Archives des articles tagués Expressões

ce qui est une vérité pour une personne peut être une erreur pour d’autres ; ce qui est valable pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre

Origine et définition

Ceci n’est pas vraiment une expression mais plus une simple citation de Blaise Pascal qui pourrait être le sujet d’un devoir de dissertation (la citation, pas le balaise Blaise).
Fin penseur, l’auteur a simplement voulu affirmer, à juste titre, que la perception de certaines vérités est dépendante de beaucoup de facteurs : la localisation géographique, la culture, la mentalité, l’époque… Autrement dit, ce qui est une vérité pour quelqu’un à un moment ou un lieu donné (en deçà, donc du côté français des Pyrénées, par exemple) ne l’est peut-être pas pour une autre personne d’une autre époque ou d’une autre région (en Espagne, au delà des Pyrénées, dans le même exemple).
On peut noter qu’avant Pascal, Montaigne avait déjà formalisé quelque chose de similaire : « Quelle vérité que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au-delà ».
Et, toujours avec Montaigne, on peut même élargir le sujet de la confrontation des cultures : « Chacun appelle barbare ce qui n’est pas de son usage ».

Compléments

Maintenant, revenons à quelque chose d’un peu moins profond, si j’ose dire ; mais que ceux qui ont moins de 18 ans ou qui ne supportent pas les plaisanteries graveleuses ferment bien les yeux avant de lire ce qui suit :
Une femme qui n’aime pas la sodomie pourra aisément dire, en paraphrasant Pascal, « vérité en deçà du périnée, erreur au delà ».
C’est bon, vous pouvez les rouvrir !

Exemples

« Cette Constitution [européenne] consolide une Union qui est depuis un demi-siècle le meilleur garant de paix, de démocratie et de prospérité du continent. Elle en démocratise et rationalise (un peu) les institutions. Elle intègre le social comme un des piliers de l’économie de marché « made in Europe ». Elle est enfin l’occasion de mener, même de manière embryonnaire, un débat politique transeuropéen. C’est assez pour vouloir faire mentir le « vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà » de Pascal. Et qu’au espagnol réponde l’écho d’un oui français. »
Libération – Article du 19 février 2005

Comment dit-on ailleurs ?

Langue Expression équivalente Traduction littérale
Anglais

one man’s meat is another man’s poison

la viande d’un homme est le poison d’un autre
Anglais (USA) a meridian decides the truth un méridien décide de la vérité
Arabe (Algérie) machi koul khdhar hchiche n’est pas herbe tout ce qui est vert
Espagnol (Espagne)

cada uno es de un padre y de una madre

chacun est d’un père et d’une mère
Espagnol (Espagne)

el carnicero piensa en la carne, el cordero piensa en el cuchillo

le boucher pense à la viande, l’agneau pense au couteau

Néerlandais de schuld ligt altijd bij de ander la faute est toujours à autrui
Portugais (Brésil) cada cabeça uma sentença chaque tête une sentence
Roumain pentru unii mumă, pentru alţii ciumă

pour des uns mère, pour des autres peste

 

[Source : www.expressio.fr]

Els mitjans de comunicació catalans, sovint, fan d’altaveus d’innovacions del castellà, sense tenir en compte ni les altres llengües ni els recursos propis · Podem capgirar la tendència?

VilaWeb

Escrit per Jordi Badia i Pujol

És habitual de sentir, sobretot als mitjans de comunicació, frases com “Escoltem ara un tema dels Pets”, “Tot seguit sonarà un tema que Raimon va compondre als anys setanta”, etc. És a dir, tema com a sinònim de cançó. Els diccionaris no el recullen pas, aquest significat, però sí un de relacionat. El DIEC, per exemple, diu que un tema és el “motiu melòdic d’una composició musical”, una definició que ja havia registrat Pompeu Fabra i que també ens serveix, si fa no fa, l’Alcover-Moll (“tros de melodia que conté o expressa la idea dominant d’una composició musical”). Més endavant, en les llengües influïdes per l’anglès tema va passar a anomenar la música identificativa d’un film (banda sonora) i al final, sobretot –hi insistim– als mitjans de comunicació, va acabar designant qualsevol cançó.

Tanmateix, de fa uns quants anys en espanyol s’ha escampat un terme nou, derivat d’aquest: temazo. Amb el sufix augmentatiu –azo, tan corrent i productiu en la llengua veïna, es vol designar una cançó de molt de renom, molt coneguda, que té molta requesta; o que és molt bona en opinió de qui parla. El terme, no cal dubtar-ne, ja s’ha escampat de mala manera entre el jovent –i no tan jovent– dels Països Catalans, com deveu haver pogut comprovar si heu vist Eufòria.

I com n’hem de dir en català? 

Com que no sóc gens partidari de copiar de l’espanyol gratuïtament, sobretot quan pren solucions individuals, no compartides amb la resta de llengües, primer de tot he volgut mirar com ho diuen, per exemple, l’anglès, el francès, l’italià i el portuguès. Són llengües fortes, que creen, que sovint s’empesquen solucions més o menys “independents”. Si la recerca no ha fallat (i si ha fallat demano comprensió a l’amable lector), l’anglès en diu banger, que significa ‘automòbil vell i atrotinat’ i també ‘embotit’, tot i que probablement prové del verb to bang, ‘colpejar’; l’italià en diu pezzo forte (‘fragment fort’, ‘peça forta’) o pezzone; el francès, tuerie (‘matança’) o tube (‘tub’), tot i que són molt habituals, simplement, super chanson o chanson géniale; i el portuguès, segons les meves fonts, petardo i pedrada.

De tota manera, em fa l’efecte que la necessitat que ha tingut l’espanyol d’inventar un terme col·loquial per a aquest concepte no l’han tinguda les altres llengües. De fet, l’anglès fa anys i panys que ens va encomanar hit (‘cop’), que es va escampar per totes les llengües amb un significat semblant (‘peça musical molt escoltada, de molt de succés’).

Ara com ara, veig que les propostes que s’han fet circular als mitjans catalans són simples adaptacions de temazo. A TV3 i Catalunya Ràdio proposen temarro i, prioritàriament, temacle (!). Informalment, també s’han suggerit supertematemarraclecançonottemarracu o senyor tema. Sembla, doncs, que l’únic dubte que tinguem és si hem d’admetre temazo (amb aquest so de la zeta espanyola, aliè al català) o l’hem d’adaptar mínimament. Amb moral de perdedor, actuem sempre pensant que tot allò que ens allunyi de l’espanyol fracassarà de totes passades.

M’agradaria que encaréssim les innovacions amb moral de guanyador. Per començar, potser podríem eixamplar una mica el ventall. No cal que sempre diguem un sol mot, no cal que repetim sempre la mateixa denominació. Per exemple, podem dir que és una cançó collonuda, molt ben parida, espaterrant, de conya… I si el registre no és vulgar, podem qualificar-la de magnífica, fascinant, genial, boníssima, d’allò que no hi ha, de categoria, de primera, que fa goig… I si tant ens cal trobar una manera de dir-ho en un sol mot, nosaltres, com el portuguès petardo, també tenim un terme pirotècnic per a dir que una cosa és molt bona. Hi ha l’expressió de traca i mocador, amb un significat molt ampli. Doncs per què no en podem dir una traca, d’una supercançó? La traca no tan sols és nostra, molt nostra, sinó que, a més, ens deixa garratibats, sense alè. És so i és vibració. I festa i emoció.

No dic que aquesta hagi d’ésser la solució definitiva. Però demano que a l’hora de fer propostes siguem imaginatius i audaços, creatius i atrevits. Que no siguem submisos. Que bastim una llengua lliure, independent, sense renúncies. Que superem el mesellisme lingüístic. I que, sense apocament, fem circular aquestes propostes genuïnes pels nostres mitjans de comunicació.

Als joves, potser els hauríem de deixar alguna opció més que la còpia i la submissió.

Què hi dieu? Teniu més propostes? Podeu deixar-ne –i explicar-les– en un comentari (si sou subscriptors) o bé a Twitter (@jbadia16).

 

[Font: http://www.vilaweb.cat]

LES MOTS DÉMONS. En annonçant un « plan sobriété », Emmanuel Macron a dédiabolisé un concept longtemps rejeté par les partis de gouvernement. Mais le sens du mot, élastique, a muté…

Écrit par Pascal Riché

Cet été, l’idée de « sobriété » a gagné l’ensemble du monde politique, qui s’en enivre. Rares sont ceux qui, à gauche comme à droite, en contestent la nécessité. Pour en arriver là, il a fallu la menace d’une rupture des livraisons de gaz russe et l’arrêt en cascade des réacteurs du parc nucléaire français. Lors de son interview du 14 juillet, le président de la République a proposé de « rentrer collectivement dans une logique de sobriété ». La Première ministre Elisabeth Borne et la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher s’attellent à la préparation d’un « plan de sobriété énergétique ».

Ce mot aura mis des années avant de s’imposer. Pendant longtemps, il a été considéré comme une lubie réactionnaire ou décroissante, et ce jusque chez les écologistes ! En 2005, alarmé par les changements climatiques, le député Vert de Paris Yves Cochet propose à son parti de prôner la « société de sobriété », seule à même, selon lui, d’éviter le chaos ou la dictature. Ses collègues se récrient. Lors du conseil national des Verts, Jean-Luc Bennahmias, député européen, dénonce le « catastrophisme » de Cochet : « Ce n’est pas en annonçant tout le temps la fin du monde qu’on donnera envie de voter pour nous. » À l’époque, il ne fait aucun doute pour personne que la sobriété s’oppose frontalement à la croissance : la défendre est considéré comme contraire au progrès. Puis le mot, plus doux et souple que « décroissance », va être peu à peu adopté. Pourquoi lui ? Peut-être parce qu’il a reçu l’onction de la pensée chrétienne, considérée comme légitime.

« Maître de soi »

Dans le vocabulaire courant, le mot de « sobriété » a été pendant longtemps assigné au discours sur l’alcool, ce qui est conforme à son étymologie : en latin sobrietas, c’est ebrietas (ébriété) précédé du préfixe se (à l’écart de)Mais les Églises, catholiques ou protestantes, utilisent depuis longtemps ce mot dans un sens plus large. Le concept auquel il renvoie n’est guère éloigné de celui de tempérance/modération que vantaient les philosophes grecs : la ἐγκράτεια (Enkrateia) ou la σωφροσύνη (sophrosúnê) désignaient le fait de rester « maître de soi », de s’autolimiter. Dans la littérature chrétienne, on croise souvent le mot « sobriété » que ce soit dans les traductions de Saint-Paul (« il faut être sage avec sobriété ») ou celles de Saint-Thomas d’Aquin (« La sobriété, ce n’est pas abstinence »). Le protestantisme en a fait un de ses concepts phares.

Aussi, il n’est pas étonnant que ce soit des penseurs chrétiens qui l’aient introduit dans le champ politique : les héritiers du père dominicain Louis-Joseph Lebret (1897-1966) ou du philosophe protestant Jacques Ellul (1912-1994) ont fait de la sobriété volontaire une arme contre l’aliénation que représente la société de consommation. C’est la sobriété matérielle qui permettra de travailler moins, de dégager du temps que l’on pourra consacrer à la famille, la communauté, l’art, l’approfondissement de ses connaissances… La sobriété, c’est ce qui peut mettre fin à la folie capitaliste.

« Sobriété heureuse »

Dans les années 2000, le fondateur des « Colibris », le philosophe Pierre Rabhi (catholique lui aussi, par conversion) va populariser l’expression de « sobriété heureuse », qui tire sa force de sa sonorité oxymorique. En 2015 le pape va la reprendre à son compte (à deux reprises) dans sa fameuse encyclique « écolo » « Laudato Si ». Le mot « sobriété », qui était encore tabou dix ans plus tôt, est à la même époque digéré par la pensée « mainstream » et rejoint même le vocabulaire « officiel ». La « sobriété énergétique » (un autre oxymore) est mentionnée dans l’article premier de la Loi de transition énergétique du 17 août 2015. Elle est depuis vantée avec constance par l’Ademe.

Pourtant, signe que son sens n’est pas encore stabilisé, cette agence dédiée à la transition écologique en donne une définition tantôt floue (« questionnement des modes de vie et de consommation ») tantôt alambiquée (« démarches multiples, dont le dénominateur commun est une recherche de “moins”, de modération des biens et des services produits et consommés, tout en recherchant un “mieux”, notamment une augmentation de la qualité de vie et du bien-être – où le “moins” et le “mieux” sont des notions relatives », ouf).

Le mot, a force d’être utilisé, s’est usé. Et son sens s’effiloche rapidement. On parle de « technologies de la sobriété » pour désigner des appareils moins gourmands en énergie. On place sous l’étiquette « sobriété » des politiques comme l’isolation thermique des immeubles, qui n’exigent pourtant aucun changement de mode de vie, mais seulement des investissements. Même des moteurs automobiles plus économes en essence -mais gorgées de high-tech- sont rangés dans la case « sobriété » ! À ce train-là, la sobriété promet de devenir la condition d’un renouveau de la société productiviste, dont elle prenait pourtant naguère le contre-pied.

 

[Source : http://www.nouvelobs.com]

Escrito por María Luisa Miretti

La reedición de “La destrucción de Kreshev” de Isaac Bashevis Singer (Polonia, 1904- EE.UU., 1991), Premio Nobel 1978, por Cuadernos del Acantilado, ha sido todo un hallazgo, más aún con la extraordinaria portada del símil del pintor suizo Johann Heinrich Füssli (1741-1825) “La pesadilla”, también conocida como El íncubo.

Esta pequeña nouvelle, que se agrega a la enorme producción ensayística, ficcional y de cuentos para niños de Singer, alude -como siempre- a su país natal de referencia (Polonia), más concretamente a la comunidad judía y sus costumbres que nunca pudo olvidar en el exilio y que tan bien logró plasmar en sus diferentes obras. Hijo y nieto de rabinos, vivió en el barrio judío de Varsovia hasta 1935, fecha en la que emigró a  (aunque en Varsovia suelen recordar que se ausentó muy rápidamente).

Escrita en primera persona asistimos a las declaraciones del demonio que ha decidido desestabilizar una aldea polaca de Kreshev, a orillas del río San, que vivía de manera muy armónica en medio de bosques y sin pecados.

La llegada al lugar de un rico comerciante, con su esposa enferma y una hija joven y bella cambia el rumbo de los acontecimientos, guiados por la implacable decisión de Satán, a quien vemos y escuchamos manipular sus designios, hasta el trágico final.

La tranquilidad de los comienzos, que gira en torno a la sinagoga, el mercado y el villorrio es alterada; todo cambia, incluido el tono narrativo, ya que al acercarnos a los personajes y conocer su problemática, comenzamos a entender lo que está ocurriendo y la voz narrativa nos va involucrando en los hechos, más allá de las anécdotas.

