el 5 de mayo, era un rebaño compuesto por madres y crías que estaba buscando pasto en las cercanías del sector de Guelta, donde está desplegado el 18 batallón del ejército marroquí en el muro. El rebaño se acercó a la zona minada, y allí es donde pisó una mina y se explotó, y los militares del batallón desde sus posiciones dispararon ráfagas contra el resto del ganado que salió huyendo; batieron e hirieron algunos. Y las crías pudieron escaparse asustadas de las ráfagas, alejándose hacia el este del muro. El 15 de este mismo mes de mayo ametrallaron otro grupo de dromedarios en la misma zona y también es de mi propiedad y es donde reventaron el vientre de una de mis camellas, como habréis visto en una horrible imagen que le tomaron mis hijos”. ASPDCPS(1)

Muchos rebaños de dromedarios, al igual que otros animales salvajes como la gacela, el antílope, el avestruz, han desparecido de su hábitat natural, debido a los bombardeos de la aviación marroquí, la siembra de más de ocho millones de minas en el territorio y la persecución diaria del dromedario en sus desplazamientos en busca de pasto y agua en un espacio dividido por militares, armas y minas.

El conflicto político que se vive desde hace más de 40 años, en el que el pueblo saharaui sigue luchando por su derecho a recuperar su territorio, ha condicionado la vida y los lugares de pasto de muchos rebaños de dromedarios, impidiendo su vuelta a los pozos donde abrevaban agua en los meses de verano, o su acceso a los lugares de pasto durante el otoño.

El dromedario es el animal que ha permitido a los primeros grupos humanos que colonizaron el Sáhara Occidental conquistar el desierto. Y desde el s. XII fue durante mucho tiempo el único medio de transporte y de sustento económico que usaron los saharauis para ir a los mercados y desplazarse de un lugar a otro. Fue el medio que usaron en su lucha de resistencia anticolonial hasta finales del siglo XX. Fue leyenda en versos de clásicos de la literatura saharaui, creando cariñosos apodos como Eziyigh(2), Lehmami(3), Eshayal(4), Elmetjoumi(5), siendo parte indivisible del acervo literario e histórico saharaui.

Dispararle a un animal indefenso como el dromedario que constituye un elemento de identidad en la cultura saharaui es un acto deleznable, vil y una agresión sin precedentes contra la fauna que ha vivido durante miles de años en el Sáhara.

Esta acción del ejército marroquí de disparar de forma indiscriminada contra los dromedarios, sus pastores y prohibir las jaimas que están hechas de la lana de este animal, constituye una violación contra la naturaleza y la cultura del pueblo saharaui. Y un desafío a las convenciones internacionales sobre la cultura de los pueblos y sus prácticas sociales.

Los saharauis son conocidos por su sabiduría, conocimiento del territorio y respeto a la naturaleza. Han tenido muchos rebaños de dromedarios, nomadeando por todo el territorio del Sáhara Occidental. Se han cantado en homenaje a este animal hermosos poemas en hasania y en español. Como este poema de Mohamed Salem Uld Abdelahi.

Oh, tú, mi camello Ziyig,
aplaca las cataratas de lágrimas
que vierten tu ojos,
reprime tu berrido

y aguanta el silencio
que te impusieron.

O estos versos de Bahia MH Awah en los que tampoco falta el reconocimiento y admiración por la presencia de este animal en la literatura, tradiciones y filosofía saharaui.

Fuente de mil aguerridos versos,
amigo del bohemio poeta,
compañero del bauah(6) de charcas,
regalo nupcial de padre a hijas,
fortuna moral en el corazón beduino.

Así sentían los eruditos saharauis a este animal, cuando galopaban sobre sus lomos en busca de una nueva lluvia, alejada de muros llenos de minas y ejércitos que disparan contra animales indefensos que huelen el agua a cientos de kilómetros y hacia ella se dirigen.

Los escritores saharauis, desde el exilio, desde los territorios ocupados y desde el confinamiento en los campamentos de refugiados en el sur de Argelia apelamos a la conciencia de las organizaciones internacionales de defensa de los animales, a la organización de la UNESCO, a los intelectuales y académicos del mundo para condenar este crimen y exigir a Marruecos que cese la brutal violencia contra los dromedarios del Sáhara Occidental, la verdadera brújula que ha recorrido el Sáhara en busca de una pradera verde donde florece la vida. También exigimos que termine la persecución contra sus dueños y pastores, que se han convertido en un objetivo a eliminar dentro de una política intencionada, diseñada por Marruecos y sus militares para arremeter contra el modo de vida y las tradiciones de los nómadas saharauis, cultura opuesta y diferente a la de ellos.

Enlaces:
http://larealidadsaharaui.blogspot.com/2020/05/condena-de-la-aspdcps-al-crimen.html
http://nuchatta.com/2020/05/13/767/


1.- Asociación Saharaui por la Protección Difusión y Conservación del Patrimonio Saharaui, con sede en los territorios ocupados del Sáhara Occidental en los Campamentos de Refugiados Saharauis.
2.- El dócil
3.- El palomo como símbolo de paz
4.- El zancudo
5.- El bravo
6.- Hombre certero en su palabra, experto en buscar agua en el desierto, tanto para su familia como para abrevar a los grandes rebaños de dromedarios.

[Fuente: http://www.pressenza.com]

Publicado póstumamente en 1940, el vanguardismo y la perspicacia crítica del poemario nacido de la visita del granadino a esa ciudad “babilónica y cruel” sigue influyendo y fascinando ocho décadas después, a pesar de su polémica acogida. Los hispanistas Gabriele Morelli y Christopher Maurer y el poeta Luis García Montero exploran todas las caras del libro.

El poeta con María Antonieta Rivas y dos amigos sin identificar en la Universidad de Columbia, otoño de 1929. Foto: Fundación García Lorca

Escrito por NURIA AZANCOT y ANDRÉS SEOANE

El 24 de mayo de 1940, hace este domingo ochenta años, se publicaba Poeta en Nueva York, libro mítico que cambió el rumbo de la poesía hispanoamericana del siglo pasado. Escrito durante la estancia de García Lorca en la Universidad de Columbia entre 1929 y 1930, el manuscrito de esta obra tuvo una historia convulsa. Aunque algunos poemas sueltos aparecieron en revistas como Litoral, Revista de Occidente, Planas de Poesía o Revista Verso y Prosa, el primer y único borrador, compuesto por 96 páginas mecanografiadas y 26 manuscritas, fue entregado por Lorca a José Bergamín poco antes de su muerte, en 1936, con abundantes tachones y añadidos. Las dos primeras ediciones, en Editorial Séneca (México) y Editorial Norton (USA) ya generaron grandes controversias por las diferencias encontradas entre ambas.

Ahora, la editorial Demipage lanza, a modo de homenaje, una nueva versión que pretende ser definitiva. Un acontecimiento, pues, en palabras del hispanista Gabriele Morelli, «Poeta en Nueva York es sin duda el libro más importante y moderno de Lorca». Más aún, insiste Morelli, «su poesía marcó una profunda ruptura en la vida del poeta y constituyó una crítica feroz contra el modelo del sistema capitalista que margina a los pobres, los negros, a las criaturas de la naturaleza, en cuya herida se representaba el poeta, al tiempo que reclamaba justicia, libertad y el derecho al amor sin etiquetas”, explica.

Reivindicaciones plenamente actuales que causaron notable revuelo hace ocho décadas, como rememora el profesor y lorquista Christopher Maurer, que apunta que “en 1940 Poeta en Nueva York creó una imagen tan diferente de García Lorca, que provocó cierto desasosiego en su primer editor, Rolfe Humphries, a quien le inquietaba este poeta urbano al que asociaba con la afectación surrealista y con la homosexualidad”. Otros, como John Crow, compañero de Lorca en la Universidad de Columbia, habló con desprecio de una “fiebre de imágenes inconexas” y de “poemas grotescos y vacíos”. «Con excepciones, los primeros lectores norteamericanos lo despacharon como un pretencioso ejercicio surréaliste, escrito bajo la influencia de Dalí. La homofobia y el supuesto surrealismo les cegaron a este Lorca nuevo y a su crítica de la sociedad capitalista, tan acertada, tan punzante hoy como hace 80 años”, insiste el hispanista.

Un ejemplo de estos rasgos que destacan ambos estudiosos lo ofrece, por ejemplo, “Nueva York. Oficina y denuncia”, poema en el que “Lorca condena la vida alienante de la sociedad estadounidense, interesada solo en la economía del lucro que exige la explotación de los más débiles, lo que motiva la protesta del poeta”, explica Morelli. Precisamente de estos versos encontró hace unos años una versión inédita Maurer, que recuerda que durante décadas los poemas publicados no reflejaron los últimos borradores de Lorca. “Gracias a Andrew Anderson, que editó el manuscrito que Lorca dejó a Bergamín, y a Mario Hernández (que había transcrito y estudiado los borradores) se ha fijado el texto con mayor seguridad. Da gusto saber que las fachadas neoyorquinas son de ‘orín’ no de ‘crin’ y que ‘silban las mansas cobras deslumbradas’, no ‘de alambradas’«, lo que ha permitido, a su juicio, que el centro de atención se haya desplazado de la historia textual a la ola de creación generado por el libro.

Una de las ilustraciones y un autorretrato de Lorca para la edición del libro que preparó para Bergamín, cuya portada está en el centro.

La ayuda del «Good Gray Poet»

También Luis García Montero, director del Instituto Cervantes y experto lorquiano, ratifica que Poeta en Nueva York «supuso un cambio decisivo para indagar en la poesía vanguardista y encontrar un tono que expresase la crisis radical del sujeto de la modernidad. Lorca lo señaló diciendo que pasaba de la imaginación a la evasión de la racionalidad. Pasó del concepto imaginativo a un grito bien medido», sostiene el también poeta. «Fue una lectura vanguardista del romanticismo, una de las apuestas decisivas dentro de un mundo en el fondo muy unitario».

Una de las claves de esta obra única es la huella de Walt Whitman, que se encuentra en ella de manera contradictoria, según García Montero ya que, aunque «está clara la presencia del versículo, seguramente a través de las traducciones de León Felipela fe en la modernidad del poeta norteamericano se convierte con García Lorca en denuncia del progreso capitalista. El vitalismo se envenena». A juicio de Maurer, Whitman ayuda a Lorca «a inventar un personaje formidable -el poeta en Nueva York– y a encontrar una voz profética. En la obra de Whitman el español detecta un optimismo bienhechor. Explora el verso libre que se había asociado con el «Good Gray Poet» (Buen poeta gris) desde comienzos de siglo. Y su búsqueda de Whitman -el dios desconocido de su “Oda”- le ayuda a definir, aunque de manera contradictoria, su propia sexualidad«.

Aunque en este punto, García Montero apunta que la «Oda» dedicada por Lorca al estadounidense «tiene partes que hoy dan un poco de vergüenza. Acababa de leer a Gide y cayó en el error de distinguir una homosexualidad buena y otra mala. El poema se le fue de las manos porque le resta dignidad a la homosexualidad esa lista panhispánica de locas que reúne en tono despreciativo». Morelli, en cambio, destaca que en esta composición Lorca «afronta el tema escabroso de la homosexualidad, se lanza contra los cultivadores del vicio, canta un nuevo espacio de vida y amor en un verso ancho y fluido que estilísticamente traduce un deseo de libertad que elimina barreras y distinción de razas».

Grafiti de Federico Garcia Lorca pintado en la neoyorquina Lafayette Street por Raúl Ruiz (aka Sex) & Cern

Influjo inmediato y duradero

Más allá de estas consideraciones, lo que es innegable es que la aparición de algunos poemas de Poeta en Nueva York primero, y del libro completo después, produjo una verdadera conmoción en su tiempo y cambiará la poesía española que al libro debe la renovación de su lenguaje y su temática. Entre los poetas del 27, señala Morelli, «tuvo inmediata fortuna, que empieza con la lectura de los poemas hecha por el mismo Lorca: algunos aún inéditos aparecieron en la Antología de Gerardo Diego (1932)». Incluso, rememora Morelli, «Neruda, durante la estancia de los dos poetas en Buenos Aires, fue uno de sus primeros lectores y, en esta ocasión, Federico pudo conocer las composiciones de la Primera Residencia: temas y lenguaje metafórico que los dos libros comparten. Cuando muy joven conocí al chileno, mientras preparaba mi tesis sobre Hernández, también le pregunté por Lorca. Me miró (recuerdo sus ojos melancólicos un poco indios) y me dijo: «No debes estudiar la obra de Lorca, sino amarla».

Aunque también la ama, García Montero no duda, en cambio, en relativizar la influencia del libro. «En realidad, Alberti pasó antes al surrealismo con Sobre los ángeles. El libro se publicó ya con carácter póstumo, en México, cuando ya había pasado la moda surrealista, y Miguel Hernández no se sintió atraído por el versículo sino muy brevemente. Lo que a mí me divierte es que tres poetas españoles, cada cual a su manera, Alberti, Lorca y Cernuda, escribieron el mejor surrealismo europeo de la época. Nunca se tomaron en serio, -un poco más Cernuda, y tampoco-, lo de la escritura automática. Calcularon meticulosamente sus efectos de irracionalidad».

Con eso y con todo, el director del Cervantes reconoce que «como todos los grandes libros, su influencia ha sido generalizada y es cierto que abrió camino en muchos terrenos: el verso libre con tormenta interna, las nuevas formas de poesía política, narrar utilizando la fuerza de una metáfora, la lectura de Eliot», enumera el poeta que, por contra, considera que «el libro ya ha quedado fijado en su historia. Hoy la relación con la ciudad es una relación cotidiana, no una sorpresa agresiva de mundo nuevo amenazante».

Por su parte, la importancia actual del poemario reside para Maurer en su permanencia en la memoria. El hispanista opina que en los años 30 «el título Poeta en Nueva York sonaría a oxímoron, fue como si Lorca quisiera reclamar ese título para sí, a pesar de sus antecedentes ilustres: desde José Martí o Rubén Darío a Juan Ramón Jiménez o José Moreno Villa. Y lo cierto es que lo consiguió», defiende. «Los poetas que han venido después lo recuerdan inevitablemente. Con frecuencia, y sobre todo en tiempos de crisis, sentimos la ciudad a través de García Lorca. Ocurre con él como lo mismo que aquello que dijo Gómez de la Serna de Quevedo: algunos de los poemas desprenden una «sustancia activa que da bravura al corazón y a la conciencia».

[Fuente: http://www.elcultural.com]

Le chanteur et musicien algérien Idir est mort samedi 2 mai à Paris à 71 ans. Chantre de la culture berbère, il fut l’auteur-compositeur d’un grand nombre de chansons qui contribuèrent à empêcher la marginalisation de la musique et de la langue kabyles par le pouvoir algérien.

Écrit par Akram Belkaid

Algérie, fin 1973. Des cassettes audios passent de main en main alors qu’elles ne contiennent souvent que l’enregistrement d’une seule chanson en langue kabyle : A Vava Inouva («Papa Inouva»). C’est une ballade harmonieuse, mélancolique, presque plaintive, qui s’alimente aux sources des contes traditionnels berbères des montagnes du Djurdjura. Il y est question de forêt, de neige, d’ogre, d’une fille qui entend délivrer son père, d’un foyer où cohabitent trois générations, chacune vaquant à ses occupations domestiques. L’interprète s’appelle Idir — de son vrai nom Hamid Cheriet. Tandis qu’il effectue son service militaire à l’École de formation des officiers de réserve (Efor) de Blida — passage obligatoire pour la quasi-totalité des diplômés de l’enseignement supérieur —, la popularité du jeune géologue ne cesse de croître à l’extérieur de la caserne.

Sa chanson, initialement écrite pour la chanteuse kabyle Nouara, mais qu’il a interprétée quelques mois plus tôt en la remplaçant au pied levé pour une session radiophonique, est quotidiennement diffusée par la chaîne deux de la radio publique réservée à la langue berbère. D’autres stations, notamment marocaines, la reprennent aussi et le hit traverse même la Méditerranée. A Vava Inouva est ainsi le premier succès musical maghrébin en Europe, un pionnier de la future world music des années 1980.