La joven Lise reúne las más peligrosas cualidades: belleza y afán de conocimiento. Quiere saber y leer todo, ante la mirada aterrada de su madre que le augura un futuro de lectora solterona, porque nadie querrá casarse con una mujer que sabe tanto. En ocasiones, las exageraciones sobreabundan y hacen pensar mal del rabino (Reb Búnim), ya el amor que profesaba por su hija era tal, que no cejaba de admirarla en calificativos ni extravagancias, a tal punto que “más de una vez había sentido envidia del afortunado joven que lograra hacerla su esposa”. Todas estas expresiones grandilocuentes apuntaban a preparar esta hija para el casamiento, ya que ese era el destino de la mujer.

Se observan las costumbres internas de la comunidad para las jóvenes en edad de casarse, y cuando Lise finalmente acepta el marido que le ofrece su padre se convulsiona el resto “mientras todas las muchachas de Kreshev envidiaban su felicidad, ella padecía crueles tormentos el día de su boda”. Sin embargo Satanás logró lo suyo. El marido le enseñó una serie de obscenidades, no solo de los libros sino en cuerpo y alma, con el lema de “el pecado purifica”.

Extrañas revelaciones fueron cambiando a la joven y a la aldea, que viró su perfil, la muerte de la madre, el viaje del padre, las cosas fueron cambiando, la aldea fue otra y la joven virtuosa se fue alejando del camino recto.

El hogar del rabino fue otro, Mendl, el sirviente, era el único con acceso, pero cosas extrañas ocurrían. Luego de desafiar las Sagradas Escrituras, la comunidad se le sublevó y no la perdonó a Lise “las mujeres, como es sabido, traen consigo, muchas desgracias” (p. 7). Cuando el padre regresó se enteró de la tragedia.

Sin embargo, esta aparente anécdota requiere hurgar entre líneas, para detectar la otra historia que va más allá de la moralina, con la que intenta asustar Satán. Cuando leemos: “Soy capaz de conseguir que se alejen del Creador y se hagan daño a su propio cuerpo en nombre de alguna causa imaginaria”, estamos escuchando la voz intimidante para influir sobre una masa sin voz y sin pensamiento, o bien cuando expresa “yo solo tengo poder sobre aquellos que se entregan a imaginarios y cuestionan designios divinos …” de corte similar. Estamos ante una advertencia capaz de sancionar un adulterio para la hija del más rico del pueblo (porque los pobres le aburren al Maligno).

La voz omnisciente cargada de ironía y omnipotencia aparenta ser la de un narrador diabólico que sentencia y marca los límites del pecado, pero invita a una doble lectura por su mismo carácter represivo.

 

[Fuente: http://www.diariojudio.com]

une situation où les donneurs d’ordres sont plus nombreux que les exécutants ; une organisation complètement désorganisée

Origine et définition

Exemples

« Les effectifs de l’armée turque sont au total de 720.000 soit 4 fois l’armée britannique. C’est la deuxième armée de l’Otan, en nombre. Une véritable armée mexicaine avec 365 généraux (contre 41 aux États-Unis par exemple), même si une partie (10%) d’entre eux est aujourd’hui derrière les barreaux pour des tentatives présumées de complots (Ergenekon, Balyoz). »
Le Monde – Article du 11 décembre 2011

Comment dit-on ailleurs ?

Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemand Viele Köche verderben den Brei. Trop de cuisiniers gâtent la sauce.
Anglais (Australie)

too many chiefs and not enough indians

trop de chefs et pas assez d’indiens
Anglais

too many chiefs and not enough Indians

trop de chefs et pas assez d’indiens
Arabe noukhedaween ei daboon markab

deux capitaines peuvent faire couler le navire

Espagnol (Espagne) el ejército de Pancho Villa l’armée de Pancho Villa
Français (Canada) plus de chefs que d’Indiens
Italien l’Armata Brancaleone

une organisation complètement désorganisée

Néerlandais een kruiwagen met kikkers une brouette plein de grenouilles
Néerlandais een zootje ongeregeld un mélange des irréguliers
Néerlandais mexicaans leger une armée mexicaine
Néerlandais een heksenketel chaudron des sorcières
Néerlandais ongeregelde troep une situation chaotique
Néerlandais een puinhoop un tas de gravats, un gâchis
Ourdou een ongeorganiseerde bende un gang désorganisé
Polonais gdzie kucharek szesc tam nie ma con jesc

là où il y a six cuisinières il n’y a rien à manger

Portugais (Brésil) muito cacique para pouco índio! trop de chefs pour peu d’indiens
Roumain copilul cu mai multe moaşe rămâne cu buricul netăiat

le nouveau-néavec plusieures sage-femmes reste avec le nombril non-coupé

Ajouter une traduction

Si vous souhaitez savoir comment on dit « une armée mexicaine » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemandcliquez ici.

Ci-dessus vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

 

[Source : www.expressio.fr]

O lingüista Xosé Antonio Pena Romay publica unha nova entrega da sección de fraseoloxía « Verbas sisudas non queren testemuñas ».

Arco da vella

Arco da vella

Por Xosé Antonio Pena

O feito de termos chuvia e sol asemade non é, precisamente, o fenómeno meteorolóxico máis común, pero inda así se foron fixando (ou, se cadra, quizais por iso se foron fixando), ó longo do tempo, certas secuencias expresivas que se empregan cando se dá o dito fenómeno. De seguro que existen bastantes máis, pero vexamos a seguir as que nós temos compiladas:

(¡)Casa a raposa(!)

(¡)Casa a filla da raposa(!)

(¡)Casan os lobos(!)

(¡)Casa a filla do gobernador(!)

(¡)Casa a filla do emperador(!)

(¡)Peitéanse as bruxas(!)

(¡)É tempo de pagar as débedas(!)

(¡)Vai o diaño para Ferrol(!)

 

NOTAS:

1. En principio todas estas expresións son susceptibles de ser empregadas (de feito, algunhas delas están rexistradas concretamente deste xeito) como segundo constituínte de varias paremias de contido meteorolóxico que principian pola secuencia cando chove e fai/vai sol, tal e como acontece, por exemplo, en castelán coas seguintes:

Cuando llueve y hace sol, sale de paseo el caracol # sale el arco del Señor # coge el caracol # hace la vieja el requesón # es tiempo de requesón.

Cuando llueve y hace sol, baila el perro y el pastor # son las bodas del pastor # canta el gallo del Señor # sonríe nuestro Señor.

2. As expresións galegas están tiradas das seguintes fontes, ou inspiradas nelas:

– Recolleita propia documental (artigos de prensa, artigos ou comentarios na Rede, obras escritas, folletos publicitarios, etc.).

– Barbeito Lorenzo, María Dolores: “Frases feitas do Concello das Neves”. En Cadernos de Fraseoloxía Galega, 7, 2005, páxs. 293-301. Centro Ramón Piñeiro para a Investigación en Humanidades.

– Martínez Seixo [agora, Martíns], Ramón Anxo (dir.): Dicionario fraseolóxico galego. Edicións A Nosa Terra, Vigo, 2000.

– Martíns [agora, Martínez] Seixo, Ramón Anxo: “108 fórmulas galegas”. En Cadernos de Fraseoloxía Galega, 9, 2007, páxs. 235-246. Centro Ramón Piñeiro para a Investigación en Humanidades.

– Ventín Durán, José Augusto: “Fraseoloxía de Moscoso e outros materiais de tradición oral”. En Cadernos de Fraseoloxía Galega, anexo 1, 2007.

 

[Imaxe: GC – fonte: http://www.galiciaconfidencial.com]

Mélenchon aurait-il un problème avec les Juifs ? Marc Knobel dresse la liste de quelques ambiguïtés du chef des Insoumis.

Écrit par Marc Knobel

Jean-Luc Mélenchon aurait-il un problème avec les Juifs ? Cette question peut paraître étonnante ou saugrenue et le simple fait de la poser, j’imagine, pourrait irriter ou agacer les dirigeants et les militants de la France insoumise. Pour autant, aucune question ne peut et ne doit être interdite. Surtout lorsqu’il s’agit d’observer le comportement, d’examiner les propos qui ont été tenus, les allusions, les déclarations quelquefois à l’emporte-pièce d’un homme qui joue un rôle si important dans notre vie politique et qui a concouru par ailleurs à l’élection présidentielle. Si cette question est posée et je la pose ici, c’est bien parce que certains propos tenus ont été déplacés ou maladroits, violents quelquefois. En tout cas, ces propos ont suscité de l’incompréhension, de l’inquiétude ou de la colère chez les Français de confession juive. A la rigueur, me direz-vous, peu importe, non ? Eh bien non, justement. Les Français de confession juive ne sont pas des observateurs si éloignés de la chose publique, des spectateurs asservis ou silencieux des choses qui se déroulent autour d’eux et de la manière surtout dont on parle d’eux. 

Pourquoi les Français de confession juive devraient-ils taire leur mal-être, leur questionnement, leur doute ? Pourquoi devraient-ils avaler autant de couleuvres, au moment même où mes coreligionnaires subissent cette peine, cette douleur ? Celle de l’antisémitisme. Cette frayeur, lorsque des enfants ont été assassinés parce que Juifs ou que des vieillards ont été défenestrés, parce que Juifs ? Ce dont les Français de confession juive ont intimement besoin, c’est de respect et de sécurité. Qu’on respecte ce qu’ils sont et qu’ils n’aient pas à raser les murs dans certaines banlieues de peur d’y perdre quelquefois la vie.

Je veux néanmoins rassurer mes lecteurs. On peut avoir un avis et le développer et critiquer les uns ou les autres. Pourquoi pas, après tout ? J’ai moi-même une opinion sur ce que sont les Français de confession juive, comment ils se sentent, ce qu’ils font, ne font pas, devraient faire. Par exemple, je n’aime pas l’enfermement, ce côté quelquefois ethnocentré, cette espèce de ghettoïsation et lorsque l’on oublie surtout que nous sommes porteurs de valeurs universelles. On ne vit pas exclusivement de l’entre soi. Cependant, je sais d’expérience que les Français de confession juive ne ressentent pas forcément les mêmes choses et ne les vivent pas forcément de la même manière. On peut avoir un avis, oui. On peut émettre des critiques, poser des questions. Mais, toujours le faire avec retenue et discernement.

Un autre point me tient à cœur. Je comprends bien cette difficulté et cette absurdité qu’il y a à catégoriser, à cataloguer. J’avais un professeur dans un cours à l’IEP qui prévenait ses étudiants que l’on ne peut parce que c’est commode traiter de fasciste n’importe qui, n’importe quel régime, n’importe quel homme politique. Les mots ont un sens. Par exemple, certains à gauche usent et abusent de l’expression… le gouvernement d’extrême droite en Israël. C’est être un peu à côté de la plaque. C’est une expression certes commode, mais qui ne correspond pas à la réalité. Dans un autre domaine, l’antisémitisme qui sévit aujourd’hui est suffisamment grave pour que l’on ne catégorise pas à l’excès et que l’on ne traite pas tout le monde ou n’importe qui d’antisémite.

Développons. Oui, on peut, on doit même critiquer les politiques qui sont menées au Moyen-Orient et à fortiori, en Israël, comme chez les palestiniens, d’ailleurs. Cela ne fait pas forcément de vous un antisémite. Certains de mes coreligionnaires ne seront pas d’accord avec moi, c’est leur droit. Je pense fermement que l’on peut critiquer une raison d’État, on peut et l’on doit sûrement s’élever lorsque des fautes sont commises. Et l’on doit toujours espérer que ce conflit interminable (le conflit israélo-palestinien) se résolve un jour. L’auteur de cet article est partisan de la création d’un État palestinien, parce que je ne vois pas qu’il puisse y avoir une autre solution à celle-ci. Mais, les Palestiniens doivent reconnaître aussi l’existence de l’État d’Israël et là, il y a du boulot.

Mais, les contempteurs d’Israël sont quelquefois animés par une haine inqualifiable. Il ne leur suffit pas seulement de critiquer une politique. C’est tout un pays et tout un peuple qu’ils marquent du sceau de l’infamie, qu’ils nazifient paradoxalement et jamais, jamais, Israël ne trouvera grâce à leurs yeux. Cette fixation/aversion/détestation d’Israël est un paradoxe. Dans aucun autre pays, les bonnes consciences aux géométries variables ne vouaient aux gémonies ou à la destruction totale tel ou tel autre pays, qu’Israël. Et la détestation d’Israël, telle qu’elle se répand au sein de la gauche française, me fait peur. Par exemple, Jean-Luc Mélenchon procède comme Jeremy Corbyn, l’un est peut-être même le mentor de l’autre. Ils ont là un épouvantail commode qu’ils vont pouvoir utiliser, secouer et blâmer jusqu’à plus soif, par conviction ou par opportunisme en politique. Sans forcer le trait, je dirai qu’il y a toujours des voix à conquérir/à attraper lorsque l’on dit forcément du mal d’Israël, tout au moins dans certains quartiers. Par ailleurs, l’indignation ne fait pas une politique surtout lorsque l’indignation est à géométrie variable. Alors, l’un (Mélenchon) comme l’autre (Corbyn) voient-ils en Israël, le diable réincarné ? Un pays dangereux et… inutile, au fond ? Comme si, si Israël devait disparaître, tous les problèmes de la région seraient automatiquement réglés. Plus d’Al Qaïda ? Plus de Daech ? Plus de despotes ou de bouchers au pouvoir ? Plus d’attentats ? Plus de corruptions et de corrupteurs ? Plus de guerres intestines entre chiites et sunnites ? Plus de misérables ? Etc. Quelle plaisanterie que voilà.

Au fond, ces excès portent préjudice aux causes qu’ils entendent servir. À la passion, il faut la raison. À la colère, il faut le sens des choses et la retenue.

Ont-ils à ce point peur des Juifs ? Peut-être ? Je sais que cette question dérange. Ont-ils à ce point le sommeil si léger parce qu’Israël existe et le sommeil si lourd lorsque Assad massacre son propre peuple ? Plutôt que de ressasser de vieilles colères, de fortes rancœurs et d’abuser de leur bonne conscience, qu’ils cherchent plutôt ce qui est et fait l’équilibre. On peut critiquer, on ne doit pas aboyer avec les chiens. Et, s’il faut critiquer, on ne vit pas dans un monde de bisounours où il faudrait épargner certains, plutôt que d’autres. Parlez-nous un peu de l’Iran, mes chers amis, que l’on vous entende enfin. Je tends l’oreille, voyez-vous. Parlez-moi de Cuba et du Venezuela ou de la Chine, je vous écoute.

Ceci étant dit et il était important que je l’écrive, parlons donc maintenant de notre sujet.

Corbyn et l’antisémitisme au Labour

C’est un tweet dont le philosophe Bernard-Henri Lévy a le secret. Il est à la fois percutant et incisif : « Jeremy #Corbin c’est l’antisémitisme dans le Labour. Quand #Obono et #DSimonet s’affichent avec lui, c’est Jaurès qu’on réassassine ; c’est Jules Guesde qui revient[2] ; la gauche républicaine a commencé avec Dreyfus- elle finirait dupée par la #Nupes et 1 #islamogauchisme fascisant?[3] ».

Mais, à quoi donc Bernard-Henri Lévy fait-il allusion ?

Expliquons. Le 3 juin 2022, Danielle Simonnet, candidate NUPES dans la 15ème circonscription de Paris (20ème arrondissement), se fend d’un tweet joyeux qu’elle illustre par trois photographies. Dans ce tweet, on peut lire que « Danièle Obono est venue avec une figure de la gauche européenne ce soir dans le 20e, symbole de notre combat commun pour la justice sociale et écologique par-delà les frontières. Nos combats sont “for the many not the few” ! Merci @jeremycorbyn de son soutien[4] ».

Dans les photos postées, on voit la députée Danielle Obono toute guillerette, ainsi que Danielle Simonnet et une autre femme faire le V de la victoire. Elles sont en compagnie de Jeremy Corbyn, l’ancien tenant de l’aile gauche du parti travailliste, tout sourire. On est somme toute entre copains[5].

Pour rappel, Corbyn avait été à la tête du Labour, mais il fut critiqué par la suite pour sa gestion des cas d’antisémitisme au sein du parti, ainsi que pour certains propos controversés[6]Le 29 octobre 2018, Jeremy Corbyn avait même été suspendu après la publication d’un rapport officiel dévastateur, qui épinglait les hésitations et la complaisance du parti dans sa lutte contre l’antisémitisme quand il le dirigeait, entre 2015 et 2018.

L’enquête avait été menée par un organisme indépendant, la Commission des droits de l’homme et de l’égalité (EHRC). Dans ses conclusions, la commission parle « d’années d’échec à lutter contre l’antisémitisme » sous la direction de M. Corbyn et de son « manque de leadership » dans ce domaine[7]. L’EHCR avait conclu à des défaillances « inexcusables » résultant d’un « manque de volonté de s’attaquer à l’antisémitisme ». Mais, quelques semaines plus tard, Corbyn fut réintégré pour d’obscures raisons politiciennes par le comité des différends du Comité national exécutif (NEC) du Labour, l’instance dirigeante du parti[8].

Revenons-en au tweet de Danielle Simonnet.

Dès publication du tweet, sa rivale socialiste, la députée sortante Lamia El Aaraje attaque aussitôt l’insoumise : « Les masques tombent : inviter et afficher le soutien de Jeremy Corbyn, écarté du Labour Party et du groupe pour complaisance avec l’antisémitisme en Angleterre, après 1000 plaintes enregistrées par ce parti, est une honte dont est fière Danielle Simonnet [9] ». D’autres socialistes reprennent cette critique, en pleine guerre des gauches dans ce 20ème arrondissement de Paris où Lamia El Aaraje maintient sa candidature, malgré l’accord à gauche derrière Jean-Luc Mélenchon[10].

Cette polémique passerait pour anecdotique si l’insoumis lui-même ne s’était exprimé en défendant Jeremy Corbyn.

Mélenchon, Jeremy Corbyn et l’obsession israélienne

Le 13 décembre 2019, sur son blog, Jean-Luc Mélenchon exprime son avis sur la défaite historique des travaillistes, aux élections législatives de 2019.

Il dit « ne pas être étonné du terrible revers électoral du parti travailliste de Jeremy Corbyn », qui devrait selon lui « servir de leçon ». Il énumère ensuite, les « leçons » de cet échec et écrit que « Corbyn a passé son temps à se faire insulter et tirer dans le dos par une poignée de députés blairistes. Au lieu de riposter, il a composé. Il a dû subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême-droite de Netanyahu en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas, il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires [11] ».

Ce propos suscite plusieurs observations.

1) Les Britanniques de confession juive qui, tout au long de leur vie, ont voté, adhéré, milité pour le Parti travailliste ont une conscience de gauche. Ils croient en des idéaux. Mais, depuis quelques années, certains ont vécu des situations difficiles. Ils ont été insultés ou menacés, uniquement parce qu’ils sont Juifs. D’ailleurs, près d’un millier de plaintes pour antisémitisme ont été déposées par des militants au sein du département chargé des plaintes et des conflits au Labour.

2) Ce n’est pas parce que les militants de confession juive du Labour seraient les porte-parole du Likoud en Israël (qui est un parti de droite) qu’ils ont été ainsi malmenés. Il faut une sacrée dose de culot pour distiller ainsi le doute et l’erreur. Les militants de confession juive du Labour n’ont pas attendu les prétendues consignes ou le rappel à l’ordre du grand rabbin du Royaume-Uni. Certes, Ephraïm Mirvis n’a pas mâché ses mots : « La manière dont la direction [du Labour] a traité le racisme anti-juif est incompatible avec les valeurs britanniques dont nous sommes si fiers – celles de dignité et respect pour tous », a écrit le grand rabbin dans le Times (25 novembre 2019). Mais, n’était-il pas dans son rôle de le dire ?

3)  L’article a été publié le 25 novembre 2019, seulement. Et quand bien même ? Les militants du Labour peuvent se forger leur propre opinion sans avoir à attendre que le grand rabbin exprime la sienne. Là encore, c’est insulter leur intelligence, c’est insulter leur militantisme (de gauche). Par contre, le fait que Jean-Luc Mélenchon pointe du doigt justement le grand rabbin nous intrigue. Car l’accusation est peut-être paramétrée. En tout cas, elle est posée et elle fait tache.

4) Ce n’est pas non plus de la faute des Juifs de ce pays si Jeremy Corbyn a perdu les élections, en 2019. La population juive est estimée à 300.000 personnes sur 55,98 millions d’habitants en 2018. C’est peu. Mais, Jean-Luc Mélenchon semble leur attribuer un pouvoir exponentiel qu’ils n’ont pas. Pareillement pour le Likoud en Israël. Mélenchon pense-t-il réellement que le Premier ministre israélien de l’époque pouvait influer sur quelque 40 millions d’électeurs britanniques ? Seuls les complotistes voient chaque jour en chaque chose le poids des sionistes, d’Israël et des Juifs.

5) Si Jeremy Corbyn perd les élections, il le doit à lui-même. Il le doit à ses déficiences, ses incohérences, son incompétence et au fait que le Labour est rouillé de l’intérieur, il prend l’eau. La question essentielle en Angleterre a été celle du Brexit. Et non, celle de l’antisémitisme au Labour, même s’il est dénoncé par la presse, par des associations et, il est vrai, par les conservateurs britanniques. Mais, pour ces derniers, c’est de bonne guerre, n’est-ce pas ? Les indécisions de Jeremy Corbyn par rapport à ce sujet, expliquent sa défaite. Le Labour est un parti vieillissant d’une gauche à bout de souffle comme le sont aujourd’hui de nombreuses gauches, partout ailleurs dans le monde. Serait-ce aussi de la faute d’Israël et/ou des Juifs ?

« Ici c’est la Seine, ce n’est pas le Jourdain » 

Depuis quelques années, l’Insoumis froisse, tantôt en déplorant les dérives d’un certain communautarisme (plutôt qu’un autre), tantôt en diabolisant Israël. Ces réparties et ces attaques sont souvent catégoriques, agressives, rapides, nerveuses, violentes.

Prenons deux exemples qui nous paraissent significatifs.

17 décembre 2017, sur Europe 1. 
Jean-Luc Mélenchon déclare que « tous les Français, quelles que soient leur religion ou leur culture, doivent épouser le point de vue de la patrie sur ce sujet (ndlr, le conflit israélo-palestinien) ». « La condition pour que l’on vive bien en France, c’est de ne pas importer les conflits qui arrivent de l’extérieur. Ici c’est la Seine, ce n’est pas le Jourdain. On n’a aucune raison de se taper dessus pour une histoire qui est déjà assez embrouillée comme ça. Evidemment que ça vaut pour tout le monde », déclare-t-il. La comparaison est douteuse, elle est même blessante. Pourquoi parle-t-il du Jourdain ? Et quid des musulmans ou de Français et/ou d’immigrés provenant du Maghreb qui défendent la cause palestinienne ou s’identifient à elle ? Aurait-il utilisé une comparaison aussi déplacée, les renvoyant à Alger ?

24 août 2014 à l’université d’été du Parti de Gauche, à Grenoble. 
Jean-Luc Mélenchon chauffe la salle, le tribun est en pleine forme. Tous les sujets sont évoqués. Mais, à la trentième minute, il se met à parler de politique étrangère. Et, comme à son habitude, deux seuls pays ont la vedette, les États-Unis d’abord et Israël, ensuite. Pourtant, les sujets ne manquent pas. Pourtant, il eût été possible de parler de différents conflits, de différents pays, de s’en prendre à tel ou tel gouvernement ou politique, de désigner la Corée du Nord, la Chine, le Pakistan… Eh bien, non.

Il commence donc par prévenir que cela va mal se finir en Europe[12]. « Parce que le risque de guerre généralisée en Europe existe du fait de l’irresponsabilité habituelle de la politique agressive des États-Unis qui ont étendu l’OTAN et son armada jusqu’aux frontières de la Russie et s’étonnent que celle-ci ne se laisse pas faire, provoquant une escalade que l’on avait pas connu du temps de l’URSS … Faut-il être stupide pour aller soutenir un gouvernement dans lequel il y a des nazis, c’est une aberration. Non, ce n’est pas la politique de la France de faire ça[13] ».  Il enfonce le clou : « Nous sommes contre les néonazis dans les gouvernements[14] ». Étrange coïncidence, car justement, à Moscou, Poutine affirme combattre les néonazis en Ukraine.

Il en vient tout de suite après à parler de Gaza[15] et à s’indigner du sort tragique dont les gazaouis sont les victimes. Il pointe du doigt les responsabilités israéliennes, on le sent en colère et il est ému. Mais, curieusement, il n’a pas un mot, pas une phrase cependant pour condamner le Hamas qui dirige et domine cette bande de terre. Le Hamas n’existe pas ? Les exactions et les crimes perpétrés par le Hamas ne méritent pas une virgule ? 

Puis, il dit alors que les valeurs de la France « sont que nous sommes toujours du côté du faible et de l’humilié parce que nos valeurs, c’est liberté, égalité et fraternité. Pas la paix aux uns, la guerre aux autres. Nous ne croyons pas aux peuples supérieurs aux autres[16] ».

Cette phrase choque. Elle fait probablement référence à une déclaration du général de Gaulle. Interrogé le 27 novembre 1967 sur la situation au Proche-Orient. Le président vint alors à déclarer que beaucoup se demandaient si « les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur. » En son temps, cette déclaration eut un fort retentissement au sein de la société israélienne, des Juifs de France et aussi des nombreux politiciens ou sympathisants de la cause de l’État hébreu. Parmi ces réactions on peut noter un dessin de Tim dans Le Monde du 3-4 décembre 1967, représentant un déporté juif, décharné, portant l’étoile jaune, avec la main dans sa chemise à la manière de Napoléon, et le sous-titre « Sûr de lui-même et dominateur. »

Puis, Jean-Luc Mélenchon poursuit son discours : « Si nous avons quelque chose à dénoncer c’est ceux de nos compatriotes qui ont crû, bien inspirés, d’aller manifester devant l’ambassade d’un pays étranger ou d’aller servir sous ses couleurs les armes à la main. Si nous avons quelque chose à dénoncer c’est cela. La France a le devoir de militer pour la paix. Elle doit s’engager de toute sa force pour la paix. Nous ne baisserons pas les yeux ».

Jean-Luc Mélenchon fait ici allusion à une manifestation de solidarité qui venait de se tenir à Paris. Elle avait été organisée par différentes institutions juives, pour soutenir Israël qui, depuis 7 ans, était bombardé presque quotidiennement par les missiles du Hamas. Manifestation où, soit dit en passant, une minute de silence pour les victimes palestiniennes et israéliennes avait été observée. Ajoutons cette précision donnée par le journaliste Frédéric Haziza : « Quant aux soldats franco-israéliens. Ils ne s’enrôlent au sein de Tsahal qu’après avoir acquis la nationalité israélienne et non pas, comme d’autres, avec l’objectif d’aller combattre au nom du jihad dans un pays étranger, éventuellement contre l’armée française, pour revenir ensuite en France commettre d’autres crimes[17] ».

Dernier point. Lors de son allocution, Jean-Luc Mélenchon affirme que les manifestants anti-israéliens ont su « se tenir digne et incarner mieux que personne les valeurs fondatrices de la République française ». En effet, face au conflit israélo-palestinien, chacun éprouve de l’empathie pour telle ou telle cause et des manifestations ont lieu. Mais elles sont, le plus souvent, organisées par les militants ou les sympathisants de la cause propalestinienne. Si la majorité d’entre elles ne provoque pas de trouble, la tension est cependant presque toujours palpable dans les cortèges (cris, hurlements…), depuis l’année 2000. Dans ces manifestations, les slogans les plus outranciers sont scandés. Mais il y a aussi ces cris de « Mort aux Juifs », des étoiles de David identifiées sur les banderoles à la croix gammée et ces maquettes de roquettes Qassam brandies par les militants cagoulés[18].

Or, en cet été brûlant de l’année 2014, la violence antisémite était bien présente et elle s’exprimait et s’exerçait tant à Paris, qu’à Sarcelles. Mélenchon le sait. Pourquoi ne dénonce-t-il pas ses violences inadmissibles ?

Prenons quelques exemples.

  • Dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 juillet 2014, un cocktail Molotov est lancé contre la synagogue d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.
  • Le 13 juillet 2014, à Paris, rue de la Roquette. Une centaine de jeunes, portant pour beaucoup les couleurs du Hamas ou le drapeau palestinien, tente d’attaquer et d’investir la synagogue qui se trouve dans cette rue, avec une violence inouïe, mais ils ont été repoussés par les CRS présents sur place.
  • Le 19 juillet, malgré l’interdiction, des centaines de personnes se rassemblent à Barbès, très encadrées par les forces de l’ordre. Peu avant 16 heures, la manifestation commence à dégénérer, faisant fuir une partie des militants. D’autres ont lancé des projectiles sur les forces de l’ordre, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. En fin de journée, une vingtaine de manifestants, certains portent le drapeau palestinien sur les épaules, jettent encore sur les forces mobiles de grosses pierres récupérées sur un chantier. D’autres cassent un trottoir pour récupérer des pavés. Selon une source policière, 38 personnes sont interpellées pour jets de projectiles, violences contre les forces de l’ordre et outrage. Dix-sept policiers et gendarmes sont blessés. Plus tard, 19 personnes sont placées en garde à vue. Elles sont soupçonnées de violences aggravées (en réunion ou avec arme) sur personne dépositaire de l’autorité publique, outrages, rébellion, dégradations aggravées ou encore participation à un attroupement.
  • Que dire également des violences qui ont ravagé la ville de Sarcelles ? Voitures incendiées, mobilier urbain saccagé, magasins pillés. La situation dégénère aux abords de la synagogue de l’avenue Paul Valéry. Des cocktails Molotov et des fumigènes ont été lancés en direction du lieu de culte protégé par les policiers[19].