Échapper au carcan étroit de l’arabisation

Cet engouement est un beau pied de nez au régime du colonel Houari Boumediene qui imprime alors sa marque de fer sur la société. Les libertés individuelles sont restreintes — il faut, par exemple, une autorisation de sortie pour voyager à l’étranger —, et toute opposition politique est forcée à la clandestinité. Ayant décidé l’arabisation du système éducatif (l’arabe remplaçant progressivement la langue française) et toujours enclin à célébrer l’appartenance de l’Algérie au monde arabe, Boumediene ne veut absolument pas entendre parler d’une reconnaissance officielle de la langue berbère.

À l’époque, le pouvoir se méfie de l’irrédentisme kabyle et craint, à juste titre, que la revendication culturelle berbère ne débouche sur une exigence démocratique. Le seul fait de prononcer le mot «amazigh» — homme libre, en berbère — ou même d’écrire en caractères tifinagh vaut de sérieux ennuis avec la police politique. Il faudra attendre la révision constitutionnelle d’avril 2002 pour que le berbère soit reconnu comme langue nationale, et celle de janvier 2016 pour qu’il acquière le statut de langue officielle.

En 1975, quand il termine son service militaire, Idir part à Paris où existe depuis les années 1930 une scène musicale kabyle née avec l’arrivée des premiers immigrés ayant quitté la misère des piémonts. Un an plus tard, le chanteur sort son premier album. A Vava Inouva, qui contient la chanson éponyme est un coup de maître, chacun des titres devenant un tube.

En Algérie, c’est la «folie Idir». Le disque, commercialisé en France, est importé par milliers grâce aux réseaux personnels. Des copies pirates, parfois à peine audibles, apparaissent. Ses chansons passent en boucle, les non-berbérophones les apprennent par cœur et se font traduire les paroles. Soudain, la langue kabyle n’est plus confinée au folklore multicolore de mauvais goût chichement diffusé par les médias officiels. Grâce à Idir, la langue et la culture kabyles sortent du carcan étroit dans lequel elles étaient enserrées.

«Notre Bob Dylan»

Le pouvoir ne peut endiguer la vague et ne peut qu’accompagner le mouvement. Les chansons d’Idir passent à la télévision à des heures de grande écoute. Le quotidien francophone El-Moudjahid, organe officiel du parti unique du Front de libération nationale (FLN) plastronne : «Nous aussi, avons notre Bob Dylan», clame-t-il en célébrant une «folk song algérienne». Quelques années plus tard, en avril 1980, le même quotidien reprendra son rôle habituel en fustigeant les manifestants du Printemps berbère, pourtant durement réprimés par la police…

Aujourd’hui encore, une chanson de ce premier album demeure emblématique de cette fusion nationale. «Zwit Rwit» (Fais la fête), morceau rythmé et festif, véritable invitation au mouvement de hanches, est un passage obligé pour toute célébration de mariage en Algérie, y compris en milieu non berbérophone. Parmi les autres chansons de l’album, on peut citer «Isefra» (les poèmes) dont le refrain est régulièrement entonné par les supporters de la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK), club de football phare de la région.

Engagement féministe

«Ssendu» (Voie lactée), est un hommage à la mère d’Idir, décrite dans un acte quotidien, celui de la baratte du lait, moment où les peines et les soucis font surface et où la femme n’a d’autre confident que l’ustensile — une calebasse — qu’elle utilise. Dans toute son œuvre, la condition féminine demeurera un cheval de bataille d’Idir qui ne cessait de remercier sa mère et sa grand-mère «analphabètes, mais poétesses» de lui avoir transmis la richesse d’une culture orale millénaire.

Il ne cachait d’ailleurs pas sa fierté de voir sa fille emprunter le même chemin que lui, et rien ne peut résumer cet engagement féministe aussi bien que la chanson «Lettre à ma fille» de l’album Ici et ailleurs (2017). Écrite par Grand Corps Malade, son texte exprime toutes les contradictions auxquelles doit faire face un père maghrébin dans l’éducation de sa fille :

Je t’ai élevée de mon mieux comme le font tous les nôtres, mais était-ce pour ton bien ou pour faire comme les autres? Tous ces doutes qui apparaissent et cette question affreuse : c’est moi qui t’ai élevée, mais es-tu seulement ‘‘heureuse’’? Je sais que je suis sévère, et nombreux sont les interdits : tu rentres tout de suite après l’école et ne sors jamais le samedi, mais plus ça va et moins j’arrive à effacer cette pensée : ‘‘Tu songes à quoi dans ta chambre, quand tes amis vont danser?’’

Une subversion tranquille

Avec seulement sept albums studio — il revendiquait à ce sujet «le droit à la lenteur», «une préférence pour les concerts» et un statut «d’artisan de la musique» —, Idir, qui n’a eu de cesse de revisiter ses premières chansons, avait aussi l’obsession d’élargir l’audience de la culture berbère à l’extérieur de l’Algérie. Une subversion tranquille marquée par de multiples collaborations avec des artistes occidentaux, notamment français, parmi lesquels Manu Chao, Dan Ar Braz ou Maxime Le Forestier (Identités, 1999). C’était sa façon de continuer à défendre une culture dont le statut s’est certes amélioré en Algérie, mais qui, les réflexes ayant la vie dure, n’en demeure pas moins reléguée au second plan. C’était là l’engagement majeur d’Idir qui fut parfois critiqué parce que ses textes n’étaient pas explicitement politiques comme ceux de Maatoub Lounes ou de son ami Lounis Aït Menguellet. «Une chanson vaut plus que mille discours politiques», nous confiait-il à la fin des années 1990 en réponse à ces mises en cases, rares au demeurant.

Discret, humble, d’une grande gentillesse, celui dont le sociologue Pierre Bourdieu disait qu’il n’était pas «un chanteur comme les autres»,, mais «un membre de chaque famille», se voulait avant tout libre de toute allégeance. Vis-à-vis du régime, il entendait garder son droit à la critique, mais il refusait, dans le même temps, de soutenir les plus radicaux de la revendication berbériste. En 2001, il participa à Paris à deux concerts de soutien aux manifestants du Printemps berbère (1980) et à ceux du Printemps noir (avril 2001, 126 morts et plusieurs milliers de blessés après la répression menée par les forces de l’ordre).

«Nous sommes condamnés à réussir»

Quant à son lien direct avec l’Algérie, il fut paradoxalement marqué par la distanciation. Son exil dura 38 ans et ce n’est qu’en janvier 2018 qu’il donna un grand concert à Alger pour célébrer Yennayer, le Nouvel An berbère. «Il faudra du temps pour que les blessures du peuple algérien guérissent. Nous sommes une nation qui mérite mieux et qui doit savoir qui elle est vraiment», nous confiait-il encore au début des années 2010.

Plus récemment, et alors qu’il se savait déjà malade, les manifestations du Hirak et le refus de la population de tomber dans le piège de la stigmatisation de la Kabylie tendu par le pouvoir l’avaient empli d’espoir. En juillet 2019, il dédiait une chanson inédite au Hirak et aux détenus d’opinions algériens. Il déclarait :

J’ai tout aimé de ces manifestations. L’intelligence de cette jeunesse, son humour, sa détermination à rester pacifique […]; J’avoue avoir vécu ces instants de grâce depuis le 22 février comme des bouffées d’oxygène. Atteint d’une fibrose pulmonaire, je sais de quoi je parle. De toute façon, nous sommes condamnés à réussir. Continuons donc à réfléchir en termes de nation algérienne vers le progrès. Si nous restons unis, rien ni personne ne pourra nous défaire.

Physiquement loin de l’Algérie tout en y étant sans cesse par l’esprit et par la volonté de maintenir en vie un patrimoine culturel, Idir, prénom qui signifie «il vivra» en kabyle, laisse un immense héritage musical, à l’heure où ses successeurs tardent à se faire connaître.

[Photo : Patrick Swirc – source : http://www.orientxxi.info]

Souvent considéré comme une simple déformation du français, le picard est une vraie langue, jugée longtemps comme supérieure du point de vue littéraire au « françois » du roi.

Écrit par Michel Feltin-Palas

Ceux qui sont abonnés à cette lettre le savent : j’ai un faible pour les langues escagassées, celles pour qui l’Histoire ne s’est pas montrée tendre et qui, l’ignorance aidant, sont tombées dans une forme d’oubli et de désintérêt. Aussi est-ce un morceau de choix que je vous présente cette semaine car le picard, on l’ignore souvent, est non seulement une langue de France, reconnue comme telle par l’État, mais fut aussi une langue administrative, et surtout une grande langue littéraire.C’est bien simple : à la fin du Moyen Âge, beaucoup la jugent supérieure aux autres dialectes d’oïl, et notamment à celui du roi. « Dialecte employé dans la littérature, le droit, l’économie et la diplomatie, le picard n’est pas une simple variation géographique et régionale, mais une des formes du français fondamentale dans les actes publics écrits », écrivent ainsi Joëlle Ducos et Olivier Sutet dans leur « Que sais-je ? » consacré à l’ancien français. C’est en picard qu’Adam de la Halle, Jean Froissart, Jehan Bodel composent de grands textes, encore lus aujourd’hui. Seulement voilà : dans les manuels scolaires, on n’apprend pas ces choses-là. Ou alors on signale que leurs œuvres sont écrites en « ancien français », sans jamais préciser leur origine régionale.

Comme toute langue, le picard se distingue par certaines caractéristiques. Ainsi, alors que les mots latins commençant par le son [k] suivi de [a] se prononcent désormais ch en français, le picard, lui, n’a pas suivi cette voie. Cantare, par exemple, a donné chanter en français, mais canter en picard. Nulle « déformation du français », ici, mais une évolution différente du latin, comme pour l’italien, le portugais, le catalan ou le roumain.Autre différence : alors que [k] + [i] latin produit en français le son [s], il a abouti à ch- en picard : l’ancien « cestui » du français, devenu celui, correspond à « chti » en picard. C’est là d’ailleurs, l’origine du fameux « chti », sachant que, contrairement à ce que l’on croit parfois, le ch’ti n’est pas une langue différente, mais la dénomination courante du picard dans le nord de la région. «  »Le territoire de cette langue correspond à la région Hauts-de-France, à l’exception du sud de l’Oise et de l’Aisne et de l’arrondissement de Dunkerque, ainsi qu’à la plus grande partie de la province de Hainaut en Belgique », précise le linguiste Alain Dawson, spécialiste du sujet.

Proximité géographique oblige, le picard a fourni un certain nombre de mots à la langue française comme cabaret, quai ou encore rescapé, qui a remplacé l’ancien réchappé, à la suite d’une d’un coup de grisou dans une mine du Pas-de-Calais, qui avait causé la mort de 1100 personnes en 1906. Dans leurs articles, les envoyés spéciaux de la presse parisienne ont utilisé la forme picarde, qui a fini par s’imposer. Le picard, malheureusement, est aujourd’hui mal en point, et même qualifié de « sérieusement en danger » par l’Unesco. Combien compte-t-il de locuteurs ? Personne n’en sait rien. L’État, qui préfère ne pas chiffrer les effets de sa politique dans ce domaine, n’a pas diligenté d’enquête sur le sujet depuis… 1999. À l’époque, les personnes capables de parler ou de comprendre la langue étaient plusieurs centaines de milliers, mais le plus souvent âgées. Or, dès lors que parler picard « ne sert à rien » pour réussir ses études ou trouver un travail, la transmission dans les familles s’étiole.

Et, on l’a dit, l’Éducation nationale refuse de l’enseigner.

De quoi se montrer pessimiste ? Évidemment. À ceci près qu’un certain renouveau se fait jour. Le premier album des aventures d’Astérix en picard a ainsi dépassé les 100 000 exemplaires », tout comme les différentes éditions de la méthode Assimil. « Les spectacles de théâtre, de contes et de chansons en picard sont nombreux et font salle comble, complète Olivier Engelaere, directeur de l’agence régionale de langue picarde, qui soutient activement tous ces artistes. Et il ne s’agit pas seulement de reprises d’œuvres du passé : une nouvelle vague d’auteurs contemporains fournit chaque année de nouveaux textes, qui trouvent leur public, y compris en littérature.

« Un travail scientifique est également engagé. Une commission de néologie et de terminologie a été créée ; une grammaire est en préparation ; la culture picarde s’enseigne à l’université, à Amiens comme à Lille et, comme un symbole, un premier Dictionnaire du picard fondamental va sortir ce 25 mai (sous la direction d’Alain Dawson et de Liudmila Smirnova). Tout cela constitue les bases pour passer à l’étape suivante : créer et multiplier des cours de langue, que ce soit pour les enfants ou les adultes. À condition, bien sûr, de disposer d’un minimum de moyens. Pour le moment, l’agence régionale de la langue picarde ne fonctionne qu’avec trois équivalents temps plein, financés à 90 % par les collectivités locales, au premier rang desquelles la région Hauts-de-France de Xavier Bertrand. L’État, lui, offre royalement 20 000 euros.

Avec ça, pas de doute, le picard est sauvé.

[Source : http://www.lexpress.fr]

Le musée de La Poste a présenté l’exposition éponyme qui vise à faire « découvrir quelle réalité se cache derrière la construction du mythe de la sorcière. Une approche historique de la sorcellerie où art, sociologie et ethnographie se rencontrent pour comprendre l’évolution des mentalités et des pratiques ». Un panorama artistique des représentations des sorcières, femmes détenant des pouvoirs multiples, magiques – dons divinatoires – ou ordinaires (connaissance des vertus des plantes), qu’elles utilisent de manière positive pour guérir ou négative pour envoûter ou jeter un sort. Des sorcières « présentées comme suppôts des diables et démons de l’Enfer ». Arte diffusera le 22 avril 2020, dans le cadre de « Square Idée », « Le retour des sorcières » (Der Rückkehr der Hexen). 

Publié par Véronique Chemla

« Pourquoi les sorcières et non les sorciers ? Parce que le mal – c’est bien connu – est féminin. Un dicton populaire sans ambiguïté nous le rappelle « Entre femme et diable, choisis… mais réfléchis ! » L’Histoire confirme cette identité entre femme et diabolisme : 80% des procès en sorcellerie des XVIe et XVIIe siècles – haute période épidémique en fait de sorcellerie – mettent en cause des femmes. « Un sorcier, dix mille sorcières », écrivait Michelet. Rappelons, à toutes fins utiles, que les juges étaient des hommes… Ceci explique cela. Quant au machiavélisme dont les magistrats firent preuve dans l’instruction des affaires, il échappe à tout entendement ».

La « sorcellerie n’est pas une relique du passé. Si les pratiques magiques, dont la sorcellerie n’est qu’un des aspects, existent depuis « la nuit des temps », elles n’ont pas disparu avec le siècle de la Raison et ont traversé les siècles, insensibles au progrès des sciences. Elles se greffent sur des croyances populaires millénaires immuables, transmises par tradition orale. Les mythes et le sentiment religieux ont donc la vie dure ».
L’exposition Sorcières vise à « expliquer ce fait social dans sa continuité. Le discours de l’ethnographe, observateur des milieux où la croyance dans les sortilèges et maléfices est vivace, fait suite au travail de l’artiste et à l’analyse de l’historien qui a traqué la sorcière au village, au tribunal et jusque dans la tête des démonologues.

L’exposition est composée de deux parties : l’imaginaire de la sorcellerie qui s’achève par l’espace interactif Es-tu sorcier, puis les pratiques magiques.

L’imaginaire de la sorcellerie

La première partie est dédiée à l’imaginaire de la sorcellerie que révèlent les tableaux de peintres du XVIIe au XXe siècle, de David Téniers et Léonard Bramer (1596-1674) à Jean Aujame (1905-1965), en passant par les artistes du XIXe siècle.

À la différence des artistes modernes qui ont créé des œuvres résultant de leur imagination, « leurs aînés avaient le sentiment de représenter des scènes réalistes. Ainsi le sabbat, cette réunion nocturne des sorciers que tout le monde, ou presque, considérait comme un fait réel. Les scènes font frémir : infanticide, anthropophagie, licence sexuelle… »

Cet espace présente aussi celles qui étaient apparentées à des sorcières : hystériques et devineresses. En effet, sous le règne du roi Louis XIII, celles qui prédisait l’avenir étaient poursuivies et condamnées comme les sorcières. Quant aux femmes énervées, elles étaient réputées possédées par le démon à une époque qui ignorait le fonctionnement du cerveau, l’inconscient.