Jésus, la croix et ses propres compatriotes

15 Juillet 2020. Mélenchon est sur le plateau de BFMTV. Alors que la journaliste Apolline De Malherbe lui demande si « les forces de l’ordre devaient être comme Jésus sur la croix et ne pas répliquer » lors de manifestations, la réponse du chef des Insoumis est particulièrement cinglante : « Je ne sais pas si Jésus était sur la croix, je sais qui l’y a mis, paraît-il. Ce sont ses propres compatriotes ».

Une phrase distillée comme du venin, qui va provoquer une intense émotion. Pourquoi Jean-Luc Mélenchon dont nous savons qu’il est un homme instruit et un intellectuel se permet-il de prononcer une phrase aussi dénuée de sens et assassine que celle-ci ? C’est la vieille rengaine du déicide, que voilà. Une vieille folie qui a été colportée par les intégristes et l’extrême droite, généralement. À quoi joue-t-il donc, là ?

Dès qu’elle en a connaissance, l’Amitié Judéo-Chrétienne de France se fend d’un communiqué de presse. « Faut-il rappeler à M. Mélenchon que, comme le rapportent les évangiles, les juifs alors sous occupation romaine n’avaient pas le droit de condamner quelqu’un à mort, cette décision étant réservée au seul gouverneur romain  (cf Jean, 18, 30) ? Et que de pareils propos contredisent les mêmes évangiles, où il est précisé que ce sont des notables et des chefs du peuple qui ont souhaité cette condamnation, et non tous les juifs, ni même tous les habitants de Jérusalem, comme l’affirme M. Mélenchon en dénonçant « les compatriotes de Jésus » ? Cette thèse ancienne de la responsabilité du peuple juif dans la mort de Jésus, rejetée depuis des décennies par tous les historiens et exégètes et condamnée par l’ensemble des Églises, a donné naissance, on le sait, à un antijudaïsme mortifère et à un antisémitisme dont l’aboutissement fut la Shoah. Il est bien triste qu’un homme politique, leader d’un parti important de notre république, soit si mal informé et continue à répéter de semblables accusations[20] ».

Conclusion provisoire

Ce sont là quelques exemples, nous aurions pu en donner d’autres. Ce sont là quelques ambiguïtés, ce sont là quelques mots inutiles, ce sont là quelques ignorances, ce sont là quelques fautes, ce sont là quelques bassesses. Jean-Luc Mélenchon s’étonne qu’il y ait une telle incompréhension entre les Français de confession juive et lui-même. Je m’étonne qu’il s’en étonne. On ne récolte que ce que l’on sème. Probablement, Jean-Luc Mélenchon pense-t-il que la politique c’est comme un punching ball. On peut tout se permettre et taper jusqu’à plus soif au nom de quelques convictions.

Par exemple de proclamer dans un tweet incendiaire que « la police tue », sans savoir au fond et sans attendre qu’une enquête ait lieu et de généraliser ainsi et à l’excès, pour discréditer toute une profession et les policiers, qui sont malmenés, par ailleurs. Par exemple de proclamer que « nous sommes contre les néo-nazis dans les gouvernements  », en devenant ce faisant comme un perroquet de Vladimir Poutine. Où sont d’ailleurs les néonazis? Par exemple de dire que ce sont « ces propres compatriotes » qui ont mis Jésus sur la croix.

il y a cette agressivité, cette impulsivité, cette férocité, pour ne pas dire, cette brutalité. Mélenchon est une sorte de cocotte-minute, prête à exploser et toute en ébullition. Il me donne l’impression qu’il ne peut se contenir et parce qu’il ne peut se contenir, il en devient sa propre caricature. Comme le disait avec justesse Bernard-Henri Lévy : « Cet homme, parti pour incarner le meilleur de l’esprit républicain, a décidé de se mettre à son compte et de devenir, ce faisant, le premier dans la décrépitude de son art politique[21] ».

Et, dans le domaine de l’antisémitisme, qu’il fasse amende honorable. Dans ce domaine, il n’est plus qu’une vilaine caricature blessante et humiliante.


Marc Knobel est historien, il a publié en 2012, l’Internet de la haine (Berg International, 184 pages). Il publie chez Hermann en 2021, Cyberhaine. Propagande, antisémitisme sur Internet.


[2] Pendant longtemps, Jules Guesde a croisé le fer à de nombreuses reprises contre Jean Jaurès, notamment sur la caractérisation de la République. Il a été hostile à la défense du capitaine Alfred Dreyfus, là où Jean Jaurès a été un ardent dreyfusard. Voir à ce sujet Jean-Numa Ducange, Jules Guesde, anti Jaurès ?, Armand Colin, 2017.

[3] https://twitter.com/BHL/status/1533692656672509953

[4] https://twitter.com/Simonnet2/status/1532813879775985665

[5] Voir l’excellent décryptage de cette rencontre dans Le Canard enchaîné du 8 juin 2022, « Avoir un bon copain ».

[6] En 2009, par exemple, dans un discours qu’il prononce devant l’association Stop the war coalition, Jeremy Corbyn décrit les membres du Hamas, le groupe islamiste qui contrôle Gaza et ceux du Hezbollah, la milice chiite libanaise soutenue par l’Iran, comme des « amis ». Des mots qu’il regrettera par la suite. Lors d’une conférence organisée à Doha en 2012, il assiste à une conférence avec Khaled Mashal, alors chef du Hamas. Husam Badran, le chef de l’aile militaire du Hamas, participe également à cette conférence. Dans son édition du 23 mars 2018, le Daily Mail exhume des photos datant de 2014, où Jeremy Corbyn se recueille devant les tombes des auteurs du massacre de 11 athlètes israéliens, en septembre 1972, lors des Jeux olympiques de Munich. Corbyn y dépose notamment une gerbe de fleurs. Lors de la polémique, il s’était défendu en déclarant qu’il avait plutôt rendu hommage aux 47 Palestiniens tués lors de l’attaque aérienne israélienne sur la base de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1985, à Hammam Chatt. Dans une publication sur Facebook en 2012 et au nom de la liberté d’expression, Corbyn offre son soutien à l’artiste de rue Mear One, basé à Los Angeles, dont une peinture murale avait défrayé la chronique. La peinture murale, qui a ensuite été effacée, montrait plusieurs banquiers apparemment juifs jouant à un jeu de Monopoly, leur table reposant sur le dos nu et courbé de plusieurs travailleurs.

[7] Eric Albert, « Royaume-Uni : le « jour de honte » du Labour après un rapport sévère sur l’antisémitisme au sein du parti », Le Monde, 30 octobre 2020.

[8] Le Monde, « Jeremy Corbyn, ancien chef du Labour, réintégré à son parti après l’affaire du rapport sur l’antisémitisme », 18 novembre 2020.

[9] https://twitter.com/lamiaela/status/1533037371050102784?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1533037371050102784%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.huffingtonpost.fr%2Fentry%2Flegislatives-deux-candidates-lfi-critiquees-pour-safficher-avec-jeremy-corbyn_fr_629bad86e4b05fe694f5186c

[10] AFP, « Législatives: deux candidates LFI critiquées pour s’afficher avec Jeremy Corbyn », 4 juin 2022.

[11] https://melenchon.fr/2019/12/13/corbyn-la-synthese-mene-au-desastre/

[12] http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/08/24/2017-sera-une-insurrection/ A partir de la 32ème minute.

[13]Soulignons qu’en 2014, Jean-Luc Mélenchon parle plusieurs fois des « nazis » ou des « néonazis » qui auraient « une influence » au sein du pouvoir ukrainien ». Voir à ce sujet Marc Knobel, « Mélenchon et ses complaisances vénézuéliennes, cubaines, chinoises et russes », La règle du jeu, 17 mars 2022.

[14] http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/08/24/2017-sera-une-insurrection/ 33mn 30.

[15] Idem, à la 34ème minute.

[16] Voir à ce sujet François Heilbronn, « Mélenchon, les Juifs et le ‘peuple supérieur’ », La Règle du Jeu, 16 avril 2017

[17] Frédéric Haziza, « De discours en discours, Mélenchon n’en finit pas de surfer sur la vague du populisme », L’Obs, 26 août 2014.

[18] Voir à ce sujet Marc Knobel, « En 2009 et 2014, lorsque les manifestations propalestiniennes ont dégénéré », La Règle du jeu, 14 mai 2021.

[19] Voir à ce sujet :https://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/violence-manifestations-pro-palestiniennes_b_5602485.html
https://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/antisemitisme-en-frace_b_5676361.html
https://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/les-juifs-de-france-ne-vous-en-deplaise_b_5729446.html

[20] https://eglise.catholique.fr/espace-presse/communiques-de-presse/communiques-de-presse-conference-des-eveques-de-france/502327-lamitie-judeo-chretienne-de-france-deplore-propos-tenus-m-melenchon/

[21] Bernard-Henri Lévy, « Qu’est-ce qui fait courir Jean-Luc Mélenchon ? », Le Point, 29 mars 2017.

 

[Source : http://www.laregledujeu.org]

Cette brutalité est-elle une stratégie, un marqueur idéologique ou l’homme est-il ainsi ?

Jean-Luc Mélenchon, le 15 février 2017, à Valence.

Jean-Luc Mélenchon, le 15 février 2017, à Valence.

Écrit par Marc Knobel

Le tribun sait agiter le chiffon rouge, sa voix porte haut et fort. Il a cette puissance et cette force. Ses gestes brassent l’air, les mots sont ciblés et secouent son auditoire et les électeurs. Il a ce charisme et cet élan militant qui suscitent l’admiration de ses troupes. Il est le chef incontesté et ils sont des milliers à venir s’agglutiner dans les places et les rues pour l’écouter parler, dénoncer, éructer. Ils savent que le tribun sait parer toutes les attaques, qu’il sait s’enivrer de toutes les polémiques et qu’il peut lancer quelques charges dont il a le secret. À lui tout seul, il est un spectacle, mais aussi celui de la brutalité sans nom. Car le tribun est habité par cette sorte de brutalité qui défraie la chronique et interpelle les commentateurs politiques et les journalistes. Il est un boxeur et dans l’arène politique, il cogne. C’est ce dont nous choisissons d’analyser ici, avec quelques exemples qui nous paraissent significatifs.

Mélenchon veut-il semer le doute et se diaboliser ?

Ce sont là quelques recettes, de vieilles habitudes et elles valent le détour.

En mars 2013, Jean-Luc Mélenchon fait une étrange sortie. Lors du 3ème congrès du Parti de gauche qui se tient à Bordeaux, il lance que Pierre Moscovici, alors ministre de l’Économie, est un « petit intelligent qui a fait l’ENA, qui a un comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français, qui pense dans la langue de la finance internationale ». Cette attaque ad hominem est courte certes, mais elle est extrêmement violente. Mélenchon vise nommément quelqu’un précisément (et personne d’autre) dont il pense être le représentant de l’européisme en France. Mais, justement, pourquoi lui et pas un autre ?

Aussitôt dit, aussitôt fait, la polémique éclate. Choqué, Harlem Désir demande immédiatement au coprésident du Parti de gauche de « retirer » ses accusations « inacceptables » et ce « vocabulaire des années 30[1] » Dans la foulée, Pierre Moscovici, blessé, réagit. Jean-Luc Mélenchon « est en train, par détestation de la social-démocratie, par détestation du parti socialiste, de franchir certaines bornes ». « Il y a des choses auxquelles on ne touche pas », dit le ministre lors d’une émission sur Canal+, avant d’ajouter, le ton grave : « Chacun a son histoire. Moi j’ai la mienne. Je suis d’une famille où mes quatre grands-parents étaient étrangers. Mon père a été déporté. Et cette famille, elle a choisi la France. Je suis Français par tous mes pores. Je défends la France. Je ne raisonne pas finance internationale[2] ». La réponse est aussi fulgurante que cinglante.

« J’ignorais quelle était la religion de Pierre Moscovici et je n’ai pas l’intention d’en tenir compte dans l’avenir, pas davantage que dans le passé », se défend Jean-Luc Mélenchon, lors du meeting de clôture du congrès. Qui peut raisonnablement le croire ? « Mais si un jour, parce qu’il est juif », Pierre Moscovici était menacé, « il nous trouverait tous, comme un seul corps, pour le défendre », ajoute-t-il habilement sous les applaudissements de la salle. Une formule rapide et à l’emporte-pièce qui ne mange pas de pain. Puis, Mélenchon déclare quelques minutes plus tard aux journalistes que « Harlem Désir instrumentalise l’antisémitisme et de façon insupportable. » Il n’empêche, les réactions se succèdent, notamment celles de plusieurs ministres, Manuel Valls, Arnaud Montebourg ou Nicole Bricq condamnant successivement les déclarations de Mélenchon. Pour la ministre de l’Environnement, Cécile Duflot (EELV) le coprésident du PG « n’est pas antisémite » mais « il flirte avec le dérapage à chaque instant, notamment sur les questions de nationalisme ».

Cécile Duflot voit juste, Mélenchon flirte avec le dérapage à chaque instant, c’est même une constante chez lui.

Plus c’est gros, plus cela heurte, plus cela passe. Le buzz, faire du buzz, voilà une des armes de notre insoumis. Justement, lors de son échange avec les journalistes, quand on l’interrogeait sur l’écart qui sépare encore le Front de gauche de celui de Marine Le Pen et du RN, Mélenchon a cette réponse caractérisée et assumée, « le vent souffle dans nos voiles tant que vous la dédiabolisez, et que vous me diabolisez… ». Alors ? Jean-Luc Mélenchon fait parler de lui, provoque le scandale. Mieux, l’éventuelle diabolisation peut/doit souder le groupe (sa formation politique) et permet de resserrer les rangs[3]. Il en tirera toujours des bénéfices.

Octobre 2017, une nouvelle polémique défraie la chronique.

Invité sur Europe 1, l’ancien Premier ministre Manuel Valls « confirme » les révélations du Canard Enchaîné, selon lesquelles Jean-Luc Mélenchon l’aurait qualifié de « nazi » à l’Assemblée nationale, avant qu’il ne démissionne de la mission d’information sur la Nouvelle-Calédonie. L’esclandre fait suite aux accusations portées par Manuel Valls qui dénonce une « dérive islamo-gauchiste » de la France insoumise. « Je ne l’ai pas entendu mais il l’a dit, il y a plusieurs témoins, et il a proféré devant moi de nombreuses insultes », explique Manuel Valls[4]. « Quand vous traitez un responsable politique de fasciste ou de nazi c’est une manière de le disqualifier pour empêcher le débat », déplore-t-il, avant de répliquer à l’insulte proférée par Mélenchon par des accusations d’accointances avec l’antisémitisme. « Je pense qu’il y a une partie de la gauche qui est soit complaisante ou qui n’a pas pris conscience » de l’antisémitisme, juge Manuel Valls. Et de développer de la manière suivante : « Je pense que c’est théorisé au sein de la France Insoumise, notamment sur les questions de sécurité et de terrorisme. Quand votre oratrice principale c’est la députée Obono, dont on connaît aujourd’hui les prises de position, les textes qu’elle a écrits après les attentats de 2015 ou la grande manifestation du 2 janvier ; quand elle dit qu’elle a plutôt pleuré pour Dieudonné et pas pour les victimes de Charlie », explique encore Manuel Valls[5]. « Il y a plus grave parce que quand il y a des insultes, au fond, on peut parler d’un coup de sang. Mais quand Jean-Luc Mélenchon, dans son courrier démissionnant de cette mission, le justifie notamment parce que je serai l’ami de l’extrême droite israélienne »…

En cette nouvelle polémique, Jean-Luc Mélenchon fait référence à un cliché montrant une poignée de main entre Manuel Valls et la ministre de la justice israélienne Ayelet Shaked, élue du parti Le Foyer juif, connue pour ses prises de positions radicales sur la question palestinienne. « Quand je vais en Israël, je rencontre tous les responsables. Il y avait un colloque sur l’antiterrorisme. Il y avait le ministre de la Défense et celle de la Justice, dans un gouvernement israélien, tout le monde le sait, qui est un gouvernement de droite », justifie Manuel Valls, qui explique avoir par ailleurs rencontré « tous les responsables », tant à Ramallah qu’au parti travailliste israélien[6].