Quant au cinéma, il s’est emparé de ce personnage féminin. En témoignent les affiches de films réalisés sur la sorcellerie et qui rencontrent un succès auprès d’un public intéressé par les productions fantastiques. Exemples : le film documentaire (Heksen, 1920), le film narrant un fait ou un personnage historique, parfois des métaphores sur l’intolérance et la bigoterie – Les sorcières de Salem de Raymond Rouleau d’après la pièce de théâtre d’Arthur Miller, 1956 ; le curé d’Ars (Le sorcier du ciel, 1949 -, le film de fiction entre comédie (Ma femme est une sorcière de René Clair, 1942) et horreur (Satan, mon amour). Sont également présentées des maquettes de films du début du XXe siècle, le Faust de Murnau (1926), un diable dessiné par Georges Méliès pour son film La damnation de Faust (1909). Un extrait du film muet du Danois Benjamin Christensen Heksen (ou Häxan) réalisé en 1920 est projeté dans l’espace vidéo.

Dans l’espace historique, sont instruits des procès qui menèrent de nombreux accusés sur le bûcher. En 18 tableaux peints en 1938 pour le musée basque de Bayonne, le peintre espagnol José de La Peña raconte les procès en sorcellerie dirigés par Pierre de Lancre en 1609 dans le pays du Labourd (province du Pays basque). Le conseiller au Parlement de Bordeaux fit exécuter une centaine de personnes, essentiellement des femmes et notamment les épouses des marins partis à la pêche sur les bancs de Terre-Neuve.

Gravures et papiers anciens « sur les affaires de possession diabolique dans les couvents à Loudun en 1632, à Louviers au milieu du XVIIe siècle, témoignent de sordides condamnations de prêtres désignés par les moniales comme étant à l’origine de leur trouble ».

À la fin du XVIIe siècle, « il n’y a plus guère de procès de sorcellerie : un édit du roi de 1682 interdit les poursuites judiciaires dans ce domaine. Au fil des siècles, le diable ne fait plus peur et devient un sujet de dérision. Très présent dans l’instruction des procès de l’Ancien Régime, il est rarement invoqué dans les pratiques magiques en usage aux XIXe et XXe siècles ».

Au XVIIe siècle, les juges cherchaient les preuves de sorcellerie chez l’accusée. On rasait sorcières ou sorciers pour repérer sur leur corps la marque de Satan : une forme de crapaud, une patte de grenouille ou d’araignée. L’autre preuve s’effectue par la pesée : la sorcière capable de voler pour se rendre au sabbat était forcément légère. Deux reproductions de gravures anciennes représentent la pesée de la sorcière et la preuve par l’eau : « la présumée sorcière était jetée à l’eau. Selon la même logique de légèreté, si la sorcière flottait, elle était à coup sûr une sorcière. Si elle coulait, preuve était faite qu’elle n’avait pas pactisé avec le diable. Dans les deux cas, son destin était scellé… »

Les pratiques magiques

La plupart des pièces présentées ont été recueillies par des ethnographes.

Les « sorcières d’aujourd’hui ne sont plus inquiétées car elles ne mettent plus en péril l’ordre social. Il n’y a plus de démonologues, mais des pouvoirs publics qui poursuivent les adeptes du satanisme. L’opinion courante réduit la sorcellerie à des pratiques d’envoûtement, de conjuration et d’exorcisme. Mais celles-ci n’auraient pas d’existence sans la mentalité magique qui en constitue le terreau ».

Dans cet « univers de croyances matérialisé par des objets détournés de leur fonction première. Par exemple, le joug de bœuf, pièce d’attelage des animaux de trait, repousse le sorcier quand il est placé au-dessus de la porte. Les objets du quotidien paysan peuvent être utilisés à des fins maléfiques. L’agression à distance met en œuvre le principe du transfert. Ainsi, le fléau ne sert pas seulement à battre le blé mais, frappant le vêtement ravi au jeteur de sort supposé, il le fera souffrir jusqu’à ce qu’il demande son pardon ».

Dans la maison du sorcier, grimoires et ustensiles de son art distingue ce logement de la demeure paysanne : crâne humain et ossements, serpents dans des bocaux, sel conjurateur… « Cet intérieur est un véritable concentré de superstitions. Ainsi une horloge couverte d’un drap noir dont on a arrêté les aiguilles afin que l’occupant qui vient de passer de vie à trépas ne continue pas à hanter les lieux. Une baratte à beurre dont le sorcier se servait pour provoquer des orages en y battant de l’eau conjurée ».

La « religion est très présente. Dans les cas de maléfices ou de possession, le prêtre est sollicité pour exorciser les êtres et les lieux. Dans le quotidien, on invoque les saints pour guérir de ses maux ou attirer leurs faveurs. Les reliquaires de saints répondent aux souhaits de leur possesseur. Par analogie de noms, saint Vital confère la vitalité, saint Just la justice, sainte Lucide la lucidité… »

Pour protéger le corps du sort jeté par un sorcier, il est paré de talismans et amulettes portées au cou ou dans la poche.

« Quelles sont les recettes appliquées par le sorcier pour maléficier ou conjurer le mal ? Si le sorcier a reçu un don, transmis par un ascendant, il lui faut aussi posséder des livres de recettes. Ce sont les grimoires tels que le Grand Albert et le Petit Albert, véritables manuels de médecine populaire qui contiennent des recettes de charmes et de sortilèges. Y sont développées les vertus « médicinales » des plantes, des animaux et des minéraux. On utilisait ainsi des plantes dont bon nombre étaient narcotiques, stupéfiantes ou hallucinogènes comme la belladone, la jusquiame, le datura ou le redoutable ergot du seigle qui, utilisé comme abortif, pouvait engendrer la gangrène et entraîner la mort. La belladone, aussi toxique soit-elle, pouvait aussi augmenter le charme des dames. Son jus, instillé dans les yeux, dilatait la pupille et attirait ainsi le regard des hommes. Animal très apprécié du sorcier : le crapaud. Placé à des fins maléfiques sous la pierre du seuil de l’étable, il fait périr le bétail. Le bouillon du batracien passe pour ôter la volonté de celui qui le boit ».

Quant aux minéraux, ils ont aussi leurs « vertus. Les pierres dites pierres à venin qui ressemblent à la peau du serpent peuvent servir à guérir les parties malades par application. Les pierres de tonnerre – pour la plupart des haches polies du néolithique retrouvées dans les champs – sont un remède souverain contre la maladie des ovins. On fait boire l’eau où elles ont trempé aux brebis malades, ou bien on en frotte avec un linge la partie enflée ».

Le sorcier peut aussi fabriquer ses instruments, par exemple des « dagydes, ces figurines humaines ou animales piquetées d’aiguilles ou de clous, destinées à l’envoûtement ou encore des représentations de phallus entourés de fils afin de brider la virilité de la victime ».

Autres objets utilisés pour la divination présentés : tarots, baguettes de sourcier, pendule… et un miroir.

Enfin, l’exposition se termine chez Madame P. Cette femme qui habitait dans un petit hameau de la Creuse au début du XXe siècle pratiquait l’envoûtement et le désenvoûtement. Réputée pour ses services, elle était surnommée la sorcière. Pour pratiquer son art, elle « faisait fabriquer par des artisans locaux des terres cuites à l’effigie du diable ».

Apprendre le respect de soi et de l’autre, identifier et comprendre les processus qui amènent à la discrimination. Tels sont les objectifs d’un atelier pour les plus jeunes afin « d’interroger les clichés et les stéréotypes pour initier une réflexion sur la différence et la construction des préjugés ». Histoires de sorcières et ateliers pour les enfants afin d’apprendre le respect de soi et de l’autre.

Judaïsme


Le dossier de presse ne mentionne pas d’éventuels liens avec le judaïsme – pourquoi le mot sabbat ? – et l’antisémitisme d’œuvres : ainsi, le tableau La convocation au sabbat de José de la Peña (1938) présente en premier plan un personnage masculin répondant aux stéréotypes antijuifs (nez proéminent).

« Il y a une relation incontestable, me semble-t-il, entre le mot sabbat et le shabbat juif. Le sabbat est aussi appelé « synagogue ». Mais les persécuteurs n’ont pas cherché à retrouver les sorcières et les sorciers chez les Juifs qui avaient, du reste, leur propre persécuteurs depuis bien longtemps », m’ écrit Patrick Marchand, commissaire de l’exposition et auteur du catalogue, le 26 mars 2012.

Et d’ajouter : « Quant à l’exposition, le choix a été de la limiter à l’espace français. L’étendre au monde entier aurait exigé des espaces plus importants et un temps de préparation considérable. Bien sûr, on condamne pour sorcellerie encore un peu partout dans le monde ».

Lors de l’opération Bordure protectrice, alors que défilait la « rue islamique », Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express, a titré a chronique biaisée Les nouveaux Baal-Zebud (5 août 2014). Il a révélé l’immensité de son ignorance historique (« colonisation excessive »), sa méconnaissance dramatique de la situation des Français juifs, la prégnance des clichés négatifs accolés aux Juifs – « lâcheté », « désertion » – et son incompréhension des enjeux actuels. L’absence du mot « musulman » à elle-seule trahit ses tabous et sa peur de se retrouver en première ligne face aux islamistes si ses concitoyens juifs quittaient la France. Et qualifier l’État d’Israël d' »ailleurs qui n’est nulle part » discrédite ce journaliste. « L’éditorialiste d’un grand magazine s’estime fondé à traîner les Juifs dans la boue, dans leurs sentiments, leurs comportements, leur identité »déplore Shmuel Trigano. Et cet essayiste de critiquer le dossier de cet hebdomadaire : « Le constat que démontre ce dossier est très simple : les victimes d’agression sont fustigées et les agresseurs exemptés de toute critique… On n’y trouve de façon stupéfiante aucun article sur la furie islamique ni sur les dessous de manifestations organisées simultanément dans plusieurs villes de France, ce qui suppose une vraie stratégie. C’est au fond un trait classique de l’antisémitisme. Au Moyen âge les Juifs étaient assassinés parce qu’ils pratiquaient le « meurtre rituel ». Sous le nazisme ils étaient pourchassés parce qu’ils étaient « responsables de la guerre », etc. Les Juifs sont responsables des agressions dont ils sont l’objet. Ils ont effectivement le tort d’exister. Et c’est ce que nous voyons de façon encore plus magistrale avec l’Opération « Bordure protectrice » quand la légitime défense contre une entité fasciste (je pèse ce mot) est qualifiée de « crime de guerre ». Et Shmuel Trigano souligne l’importance du titre de cet éditorial : « Cette diabolisation trouve justement à se cristalliser dans le titre même et la fin de l’éditorial, sous le signe de « Baal Zebub » (« Les nouveaux Baal-Zebub »), qualifié ailleurs de « démon ». On touche ici au plus grand comique, à la fois dans l’orthographe pseudo-scientifique de cette figure qui se dit simplement en français « Belzébuth », soit le personnage du diable. Sans doute C. Barbier a-t-il lu un livre savant, qu’il a mal assimilé, sur l’origine de ce nom : Baal Zevuv, le « Seigneur des mouches », un dieu cananéen que la Bible évoque. Mais qui sont donc les nouveaux diables ? Qui invoque ce dieu païen ? Les Juifs français qui n’écoutent pas « ceux qui conseillent aux Juifs de France d’emprunter une autre direction (et qui) leur font courir de grands périls », « ceux qui consultent les nouveaux Baal Zebub pour apaiser leur crainte »… Voilà C. Barbier qui se prend pour une prophète ! »

Islam

Le 10 octobre 2010, Layla, Marocaine homosexuelle âgée de 18 ans, a été brûlée à mort lors d’une séance d’exorcisme à Anvers (Belgique). Elle faisait de nombreux cauchemars, et perdait du poids. Ses parents étaient persuadés qu’elle était « possédée par des esprits, appelés aussi « jins » au Maroc », et ont « décidé de la « soigner » par la roqya », consistant « en des rites de désenvoûtement avec récitation de versets du Saint Coran » et « souvent accompagnés de pratiques occultes telles la magie ou sorcellerie ». Sur les conseils de voisins, ils ont recouru à « un imam connu dans la région, un certain Othman G. » Celui-ci a allégué que la jeune fille « était possédée par neuf démons. L’exorcisme a duré trois jours. Le dernier jour, l’imam s’est enfermé avec Layla dans la salle de bain, et lui a versé « de l’eau bouillante sur le corps, alors qu’elle n’était couverte que d’un pyjama ». « Les trois prévenus, l’exorciste et les deux parents », ont nié « toute implication dans la mort de Layla ». Lors de l’enquête qui a duré cinq ans, un collège de psychiatres a considéré que Layla souffrait d’une légère schizophrénie. « Une demi-sœur de Layla s’est portée partie civile contre les parents et l’exorciste. Elle voulait que les faits soient qualifiés de tortures et non de coups et blessures ayant entraîné la mort. Ce qui aurait impliqué un procès d’assises ». En 2012, à Bruxelles, la « Cour d’assises avait jugé six personnes pour le désenvoûtement mortel de Lafifa, 23 ans, morte de quasi-noyade, de coups multiples et de manœuvres d’étranglement pour « chasser les djinns en elle ». Les peines s’étalaient entre 3 et 9 ans de prison, pour tortures ».

Ce dossier de presse omet aussi de mentionner que la sorcellerie est punissable actuellement dans certains pays : arrêtée en avril 2009, Amina bent Abdelhalim Nassar, a été décapitée au sabre le 12 décembre 2011 en Arabie saoudite, qui aurait exécuté 73 personnes accusées de sorcellerie l’an dernier, selon Amnesty International. « Nous ignorons les faits que les autorités accusaient cette femme d’avoir commis mais savons que l’accusation de sorcellerie a fréquemment été utilisée en Arabie saoudite pour punir, généralement à l’issue d’un procès inique, des personnes ayant simplement exercé leur droit à la liberté d’expression ou de religion ». Pour l’ONG, il s’agit de « dénoncer les exécutions ainsi que l’iniquité des procès qui aboutissent à la condamnation des individus ». En août 2013, le journal The Atlantic a publié un article sur la guerre de l’Arabie saoudite contre la sorcellerie.
Le 22 mai 2012, Harun Yusuf Zindani, Yéménite juif âgé de 50 ans, a été mortellement poignardé, dans le dos, par un de ses concitoyens musulmans, qu’il ne connaissait pas, à Sanaa (Yémen). L’assassin,  qui accusait sa victime de sorcellerie, a crié lors de l’agression : « Toi le juif, tu as nui à mon commerce avec ta sorcellerie ». Il a été interpellé par la police.

Au printemps 2013, un dirigeant et un site Internet iraniens ont accusé à tort les Juifs d’utiliser la sorcellerie contre l’Iran.

Le 7 mai 2014, The Daily Beast a indiqué que, sur la chaîne publique iranienne IRIB (Islamic Republic of Iran Broadcasting), Valiollah Naghipourfar, mollah et professeur de l’université de Téhéran, a allégué que les Juifs utilisent  des djinns, « créatures surnaturelles » qui « sont le Mal », pour espionner  et miner la République islamique et que le judaïsme est particulièrement expert en magie noire : « Les Juifs ont toujours été associés à la sorcellerie et aux djinns. Vraiment, beaucoup de sorciers sont Juifs. Ceux qui sont en contact avec les djinns sont souvent Juifs… Même le Coran condamne les Juifs, appelant le prophète Salomon un infidèle et l’accusant de sorcellerie… Le Juif est très expérimenté en sorcellerie ». Il a acquiescé à la question de savoir si « les problèmes actuels en Iran proviennent de la sorcellerie et la magie, par des forces surnaturelles ». Il a estimé possible qu’un « gouvernement soit manipulé par les djinns en Israël, mais pas en Iran ». La vidéo a été postée le 4 juillet 2014 sur Youtube.

En février 2015, un fqih et son assistant ont été jugés pour meurtre avec préméditation et sorcellerie par un tribunal pénal d’Agadir (Maroc). Ils étaient accusés de la mort d’une jeune mariée lors d’une séance d’exorcisme à Anza, près d’Agadir. La famille de la victime, « prise d’une crise de folie » interprétée comme un acte de « l’esprit qui habitait en elle », donc selon elle « possédée par le démon », avait recouru à un fqih. Lors d’une des séances d’exorcisme, le fqih a frappé la jeune femme de 22 ans, tout en lisant des passages du Coran et disant « Sors fils de Satan, tu ne veux pas sortir ? », l’a étouffée.

En novembre 2015, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a interdit par circulaire aux Marocaines de travailler en Arabie Saoudite comme employées de maison, et ce, afin de leur épargner de vivre des « situations compliquées ».  La décision entrera en vigueur dès le 7 décembre 2015. Selon des statistiques du ministère marocain des Affaires étrangères, l’effectif des MRE résidant en Arabie Saoudite s’élevait en 2012  à 35 724 personnes dont 15 153 femmes recrutées notamment comme employées de maison, infirmières, baby-sitters, soit  42,41%.  Des domestiques marocaines ont dénoncé les violences que leur infligeaient leurs employeurs saoudiens. Les Marocaines « qui travaillent dans ce pays font  l’objet depuis 2013 d’une campagne de dénigrement notamment de  la part des Saoudiennes. Le cliché de « sorcière » marocaine  qui serait une « voleuse d’hommes mariés » est omniprésent dans les médias et sur les réseaux sociaux. Selon une page de Yahoo, « en 2012, 600 actes de mariage ont été conclus entre des Marocaines et des Saoudiens, dont 18 ont provoqué la dislocation de plusieurs familles saoudiennes suite au départ de  maris ». Le Maroc « a signé plusieurs accords organisant l’entrée de la main-d’œuvre en Arabie Saoudite et le suivi de leur application est du ressort des départements d’Anis Birou et de son collègue Abdeslam Seddiki qui n’ont pas réussi jusqu’à présent à améliorer la situation de la main-d’œuvre marocaine dans les pays du Golfe où le système de la Kafala (parrainage) porte atteinte aux droits de l’émigré qui se trouve contraint de se mettre sous la protection de son Kafil ; lequel se porte garant de lui et répond, en lieu et place, à toute question relevant de la loi et du droit. Dans ces contrées, l’embauche directe n’est pas de nature à formaliser la relation de travail entre l’employeur et son employé. Ce qui laisse la porte grande ouverte à des situations allant jusqu’à la traite, notamment pour les femmes. La question de la main-d’œuvre marocaine dans les pays du Golfe restera donc tabou, parce que  peu de responsables osent s’aventurer à la remettre en question. Les Philippines et l’Indonésie, principaux pourvoyeurs de Riyad en main-d’œuvre domestique, qui ont interdit l’envoi de bonnes vers l’Arabie Saoudite en 2011 ».

En novembre 2012, la chaîne satellitaire émiratie Abou Dhabi al Oula a diffusé un reportage sur l’arrestation de jeunes Marocaines accusées de pratiquer la sorcellerie aux Émirats arabes unis (EAU). Ce qui a suscité l’ire des Marocains vivant aux EAU. « D’après le présentateur du programme, les « sorcières » (terme employé par le journaliste) faisaient faire leurs potions et autres grigris au Maroc, pour les recevoir ensuite par la poste. Ces actes de magie auraient, selon le journaliste, détruit plusieurs couples émiratis. Mohamed Aït Ouali, ambassadeur du Maroc aux Émirats, a envoyé une copie de l’enregistrement au ministère des Affaires étrangères, accompagnée d’une note explicative.

Le diplomate a même contacté le rédacteur en chef de la chaîne de télévision pour dénoncer le manque de professionnalisme, les jeunes femmes apparaissant en effet à visage découvert. Les expressions utilisées pendant le programme ont quant à elles été qualifiées de racistes et d’insultantes par beaucoup de Marocains sur les réseaux sociaux ».

En mars 2015, la fille d’un milliardaire marocain a accusé « une arnaqueuse de l’avoir délestée de plus de 20 millions de dirhams, en usant de sorcellerie et de magie noire ». Selon le journal Al Akhbar, les faits datent d’août 2014. Le tribunal de Casablanca a condamné cette arnaqueuse à trois ans de prison ferme et 10 millions de dirhams de dommages et intérêts au profit de la victime. « Cette dernière en proie a une dépression a fait une confiance aveugle à une femme en lui donnant plus de 20 millions de dirhams pour « la soigner » de toutes les maladies dont elle disait souffrir ». Elle « devait organiser des « veillées de transe » dans plusieurs mausolées, notamment ceux de Moulay Driss Zerhoun, Zaouyat Lhej à Tanger et Chamharouch dans la région de Marrakech, s’automutiler et se flageller lors de ses fameuses soirées. La mainmise était telle que la victime s’est dite « sous l’emprise » de cette sorcière et la seule façon de s’échapper était de payer encore et encore. Finalement la « sorcière arnaqueuse » a été condamnée à trois ans de prison ferme et 10 millions de dirhams. Mystère sur les autres dix millions de dirhams donnés par la milliardaire.

En mars 2015, Faycal Wyllinck, défenseur des animaux, a déclaré à l’agence EFE, que « les singes marocains se vendent illégalement et sont dressés dans l’unique but de satisfaire les touristes, comme sur la fameuse Place Jamaa El Fna, alors que d’autres sont utilisés en tant que cibles par certains chasseurs pour tester leurs armes. Certaines personnes les utiliseraient même pour faire de la sorcellerie. Selon Faycal Wyllinck,  chasseurs vendraient ainsi des tripes de singes ou encore leurs cervelles à des femmes faisant de la sorcellerie. Des singes en voie de disparition : on comptait 20 000 en 1984 contre 5 000 en 2015. Leurs lieux de vie : dans les montagnes du Rif, dans le Moyen-Atlas, dans la région d’Azrou ou d’Ifrane.

En décembre 2015, selon une agence de presse proche du gouvernement provisoire libyen, la branche libyenne de l’État islamique (ISIS) a décapité, en place publique, à Syrte (Libye) une Marocaine accusée de « sorcellerie et de magie noire  ».

« Soumettre la population par la peur et la sanctionner lourdement pour le moindre écart reste le fondement du pouvoir » de l’État islamique. « Outre les exécutions publiques quotidiennes de « traîtres », « renégats », « espions » ou « sorcières », les sanctions les plus fréquentes varient en nombre de coups de fouet ou de jours de prison. Après l’exécution de deux femmes accusées de sorcellerie dans la ville de Mayadine, au sud de Deir el-Zor » (Syrie), le diwan (ministère, Ndr) de la Justice de l’État islamique « a présenté des excuses à leurs familles en leur payant une compensation du sacrifice ». (Libération, 1er décembre 2015)

Espagne


Le samedi 25 juillet 2015, dans le cadre de A la CartaDesde el infierno – El pueblo judío: propagador del culto a Satán (De l’enfer – Le peuple Juif : Propagateur du culte de Satan), émission d’environ trente minutes de la radio publique espagnole de télévision RNE (Radio Exterior), qui fait partie du groupe public RTVEa accusé les Juifs d’avoir « propagé le culte de Lucifer dans plusieurs sociétés secrètes sataniques. À travers la magie noire, les Israélites ont appelé les pouvoirs de l’obscurité ». Comme dans l’affaire al-Dura, c’est un média public qui a diffusé l’antisémitisme. Sur le site Internet de l’émission, de nombreux commentateurs croient en cette allégation fausse et infamante. Le texte introductif allègue que les Juifs ont fondé et dirigé de manière occulte la franc-maçonnerie », évoque l’ésotérisme…

Le 19 août 2015, porte-parole de l’Agence Juive et ancien porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor a critiqué RTVE sur Twitter : “Pero cómo puede un ente publico dar tribuna a este tipo de racismo crudo, cretino y asqueroso? Vuelve la Santa Inquisición » (Mais comment une entité publique peut-elle donner une tribune à ce type de racisme cru, crétin et dégoûtant. La Sainte Inquisition est de retour).

Le 27 août 2015, le directeur de la RNE a annoncé le retrait de cette émission radiophonique de son site Internet. Elle a aussi présenté ses excuses. Chargé des relations avec la presse au sein de RNE, Carlos Garrido a souligné que cette émission relevait du genre de la « fiction radiophonique et en aucun cas d’une rubrique d’information ».

État islamique 

En décembre 2015, selon une agence de presse proche du gouvernement provisoire libyen, la branche libyenne de l’État islamique (ISIS) a décapité, en place publique, à Syrte (Libye) une Marocaine accusée de « sorcellerie et de magie noire  ».

« Ils m’ont haï sans raison »

Le 23 mars 2017 à 19 h, l’Institut Universitaire Européen Rachi de Troyes proposa la conférence de Jacob Rogozinski, professeur de philosophie et auteur de Ils m’ont haï sans raison. De la chasse aux sorcières à la Terreur. « Qu’est-ce que la haine ? Comment cet affect individuel peut-il animer des persécutions collectives ? Jacob Rogozinski interroge le phénomène de la chasse aux sorcières qui s’est déchaînée de la Renaissance aux Lumières. Il décrit les techniques mises en œuvre pour désigner, puis anéantir ses cibles. Les mêmes dispositifs se retrouveront sous d’autres formes, dans d’autres circonstances, de la Terreur jacobine aux procès de Moscou, et sous-tendent encore les récentes « théories du complot ». En étudiant ces expériences historiques, en repérant leurs différences et leurs similitudes, Jacob Rogozinski montre comment l’on passe de l’exclusion à la persécution. Ses analyses nous éclairent ainsi sur les dispositifs de terreur de notre temps ».

Arte a diffusé Chasse aux sorcières à Salem.

Le 19 août 2018, France 2 diffusa Dark Shadows, réalisé par Tim Burton.

« Sorcières, la chasse meurtrière« 

Les 21 août 2019 à 11 h 20 et 2 septembre 2019 à 11 h 35, Histoire diffusa « Sorcières, la chasse meurtrière » (Witch Hunt: A Century of Murder), docu-fiction en deux parties. « Les îles britanniques, il y a 400 ans. Les procès et exécutions font rage dans tout le pays. La raison de ce chaos et de cette violence ? Les sorcières. Les populations sont convaincues qu’elles sont à l’origine de naufrages, de famines, de maladies, qu’elles mutilent et qu’elles tuent. L’historienne Suzannah Lipscomb revient sur les origines de ce phénomène ». (« In this drama-documentary series, Dr. Suzannah Lipscomb goes in search of the origins of the deadly craze of witch hunts and trials that infected the British Isles 400 years ago. Through original documents and powerful drama, Suzannah uncovers the fears that drove the persecutors to such lengths and what it was like for the innocent victims tortured and executed for crimes they didn’t commit »)

Arte

Des manifestants en costumes de sorcière tiennent des pancartes suite à une marche du « Rassemblement pour la liberté d’expression » le 19 août 2017 à Boston

Le 11 août 2019, Arte diffusa, dans le cadre d' »Un air de déjà-vu », « Xavier Dolan / Les sorcières / Les écrivaines au cinéma » (« Xavier Dolan / Die Hexen / Schriftstellerinnen im Kino« ) par Philippe Collin. « Philippe Collin retrace la généalogie artistique de notre saison culturelle. Dans ce numéro : Xavier Dolan n’a pas peur de jouer avec les références pour se raconter – « La figure de la sorcière hante le théâtre, les séries, le cinéma et la musique » – « Les écrivaines au cinéma, de Colette à Karen Blixen, des sœurs Brontë à Françoise Sagan ». « Le retour des sorcières : La figure de la sorcière hante le théâtre, les séries, le cinéma et la musique. Enquête, auprès de ceux qui étudient la figure de cette femme diabolique, pour comprendre comment elle a fait de la traditionnelle oppression féminine un pouvoir. »

Arte diffusera le 22 avril 2020, dans le cadre de « Square Idée », « Le retour des sorcières » (Der Rückkehr der Hexen). « Splendeur et misère des sorcières, persécutées à la Renaissance et devenues aujourd’hui porte-étendards des féministes, notamment depuis la publication du livre de Mona Chollet, « Sorcières – La puissance invaincue des femmes » (La Découverte, 2018). » Le film souligne des visions cherchant les points communs entre sorcières et Juifs féminisés victimes d’antisémitisme.

« C’est abusivement qu’on associe la chasse aux sorcières au Moyen Âge. Car si les femmes qui échappaient un tant soit peu au carcan patriarcal ont commencé à être rejetées à cette époque, c’est à la Renaissance que cette persécution s’intensifie, avec la multiplication des procès et des bûchers. En 1968, les féministes s’emparent de la figure de la sorcière qui devient un symbole de résistance et de revendication. Au XXIe siècle, la troisième vague du féminisme et ses luttes contre la domination masculine et les féminicides la remettent sur le devant de la scène, notamment après la publication du livre de Mona Chollet, Sorcières – La puissance invaincue des femmes (La Découverte, 2018). »

« Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ? Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante — puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur. Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever. »

« Le retour des sorcières« 
France, 2020, 27 min
Sur Arte le 22 avril 2020 à 06 h 45
Disponible du 11/04/2020 au 10/04/2021

« Sorcières, la chasse meurtrière » Grande-Bretagne, Channel 5, 2015 Sur Histoire les 21 août 2019 à 11 h 20 et 2 septembre 2019 à 11 h 35

« Xavier Dolan / Les sorcières / Les écrivaines au cinéma » par Philippe Collin
France, 2019
Sur Arte le 11 août 2019 à 19 h 10

Visuel : 
Des manifestants en costumes de sorcière tiennent des pancartes suite à une marche du  » Rassemblement pour la liberté d’ expression » le 19 août 2017 à Boston
© Scott Eisen / Getty Images

Patrick Marchand, Sorcières, mythes et réalités. Musée de La Poste/LVE, 2011. 160 pages. ISBN : 978-2-36214-008-2
Jusqu’au 31 mars 2012 Au Musée de La Poste
Galerie du Messager
34 boulevard de Vaugirard. 75015 PARIS
Tous les jours de 10 h à 18 h sauf dimanche et jours fériés. Nocturne le jeudi jusqu’à 20 h
Tél. : 01 42 79 24 24 ; reservation.dnmp@laposte.fr

Visuels de haut en bas :

Affiche
La leçon avant le sabbat (Huile sur toile)
Louis Maurice Boutet de Monvel – 1880
Nemours, château-musée
© Photo RMN, René Gabriel Ojéda
© Adagp, Paris, 2011

La Dame de Martiabalsarena danse
José de la Peña – 1938
Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

Naïa, la sorcière
Rochefort-en-Terre (Morbihan)
Carte postale – Début XXe siècle
Coll. H. Berton/ SEREST
Le sorcier du village

Les fascinés de la Charité (huile sur toile) Georges Moreau de Tours – 1889
Musée des Beaux-Arts de la ville de Reims
© Photo C. Devleeschauwer

Méphistophélès, maquette de costume pour le film La damnation du docteur Faust

Dessin de Georges Mélies – 1904
Encre de chine et mine de graphite
Coll. Cinémathèque Française

Les trois sorcières (huile sur toile) Jean Claude Aujame – avant 1957
Musée des Beaux-Arts de Rouen
© Agence Albatros, 2011
© Adagp, Paris, 2011

Naïa, la sorcière
Rochefort-en-Terre (Morbihan)
Carte postale – Début XXe siècle
Coll. H. Berton/ SEREST

Un sorcier guérisseur

Carte postale – Début XXe siècle
Coll. H. Berton/ SEREST

Dagyde

Conçue à partir d’une marionnette
Bois, fer, tissu
Fin XIXe – début XXe siècle
Coll. Daniel Pouget
© Photo Michel Fischer

La convocation au sabbat

José de la Peña – 1938
Musée basque et de l’histoire de Bayonne

Les citations proviennent du dossier de presse. 

Cet article a été publié pour la première fois le 22 mars 2012 et modifié le 21 mars 2017.
Il a été republié le :
– 23 avril 2012 à l’occasion de la diffusion sur Arte de Rosemary’s Baby de Roman Polanski ;
– 23 mai 2012, en raison du récent assassinat d’Harun Yusuf Zindani, Yéménite Juif, par un concitoyen musulman qui l’accusait de sorcellerie ;
– 30 octobre 2012 à l’approche d’Halloween. Lors de la fête d’Halloween, les enfants se déguisent notamment en sorcières ;
– 1er mai, 21 août et 2 novembre 2013 alors que le journal The Atlantic a publié un article sur la guerre de l’Arabie saoudite contre la sorcellerie, puis pour Halloween ;
– 9 juillet 2014, 26 août et 21 décembre 2015, 2 novembre 2016, 22 mars et 23 septembre 2017, 20 août 2018, 12 août 2019.

[Source : http://www.veroniquechemla.info]

A cultura galega perde a Xosé Luís Franco Grande, poeta, ensaísta e lúcido intelectual, autor dun dicionario no que varias xeracións aprenderon a usar e querer a lingua

Xosé Luís Franco Grande, nun acto na Real Academia Galega.