Mélenchon est-il violent envers les journalistes ?

Jean-Luc Mélenchon mâche rarement ses mots lorsqu’il s’en prend à certains hommes politiques, nous venons de le voir. Les réparties sont brutales, coupantes, nerveuses et agressives. Mais, et plus curieusement, lorsqu’il s’en prend à des journalistes ou lorsqu’il se sent attaqué par eux, nous voyons qu’il est également agressif, nerveux, brutal. C’est même une constante. Lorsque Mélenchon est agacé, qu’une question le dérange, qu’une remarque l’énerve, les propos sont assénés violemment, la charge est souvent rapide, souvent méprisante. Le tribun n’hésite pas à élever le ton et à pointer du doigt son interlocuteur et peu lui importe qu’il s’agisse de journalistes. Il cogne et il cogne encore et encore.

D’ailleurs, on a l’impression qu’il ne répond plus aux questions, qu’il ne veut plus expliquer une politique et en analyser les ressorts, comme s’il avait en face de lui, des ennemis de… classe sociale. D’ailleurs, les journalistes sont souvent désemparés, comme ils pouvaient l’être lorsqu’ils interviewaient en son temps Jean-Marie Le Pen. Et, lorsqu’ils sont interrogés après qu’ils aient été agressés verbalement par Mélenchon, les journalistes tentent quelquefois de se justifier, d’expliquer en quoi consiste leur travail et ils rappellent qu’ils sont là pour poser des questions. « Jamais à l’antenne, on est là pour régler des comptes avec des gens. Je ne vais pas vous faire le coup de l’objectivité, je pense que l’objectivité, c’est un but. Qu’on essaye d’atteindre sans arrêt. Bien sûr qu’on pense des choses. Bien sûr qu’on peut être maladroit, qu’on peut faire des erreurs. Mais, je pense que les erreurs que l’on peut faire, ne sont jamais des erreurs voulues. Ensuite, on a, peut-être pas une déontologie, parce que le mot est un peu…, mais, on essaye de faire les choses proprement. Et, c’est totalement malsain que les choses se polarisent comme ça[7] », explique, désabusée, Nathalie Saint-Cricq après avoir été insultée par Jean-Luc Mélenchon.

Pour illustrer mon propos, j’ai choisi cet exemple, parce qu’il me semble caractérisé. Sauf que là, il y a cette particularité et nous tenons à le souligner ici. Le journaliste ne se laisse pas démonter et tient tête à Mélenchon, ce qui doit l’énerver encore plus.

Donc, le 5 janvier 2011, Jean-Luc Mélenchon est l’invité du journaliste Nicolas Demorand, sur Europe 1 et un clash se produit, très brutal.

Que se passe-t-il ?

Lors de l’interview, Demorand remarque que Marine Le Pen revendique une posture populiste. Il demande alors à Jean-Luc Mélenchon, sans faire d’autres parallèles entre lui et elle, si ce point commun ne le dérange pas ? Surpris, Mélenchon dit ne pas savoir ce qu’est le populisme de gauche. Puis, il s’en prend subitement aux journalistes de l’Express qui l’avaient tancé sur le populisme et il lance « j’en ai assez que toutes ces belles personnes se donnent des grands airs en regardant le peuple ». Demorand ne se laisse pas impressionner et répond du tac au tac. « Le peuple qui ne vous a jamais élu, Jean-Luc Mélenchon. Enfin à des élections directes au suffrage universel. » Il n’en faut pas plus pour que Mélenchon explose de colère et énumère les mandats qui ont été les siens. Mais, il le fait en élevant le ton, en pointant du doigt le journaliste et en criant, sur le plateau.

Cela donne l’échange suivant, un vrai moment d’anthologie.

« – Alors, remballez vos grands airs et le mépris à l’égard du peuple…
– Ne me pointez pas du doigt. Vous, Jean-Luc Mélenchon.
– Je vous pointe du doigt parce que vous dépassez les bornes.
– Oui, oui c’est bon, on connaît – répond Demorand en faisant un geste de la main.
– On connaît quoi, s’il vous plaît ?
– On connaît la chanson.
– Vous n’avez pas le droit de me parler comme ça, crie Mélenchon. Vous ne m’impressionnez pas, parce que vous êtes derrière votre micro.
– Mais non, pas du tout.
– Alors, parlez-moi poliment, je suis un élu du peuple et je l’ai été, j’ai été élu au suffrage direct.
– Vous aussi parlez-moi poliment.
– À moins que vous décidiez que les élus qui ont été au suffrage indirect, vous les méprisez…[8]
– Est-ce qu’en 2012, vous allez aller devant le peuple ?, questionne une dernière fois Demorand.
– Je l’espère, ne serait-ce que pour vous clouer le bec.
– Eh bien, merci infiniment d’avoir été au micro d’Europe 1, il est 18h58…
Mais Mélenchon ne s’arrête pas et pointe à nouveau du doigt Demorand.
– Remballez vos grands airs sur les élus, je suis un élu du peuple au suffrage direct.
– C’est bon, on l’a bien compris et arrêtez de me pointer du doigt.
– Alors, vous n’avez qu’à pas prendre cet air-là.
– Ah ben, je ne prends pas d’air. »
Comment expliquer cette relation conflictuelle avec les journalistes ?

Pour Christophe Barbier, qui est un fin connaisseur du monde politique et journalistique, cette violence c’est la conception du monde selon Jean-Luc Mélenchon. « D’un côté, il y a le peuple. Le peuple, c’est lui et ses électeurs et en face du peuple, contre le peuple, au-dessus du peuple, il y a le système, et dans le système il y a les maîtres, la finance internationale et puis il y a les valets. Et les valets, c’est nous, les journalistes, tous ceux qui ne rejoignent pas le combat du peuple et du chef révolutionnaire Mélenchon. Et, lorsqu’un journaliste pose une question qui ne l’arrange pas, c’est donc un valet du système et il fait cela depuis 2012[9] ».

Cette explication peut paraître un peu rapide. Pourtant, il me semble que Christophe Barbier voit juste. Mélenchon défend une ligne politique et dans cette représentation du monde, il pense que les journalistes font partie d’un système qui serait là pour le discréditer. D’ailleurs, il le dit lui-même.

Dans une séquence mémorable et extraite du documentaire de Pierre Carles « Fin de concession » et publiée par TV Mag, Jean-Luc Mélenchon est invité à réagir à une interview d’un délégué syndical CGT de Continental. Cet entretien est mené par le journaliste David Pujadas, le 21 mai 2009. Pujadas demande au délégué syndical s’il regrette les violences qui ont été commises par des salariés ou des syndicalistes dans l’entreprise. Mélenchon commente. « C’est toujours le même mécanisme. Vous regrettez hein, comme j’ai vu avec Pujadas. Humiliez-vous, prosternez-vous, baissez la tête, baissez les yeux. C’est ce que nous ont toujours dit les puissants et eux, ce sont leurs laqués. Et, comme le disait Voltaire, le laquais en imitant les vices de ses maîtres, il a l’impression de s’approprier leur puissance. Et eux, c’est ça, c’est seulement ça qu’ils savent faire[10] ». Pas l’ombre d’une hésitation dans la bouche de Mélenchon, les propos tenus sont d’une dureté implacable et d’un royal mépris.

C’est comme cela et au nom de cette logique (de classe) que la violence s’exerce à l’encontre des journalistes. La journaliste Nathalie Saint-Cricq de France 2 est invitée « à aller se faire foutre[11] ». Sophie Lapix et Patrick Cohen (C’à vous) sont traités de « salauds[12] ». Il qualifie Laurence Ferrari de « perruche » et s’en prend également à Arlette Chabot, qualifiée elle-même de « sotte »[13]. David Pujadas est un « larbin » et un « salaud[14] ». Il se moque d’une journaliste de France 3 et imite son accent[15]. Il dit à Arlette Chabot d’aller au « diable[16] ».

On ne compte d’ailleurs plus les saillies agressives contre les médias et les journalistes.

Mélenchon peut-il être violent contre un cheminot ?

Si Jean-Luc Mélenchon s’en prend aux hommes politiques et à des journalistes, il peut tout aussi bien péter un câble, lorsqu’il est pris à partie par un simple manifestant.

Le 26 janvier 2017, Jean-Luc Mélenchon est à Périgueux, il en profite pour aller voir quelques cheminots qui sont rassemblés dans une petite rue.

Là, un homme le prend à partie, probablement un cheminot. Il lui dit que l’ancien patron de la SNCF va supprimer des emplois. Puis, il ajoute, « On vous attend au tournant qui que vous soyez. Gauche, droite, extrême-gauche, extrême-droite, on vous attend… On arrive à un point de rupture ». Et d’ajouter, « gauche, droite, vous ne nous connaissez pas ». Mélenchon, surpris, puis visiblement agacé, s’écarte de l’homme et fait quelques pas. Puis, il revient vers le manifestant et très énervé et en le tutoyant, lui assène : « Pourquoi tu me parles comme ça ? J’ai passé ma vie à vous défendre. Juge ma vie à vous défendre, juge ma vie. Alors, va voir les mecs de droite c’est eux qui vous ont mis dans la merde, c’est le PS qui vous a mis dans la merde[17] ».

Notons la rapidité de la scène et le fait qu’il mette sur le même plan la droite et le PS. Mais, voilà, Mélenchon une fois encore perd ses nerfs.

Comment expliquer cette réaction et cette soudaine impulsivité ? Pourquoi se sent-il ainsi visé et si personnellement ? Parce que le cheminot met sur le même plan la gauche et la droite ? Parce qu’il le prend à partie, lui Mélenchon ? Mais, alors, pourquoi Jean-Luc Mélenchon le prend-t-il à témoin des luttes qu’il a mené toute sa vie ? Pour signifier qu’il est constant dans son engagement ? Qu’il se serait sacrifié ? Que les combats ont été difficiles ? Pourquoi ne garde-t-il pas son calme ? Et plutôt que d’engager un dialogue avec ce cheminot qui visiblement n’en peut plus, pourquoi se met-il à crier ainsi ? Car il crie, le visage est fermé, le doigt est tendu. Pense-t-il que le cheminot est un ingrat ? Qui ne verrait pas comment il s’est/se serait dévoué pour le peuple et les travailleurs ? Son égo est-il subitement mis à mal ?

« Ma manière d’être est un signal, je suis le bruit et la fureur »

Rappelez-vous cette scène ahurissante. Jean-Luc Mélenchon se filme avec son téléphone portable et diffuse en direct la vidéo pour montrer qu’il est l’objet d’une perquisition à son domicile. Les images sont impressionnantes et elles défraient la chronique. « Ne me touchez pas, personne ne me touche, ma personne est sacrée, je suis parlementaire », s’énerve-t-il. Quelques heures plus tard, il arrive, entouré de caméras, au QG de la France Insoumise pour en découdre avec les agents de police qui examinent les locaux[18]. « Enfoncez-moi cette porte », vocifère-t-il dans l’escalier. « Au nom de quoi vous m’empêchez d’entrer dans mon local. La République, c’est moi », hurle-t-il à la figure d’un policier. Une fois que les militants sont entrés et se retrouvent nez à nez avec les policiers, le ton monte, un policier met un militant par terre. « Descendez de cette table, crie Mélenchon à un agent, vous salissez mon matériel ».

Plus tard, de cette scène ahurissante, il s’en expliquera.

« Dans la scène où l’on voit “la République c’est moi”, où l’on a fait des tee-shirts depuis et des plaisanteries. Bon cet homme me menace de son arme. Il me montre son petit truc tricolore. Et à ce moment-là, comment vous expliquer ? C’est ridicule, je sais bien. Mais, je suis rempli d’une indignation terrible, parce que la République, c’est moi, c’est pas lui. Je suis député qui suis maltraité à ce moment-là ou qui le ressent comme ça. Bon voilà. Mais, ça, cela a été des mouvements mais vous savez, je ne suis pas le premier dans l’histoire. J’ai des modèles qui m’ont souvent fait réfléchir ». Puis, il parle d’une biographie de Louis XI et rappelle que ce roi de France disait que sa langue lui avait coûté cher. « Je peux dire aussi que ma langue m’aura coûté cher. Mais, à d’autres moments, elle a été là à mon service pour tout d’un coup mettre plus grand que moi en scène. Qui étaient les idées que j’illustrais[19] ».

Comment un homme aussi cultivé que Mélenchon peut-il se laisser avaler ainsi ? Ne plus maîtriser ses colères, ne plus distinguer ce qui peut être dit, de ce qui ne doit pas l’être ? Le tribun qui aura consacré sa vie à mener d’innombrables luttes, au nom des causes qui sont les siennes et du peuple qu’il entend représenter et dont il serait l’émanation, ne donne qu’une piètre image de lui. Certes, il y a là aussi comme une figuration, une scénarisation, une mise en condition, une sorte de jeu étonnant. Il s’agit de faire avancer des idées politiques, de faire progresser une cause, de dénoncer les nantis et le système, d’apparaître comme le représentant du peuple, un peuple dont il sait qu’il est en colère. Il sait donc utiliser à bon escient les mots qui tuent ou les belles phrases. Il sait aussi que certaines expressions peuvent blesser et susciter une vive polémique. Mais, il lui faut faire mouche. Nous prétendons que le tribun pense ce qu’il dit et dit ce qu’il pense. Parce qu’il est aussi un tacticien, plutôt féroce.

Mais, il y a aussi cette agressivité, cette impulsivité, cette férocité, pour ne pas dire, cette brutalité. Mélenchon est une sorte de cocotte-minute, prête à exploser et toute en ébullition. Il me donne l’impression qu’il ne peut se contenir et parce qu’il ne peut se contenir, il en devient sa propre caricature. Comme le disait avec justesse Bernard-Henri Lévy, « cet homme, parti pour incarner le meilleur de l’esprit républicain, a décidé de se mettre à son compte et de devenir, ce faisant, le premier dans la décrépitude de son art politique[20] ».

Une question reste à poser. À un homme politique, on demande forcément la droiture et le calme, la maîtrise et l’éloquence. Sans maîtrise et sans calme, que deviendrait la France, si jamais Mélenchon devait y exercer le pouvoir un jour et y perdrait définitivement ses nerfs ?