Por XESÚS FRAGA

«Digo maceira, rola, ponte ou fonte / e estas palabras van tecendo o mundo; / eu ben sei cando as digo / que o mundo xorde entón, nacido delas». Ninguén mellor que Xosé Luís Franco Grande, falecido aos 84 anos, para entender esa relación íntima coas palabras, o adobe co que modelamos a lingua e, por extensión, o mundo que habitamos. Sabíao en calidade de poeta, como testemuñan os citados versos de Logos —un canto á palabra amada, como certeiramente escribiu Xesús Alonso Montero—, e tamén como autor do referencial Dicionario galego-castelán e vocabulario castelán galego, no que varias xeracións aprenderon —e aínda aprenden— a coñecer o idioma e a querelo: unha obra de consulta, pero tamén, no seu contexto, unha ferramenta galeguizadora e, ao cabo, da propia estima. Como poeta entregou libros tan senlleiros como Entre o si e o non, ademais de títulos como Brétemas do vieiro e Xoguetes do tempo.

Igual que hai autores cuxos apelidos acabaron por se converter en adxectivos literarios, tamén Franco Grande accedeu a esa honra, xa que ese sintagma nominal é o xeito común e práctico para aludir ao seu dicionario. 40.000 palabras que fornecían a primeira edición de 1968, encargada e impulsada por Galaxia, ese proxecto de reconstrución cultural de Galicia na terra arrasada do franquismo ao que Franco Grande tanto contribuíu. Alguén que non se especializara nin en lingüística nin etimoloxía — a súa formación pertencía ao mundo do Dereito— pero que se puxo mans á obra porque era unha necesidade urxente e porque Ramón Piñeiro e Francisco Fernández del Riego vían no seu carácter disciplinado a persoa idónea para tal tarefa.

compromiso galeguista de Franco Grande, que frecuentaba tamén a persoeiros como Ramón LugrísSebastián Martínez Risco ou Xaime Isla, foi clave na elaboración da obra, pero cómpre non esquecer que o proxecto bebe no manancial que supuxo para Franco Grande a paisaxe, natural e humana, no seu Tomiño natal, onde naceu na parroquia de Tebra o 17 de xaneiro de 1936. Ese val foi, no sentido rilkeano, a súa auténtica patria –levaba con moito sentimento a honra de ser nomeado Fillo Predilecto de Tomiño-, os alicerces desde os que medrar para esculcar o mundo enteiro, mais sen esquecer ese lugar de orixe. Esa dualidade, que entroncaba co célebre aserto da Xeración Nós —«Galicia, célula de universalidade»—, caracterizou a vida e a obra de Franco Grande, que vía no galeguismo o vieiro non só para a identidade cultural, senón para conducir o país á democracia, cun ollo posto no propio e o outro no europeísmo.

O seu dicionario viu a luz en 1968, un ano determinante para as arelas dunha rexeneración democrática que lle esixía compromiso e sacrificios a quen aspiraban a que fose unha realidade. Franco Grande participou dese espírito, non só cunha obra que seguía o ronsel de esperanzado aperturismo para o galego —falábase de que as linguas vernáculas por fin poderían ocupar un espazo no ensino regrado—, senón con achegas tan emblemáticas como a tradución ao galego da canción protesta de Joan Baez We Shall Overcome —Venceremos nós— en colaboración con Xosé Manuel Beiras: converteuse nun himno das mobilizacións estudantís. Un traballo a prol do galeguismo e a democracia que tamén desenvolveu dende as institucións, tanto como a posta ao día da Real Academia Galega, como tamén no eido da política, coa súa participación no Partido Socialista Galego na clandestinidade. Todos eles, ámbitos nos que as palabras, o seu emprego, valor e coñecemento, forman os piares da sociedade e a civilización: eses eran os eidos de Franco Grande.

A honradez e autenticidade dun poeta na procura da raíz espiritual

Ademais de ser coñecido especialmente polo dicionario que xa é sinónimo dos seus apelidos, Franco Grande cultivou a literatura en diversos xéneros, cunha atención especial polo ensaio e a poesía. Esta última, unha presenza constante dende os seus comezos ata os últimos anos: quen nace tocado polo amor das palabras xa non as abandona ata o final. Participou sendo estudante en Compostela nas Festas Minervais, onde acadou primeiros premios repetidas veces. Foi nesta época que o coñeceu Fernando Pérez-Barreiro Nolla, a quen unirían anos de amizade e de esperanzas democráticas, ademais da poesía. Dos versos do amigo, Pérez-Barreiro escribiría nas súas memorias Amada liberdade: «Gustábame o que escribía e atopaba nel unha honradez poética pouco frecuente. Autenticidade era o que eu sentía nel».

Da súa produción poética, destaca o auténtico clásico Entre o si e o non. Publicado en 1967, en tempos nos que a lírica estaba dominado polo realismo social e os seus códigos estéticos, o libro de Franco Grande ía na dirección contraria, como corresponde ao carácter inconformista e libre do seu autor. Son versos de fonda raíz existencial e espiritual, que procuran a depuración, sen artificio, para que as palabras mesmas —organizadas harmoniosamente con preferencia polos heptasílabos— nacidas de vivencias íntimas encarnasen conceptos universais. Como resumiu Salvador García-Bodaño, «o baleiro, a dúbida, a nada, a procura do eu, a esculca insondable do ser, a busca do senso da existencia, o esquezo, son aspectos fundamentais dos profundos logros líricos desta obra».

Ensaios

No ámbito ensaístico Franco Grande achegou títulos senlleiros como Os anos escuros, un libro fundamental para entender a actividade do galeguismo durante o franquismo, así como Outra política para outros tempos, unha obra na que dalgún xeito quedaba patente a súa decepción coa política logo da ditadura, lonxe das arelas de rexeneración que abrigaran os que loitaran pola democracia. «Hai que cambiar de políticos se queremos cambiar o país», aínda explicaba nunha entrevista recente. O ano pasado tamén reeditara A ilusión da esperanza, no que escribía 49 retratos de persoeiros galegos, unha mirada que dalgún xeito tamén reflectía a súa propia. A súa ollada sobre a vida pública era común nas súas columnas semanais en La Voz, publicadas na sección Soleira: Franco Grande entendía o xornalismo tamén como unha vía para manter o contacto cos lectores «e que saiban que un segue vivo».

[Imaxe: MARCOS MÍGUEZ – fonte: http://www.lavozdegalicia.es]

« La journée de la jupe » (Heute trage ich Rock!), film réalisé par Jean-Paul Lilienfeld (2008), a suscité un intérêt, ainsi qu’un succès, publics et critiques dans le monde. Ce long métrage a été adapté par son auteur au Théâtre des Béliers parisiens dans une mise en scène de Frédéric Fage. « Au bord de la crise de nerfs, Sonia, professeure dans un collège de banlieue, bascule dans la prise d’otages… Un état des lieux sans concession de l’impasse éducative ».

Publié par Véronique Chemla 

En 2004, Jean-Pierre Obin a remis son rapport intitulé Les Signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires au ministre français de l’Éducation nationale. Quatre ans plus tard, « La journée de la jupe » en offrait une illustration inquiétante en montrant l’antisémitisme, la violence, le sexisme, la misogynie et la délinquance d’élèves issus de la « diversité culturelle » au sein d’un lycée de « zone sensible dans la société multiculturelle » française. Et son grand succès d’audience a révélé qu’il répondait à l’attente par des citoyens d’un langage de vérité.

Film

« Professeure de français dans un collège « sensible », Sonia Bergerac s’obstine à venir en cours en jupe, malgré la désapprobation de son principal, dépassé par la déliquescence de son établissement. Au bord de la dépression nerveuse, récemment quittée par son mari, elle vit de plus en plus mal sa difficulté à enseigner, la discrimination dont les filles sont victimes, comme le racisme de certains élèves ».

« Lorsqu’elle découvre une arme dans le sac de l’un d’eux, elle s’en empare et, paniquée, prend sa classe en otage. Intervention du Raid, angoisse des parents, négociations, vacarme médiatique… : dans le huis clos de la classe, l’envers de la cité se révèle… »

« Au bord de la crise de nerfs, Sonia, professeure dans un collège de banlieue, bascule dans la prise d’otages… Un état des lieux sans concession de l’impasse éducative et un rôle à la démesure d’Isabelle Adjani. Avec également Denis Podalydès, Yann Collette et Jackie Berroyer ». « À travers ce scénario culotté d’une prise d’otages dans un collège de banlieue, Jean-Paul Lilienfeld dresse un état des lieux vertigineux de l’impasse à laquelle est confrontée l’Éducation nationale ».


« Car ce film « sur la corde raide », en rupture avec le politiquement correct, emprunte avec virtuosité les codes de la fiction et du cinéma d’action pour éclairer, sans concession, la complexité des enjeux : violence et confusions identitaires des élèves, enseignants à bout de souffle, laïcité en péril, aveuglement de la hiérarchie, démission des politiques… »

« Teintée d’un humour du désespoir, cette puissante dramaturgie montre surtout combien les tensions de la cité retentissent sur la vie scolaire, jusqu’à l’implosion ».

« Haletant, à fleur de peau, La journée de la jupe offre un rôle à la démesure d’Isabelle Adjani, Sonia, d’une flamboyante fragilité, passant de l’hystérie à la drôlerie, face à de jeunes comédiens à l’irrésistible énergie ».

Il a été difficile de trouver le financement de « La Journée de la jupe » : « Le cinéma n’en a pas voulu, c’est vrai. Il faut leur demander. On avait une ou deux chaînes qui n’étaient pas contre mais comme nous n’avions aucun distributeur en salles, le projet était mort. En fait, les adjoints des patrons étaient très enthousiastes. Chez Pathé, il y avait des gens qui avaient envie de le faire. J’ai même reçu un coup de fil un dimanche soir de l’un d’entre eux qui voulait non seulement distribuer le film mais prendre des parts de coproduction dans le film. Et puis, comme le sujet est sensible, les adjoints devaient en référer à leurs patrons, qu’ils soient ou non le propriétaire de la boîte. Et c’est là que la décision a été bloquée sur le mode « On ne touche pas à ça »… Ils se sont dit : pourquoi aller s’embêter avec un sujet difficile, potentiellement polémique, quand il y a tant d’autres films plus simples à faire ? Et puis, il y a la peur irraisonnée. L’un d’entre eux a justifié son refus en disant : « Je n’ai pas envie que ma maison saute ». Comme s’il allait encourir je ne sais quelle fatwa en distribuant La Journée de la jupe … Il faut dire aussi que je n’étais pas en cour. Mon dernier film avait été un échec commercial… J’ai vécu de zéro à 18 ans à Créteil. J’ai l’occasion d’y retourner et j’ai vu ce que c’est devenu. Le déclic d’écriture, je l’ai eu en regardant les reportages à la télévision lors des émeutes dans les banlieues en novembre 2005. Dans l’un deux, une mère de famille disait qu’elle couchait devant sa porte pour empêcher ses fils de descendre dans la rue. Mais ils étaient tellement en colère que, lorsqu’elle s’endormait, ses fils l’enjambaient et sortaient quand même… Ce qui me frappait dans ces images, c’est qu’on ne voyait aucune fille », a déclaré le réalisateur Jean-Paul Lilienfeld au Point (23 mars 2009).

« Avec ses 2,25 millions de spectateurs lors de sa première diffusion en 2009, La journée de la jupe est l’un des plus beaux records d’audience d’ARTE » avec 9,7% de parts de marché. Puis, ce film a été distribué en salles de cinéma et présenté à la Berlinale 2009. Un score explicable aussi par les apparitions rares d’Isabelle Adjani et des thèmes tabou enfin abordé.

Recevant le prix de meilleure actrice aux Globes de cristal 2010, Isabelle Adjani a déclaré : « Une jupe, ce n’est qu’un bout de tissu, mais qu’elle soit courte ou qu’elle soit longue, ce symbole peut nous aider à gagner une bataille contre l’obscurantisme, et même contre ce qu’il convient d’appeler la haine des femmes ».

En 2010, « La journée de la jupe » a reçu les César de la meilleure actrice pour Isabelle Adjani, du meilleur film et du meilleur scénario original.

Le 20 avril 2018, Jean-Paul Lilienfeld a posté ce message sur sa page Facebook et sur son site Internet :

« Je dédie à Audrey Garric, dont vous allez pouvoir admirer la performance dans cette vidéo ou elle descend mon film, cette pensée d’Umberto Ecco:
« Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui, avant, ne parlaient qu’au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu’aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel. C’est l’invasion des imbéciles. « 
Habituellement on met des critiques dithyrambiques pour inciter les gens à regarder un film. J’ai choisi l’inverse: vous montrer ce qu’une partie des bien-disants, de ceux qui expliquaient comment il fallait penser, disaient du film à l’époque.
Car le genre de critique que vous allez voir est emblématique de la réaction d’une partie de la presse au moment de la sortie du film. Choqués qu’ils étaient par le propos qui contredisait le dogme auquel ils s’accrochaient tous, mais incapables d’argumenter sur le fond, c’est à dire de me prendre en défaut d’inexactitude sur ce qui était montré, ils s’attaquaient à la forme.
Le film était ridicule, mal joué, mal filmé… mal tout quoi!…
Peu importe que @Audrey Garric, la « journaliste » improvisée critique soit elle-même mauvaise, parlant faux, jouant très mal les 3 secondes qu’elle avait choisi de jouer, et n’ait aucun argument autre que la dénégation gratuite. Il faut être dans la note et descendre ce film au propos incorrect. Ce genre d’autopromotion sur le dos de mon travail, et parfois même de ma personne, a fait flores à l’époque parmi les aspirants journalistes en mal de reconnaissance.
Quand aux leader d’opinion, ceux de la presse reconnue, les « Influenceurs » de l’époque qui donnait le « La » de ce qui était bien ou mal, beaucoup s’en sont donné à cœur joie… voici quelques extraits non exhaustifs…
De Bruno Girard dans le Nouvel ObsLa journée de la jupe: la triple imposture Ou encore Emily Barnett dans les Inrock toujours à la pointe de la pensée vertueusement morale: « Mais derrière les caricatures d’un prof qui lit le Coran pour se rapprocher de ses élèves, ou d’un proviseur taxé de lâcheté parce que pas assez restrictif, c’est un retour aux bonnes vieilles méthodes répressives qui est finalement défendu. En réalité, la posture antilangue de bois n’est qu’un écran de fumée dissimulant (mal) une pensée plutôt réac. »
Dominique Widemann dans l’Humanité: « Nous n’y adhérons pas plus qu’aux vertus républicaines du Karcher, au fantasme de la cité invisible d’où seule l’émeute pourrait advenir. Hors champ. »
Jacques Mandelbaum dans Le Monde « (…) Le problème, c’est que tout y est tellement simplifié, tellement cousu de fil blanc, qu’on a l’impression que le réalisateur prend a priori son public pour une classe à éduquer. »
CONCLUSION
Audrey Garric est aujourd’hui journaliste au service planète du Monde. Sa pertinence cinématographique n’a honteusement pas été appréciée à sa juste valeur.
Mon film à eu depuis 22 prix dans le monde. Il a honteusement été surestimé par ceux qui ne savent pas penser.
Et même Le Monde a été victime du succès de mon film! Si vous tapez dans les recherches du site du journal « La journée de la Jupe » vous trouvez 511 articles qui emploient cette expression.
Un titre de film « cousu de fil blanc » passé dans le langage courant? Un comble!🖕 »

Avec 900 000 téléspectateurs, Arte a ce soir-là enregistré un record d’audience en se positionnant en première place des chaines de la TNT.
De la Journée de la jupe au Hijab Day – S’il fut un temps où il était « révolutionnaire » pour une femme d’enfiler des pantalons, depuis quelques décennies, porter une robe ou une jupe, même couvrant les genoux, s’avère mal perçu dans des « zones sensibles ».

Outre son succès d’audience télévisée, ce film a connu une diffusion mondiale, de Russie à Israël, qui a surpris son auteur.

La portée de ce film-alerte non « politiquement correct » a été contestée, voire dévoyée, atténuée, aseptisée par diverses manifestations : « Hijab Day » à Sciences Po, port de la jupe par des élèves garçons, etc. Et ce pour ne pas stigmatiser celles portant le foulard islamique, au nom de l’égalité hommes/femmes !?
L’idée d’une Journée de la jupea émergé en 2006 dans un lycée technologique d’Etrelles, près de Rennes. Au niveau régional, c’est le « Printemps de la jupe et du respect ».

L’association féministe Ni putes ni soumises a appelé toutes les femmes à porter une jupe lors de la journée contre les violences à leur égard, le 25 novembre 2010.

En 2012, le collège Roger-Vailland de Poncin (Ain) a refusé que des élèves adolescentes, âgées de treize à quinze ans, soient vêtues de jupes. « En raison d’agressions verbales dont certaines ont été victimes, un membre de l’équipe de direction leur a proposé d’adopter une autre tenue», a expliqué vendredi Sylvain Weisse, le principal du collège. « Mais les adolescentes de 4e et de 3e ont refusé d’obtempérer. Soutenues par quelques enseignants, elles ont fait circuler une pétition qui a retenu près de 80 signatures pour soutenir leur action. « Cet incident sera l’opportunité pour l’établissement de poursuivre une action engagée depuis des années autour des thèmes du respect d’autrui et des relations entre les filles et les garçons » convient le principal de Roger-Vailland. La volonté des élèves s’inscrit dans une démarche positive et reconnue comme telle par l’établissement. Des actions pédagogiques et éducatives seront très prochainement conduites avec les élèves et leurs familles», promet-il pour apaiser les tensions ».

Nouvelle étape dans le dévoiement, l’aseptisation, cette fois au nom de la lutte contre les inégalités hommes/femmes et le sexisme. En 2017, « garçons et filles sont invités à se rendre en jupe dans leurs établissements le 19 mai, avant de participer à des débats sur l’inégalité des salaires ou le sexisme. Cette nouvelle « journée de la Jupe », la troisième, est pour la première fois organisée au niveau national, et à l’appel de quatre organisations : SGL, UNL, UNL-SD et FIDL. « C’est une opportunité pour aborder le thème de l’égalité hommes-femmes, qui est primordiale mais dont on ne parle pas beaucoup au lycée », explique Coline Mayaudon, déléguée à la communication du Syndicat général des lycéens (SGL). Une initiative qui doit permettre de « déclencher des débats, des discussions, autour de l’inégalité de salaires [entre hommes et femmes] par exemple, ou même du sexisme que l’on vit au quotidien », dit-elle. Et l’occasion, espère-t-elle, d’aborder « l’ouverture des filières », notamment scientifiques et techniques, « parce qu’on se rend bien compte que les filles n’y vont jamais ». En 2014, à Nantes, une action similaire avait été menée dans plusieurs établissements, avec le soutien du rectorat. Mais en pleine polémique autour de la théorie du genre, des incidents avaient éclaté entre lycéens et militants de La Manif pour tous, mouvement qui s’était mobilisé contre la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe. « À cause des incidents, on était passés à côté du message principal, qui est la lutte contre le sexisme, donc nous voulions relancer l’initiative », explique Coline Mayaudon».

En Angleterre, « ce sont les garçons qui réclament de pouvoir porter la jupe et ce, toute l’année s’ils le souhaitent. Ces jours-ci, le collège et lycée privé londonien de Highgate propose à l’initiative d’une association d’élèves de mettre en place des uniformes neutres : jupes ou pantalons pour tous. L’école consulte également les parents sur plusieurs questions comme la mise en place de toilettes unisexes ou l’utilisation du terme neutre «élève» plutôt que «garçon» ou «fille». Adam Pettitt, le directeur de l’établissement scolaire, notant que de plus en plus d’élèves s’interrogent sur leur identité de genre, s’est expliqué au Sunday Times : «Cette génération se demande si nous ne sommes pas binaires dans la manière dont nous voyons les choses.»

« L’association caritative et LGBT Educate & Celebrate « accompagne ainsi les établissements qui souhaitent adopter une plus grande fluidité : elle estime qu’en Angleterre pas moins de 120 écoles se sont déjà inscrites à son programme qui propose un code vestimentaire assoupli et inclusif. « Nous avons pu constater que les écoles primaires adoptent le programme plus vite que le secondaire », précise sa fondatrice, Dr Elly Barnes. Une enseignante de l’école Allens Croft à Birmingham, qui a mis en place une politique neutre depuis 2013, explique au Guardian : « Il faut juste que les enfants puissent exprimer leur personnalité et mettre des habits dans lesquels ils se sentent à l’aise. » Et ce au mépris des enfants, de leur rythme, sans respecter les périodes de latence.

En 2016, 2 700 adolescents étaient suivis par un médecin ou un thérapeute pour des troubles relatifs à l’identité de genre, selon des chiffres du Guardian. Au Royaume-Uni, l’Equality Act ratifié en 2010 simplifie la législation en matière de discrimination: depuis, un fonds de 5,15 millions d’euros est mis à disposition par le gouvernement contre le harcèlement homophobe, transphobe et biphobe dans les écoles. À l’étranger, dans d’autres pays où l’uniforme scolaire et encore la norme, les codes s’assouplissent, comme récemment dans un établissement de Nouvelle-Zélande où chacun peut désormais porter à sa guise la jupe ou le short… et même le kilt  ».

Le 20 avril 2016, à Sciences Po a eu lieu le Hijab Day, « journée de sensibilisation sur la question du foulard en France », inspirée du « World Hijab Day ». Les étudiantes étaient invitées à porter, pendant une journée, un foulard islamique au nom du « droit de se vêtir comme elles le souhaitent et d’être respectées dans leur choix », pour « essayer la décence, le respect de l’autre, l’échange et la compréhension mutuelle, tout ça, tout ça… dans notre société tristounette », si elles sont « humanistes, féministes, antiracistes, antipaternalistes, sciences piste ».

Pour attirer les fashionistas, la page Facebook du Hijab Day proposait de « jolis foulards et pashmina (mais vous pouvez amener les vôtres si vous le préférez) – pour des petits tuto et une assistance manuelle, et discuter plus longuement, si vous le souhaitez ». Le but ? « Démystifier le tissu! Il y a autant de voiles que de femmes. C’est la personne qui le porte qui donne une signification à son vêtement, et elle est la seule légitime à le faire… 1) Nous pensons que se couvrir les cheveux d’un foulard, même une petite journée, en cours, dans la rue, permet de prendre conscience du regard de l’autre, de ses propres appréhensions, et mieux comprendre -dans une moindre mesure, bien sûr- l’expérience de la stigmatisation vécue par de nombreuses femmes voilées en France. 2) Par ailleurs, quand bien même vous vous en pensez bien conscients, il s’agit aussi de montrer que nous disposons de nos corps comme nous l’entendons, nous vêtons comme nous l’entendons, et n’admettons pas l’idée d’un diktat quant à la façon dont nous choisissons de nous présenter, de nous vêtir. Voilé.e.s, pas voilé.e.s, tou.te.s égales/égaux ».

L’Union nationale interuniversitaire (UNI) « juge que les étudiants sont incités à se voiler. « Ça n’est pas le débat sur le port du voile qu’on dénonce, c’est le caractère prosélyte de l’événement », affirme Carla Sasiela, responsable de l’organisation à Sciences Po qui forme l’élite de la France, dans les secteurs publics et privés. La direction de l’établissement a autorisé la journée tout en précisant que sa tenue dans les murs de Sciences Po « ne saurait être interprétée comme un quelconque soutien de l’école à cette initiative ». Lui aurait préféré un « vrai débat encadré ».

À l’heure où tant de femmes sont sanctionnées sévèrement dans le monde musulman quand elles ôtent leur foulard islamique, et à l’aune des problèmes des universités, des guerres notamment en Afrique et au Moyen-Orient, ces événements frisent l’indécence.

Charles-Hugo Lerebour, étudiant à Sciences-Po, signait une tribune dans Le Figaro (22 avril 2016) :

« La «twittosphère» s’emballe: plus de 10 000 tweets sont postés à midi concernant l’événement. Et quels tweets! Des femmes s’indignent du soutien de l’association dite féministe «Politiqu’elles», de nombreux internautes ne comprennent pas l’intérêt d’une telle manifestation. A cela vient s’ajouter quelques «dérapages» et autres attaques ad hominem. Dans l’après-midi, les politiques entrent dans la danse: Valérie Boyer, députée LR, dénonce «l’honneur perdu des féministes de Sciences Po», Bruno Le Maire, enseignant dans l’école, évoque sa «désapprobation», une pétition de «NouS les jeunes» groupe de soutien de Nicolas Sarkozy, est adressée à Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po. Parmi les milliers de tweets, un en particulier retient mon attention: «Hijab à Sciences Po, et si Houellebecq avait encore vu juste?». Il convient d’y répondre…Le fait que cet événement ait été organisé en anglais n’est pas un hasard: il reflète l’importation d’un modèle communautaire tout droit venu des pays anglo-saxons. Un modèle qui n’est pas le nôtre, donc, et un événement mondial: le «World Hijab Day», créé à la suite du 11 septembre pour lutter contre les stéréotypes liés au port du voile. À noter ensuite que de nombreuses filles en train de faire l’essayage n’était pas françaises mais australiennes ou britanniques, dont la culture cosmopolite diffère à bien des aspects de notre sensibilité laïque nationale.
Et c’est bien cette notion de sensibilité laïque qui fut, en vérité, offensée durant cette journée. Derrière le paravent de «lutte contre l’islamophobie», de «démystification du tissus» et de «vecteur de débat d’idée», il y a cette notion essentielle de laïcité à la française qui est testée, défiée, provoquée depuis une vingtaine d’années dans notre pays. Voilà la clef de la polémique. Cette initiative a choqué, à juste titre car elle allait dans le sens contraire du combat à la fois républicain et universaliste puisé dans l’héritage de la Révolution et du baptême de Saint Louis. Jusqu’à peu de temps, la France et ses élites se sont toujours battues contre l’obscurantisme. Et voilà que dans le temple de la formation des élites, certaines en font la promotion! Comment ne pas s’indigner? Comment ne pas y voir le signe d’un renversement? Et pourtant. Certains y ont vu une tempête dans un verre d’eau. J’y vois plutôt la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Et l’ampleur de la réaction dans le pays contredit l’idée d’une France lasse, fataliste et nihiliste.
Ne pas reconnaître que le voile est ce qu’Alain Finkielkraut appelle un «petit tract d’étoffe» est abscons. Le «Hijab» n’est pas seulement le témoignage d’une croyance, il est l’affirmation ostentatoire de l’identité de l’individu. Le fait que des féministes aient soutenu cette initiative est je crois ce qui a le plus déconcerté. La troublante convergence des luttes qui s’opère actuellement entre féminisme et islamisme contre les «discriminations religieuses et sexistes» mérite un éclaircissement. Au cours de cette journée, il fut possible d’entendre que les femmes qui se voilaient le faisaient par choix. Dire le contraire témoigne selon elles d’un «réflexe paternaliste» traduisant le fait que les femmes ne peuvent avoir «de liberté de conscience». Ce qu’elles appellent liberté, je l’appelle servitude. Volontaire, certes. Et encore. Comment alors ne pas voir le décalage entre ce genre de propos et la réalité des femmes des quartiers populaires français qui se voilent pour avoir «la paix» et éviter ainsi de se faire insulter de «salle pucelle de française» ou de «pute»? Comment ne pas s’indigner d’entendre vouloir «tourner ce sujet en dérision» alors que tous les jours des femmes sont prêtes à mourir pour s’émanciper de cette marque de soumission. Ce «combat» est-il réellement la priorité ou ne cacherait-il pas d’autres motivations moins envieuses?
Ce mercredi a encore une fois démontré que la démocratie française, sa passion pour le débat, et son attachement à ses valeurs et ses principes était bien vivante. Parce que tout ce qui est excessif est dérisoire, sachons considérer cet événement à son juste niveau: celui d’une provocation qui a mal terminé. En tout, ce ne sera qu’une vingtaine de personnes qui porteront le voile à cette occasion, sur une école comptant plus de 13 000 étudiants. Un petit rien, donc, mais un rien qui jette une fois de plus l’opprobre sur une majorité silencieuse que le flot médiatique laisse sur le rivage du débat ». 

Théâtre

À partir du 18 janvier 2020, le Théâtre des Béliers parisiens proposera La Journée de la jupe adaptée par Jean-Paul Lilienfeld et mies en scène par Fréderic Fage (1 h 20). La Journée de la Jupe a été distinguée par le prix Théâtre 2019 de la Fondation Barrière.

« Sonia Bergerac est professeure de français dans un collège de banlieue sensible et s’obstine à venir en cours en jupe, malgré les conseils du proviseur. Dépassée par l’attitude de ses élèves ingérables, au bord de la crise de nerf, elle tente tant bien que mal de faire son cours. Mais lorsqu’elle trouve un pistolet dans le sac d’un de ses élèves, elle s’en empare et, involontairement, tire sur l’un d’entre eux. Paniquée, elle prend la classe en otage… »

« Dans le microcosme d’un collège difficile, au-delà des clichés, nous découvrons les mécanismes des relations de domination entre professeur(e)s et élèves, mais également entre les élèves eux-mêmes. Des questions se posent sur la violence, la laïcité, les rapports hommes/femmes et la domination masculine qui règne dans certains quartiers de banlieues. »

Jean-Paul Lilienfeld explique pourquoi il a écrit La Journée de la jupe et lui « donne une seconde vie au théâtre » :

« Parce que malheureusement, après tout ce temps, les raisons qui m’avaient motivé à écrire cette histoire demeurent.
Parce que le réflexe de culpabilité post-coloniale, consistant à assigner malgré eux les immigrés et leurs enfants à une irresponsabilité collective me semblait et me semble toujours le summum du néocolonialisme.
Parce que cette irresponsabilité collective conduit ensuite inévitablement à décréter une responsabilité collective dans les attentats tragiques commis par les terroristes.
Parce que l’école n’est pas le no man’s land neutre fantasmé par les institutions, un intérieur cosy protégé du réel, mais bien au contraire l’unique lieu où tous les extérieurs se rencontrent, essaient de cohabiter et souvent se télescopent.
L’école est notre société en modèle réduit.
Et à l’image de cette société, elle n’est pas aujourd’hui « entre les murs » mais « au pied du mur ». De notre capacité à accepter de voir ce qui est, à trouver une autre voie que la démission ou la répression, dépendra l’issue.
Différentes composantes de notre société s’affrontent aujourd’hui en des face-à-face tendus.
Ayons le courage de ne pas les laisser se transformer en corps-à-corps.
J’espère que cette pièce y contribuera. »

Frédéric Fage, metteur en scène, analyse la pièce de théâtre :

« La Journée de la jupe s’ouvre sur la silhouette de Sonia Bergerac baigné dans une lumière de pleine lune qui annonce déjà une certaine tension. Mais qui est cette professeure embarquée dans une prise d’otage maladroite et sans revendications ? Sonia Bergerac, ce pourrait être n’importe quelle professeure…
La salle de théâtre, elle, souligne l’universalité de la pièce : les personnages sont des archétypes, ils incarnent une idée.
Molière est ici convoqué pour faire écho à l’enjeu crucial de La Journée de la jupe. Il y a de la farce dans cette situation : une professeure au bord de la crise de nerfs devient preneuse d’otages presque malgré elle et fait lire du Molière à ses élèves en les menaçant avec son arme.
La farce n’est jamais très loin du drame, elle est là pour révéler les travers de la société, comme chez Molière.
Ce que révèle cette farce tragique, c’est avant tout un système de domination masculine opprimante à travers les deux caïds qui terrorisent la classe. D’origine ethnique et d’appartenance religieuse différentes, ces deux adolescents ont en commun un comportement machiste violent, déterminé par une vision archaïque de la virilité.
La Journée de la jupe est une pièce qui peut provoquer la colère. Contre les médias irresponsables, contre l’école qui ne fonctionne plus, contre les jeunes qui ne semblent connaître que la violence et les insultes.
La pièce tente de déconstruire cette dynamique, passant du groupe chaotique des élèves du début aux individualités jusque-là silencieuses qui prennent la parole. Cette colère nous ferait presque accepter cette image de Sonia tenant d’une main un livre et de l’autre un pistolet. Est-ce une image symbolique pour nous dire qu’un livre est déjà en soi une arme et qu’apprendre, c’est s’armer ? »

À partir du 18 janvier 2020
Au Théâtre des Béliers parisiens
14 bis rue Sainte Isaure. 75018 PARIS
Tél. : 01 42 62 35 00
De Jean-Paul Lilienfeld – mise en scène et scénographie : Fréderic Fage Lumières : Olivier Oudiou – vidéos : La cabane aux fées – musique : Dayan Korolic – photos : © Fabienne Rappeneau
Distribution : Gaëlle Billaut-Danno, Julien Jacob, Hugo Benhamou-Pépin, Lancelot Cherer, Amélia Ewu, en alternance avec Sarah Ibrahim, Sylvia Gnahoua, Abdulah Sissoko
Du mardi au samedi à 21 h. Dimanche à 15 h.« La journée de la jupe » par Jean-Paul Lilienfeld
France, 2008, 88 min
Image : Pascal Rabaud
Montage : Aurique Delannoy
Production : Mascaret Films, ARTE F, RTBF, Fontana
Producteur/-trice : Bénédicte Lesage, Ariel Askénazi
Scénario : Jean-Paul Lilienfeld
Acteurs : Isabelle Adjani, Denis Podalydès, Yann Collette, Nathalie Besançon, Jackie Berroyer, Anne Girouard, Marc Citti, Khalid Berkouz, Yann Ebongé, Sonia Amori, Kévin Azaïs, Mélèze Bouzid
Chargé(e) de programme : Pierre Merle
Son : Philippe Richard
Sur Arte le 20 avril 2018 à 20 h 55

Visuels :
Isabelle Adjani (Sonia)
Isabelle Adjani (Sonia) et ses élèves
© Mascaret Films

Les citations sont d’Arte et du dossier de presse. Cet  article a été publié le 17 avril 2018.