Marc Knobel est historien, il a publié également en 2012, L’Internet de la haine (Berg International, 184 pages). Il publie chez Hermann en 2021, Cyberhaine. Propagande, antisémitisme sur Internet.


[1] Europe 1, 25 mars 2013.

[2] Le Monde, 24 mars 2013.

[3] L’Express, 24 avril 2013.

[4] Pauline Moullot, « Mélenchon a-t-il vraiment traité Valls de “nazi“ ? », Libération, 12 octobre 2017.

[5] Dans une note de blog intitulée « Pleurer. Organiser », publiée le 11 janvier 2015, alors qu’elle n’était pas encore députée, Danielle Obono écrit : « Au cours des dernières 72 heures, j’ai pleuré, un peu, beaucoup, quand même. J’ai pleuré, un peu, jeudi. En pensant aux 12 personnes mortes. Aux centaines d’autres qui ne seront pas pleuré-e-s. Aux flambées d’amalgames, d’attaques, d’insultes, d’humiliations, de violences et aux difficiles batailles à venir ». Elle ajoute : « J’ai pleuré, oui, mais en pensant aux ami-e-s et aux camarades qui sont devenu-e-s Charlie ». Elle dit aussi avoir pleuré en pensant « à toutes les fois où des camarades ont défendu, mordicus, les caricatures racistes de Charlie Hebdo. » Elle ajoute : « J’ai pleuré en écoutant pleurer ma Brune, qui a aimé Charlie, à 15 ans, il y a si longtemps maintenant. Je n’ai pas pleuré Charlie ».

Citons également le passage suivant : « J’ai pleuré en pensant à tous les reculs, toutes les défaites, tous les choix et les décisions politiques des 10-15 dernières années qui nous ont amenés à ce point (…) A toutes les fois où ma gauche s’est refusée de parler d’islamophobie, de ne serait-ce que prononcer le mot. Toutes les fois où elle s’est refusée à se mobiliser contre les lois islamophobes. Toutes les fois où des camarades ont défendu, mordicus, les caricatures racistes de Charlie Hebdo ou les propos de Caroline Fourest au nom de la « liberté d’expression » (des Blanc-he-s/dominant-e-s) ou de la laïcité « à la Française ». Mais se sont opportunément tu-e-s quand l’Etat s’est attaqué à Dieudonné, voire ont appelé et soutenu sa censure… Toutes les fois où des « camarades » nous ont sommé-e-s, nous les « islamo-gauchistes », de montrer patte blanche et d’affirmer avant toute autre chose que nous luttions bien contre l’antisémitisme. Toutes les fois que d’autres nous ont carrément, à mots plus ou moins couverts, traité-e-s d’antisémites. »
https://camaradobono.wordpress.com/2015/01/11/pleurer-organiser/

[6] Chalenges.fr, « Quand Jean-Luc Mélenchon traite Manuel Valls de “nazi” », 11 octobre 2017 et France Info avec AFP, « “Nazi”, “islamo-gauchiste”… La guerre Mélenchon-Valls en cinq actes », 12 octobre 2017.

[7] https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/melenchon-va-te-faire-foutre.html

[8] La pique de Demorand a souvent été utilisée par les détracteurs contre l’ancien sénateur PS élu au suffrage indirect.

[9] BFMTV, 18 octobre 2018.

[10] https://www.youtube.com/watch?v=8vy0M-NyiiI

[11] https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/melenchon-va-te-faire-foutre.html

[12] https://www.youtube.com/watch?v=bbHtKLlu0Oc

[13] https://www.dailymotion.com/video/xfb3qk

[14] https://www.youtube.com/watch?v=8vy0M-NyiiI

[15] https://www.leparisien.fr/politique/embarrasse-par-une-question-jean-luc-melenchon-se-moque-d-une-journaliste-17-10-2018-7921953.php

[16] https://www.lejdd.fr/Politique/Allez-au-diable-madame-Chabot-24109-3072740

[17] https://www.youtube.com/watch?v=mvD5xvPyj9c&t=65s

[18] https://www.lejdd.fr/Politique/jean-luc-melenchon-lors-de-la-perquisition-du-qg-de-la-france-insoumise-la-republique-cest-moi-3780923

[19] https://www.youtube.com/watch?v=Ex_j9_KHRpI

[20] Bernard-Henri Lévy, « Qu’est-ce qui fait courir Jean-Luc Mélenchon ? », Le Point, 29 mars 2017.

 

 

[Source : http://www.laregledujeu.org]

[L’Explication #61] Une histoire de chêne, de caresses et de Zeus.

L'origine de cette superstition remonte à plusieurs millénaires. | Trent Haaland via Unsplash

L’origine de cette superstition remonte à plusieurs millénaires.

Pourquoi envions-nous l’orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d’une balade, sous la douche ou au cours d’une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L’Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à explication@slate.fr.

Écrit par Robin Tutenges — édité par Natacha Zimmermann

C’est une drôle de pratique que beaucoup appliquent aveuglement, en ne manquant surtout pas de joindre le geste à la parole. Dès qu’un «je touche du bois» surgit au milieu de la conversation, c’est la débandade: il faut trouver au plus vite ce fameux bois et poser la main dessus avant que l’infortune ne vous rattrape. Une façon comme une autre de mettre toutes les chances de son côté, s’assurant succès et réussite. Vraiment?

Ici, pas question d’égratigner cette superstition. On vous laisse seul juge de son efficacité. En revanche, remonter le fil de ses origines est fichtrement intéressant et nous plonge dans un temps où l’on en venait presque à souhaiter toucher la foudre à la place du bois –ce qui aurait sûrement rendu plus impopulaire cette pratique.

Zeus, c’est toi?

Les racines de cette expression remontent en effet à plusieurs millénaires. En 600 av. J.-C., les Perses touchaient déjà du bois. À l’époque, c’était surtout un bon moyen de se mettre le dieu du feu Atar de son côté –et ça, ça pesait dans le game. Pas sûr, en revanche, qu’ils criaient à haute voix «je touche du bois» en mettant la main sur un meuble Ikea.

Les Égyptiens eux aussi avaient un petit faible pour tout ce qui était arbre et tronc. Selon eux, le bois diffusait une sorte de magnétisme protecteur. Le toucher, c’était s’assurer une santé de fer. Pratique.

C’est pourtant un autre peuple, les Grecs, qui a sûrement le plus introduit cette pratique dans notre culture. Les Hellènes étaient persuadés que leurs dieux les regardaient depuis les cieux. Du haut du mont Olympe, il leur arrivait même d’envoyer quelques signes de leur mécontentement aux mortels: des éclairs. La foudre était alors considérée comme la manifestation de Zeus, le dieu des dieux dans la mythologie. Et devinez où allaient bien souvent se nicher ces sortes de messages foudroyants? Dans les arbres. Enfin, pas dans n’importe quels arbres.

Les Grecs avaient remarqué qu’un type d’arbre en particulier, plus grand et plus imposant que tous les autres, attirait souvent la foudre: le chêne. Dès lors, aller caresser un chêne revenait à flatter Zeus, à calmer sa colère. L’objectif? Se le mettre dans la poche, évidemment. Rien ne pouvait vous arriver une fois Zeus de votre côté.

Si l’aspect sacré du chêne a traversé les âges –on le retrouve notamment chez les Romains et les Gaulois–, c’est la relation entre le bois issu de n’importe quel arbre et la bonne fortune qui a finalement pris le dessus. Jusqu’à atterrir au Moyen Âge, où les chrétiens se sont réappropriés cette superstition païen­ne. Pour eux, toucher du bois, c’était avant tout se référer à Jésus, à son supplice sur une croix de ce matériau. Un moyen de voir ses prières exaucées.

Aujourd’hui, l’expression existe dans plusieurs langues, avec de légères variantes tout de même. Ainsi, en anglais, on ne «touche pas», mais on «frappe du bois». Les Italiens sont même allés un peu plus loin et préfèrent, quant à eux, «tapoter du fer». Encore faut-il en avoir sous la main.

Une drôle de pratique, parmi (beaucoup) d’autres

Toucher du bois est loin d’être le seul acte superstitieux que l’on réalise parfois sans même réfléchir à son origine. Prenez les échelles: combien de personnes ont, de nos jours, peur de passer sous l’une d’entre elles? La pratique remonterait au Moyen Âge, car à l’époque, passer sous un tel objet c’était risquer de se prendre des seaux de peinture ou des outils tranchants sur la tête. Simple mesure de sécurité donc? Pas seulement.

L’échelle est bardée de références bibliques. D’un côté, elle rappelle aux chrétiens celle qui a été adossée à la croix du Christ afin de le hisser pour le crucifier; de l’autre, une fois posée contre un mur, elle forme un triangle, symbole de la Sainte Trinité –passer sous une échelle reviendrait donc à briser le triangle, un sacrilège qui ne vous apporterait que du malheur.

Et que dire d’ouvrir un parapluie à l’intérieur d’une maison. C’est la mauvaise fortune assurée! Et pour cause: au XVIIIe siècle, le mécanisme d’ouverture des parapluies à armature métallique était très (très) dangereux. L’ouvrir dans un petit espace c’était risquer de blesser, voire d’éborgner quelqu’un. Ajoutez-y une superstition et plus personne n’aura à craindre pour son œil.

Briser un miroir apporterait sept ans de malheur? Un classique. Au Ier siècle, les Romains pensaient que les miroirs –qui étaient loin d’être aussi répandus qu’aujourd’hui– renvoyaient l’image de l’âme. Brisez le précieux objet et c’est votre âme que vous cassez en morceaux. Pourquoi sept ans de malheur précisément? Parce que ces même Romains estimaient que l’homme évoluait par paliers de sept ans, notamment au niveau de la personnalité. La malédiction du miroir brisé suivait donc l’individu jusqu’à son prochain cycle de vie.

Poser son chapeau sur un lit est également fortement déconseillé dans les croyances populaires. Ce geste est en effet loin d’être anodin: à l’époque, les hommes ôtaient leur chapeau lorsqu’ils entraient dans la chambre d’un mort. Réitérez ce geste et c’est la mort qui viendra à vous. Enfin, pas si vous touchez du bois rapidement.

 

[Image: Trent Haaland via Unsplash – source : http://www.slate.fr]

 

 

 

dit polze cap avall

L’expressió castellana no ha lugar es pot traduir al català per no escau o l’expressió sinònima no és procedent, i també, segons el context, per no pertocano correspon o l’adjectiu denegat/da.

Prové del terme haber lugar, que, segons el Diccionario panhispánico del español jurídico, fa referència a l’acció d’estimar la sol·licitud a la qual es refereix una resolució judicial. En les resolucions judicials, sovint apareix utilitzat en la seva forma negativa (no ha lugar).

Vegem-ne alguns exemples i la seva traducció:

Sentencia declarando no haber lugar al recurso interpuesto por… Sentència que declara que no escau el recurs interposat per…
Declara no haber lugar a la recusación. Declara que no és procedent la recusació.
No ha lugar a admitir a trámite el recurso de reposición No escau/no és procedent admetre a tràmit el recurs de reposició.
Resolución sobre su demanda: no ha lugar. Resolució sobre la seva demanda: denegada.

A pesar que sigui habitual veure l’expressió en forma negativa, també es pot utilitzar en forma afirmativa:

La sala acuerda: ha lugar a la aclaración del fallo de la sentencia dictada… La sala acorda: escau l’aclariment de la decisió de la sentència dictada…
Esta sala ha decidido: ha lugar el recurso de casación… Aquesta sala ha decidit: pertoca el recurs de cassació…
El texto correspondiente a cada rúbrica puede ir acompañado, si ha lugar, de una traducción… El text corresponent a cada rúbrica pot anar acompanyat, si correspon, d’una traducció…

Font: Servei Lingüístic del CICAC 

Bibliografia:
Criteris de traducció de textos normatius del castellà al català (2010). Barcelona: Generalitat de Catalunya, Departament de Vicepresidència, Secretaria de Política Lingüística.

Justiterm (en línia). Departament de Justícia de la Generalitat de Catalunya.

 

 

[Font: http://www.terminologiajuridica.cat]

Entre os motivos polo que se pode producir nunha persoa un corte momentáneo do alento, unha interrupción da respiración, está o dunha repentina e fortísima impresión. Bate nela coma un lóstrego mais decontado se recupera, senón morrería.

                                                                     Non é ben ficar sen alento

Por Henrique Harguindey

Podemos falar dese corte da respiración como algo figurado: simplemente é recibir unha forte impresión. Iso indica unha frase que presenta variantes en distintas linguas: dende o cortar la respiración español ao couper le souffle francés. E de aí que, usada con valor de adxectivo, a frase de cortar a respiración signifique « impresionante ». Normalmente nun sentido positivo: algo impresionantemente fermoso. Naturalmente, podemos construír a frase cunha certa variedade, sinalemos por exemplo o portugués de ficar sem fôlego, que ten como variante tirar o fôlego e é equivalente do español de quitar el hipo. Neste caso en galego poderiamos dicir quedar/ficar sen alentoquedar/ficar sen fala; moito mellor que un suposto quitar/tirar o impo (tradución sen máis do español cortar el hipo).
Hai varias palabras en galego que entran no campo semántico de respiración, forza, ánimo, etc. Sinalaremos  un par de sinónimos dalgunhas destas:
Folgo (ou folgos) ten como sinónimos respiración, ánimo, alento, forzas, azos.
Alento: folgo, respiración, hálito, ánimo, azos, forzas.
Azo (ou azos): alento, ánimo, forzas, folgos.
Con estas palabras fórmanse locucións máis ou menos literais, máis ou menos figuradas:
Dar folgo: dar tregua, dar un prazo. Írselle (ou acabárselle) o folgo: acabárselle a respiración, o ánimo. Tomar (ou pillar) folgos: recuperar os azos.
Nun alento: nun pulo, rapidamente. Cobrar (ou tomar) alento: recuperar ánimo e azos. Deixar sen alento: deixar alguén paralizado, sen reacción.
Non dar azo de si: estar totalmente paralizado, sen coñecemento e sen alento.
Sinalaremos tamén unha expresión cunha palabra próxima, arela ‘ansia, devezo’. Temos así Perder a arela ‘perder o ánimo’, locución sinónima dalgunhas formadas coas palabras anteriores.
E como remate volvemos aos folgos para lembrar que tradicionalmente en Galiza e Portugal dise que os gatos teñen sete folgos (ou, o que é o mesmo, sete vidas).
    

Échanger quelques banalités le matin au bureau ou à l’arrêt de bus communiquerait en réalité bien plus d’informations qu’il n’y paraît.

Dans le monde des affaires, les «small talks» sont parfois très codifiés, par exemple pour introduire une négociation importante. | Juri Gianfrancesco via Unsplash 

Dans le monde des affaires, les «small talks» sont parfois très codifiés, par exemple pour introduire une négociation importante.

 

Repéré par Nina Bailly

Repéré sur Fast Company

N’avez-vous jamais discuté de la météo ou encore du programme télé autour de la machine à café? Ce type de petites conversations a un nom: c’est du «small talk». D’apparence ordinaire –et par définition plutôt creuses–, ces discussions ont en réalité une fonction bien plus importante que ce que l’on pourrait croire. Fast Company s’est intéressé à ce qui se cache derrière cette pratique universelle.

Plusieurs études montrent que le small talk représente un tiers de nos échanges, même si certaines cultures y ont plus recours que d’autres. Pouvant parfois uniquement servir de préambule à des conversations plus longues, cette pratique a d’autres fonctions. Elle peut d’abord permettre de catégoriser plus facilement nos différentes relations (amicales, familiales, professionnelles, etc.). Si ces bavardages sont échangés avec un inconnu, ils permettent d’évaluer certains traits de personnalité de ce dernier, en fonction, par exemple, des sujets qu’il décidera de mettre en avant.

On pense parfois que les conversations qui se tiennent sur le lieu de travail ne sont destinées qu’à transmettre des informations. Pourtant, elles servent aussi à entretenir nos relations, notamment professionnelles: c’est ce que les linguistes appellent la fonction phatique. Dans le monde des affaires, les small talks sont parfois très précisément codifiés, par exemple pour introduire une négociation importante.

Une affaire de synchronisation

Parfois, nous avons la sensation de connaître quelqu’un depuis de longues années après seulement cinq minutes d’échange. Cette sensation de familiarité vient de la synchronisation interpersonnelle, c’est-à-dire du moment où le rythme de parole, les expressions ou encore la respiration des deux interlocuteurs se synchronisent parfaitement.

 

[Photo : Juri Gianfrancesco via Unsplash – source : http://www.slate.fr]

La langue française regorge d’expressions proscrites par les parangons de la bonne éducation.

 

Écrit par Maguelonne de Gestas

Qu’est-ce que la politesse? Pour en comprendre ses principes, il faut, selon Schopenhauer, nous comparer à des porcs-épics. Afin d’avoir chaud ensemble, ces derniers ne doivent être ni trop près, ni trop loin, comme le relate Jean Pruvost dans La Politesse, Au fil des mots et de l’histoire (Tallandier, 2022). Ainsi de ces petites formules de politesse, qui, selon les parangons de la bonne éducation, nuisent à l’harmonie d’une vie en société. Ce sont «les bonnes manières», qui énoncent «ce qui se dit» et «ce qui ne se dit pas». Si elles font montre de sévérité, elles sont surtout divertissantes. Particulièrement quand on peut les transgresser. «Bon appétit », «je m’excuse », «enchanté »… La rédaction vous propose de redécouvrir en une série d’articles l’histoire de ces formules orales désapprouvées par le savoir-vivre. Cette semaine, revenons sur l’expression «au plaisir».

Une expression «petite-bourgeoise»

Pourquoi donc «au plaisir» ne serait pas courtois? Cette formule s’emploie en guise «d’au revoir», lorsqu’on veut signifier à son interlocuteur que l’on espère le voir bientôt. Le «plaisir» nous vient de l’ancien français plaisir, qui signifiait «plaire», du latin placere, «être agréable, agréer». Jusqu’ici, rien ne semble justifier l’opprobre lancé sur notre formule. Elle est pourtant qualifiée de «familière» par le Larousse, qui en donne la définition suivante: «formule lorsqu’on quitte quelqu’un», sans d’autres informations. Le Trésor de la langue française est plus prolixe. Selon lui, cette expression pour prendre congé est «considérée, de nos jours, comme petite-bourgeoise ou populaire, en tout cas peu distinguée».

Que reproche-t-on à ces trois mots qui semblent inoffensifs? Simplement leur forme abrégée. «Au plaisir» est l’ellipse d’«au plaisir de te, vous voir, revoir». Une abréviation est toujours moins courtoise que la phrase dans son entièreté, comme c’est le cas pour «enchanté» ou «respects», deux formules que la bienséance voit d’un mauvais œil. Voilà pourquoi elle énonce de préférer: «à bientôt, avec plaisir», ou «je vous reverrai avec plaisir», ou encore, si l’on y tient, «au plaisir de vous revoir».

Notons l’expression «à plaisir», dont le sens n’a rien à voir avec sa cousine. Elle veut dire: «selon les impulsions, sans se limiter». On l’utilise dans des phrases comme: «il se lamente à plaisir». Que l’on se rassure, personne n’a encore trouvé à redire pour celle-ci. Jusqu’à ce que…

 

[Photo : Bridgeman Images – source : http://www.lefigaro.fr]

Convoqué par la justice pour des dessins considérés comme diffamants, le dessinateur Ghilas Aïnouche, ancien collaborateur de Charlie Hebdo, se trouve dans une situation délicate.

Le caricaturiste Ghilas Aïnouche vient d'être convoqué par la justice algérienne. | Capture d'écran Ghilas Aïnouche via YouTube

Le caricaturiste Ghilas Aïnouche vient d’être convoqué par la justice algérienne. | Capture d’écran Ghilas Aïnouche via YouTube

Écrit par Mussa Acher — édité par Thomas Messias

Plus exposés que les journalistes eux-mêmes, car tenus de garder quotidiennement leur sens de l’humour couplé à un esprit subversif à toute épreuve, le tout dans un climat fait de morosité et d’autocensure généralisées, les caricaturistes et dessinateurs de presse algériens traversent aujourd’hui une conjoncture difficile. La plus difficile peut-être depuis la «décennie noire», où il leur fallait apporter un zest d’humour et toujours trouver mots d’esprit et sarcasmes pour commenter une actualité des plus dramatiques.

C’est pourquoi, il ne faut jamais s’étonner du décalage qu’il y a, aujourd’hui, entre le ton de liberté qu’on trouve chez certains dessinateurs et l’extrême platitude qui caractérise la ligne éditoriale de la plupart des titres.

Un ancien collaborateur de Charlie Hebdo poursuivi en justice

Pour contourner l’autocensure et l’imprimatur, d’aucuns choisissent de publier leurs croquis dans des blogs personnels ou, comme c’est le cas le plus souvent, sur les réseaux sociaux, permettant ainsi un accès gratuit au public. Cela ne les a pas mis, toutefois, à l’abri des pressions, voire des poursuites.

C’est le cas du jeune caricaturiste Ghilas Aïnouche, 34 ans, ancien collaborateur de Charlie Hebdo, qui vient d’être convoqué par la justice algérienne pour ses caricatures jugées diffamantes, ce qui inclut notamment celles évoquant le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. L’information nous a été confirmée par une source proche du dessinateur.

Ghilas Aïnouche, qui vit depuis quelques années en France, doit faire l’objet d’un mandat d’arrêt international s’il ne se présente pas devant la juridiction qui a lancé la procédure. Il risque d’être condamné à une lourde peine pour atteinte aux «symboles de l’État».

Ghilas Aïnouche n’épargne aucune autorité politique, président de la République en tête.

L’article 144 bis du Code pénal stipule: «Est punie d’une amende de cent mille (100.000) dinars à cinq cents mille (500.000) dinars toute personne qui offense le président de la République par une expression outrageante, injurieuse ou diffamatoire, que ce soit par voie d’écrit, de dessin, de déclaration, ou de tout autre support de la parole ou de l’image, ou que ce soit par tout autre support électronique, informatique ou informationnel.»

«Atteinte aux symboles de l’État»

Dans ces dessins qu’il publie dans son blog personnel ou, plus souvent, dans des journaux en ligne opposants, eux-mêmes censurés, Ghilas Aïnouche n’épargne aucune autorité politique, président de la République en tête, et ne se gêne pas pour caricaturer, avec des traits parfois bruts et sciemment provocateurs, tous ceux qui, y compris dans l’opposition, lui semblent s’opposer au hirak, le mouvement de contestation du 22 février 2019.

Il faut dire que ce caricaturiste est aussi soupçonné de promouvoir des idées partisanes proches de celles que défend le Mouvement séparatiste kabyle (MAK), classé, depuis une année, comme organisation terroriste. Ce qui ne peut qu’aggraver son cas.

Dans un de ces croquis critiques envers le chef de l’État, on voit celui-ci au milieu de bâtiments en ruine (à la suite d’un séisme), et de tentes occupées par des sinistrés: «Je promets de régler la crise du pays… comme j’ai déjà réglé la crise du logement.»

Ghilas Aïnouche n’est pourtant pas le seul à brocarder le président Tebboune ou les chefs de l’armée. Dilem, célèbre caricaturiste des quotidiens Le Matin, puis de Libertéaujourd’hui disparus, dans un dessin paru le 24 avril, jour de vote en France, diffusé sur Facebook, montre Abdelmadjid Tebboune, accompagné d’un gradé de l’armée, faire ce commentaire devant un écran de télévision sur lequel apparaît un bulletin de vote glissé dans une urne en France: «Allahouma inni saïm!» (littéralement: «Dieu, pardonne-moi, je suis jeûneur!»). Une expression habituellement utilisée à la vue d’une scène impudique ou immorale susceptible d’altérer la pureté du jeûne.

Rire et pouvoir sont-ils incompatibles?

Cela dit, la procédure lancée contre Ghilas Aïnouche pose à nouveau en Algérie la délicate question de savoir si on peut rire de tout –donc y compris du président, de la religion et des autres sujets tabous– et quelle est, surtout, la limite fixée à la liberté d’expression dans ce pays.

«Dès qu’un titre émerge, le pouvoir se précipite pour lui mettre des entraves, l’assiéger, l’étouffer en prison, et, parfois, le confisquer et jeter ses rédacteurs en prison.»

Kamel Karour, éditeur, écrivain et auteur satirique

Réagissant à la nouvelle de la convocation de Ghilas Aïnouche, un internaute explique cet «acharnement» contre un jeune caricaturiste par le fait que les gens du pouvoir «n’aiment pas rire et, par conséquent, n’aiment pas les caricatures».

De façon plus large, ce constat rappelle la situation de la liberté de la presse en Algérie. Les journalistes redoutent, en effet, un retour à la pénalisation des délits de presse, alors que, officiellement, cette mesure est levée depuis 2012. Les premiers à en avoir fait les frais sont les journalistes et contributeurs de la presse satirique.

Le mauvais sort

Interrogé par Slate.fr, Kamel Karour, éditeur, écrivain et auteur satirique, estime que «la presse satirique attire le lecteur algérien et forme facilement une opinion. C’est pourquoi le pouvoir ne l’accepte pas et la combat par divers moyens. Seule la satire arrive à entamer la puissance et la sacralité du pouvoir. C’est pour cela qu’on l’empêche de prospérer et de s’épanouir.»

Pour cet éditeur, qui a eu, dans les années 1990, à lancer un journal satirique, l’histoire de la presse satirique en Algérie se résume à une expérience «très douloureuse»«Dès qu’un titre émerge, soutient-il, le pouvoir se précipite pour lui mettre des entraves, l’assiéger, l’étouffer en prison, et, parfois, le confisquer et jeter ses rédacteurs en prison.»

En plus de trente ans d’existence, la presse satirique algérienne, héritière d’une longue tradition en BD, a toujours été poursuivie par le mauvais sort. D’El-Manchar, lancé en 1990 par le journaliste Saïd Mekbel, tué dans un attentat terroriste en 1994, à des journaux en ligne comme National Geotrafic, en passant par Bouzenzel et Essah-Afa, qui tirait à plus de 100.000 exemplaires avant de disparaître, il ne reste plus qu’une pâle copie du premier, dans une version électronique à la diffusion aléatoire.

Tous n’ont eu qu’une vie éphémère. Ce qui obligeait, souvent, les caricaturistes et autres journalistes satiriques à se contenter de la moindre lucarne qui leur était cédée dans la plus lugubre des rédactions.

 

[Source : http://www.slate.fr]

Escrito por XESÚS ALONSO MONTERO

Un intelectual escribe unha carta, de resposta, a unha muller, e faino con expresións como esta: «A túa carta es ti. Marabillosa, única. Conservareina como unha xoia». É o escritor que, dous anos despois, despídese da destinataria deste xeito: «Todos os días contemplo o teu retrato e consólome e conforto mirándoo». Estas e outras expresións máis ou menos semellantes abundan nas cartas deste autor do que moitos sospeitarán que se trata dun mozo novo tolamente namorado desa muller.

Pois ben, o autor, lonxe de ser un mozo novo da época romántica, xa cumprira 62 anos e exercía, como catedrático, na Universidade de Santiago na década dos cincuenta. Trátase —sospeitarán algúns— da carta a unha amante ou a unha esposa moi amada. Non hai tal. Desde o 2007 saben os eruditos que o autor de tales cartas chamábase Ramón Otero Pedrayo e tamén saben que a destinataria destas conmovedoras páxinas non era a súa esposa nin unha amante máis ou menos clandestina: era dona Eladia Pedrayo Ansoar, nai do eminente polígrafo ourensán.

Consérvanse 1.028 cartas de don Ramón á súa «Queridísima mamaciña mía», publicadas no ano 2007, en Galaxia, polas profesoras Patricia Arias Chachero e Mónica Pazos Martínez. Nesas cartas prodíganse despedidas como estas dúas: «Adeus, preciosa mamá. Recibe mil bicos e o corazón do teu fillo que che adora e suspira por verche» (1946); «… que rara paréceme esta semana sen tomar o Castromil ou o tren para visitar ao meu amor» (1951). Nesta data, don Ramón tiña 63 anos e dona Eladia xa cumprira 92, e nunca hai, na prosa epistolar do fillo, palabras ou expresións que soen retóricas. Carteouse con ela, ás veces diariamente, desde 1905, con 17 anos.

O pasado sábado, 23 de abril, no Liceo de Ourense, a Fundación Otero Pedrayo organizou unha xornada de catro conferencias, co título Abril oteriano, no que disertaron Henrique Monteagudo —Otero e a represión lingüística no franquismo—, Xosé Manuel Salgado —unha novela inédita de don Ramón— e Miguel Anxo Seixas Seoane —a relación de Castelao co homenaxeado—. Eu volvín, de novo, sobre A inmensa e prodixiosa literatura epistolar de Otero Pedrayo.

[Fonte: http://www.lavozdegalicia.es]

 

 

‘Pringar’ és un castellanisme que s’ha escampat innecessàriament en el català col·loquial · Us presentem una munió d’alternatives per a evitar-loVilaWeb

Escrit per Jordi Badia i Pujol

El castellanisme pringar ja fa anys que es va començar a escampar, sobretot en la parla juvenil. Com que té significats diversos, per a suplir-lo no hi ha una sola solució, sinó unes quantes.

1. Empastifar, enllardar, enllefiscar, enfangar, emmerdar…

Amb el significat literal de ‘embrutar o tacar amb una substància pastosa, viscosa o grassa’, tenim unes quantes alternatives, com ara empastifarTens la cara ben empastifada de tomàquet; enllardarVeig que t’has enllardat les mans; i enllefiscarAmb què us l’heu enllefiscada, la camisa? Tots aquests verbs, juntament amb enfangar i emmerdar, també es poden fer servir figuradament, amb el significat de ‘ficar-se un assumpte tèrbol i perjudicial’: El van embolicar en aquell negoci i ara està ben emmerdatLa notícia és certa: està enfangat fins al capdamunt i pot acabar a la presó.