[Source : http://www.veroniquechemla.info]

urbi et orbi

Primera documentació: 14/09/1992

Tipus manlleu del llatí
Contextos Hi ha millors predicadors urbi et orbi entre els periodistes que entre el si de la cúria. [Diari de Barcelona, 14/09/1992]
  La seva imatge és difosa urbi et orbi a través de les desenes de xarxes socials que controlen. [La Vanguardia, 18/03/2017]
Observacions Urbi et orbi ‘per a la ciutat i per al món’ és una locució llatina en cas datiu que es fa servir en l’àmbit religiós: el papa la fa servir en ocasions solemnes (el diumenge de Rams i el dia de Nadal) des del balcó de la plaça de Sant Pere del Vaticà per tal de beneir la ciutat —l’urbs— i el món —l’orbe—. Aquesta benedicció atorga indulgència plenària als fidels que s’han confessat i combregat, i que no han comès pecat mortal, segons el dret canònic. Fora d’aquest àmbit és freqüent que aparegui usada amb un cert punt d’ironia, com en el primer context. El seu èxit es deu probablement a l’al·literació fonètica, que li atorga molta força comunicativa

[Font: neolosfera.wordpress.com]

El fracàs de la normalització lingüística en el domini lingüístic català

Escrit per Ivan Solivellas, lingüista. Doctorand i professor de la Universitat Pompeu Fabra

Quan parlam de normalització lingüística ens referim a un conjunt d’accions planificades que pretenen restablir la normalitat d’una llengua a partir de diferents polítiques concretes. En aquest sentit, podem suposar, per tant, que només les llengües que han patit —o pateixen— un procés de substitució lingüística necessiten recórrer a la normalització. Les llengües normals, en canvi, fan unes polítiques diferents, orientades sobretot a la projecció exterior, com el castellà o l’anglès. Respecte de la llengua catalana, tot i que les lleis de normalització lingüística s’aprovaren a la dècada dels vuitanta tant a Catalunya (1983), com al País Valencià (1983) i a les Illes Balears (1986), la realitat és que encara patim un procés de substitució lingüística que, en la meva humil opinió, cada cop és més greu. Un exemple molt clar d’aquesta situació d’anormalitat lingüística que patim és que, encara avui dia, hi ha gent que ignora la unitat de la llengua arreu del domini lingüístic.

TV3 va subtitular les paraules del batle de Prats de Molló, de la Catalunya del Nord, fet que va causar polèmica
El batlle de Prats de Molló, de la Catalunya Nord, al 30 minuts de TV3 dedicat al tsunami

La manca de consciència sobre la unitat de la llengua

Fa unes setmanes Plataforma per la Llengua, una entitat que duu més de 25 anys treballant per a la normalització de la llengua catalana, i de la qual en som soci i membre de l’Executiva, encetava la campanya Som 10 milions per tal d’exigir una acció conjunta en matèria de llengua i cultura a les diferents administracions d’arreu del domini de parla catalana. Idealment, aquesta cooperació hauria de suposar, per exemple, la creació d’una comissió de treball intergovernamental semblant a la Unió de la llengua neerlandesa (Nederlandse Taalunie), tal com ja va reclamar el Segon Congrés Internacional de la Llengua Catalana l’any 1986. En aquest sentit, la  Declaració de Palma, signada el 2017 pels governs català, valencià i balear, pretenia precisament d’establir les primeres bases d’aquesta cooperació territorial per la llengua i la cultura comunes, malgrat que, gairebé tres anys més tard, de moment no s’ha materialitzat en cap mesura concreta i ha restat improductiva.

Aquesta campanya de Plataforma pretén sensibilitzar la ciutadania que és més necessari que mai disposar de polítiques públiques a favor de la unitat de la llengua i d’aturar les polítiques que promouen la fragmentació lingüística. Hi ha qui es demanarà si toca i té sentit i interès una campanya com aquesta avui dia, gairebé 40 anys després de les primeres lleis de normalització lingüística. La resposta és que sí, atès que, una enquesta elaborada recentment pel GESOP, a petició de la Plataforma per la Llengua, revela que la majoria dels ciutadans del Principat considera que els parlars baleàrics, valencià i principatí no són la mateixa llengua. Tot i que es tracta d’una dada extreta d’un sondatge i, per tant, com a qualsevol enquesta, només ens indica una tendència, és, si més no, preocupant, sobretot perquè els resultats evidencien que com més joves són els enquestats, menys consciència d’unitat lingüística tenen —una dada que també constaten les enquestes d’usos lingüístics—. Aquestes dades, sorprenents i preocupants, ens han de fer reflexionar sobre les causes que hi ha al darrere de tot plegat: la manca de referents culturals conjunts i compartits, la inexistència d’una política lingüística comuna i ferma, les polítiques secessionistes de l’estat espanyol i d’algunes grans empreses, com BBVA o Mercadona, els constants discursos intoxicats i perversos de la dreta espanyola, que simplement vol afeblir la llengua dividint-la, així com el fet innocent de pensar que ja hem assolit la normalització de la llengua catalana, com aparentment pressuposen alguns partits, com recentment ha fet el PSC, que qüestiona el model d’escola en català.

Més enllà de les dades i de l’enquesta, el que és clar és que la unitat de la llengua és qüestionada constantment per algunes entitats que promouen la fragmentació lingüística —o que, sota una aparent defensa de les varietats dialectals, simplement pretenen empetitir la llengua— i, també, per l’administració pública de l’estat espanyol, ja que molts dels webs del govern ofereixen una versió en català i una altra en valencià —i, en molts de casos, només els podem trobar en castellà—. De fet, la quantitat de webs d’ens institucionals de l’estat espanyol que separen valencià i català ha augmentat en els darrers anys: si al 2017 existien un 30,10 % de pàgines que s’oferien tant en català com en valencià, al 2018 se’n detectaren un 38,71 %. De la mateixa manera, tampoc no podem ignorar que l’Advocacia de l’Estat fa no gaire va prohibir a la Generalitat Valenciana de comunicar-se en català amb els governs homòlegs de Catalunya i de les Illes Balears, perquè, segons aquesta institució, cap dels altres estatuts d’autonomia no recull el valencià com a llengua pròpia, ignorant, per tant, les sentències prèvies del Tribunal Constitucional espanyol i del Tribunal Superior de Justícia valencià que neguen la diferència entre català i valencià —ja que només són denominacions diferents— i, alhora, les assumpcions científiques de la romanística i de la lingüística.

Fragmentació administrativa, fragmentació lingüística

Un dels aspectes més problemàtics de la manca de polítiques conjuntes en favor de la llengua (i la cultura) catalana és la fragmentació lingüística que això comporta, la qual cosa fa que els diferents dialectes visquin aïllats entre si, de manera que els parlants no estan avesats a sentir els diferents parlars que enriqueixen la nostra llengua, més enllà dels que els són geogràficament immediats, és a dir, no hi ha una permeabilitat dialectal generalitzada, més enllà d’algun corresponsal de televisió o de ràdio esporàdic. El problema, en aquest sentit, té a veure amb les fronteres administratives, que impedeixen un intercanvi cultural entre els diferents territoris: no hi ha un intercanvi de productes culturals, com per exemple el cinema i la televisió, entre el País Valencià, Catalunya i les Illes Balears —i molt menys amb la Catalunya del Nord, l’Alguer i Andorra.

L’evidència més clara és que sovint es considera que a Barcelona, per exemple, no entenen els mallorquins, com demostra la polèmica que va tenir lloc arran de l’emissió a TV3 de Mai neva a Ciutat, una sèrie produïda per IB3, com va explicar fa unes setmanes Agustí Mas a un article de l’Ara Andorra. Un cas més recent d’aquesta polèmica l’ha protagonitzat Parlem Telecom amb un espot en tres versions: la principatina, la valenciana i la mallorquina. En aquest cas, la polèmica és doble, perquè primer de tot ens hauríem de demanar si cal realment fer un espot en tres varietats dialectals i, en cas afirmatiu, caldria veure per què les diferents varietats s’associen, inconscientment, a varietats formals també diferents, com apuntava, entre d’altres, Gabriel Bibiloni a Twitter.

Més enllà, però, d’entrar en el debat —necessari i ben viu— de l’estàndard català, si és que n’hi ha un d’oficial, cal tenir en compte que el problema és que hi ha un desconeixement globalitzat de les varietats de la llengua catalana, la qual cosa fa que es pensin i es representin des d’un cert exotisme: en cas del mallorquí, per exemple, sempre es recorre a l’article salat i s’ignora, doncs, que l’article literari és tan mallorquí com el salat i que és propi dels registres formals: en són exemples ben clars textos tradicionals com el romanç «La ciutat de Nàpols» o el «Pare nostre». Com podem, per tant, evitar aquesta fragmentació i aquest desconeixement dels dialectes? La resposta és clara, hem de compartir els diferents productes culturals que es fan arreu del domini lingüístic, més enllà de les fronteres administratives. Actualment tenim tres televisions autonòmiques que fan inversions relativament importants per a doblar diferents films i sèries al català: TV3, IB3 i À punt. A més, també existeixen ajuts directes de governs, com la Generalitat de Catalunya, que a través de la Direcció General de Política Lingüística subvenciona el doblatge de pel·lícules estrangeres al català. En comptes de repartir la feina, en molts de casos ens trobam amb sèries o films que s’han doblat dues vegades, en dues varietats dialectals diferents, la qual cosa és, sens dubte, una pèrdua de doblers i, alhora, d’esforços. No seria més lògic que governs i televisions autonòmics compartissin recursos? Els consumidors no tendrien cap problema de veure Terminator amb trets “valencians”, Doraemon amb fonètica “mallorquina” i Sissí, emperadriu amb accent “rossellonès”, per exemple, perquè, al cap i a la fi, les diferències són mínimes: és la mateixa llengua i l’estàndard ha de ser la varietat comuna i compartida, com ocorre en totes les llengües normals.

Som deu milions, som una llengua

Tots aquests intents de fragmentar la llengua són evidentment negatius per a l’idioma i, sobretot, per als ciutadans, tant pel que fa als drets lingüístics, com respecte de la despesa econòmica que això suposa, perquè les traduccions no són gratuïtes. A més, l’actitud del govern espanyol només atia el discurs pervers i fals dels que consideren que els dialectes del català són llengües diferents, un discurs pobre i sense fonaments teòrics, però que, desgraciadament, cala en una bona part del conjunt de parlants. En qualsevol cas, cal tenir en compte que la variació és connatural a qualsevol llengua i que, de fet, els sistemes lingüístics amb un major nombre de parlants, com l’anglès o el castellà, tenen una variació major, però ningú no fa servir la diferència com a element negatiu. A propòsit d’això, convé assenyalar que la llengua catalana és més unitària que moltes altres llengües, fins i tot que el castellà, tot i que, en aquest sentit, les polítiques lingüístiques panhispàniques són més eficients i unitàries —perquè, no ho oblidem, totes les llengües tenen una política lingüística determinada.

Per tot això, la campanya de Plataforma per la Llengua pretén exigir una acció conjunta en matèria de llengua en pro de la normalització lingüística, la qual cosa implica l’assumpció de l’estàndard com a varietat comuna i compartida, l’establiment d’uns referents culturals compartits —televisius, cinematogràfics, musicals, etc.— que garanteixin la permeabilitat dialectal —i aquí és essencial exigir la reciprocitat dels diferents canals de radiotelevisió de TV3, IB3 i À Punt— i l’establiment de circuits culturals que permetin la circulació de les produccions teatrals, musicals i literàries d’arreu del territori; contràriament, no serà possible garantir la cohesió de tot el domini lingüístic i el problema s’agreujarà. A més, cal tenir en compte que més enllà de les denominacions populars que rep l’idioma, per una qüestió d’immediatesa, el nom oficial i internacional és català, perquè fa referència a l’origen de la llengua. Això, però, no nega que els que parlam mallorquí també parlam català, com els que parlen andalús també parlen castellà. En definitiva, avui és més necessari que mai el compromís dels dirigents i una acció conjunta per tal de normalitzar la llengua. I, com en qualsevol situació de minorització, no hem d’oblidar que tota política lingüística que no fem, la fan contra nosaltres.

[Font: http://www.nuvol.com]

El periodista Álex Grijelmo reivindica la conciliación entre lenguaje e igualdad en su nuevo libro

Álex Grijelmo, en la Escuela de EL PAÍS, este febrero.

Escrito por MANUEL MORALES

El periodista Álex Grijelmo (Burgos, 63 años) es consciente de que se ha metido en terreno resbaladizo con su nuevo libro, Propuesta de acuerdo sobre el lenguaje inclusivo (Taurus). Sin embargo, como se tiene « por una persona conciliadora, cercana a las reivindicaciones del feminismo y, a la vez, apasionado del lenguaje », espera que haya mezclado bien sus dos realidades.

Lo más llamativo de esta obra es la explicación histórica de por qué obtuvo el masculino genérico un valor inclusivo, que permite hablar de las personas de ambos sexos cuando se dice, por ejemplo, « los españoles ». Niega, en contra de lo que se sostiene en el feminismo, que ese masculino se deba a la herencia de una sociedad patriarcal. « En el indoeuropeo, que es la madre de la mayoría de las lenguas de nuestro entorno, había un género para señalar a las personas (lo animado) y otro para señalar lo inanimado. El primero servía para nombrar a personas de cualquier sexo. Pero hace miles de años nació el género femenino por la necesidad de nombrar a las mujeres ante el papel primordial que adquirieron en las familias. Se crean así los géneros y el que valía antes para todos se desdobló como masculino sin perder su función inclusiva original ».

« El problema », continua, « viene de la Grecia clásica, cuando se empezó a reflexionar sobre el lenguaje y se habló de género masculino, en vez de hablar de un género de lo animado. Si se hubiera hecho así, entenderíamos hoy por qué hay un género que sirve para todas las personas y uno para las mujeres ».

Precisamente, Grijelmo insiste en su libro en que « lo que no se nombra sí existe » y no por ello se lo discrimina. « De ahí que en el español existan el sobreentendido, la presuposición… Un ejemplo es la expresión ‘violencia de género’. En ella no se nombra de qué género se trata, pero todos sobreentendemos por el contexto que es una violencia que ejercen los varones. No hay que confundir ausencia con invisibilidad ». Y prefiere la expresión « violencia machista » a  « violencia de género » porque esta última « no condena lo que nombra; por ejemplo se dice ‘políticas de género’ y ahí es una palabra positiva ».

Violencia machista

Director de la Escuela de Periodismo de UAM-EL PAÍS y autor de 10 libros sobre lenguaje, Grijelmo incluye consejos sobre cómo deben informar los medios de los casos de violencia machista (o de género). Además de desterrar expresiones tipo « crimen pasional », advierte de que no hay que tratar a la mujer como culpable por no denunciar un maltrato previo. « Hay que pensar en el ambiente de amenaza en que ha vivido, presentar una denuncia no es fácil ».

En un libro repleto de ejemplos y en el que su autor huye de todo dogmatismo, se aborda el informe que el Gobierno de Pedro Sánchez encargó a la Real Academia Española para dictaminar si hay que cambiar la Constitución a un lenguaje más igualitario con las mujeres. « ¿Esa reforma cambiaría los derechos de las mujeres? Creo que no. La Constitución, salvo en la sucesión de la Corona, otorga los mismos derechos a hombres y mujeres ». Sin embargo, « hay que considerar como positivo el valor de denuncia que implica hablar así, con duplicaciones ».

En esa línea, se ocupa de palabras que el feminismo ha incorporado o que quiere se usen. « Decir ‘la juez’ o ‘la jueza’ transmite la misma información, pero hay una connotación identitaria en la segunda. Quien dice ‘la jueza’ se identifica con el feminismo, pero el riesgo es que se considere que quien dice ‘la juez’ es un machista ». Grijelmo abunda en que este tipo de duplicaciones se aplican para lo positivo o lo neutro, pero no para lo negativo: « Se dice los españoles y las españolas, los diputados y las diputadas, pero no los ricos y las ricas, o el criminal y la criminala ». Y hay palabras que terminan en consonante a las que no se añade la a para el femenino, pero en otras sí, como capitana. « Eso demuestra lo aleatorio del español y que no hay en él un designio machista ».

Este libro de tono conciliador incluye un apartado sobre las guías de lenguaje no sexista. « Es una denominación peligrosa porque si no las sigues, se deduce que usas un lenguaje sexista. Lo que hay que hacer es contar para esos textos con las filólogas feministas, con las que suelo estar de acuerdo, pero se les hace poco caso ».

Qué hacer con el ‘Diccionario’

Una polémica en la que se moja Grijelmo es la de las palabras que se han eliminado del Diccionario, modificada su definición o marcado su uso como « despectivo » por la RAE. « Si hay un término que usaron personajes machistas en la literatura, debe explicarse en algún sitio qué significaba. A mí no me gusta que se insulte, pero no por ello voy a pedir que desaparezcan los insultos del Diccionario« .

[Foto: David G. Folgueiras – fuente: http://www.elpais.com]

61.555,37 € ao ano nun acordo a 3 anos por un total 184.666,13 €. Este é o custo que ten para os gobernos vasco e catalán que na actualidade as series e filmes que emite Movistar+ teñan lexendaxe nas súas linguas. Ademais o acordo permite que, após un ano de exclusividade de emisión de Movistar+, estes contidos poidan ser xestionados polos gobernos catalán e vasco.

E o galego? En 2018 Movistar+ manifestou nunha resposta á Mesa pola Normalización Lingüística a súa vontade de incorporar o galego. Porén, non hai polo de agora nada que indique que o vaian facer mentres o goberno galego non se implique para dispormos de dobraxe e lexendado en galego nas plataformas de televisión dixital.

Pola contra, a Xunta exclúe a presenza do galego ao non participar de acordos que favorecerían a opción de galego nos lexendados de filmes e series e, ademais, reduce cada ano a execución do orzamento para a dobraxe e non permite que os filmes xa dobrados se atopen dispoñíbeis no mercado.

A Xunta de Galiza debe favorecer a oferta de galego, o dereito ao acceso a contidos audiovisuais en condicións semellantes a outras linguas oficiais e cumprir coa obriga sinalada no artigo 20.1 da Lei de Normalización Lingüística de 1983 de fomentar a produción, a dobraxe, a subtitulación e a exhibición de películas e outros medios audiovisuais en lingua galega.

Por isto reclamamos:

  • Acordo da Xunta con Movistar+ para a lexendaxe dos filmes e series.
  • Acordos da Xunta coas principais plataformas dixitais para a incoporación de lexendaxe en galego e da dobraxe dos filmes e series dos que xa dispón a CRTVG.
  • Dotación orzamentaria que permita cumprir eficazmente co estabelecido no artigo 20.1 da LNL.

[Fonte: http://www.amesa.gal]

Prezentado por Sharope Blanco

El Padre de la India, uno de los hombres los mas avlados, estimados, amados i importantes del siglo XX…

Nasyo el 2 oktobre 1869 en Porbandar – India en una buena famiya bastante rika. Termino sus estudyos en Ahmedabat, dospues en el Kolejio en Bhavnagar para kontinuar en Inglaterra, i kuando eskapo sus estudyos se fue al sur de Afrika para profesar su profesion de avokato.

Mahatma Gandhi konosyo la violensya i el rasizmo en Afrika i no tuvo otro remedyo de tornar a la India ma no era mas la mizma persona. Por empesar, adopto los vistidos nasyonales de los hombres en India i siguio su vokasyon de relijyozo i nasyonalisto… Era hindu i los pletos i dezgrasyas ke okurrivan kon los muzulmanos lo dezrepozavan al maximum. Era un hombre pasifisto i keriya enderechar las kozas kalmamente i kon muncha kerensya… Ma su deredor estava buyendo !!! Lo ke le interesava sovre todo era la paz en su payiz i lograr la independensya de los inglezes ke dirijavan el payis, se englutiyan sus bienes i los aziyan lavorar komo esklavos !

De dinguna manera era un hombre de violensya.. Aziya todo lo posivle para lograr los derechos de su puevlo kon boykotes silensyozos, kaminando simplamente en las kayes kon la gente, de manera a mostrar su revolta a las institusyones inglezas ma sin ser agresivo. Este movimiento se ekstendyo a los otros payizes ke keriyan lograr sus independensya.

Tuvo kuatro ijos kon su espoza Kasturba (yo la yamo Ketuba !) kon ken se kazo a 13 anyos. Eya teniya 14.

Gandhi fue el primer lider de la independensya de la India. Dava muncha importansya a la edukasyon i a la emansipasyon de las mujeres. Diziya ke la Verdad es la origen de toda koza buena en el mundo. Tomava partes del budhizmo, partes del kristyanizmo i partes del Koran para kompletar sus kreensyas, ma kon esto tuvo munchos enimigos ! Pensaron, pormodo ke era pasifisto, ke tomava el partido de los muzulmanos…. Militantes djuraron de matarlo. I es lo ke afito el 30 de enero 1948.

Fue muy yorado. Se eskrivyeron livros, se tornaron filmos, se fraguo un grande muzeo, kada anyo se selebra su nasimiento i kedan silensyozos por el diya de su muerte….. Era un grande hombre i un buen egzemplo por toda la humanitad. 21 vez se detuvo por muncho tiempo de komer, entro en prezos por sus ideales de konseguir el bueno para su payiz.

Tiene munchos proverbos ma aki vos propozo de meldar un eskrito suyo ke traduizi al judeo-espanyol i ke es famozo en el mundo entero.

En vezes mos olvidamos de rogar al Di-o ma no mos olvidamos de mirar a muestro e-mail !

Me permeti de eskrivir unos kuantos biervos para rogesh kon mi endjuntos….

LA ORASYON DE MAHATMA GHANDI

Di-o mio :

Ayudame por pueder dizir la vedra a la kara de los ke tienen pueder
No mentir a los flakos por ganar sus aplozos i sus amistad.
Si me das plata i oro no me kites mi felisitad

Si me das pueder no me tomes mi pueder de juzgar.
Si me das el sukseso no me tomes mi modestiya
Si me das la modestiya no me kites mi respekto.
Ayudame a konoser la otra kara de lo ke se ve solo.

En juzgando de trahizyon los ke no pensan komo mi no deshes ke me topen kulpozo a mi.

Ambezame de kerer bien a todos komo me kero bien yo mizmo,
Juzgarme de mi para mi, komo si estava juzgando los otros.
Ne deshar mi sukseso emborracharme
No tambien peryer la esperansa kuando no reushko.
Aze ke me akodre ke no reushir es un nivel antes de la reushitad.
Ambezame ke la komplezensia es el mas grande pueder
La voluntad de vengarse es la flakeza de la persona.
Si me tomas todo lo ke tengo deshame mi esperanza.

Si no puedo reushir en nada, dame la voluntad para pueder kombatir las derrotas.

Si me tomas la salud deshame mi fe en ti.
Si ago danyo a las personas dame la fuersa de demandar ekskuzas.
Si eyos me azen danyo, dame la fuersa de perdonarles
o de adjidearme (tener piadad) de eyos.

DI-O MIO….. SI ME OLVIDO DE TI, TU NO TE OLVIDES DE MI – AMEN

Grasyas a todos i todas ke meldatesh estas palavras de grande hohma.

[Orijen: http://www.diariojudio.com]

L’idée d’internationaliser la forêt amazonienne n’est pas nouvelle.

Écrit par Chloé Maurel

Chercheuse associée à l’École Normale Supérieure (Institut d’histoire moderne et contemporaine), École normale supérieure (ENS)

Avec les dramatiques incendies dans la forêt amazonienne en 2019, l’idée d’internationaliser l’Amazonie, c’est-à-dire de la faire administrer collectivement par la communauté internationale, a été évoquée. Le fondement de cette revendication étant son importance écologique mondiale.

Cette vaste forêt devrait-elle nous appartenir à tous, comme bien commun de l’humanité ? C’est ce que le président Emmanuel Macron lui-même a suggéré en septembre 2019, affirmant également que la France, avec le territoire de la Guyane, était une « puissance amazonienne ».

Des suggestions qui ont suscité le courroux du président brésilien, Jair Bolsonaro, et de son gouvernement ; le ministre de l’Éducation nationale, Cristovam Buarque, a alors riposté qu’internationaliser l’Amazonie, impliquerait d’internationaliser également « les réserves de pétrole du monde entier », « le capital financier des pays riches », et « tous les grands musées du monde ».

Il est intéressant de faire un retour en arrière historique et de rappeler que cette idée d’internationaliser l’Amazonie a déjà été formulée dans le passé, en particulier dans le cadre des Nations-Unies.

Un projet onusien

En 1946, l’Unesco (organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), développe un projet allant dans ce sens. Cette année-là, le scientifique brésilien Paulo de Berrêdo Carneiro préconise que l’Unesco établisse un « Institut international de la forêt amazonienne » (IIHA). Le biologiste et zoologue britannique Julian Huxley, directeur général de l’Unesco et frère de l’écrivain Aldous Huxley, y est très enthousiaste.

Ce projet répond à plusieurs motivations : approfondir la connaissance scientifique de la forêt amazonienne, développer la coopération scientifique internationale entre chercheurs de tous les pays… et surtout travailler à la mise en valeur des ressources naturelles de cette forêt, et notamment le bois et les minéraux dont elle regorge, au bénéfice des populations, afin de contribuer au développement économique de l’Amérique latine.

Le but étant par exemple d’améliorer les techniques de mise en valeur agricole et les conditions de santé des Indiens, victimes de nombreuses maladies. Le projet, à cette époque, vise davantage à exploiter les ressources de la forêt qu’à la préserver, préoccupation plus récente.

Une « Commission internationale pour la création d’un institut international de l’hyléa amazonique » est alors mise en place en 1947. Et un plan de travail est élaboré en février 1948.

Une internationalisation controversée

En mai de la même année, l’Unesco lance une enquête visant à réunir toutes les données possibles sur la région. Six mois plus tard, elle envoie une mission scientifique dans la vallée du Rio Huallaga, dans la partie péruvienne de l’Amazonie.

Mais ce projet se heurte à de vives oppositions de la part de plusieurs pays, comme les États-Unis. Ils reprochent à la mission de détourner des fonds de l’Unesco vers une recherche scientifique très spécialisée et sans lien avec les véritables objectifs de l’Unesco.

Beaucoup craignent que ce projet ne devienne un échec retentissant, et entame la crédibilité de la jeune organisation. Bien qu’il jouisse du soutien de l’opinion brésilienne et péruvienne (avide de recevoir une aide de l’Unesco), ainsi que d’une partie de la presse occidentale, le projet suscite en fait de plus en plus de critiques – portant essentiellement sur le financement et les écueils administratifs du projet. Devant les multiples obstacles qui se dressent devant lui, il échoue finalement.

Quelle protection juridique pour les forêts ? https://t.co/HFyWchKvHh pic.twitter.com/a7dSWKXcMb— Conversation France (@FR_Conversation) 4 septembre 2019

Parallèlement, l’Unesco envisage à partir de 1947 la création d’un « Institut international de la zone aride », et d’un « Institut international de l’Antarctique ». Julian Huxley rédige en 1948 un « mémorandum sur la possibilité d’internationalisation de la recherche scientifique dans l’Antarctique ». Pour lui, cela permettrait de développer une recherche plus efficace, moins axée sur la concurrence entre nations, et qui constituerait un pas en avant dans la coopération internationale.

En ces années d’après-guerre, l’idée d’« internationaliser » des zones naturelles d’importance écologique mondiale était donc dans l’air du temps, même si elle n’aboutit pas à l’époque.

Des objectifs qui évoluent dans le temps

Au fil des décennies, d’autres idées éclosent dans cet esprit. Ainsi, en 1967, le futurologue américain Herman Kahn, du think tank conservateur Hudson Institute, suggère de barrer le fleuve Amazone pour créer un « grand lac continental » qui faciliterait la circulation entre les pays limitrophes et permettrait de produire de colossales quantités d’énergie.

Cette idée est « prise très au sérieux par les militaires, au pouvoir depuis le coup d’État de 1964 », comme le relate le journaliste Renaud Lambert. Ce dernier rappelle aussi que, « au XIXe siècle, l’hydrographe et météorologue Matthew Fontaine Maury, directeur de l’Observatoire naval de Washington, avait proposé de régler la question raciale aux États-Unis en colonisant l’Amazonie pour y déplacer la population noire américaine » ! La forêt amazonienne a donc suscité au fil du temps les projets et les fantasmes les plus farfelus…

Aujourd’hui, on s’intéresse à la forêt amazonienne non seulement pour son potentiel écologique (arbres émetteurs d’oxygène, réserve de bois, de minerais, écosystème, biodiversité), mais aussi pour les humains qui la peuples. Il s’agit de protéger les peuples autochtones, amérindiens, qui y vivent, contre les ravages de l’agrobusiness et du capitalisme déchaîné incarné par le président Jair Bolsonaro.

Défense de l’Amazonie et lutte des classes

Depuis l’assassinat du leader syndicaliste brésilien Chico Mendes en 1988, travailleur amazonien qui défendait les droits des seringueiros, ouvriers chargés de recueillir le latex dans les plantations d’hévéa de la forêt amazonienne, la question de la gestion de la forêt amazonienne a également une dimension de lutte des classes. « Chico Mendes est devenu et est resté l’un des symboles de la défense de l’Amazonie » et plus généralement de l’environnement et du développement durable.

Avec Bolsonaro, l’agrobusiness contre l’Amazonie https://t.co/2JFrS0hcNW via @FR_Conversation— Flora Chauveau (@flora_ouest) 31 octobre 2018

Sa mort a donné lieu à une prise de conscience et à la décision que plusieurs millions d’hectares de forêt amazonienne soient déclarés « réserves d’extraction » (ce qui signifie que le défrichement y est interdit) au Brésil, inspirant le programme de l’Unesco « Man and Biosphere » (MAB) qui délimite des « réserves de biosphère », et remettant à l’ordre du jour les projets d’internationalisation de l’Amazonie.

L’assassinat, le 1er novembre 2019 du jeune leader indigène Paulo Paulino, membre de la tribu des guajajara et militant défenseur de la forêt amazonienne, lors de heurts avec des trafiquants de bois, a également remis sur le devant de la scène les tensions et les enjeux antagonistes que suscite cette forêt.

Octroyer à la nature une personnalité juridique ?

Certaines mesures prises ailleurs dans le monde en faveur de la forêt peuvent également servir de modèles, ou en tout cas de bases de réflexion. Ainsi, en 2014, la Nouvelle-Zélande a proclamé que les arbres de la forêt Te Urewera seraient dotés de la personnalité juridique, c’est-à-dire qu’ils ont désormais dotés des mêmes droits que les hommes. Elle a pris la même décision en 2017 pour l’un de ses principaux fleuves, le Whanganui.

Rappelons aussi qu’« en 1972, le professeur de droit américain, Christopher D. Stone, rêvait d’attribuer des droits juridiques aux forêts, rivières et autres objets dits « naturels » de l’environnement dans son provocateur Should Trees Have Standing ? (« les arbres devraient-ils se pourvoir en justice ? »).

Faudrait-il aller jusque-là pour l’Amazonie ? En tout cas, il serait souhaitable que la communauté internationale, représentée par l’ONU, se mette d’accord pour protéger par un accord international sa grande richesse écologique et les peuples qui l’habitent.

[Photo : Gustavo Frazao / Shutterstock – source : http://www.theconversation.com]