2. Fotre’s, fer-se fotre, fer-se retratar

Amb el significat de ‘suportar una experiència desagradable’, podem fer servir vulgarismes com ara fotre’sNo vas dir que hi volies anar? Doncs ara et fots! (en compte de: Doncs ara a pringar!) També el podem reforçar amb el verb fer, és a dir, fer-se fotreHa anat a dormir tard i no s’aguanta dret: que es faci fotre (i no pas: …ara que pringui). Hi ha sinònims, no tan malsonants, com ara fer-se fúmer o fer-se retratar.

3. Pencar, sirgar

Un altre significat que es dóna a pringar, derivat de l’anterior, és ‘treballar’. Amb aquest valor, el mot col·loquial més estès és pencarM’empipa fer guàrdia, perquè quan tothom surt a voltar a mi em toca pencar. En alguns indrets es fa servir un sinònim, del mateix registre, que és sirgarSi no ve a treballar, haurem de sirgar doblement.

4. Rebre, tocar el rebre, llepar

Col·loquialment, amb el significat de ‘ésser objecte de violència física o verbal, o d’un mal’, el verb adequat és rebreNo el feu emprenyar, que rebrem. De vegades, es reforça amb el verb tocar, és a dir, tocar el rebre (o tocar rebre): Si no ho acabes abans de migdia, et tocarà el rebre. També, en alguns indrets, es fa servir el verb lleparVal més que callis, que encara lleparàs. Aquest ús del verb llepar no és acceptat pels diccionaris normatius, com tampoc carregar-se-la, que, en canvi, sí que consta en el diccionari Alcover-Moll: Vés alerta, que te la carregaràs!

5. Estar fotut, estar cardat, haver rebut, haver begut oli

Amb un significat ampli –‘trobar-se en mal estat’–, tenim l’expressió estar fotut, que ens pot servir per a evitar estar pringatVolíem anar a caminar, però plou: estem ben fotuts. També hi ha l’expressió sinònima estar cardat (que fa poc que va entrar al DIEC): Si guanya la Le Pen, estem cardatsN’hi ha una de molt genuïna, que és haver rebutI compte, que si ho fas malament, ja has rebut! I encara haver begut oliNo facis cap pas en fals, que si t’enxampa ja has begut oliAmb aquest significat, també ens podem servir d’alguns recursos que ja hem esmentat: estar fumuthaver llepat, haver tocat el rebre…

6. Ésser un passerell, fer el préssec, fer el paperina, fer el ridícul…

Quan parlem d’algú que ‘té una actitud molt innocent’, que ‘es deixa ensarronar’, o bé que ‘es troba en una situació ridícula’, no cal que diguem que és un pringat: podem emprar construccions ben populars, com ara ésser un passerell (o fer el passerell): I t’ho has cregut? Ets un passerell; també fer el préssecEi, hem de protestar com tots: no fem el préssec (i no pas …no siguem pringats); fer el paperinaDiu que ja està tip de fer el paperina i que plegarà (i no: Diu que ja està tip de ser un pringat…); fer el ridícul… Segons el context i segons la intensitat de la innocència de l’individu, també podem fer servir adjectius com ara beneit, janot, bonàs, pau, pobre d’esperit, taujà… i frases fetes com no papar-ne ni unabeure a galettenir llana al clatell

7. Desgraciat, marginat, fracassat, ruc, beneit, tros de quòniam…

Fent una extensió del significat anterior, pringat també es fa servir, despectivament, com un insult per a referir-se a algú que és exclòs o discriminat en un grup. En aquest cas, hi ha una bona diversitat de matisos, de manera que ens podem servir de mots com ara desgraciat (‘que es troba en una situació lamentable’ o bé ‘mancat de gràcia’): Explica acudits i no riu ningú, pobre desgraciatmarginat (‘apartat, que ningú no té en compte’): És el marginat de la classefracassat (‘que no ha reeixit en alguna cosa’): Va deixar el partit perquè no el votava ningú: quin fracassat. Hi podríem afegir, com a insults en compte de pringatruc, beneit, ximple, tros de quòniam, tros d’ase…

8. Llardós, greixós, untós, llefardós, llefiscós…

Tornant al començament, al sentit originari, l’adjectiu pringós l’hem de substituir per llardósSe’m va acostar amb aquelles mans llardoses i jo volia desaparèixer; o bé sinònims com ara greixósVaig haver de dormir amb uns llençols greixosos i esparracats; untósTenia uns cabells untosos, devia fer dies que no es rentava el cap; llefardósVam entrar en un bar llefardós i rònec; llefiscósEra una bèstia tota grassa i llefiscosa

Com veieu, doncs, no hi ha cap necessitat de dir pringar ni derivats. El català col·loquial té recursos de sobres per a sortir-se’n tot sol. La nostra llengua és prou rica i versàtil perquè ens puguem expressar en qualsevol situació sense haver de demanar permís.

 

[Fotografia: Cottonbro (Pexels) – font: http://www.vilaweb.cat]

renoncer à trouver ou à deviner une solution ; se reconnaître incapable de trouver la solution à un problème ; s’avouer dans l’impossibilité de trouver la solution ; renoncer à découvrir la clef d’une énigme ; renoncer à découvrir la clef d’une charade ; renoncer à essayer de deviner quelque chose ; avouer son ignorance

Origine et définition

Cette expression n’apparaît qu’au XIXe siècle.
Auparavant, on disait « Jeter sa langue aux chiens » (Mme de Sévigné).
Aux chiens, on jette les restes, ce qui n’a plus de valeur.
Leur jeter sa langue, c’est leur abandonner son organe de la parole qui n’a plus d’utilité puisqu’on ne dira jamais la solution qu’on renonce à chercher.
Mais pourquoi les chiens sont-ils devenus un chat auquel on donne au lieu de jeter ?
« Mettre quelque chose dans l’oreille du chat » (George Sand), c’était lui confier quelque chose qui devait rester secret, oublié. Le ‘chat’ avait donc connaissance de beaucoup de choses sans pour autant être capable de les divulguer, car à part le chat botté, il y a peu de ces animaux qui parlent.
Donner sa langue au chat serait ainsi un mélange de « jeter sa langue devenue inutile » mais « la confier au chat » pour être sûr qu’il la gardera, peut-être pour le cas où on déciderait de la récupérer plus tard.
À moins, tout simplement, qu’on ait voulu adoucir le jeter sa langue au chien, en remplaçant jeter par donner, plus sympathique, et chien par chat, vu comme moins féroce…

Exemples

Ce serait drôle si, au lieu de dire « Donner sa langue au chat« , on disait « Donner sa langue au shérif ».
Il a donné sa langue au chat.
Non… Toujours pas ? Bon, vous donnez votre langue au chat ?
RC: Je crois que j’ai exécuté mon obligation contractuelle en répondant à huit questions, donc je donne ma langue au chat.
Alors, tu donnes ta langue au chat?

Comment dit-on ailleurs ?

Langue

Expression équivalente

Traduction littérale

Allemand das Handtuch werfen jeter la serviette
Allemand die Flinte ins Korn werfen jeter le fusil aux grains
Allemand nicht mehr weiterraten renoncer à deviner
Anglais i quit

j’arrête, je cesse, j’abandonne, je quitte, je renonce, je démissionne

Anglais to give up the ghost renoncer au fantôme
Anglais to throw in the sponge jeter l’éponge
Anglais to throw in the towel jeter la serviette
Anglais (USA) « I got nothin » »

« J’ai rien » [qui me vienne à l’esprit]

Anglais (USA) to give up abandonner
Arabe (Algérie) يروندي (yronder) renoncer
Arabe (Maroc) ba3t hmari j’ai vendu mon âne
Arabe كعيت (k3iit) j’abandonne
Espagnol (Espagne) donar la llengua al gat donner sa langue au chat
Espagnol (Espagne) me rindo je me rends
Espagnol (Espagne) tirar la toalla jeter la serviette
Espagnol (Espagne) Darse por vencido S’avouer vaincu
Espagnol (Argentine) tirar la esponja jeter l’éponge
Espagnol (Espagne) dar la lengua al gato donner sa langue au chat
Français bezañ dal e gazh son chat est aveugle
Grec κατάπιε τη γλώσσα του il a avalé sa langue
Hongrois szabad a gazda le maître est libre
Hébreu

התייאש מלמצוא פתרון לדבר (hityaèch milimtso pitronn ladavar)

le désespoir est venu pour trouver une solution pour parler

Italien arrendersi renoncer
Italien gettare la spugna jeter l’éponge
Italien rinunciare a indovinare renoncer à deviner
Néerlandais ik geef het op j’abandonne
Néerlandais

de handdoek in de ring gooien

jeter la serviette dans le ring
Néerlandais het voor gezien houden le tenir pour vu
Portugais (Brésil) chutar o balde taper dans le seau
Portugais (Portugal) entregar os pontos remettre les points
Portugais (Portugal) jogar a toalha jeter la serviette
Portugais (Portugal) pedir água demander de l’eau
Portugais (Portugal) pedir arrego louer
Roumain a se da bătut se donner battu
Serbe pojela ti je maca jezik le chat t’a mangé la langue
Turc Havlu atmak, pes etmek
Ajouter une traduction

Si vous souhaitez savoir comment on dit « donner sa langue au chat » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemandcliquez ici.

Ci-dessus vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

[Source : www.expressio.fr]

Si seulement tous les noms prenaient un s au pluriel, la langue française serait simple. Hélas, les exceptions sont légion.
Écrit par Michel Feltin-Palas
Nous l’avons tous appris sur les bancs de l’école : « En français, le s est la marque du pluriel ». Un arbre, des arbres ; une voiture, des voitures ; une table ; des tables, et ainsi de suite. Sauf que non. Un certain nombre de vocables jouent les rebelles et ne respectent pas cette pseudo-loi d’airain. En voici quelques exemples.
· Les pluriels en oux. Commençons par les vedettes de la catégorie. Bijoucaillouchougenouhiboujoujou et pou prennent un x au pluriel, à la différence des autres mots en ou qui, eux, se terminent par un s : des trous, des clous, des filous et même des scoubidous (bidous-wouah !)… L’explication ? Sans entrer dans les détails, retenez simplement qu’en ancien français, les termes de la première liste comportaient un mouillé : on écrivait ainsi pouil et genouil et que « ce l final a entraîné un x, comme dans vitrail > vitraux », comme le précisait l’historienne de l’orthographe Nina Catach dans le Dictionnaire historique de l’orthographe française (Larousse). La fameuse énumération n’est d’ailleurs pas forcément complète. L’usage hésite aujourd’hui pour tripou et ripou, auxquels on peut accoler aussi bien un s qu’un x.
· Les mots qui ont deux pluriels. Encore plus sioux, si j’ose dire, certains termes poussent le raffinement jusqu’à posséder deux pluriels. Aïeul, par exemple, donne aïeuls quand il s’agit de nos grands-parents, mais aïeux quand on évoque l’ensemble de nos ancêtres. Subtilité encore avec ail, qui débouche sur la forme ails pour la plante, mais sur aulx pour le condiment. Plus poétique : ciel a pour pluriel ciels quand on parle de peinture (« Les ciels de Léonard de Vinci »), de paysages (« Les ciels de Provence ») ou de décoration intérieure (« Les ciels-de-lit »). En revanche, cieux est de rigueur pour le firmament (« L’immensité des cieux ») ; l’univers religieux (« Notre Père qui est aux cieux ») de même que dans certaines expressions (« Partir sous d’autres cieux »). Citons enfin banal qui aboutit généralement à banals (« des propos banals ») mais à banaux dans son sens féodal – « à la disposition de tous » (« Des fours banaux »).
· Les adjectifs en al. Habile transition : ce dernier exemple m’offre l’occasion d’évoquer les adjectifs en al qui acceptent deux pluriels, sans que cela entraîne de changement de sens. On peut ainsi écrire « des classements finals » et « des classements finaux ». D’autres représentants de cette famille, en revanche, n’acceptent que les pluriels en aux : des vents automnaux, des artistes géniaux, des profits maximaux, des conflits tribaux… Certains de leurs cousins, au contraire, se terminent exclusivement par als : fractal donne fractals ; bancal, bancals et il en va de même pour natal et naval. Attention au piège : si fanal (grosse lanterne) au pluriel aboutit à fanaux, fatal exige fatals ! Sachez enfin que les dictionnaires ne sont pas toujours d’accord entre eux. Ainsi, le Robert tolère tonals et tonaux tandis que le Larousse refuse cette dernière forme. En revanche, c’est l’inverse pour jovial, terme pour lequel le Larousse préconise la souplesse tandis que son concurrent n’admet que joviaux (non, l’aspirine n’est pas fournie avec cette chronique)…
· Les mots qui changent complètement de forme. Nous n’y prenons plus garde, mais il n’y a rien d’évident à ce qu’un œil ajouté à un autre aboutisse à deux yeux. Pour comprendre cette curiosité, il faut savoir qu’à partir des six déclinaisons du latin, l’ancien français en avait conservé deux, et qu’il nous en reste quelque chose. « Œil » correspond en fait à l’ancienne forme de « cas régime singulier » et « yeux » à l’ancien cas régime pluriel. Cela dit, œils – oui, avec un s – se rencontre dans certains mots composés comme œils-de-bœuf ou œils-de-perdrix. On l’emploie également quand il revêt un sens technique (les œils d’une voile ou des caractères d’imprimerie) ou encore… dans les conférences de rédaction de L’Express (où les œils désignent les articles à caractère éditorial). À noter enfin que l’on distingue les clins d’œil des clignements d’yeux, comme le remarque malignement le site Projet Voltaire.
Il est encore bien des originalités dans notre lexique. Cheval donne généralement chevaux, sauf dans l’expression chevau-légers. Orguedélice et amour, masculins au singulier, deviennent féminins au pluriel (« Un bel orgue, de grandes orgues »). Travail peut s’écrire travails quand on veut parler de « l’appareil servant à maintenir les grands animaux domestiques pour les ferrer ou les soigner » (ce qui, reconnaissons-le, n’arrive pas tous les jours) et il fut un temps où le pluriel de portail était « portaux » (si, si).
Autant d’exceptions à la règle qui avaient conduit après-guerre un très haut fonctionnaire, Aristide Beslais, directeur de l’enseignement au ministère de l’Éducation nationale de 1947 à 1959, à proposer une réforme radicale : la généralisation du s pour la totalité des pluriels, qu’il s’agisse des bijous, des cheveus, des gens heureus ou des faus billets. Il dut cependant battre en retraite face à l’opposition farouche des amoureus de la tradition…
[Source : http://www.lexpress.fr]

ne plus rien comprendre

Origine et définition

Cette expression, dont le sens actuel date du XXe siècle, a eu diverses formes et significations.
Le latin était la langue du Latium (ou Lazio, en italien), cette région d’Italie où se trouve Rome.
À une lointaine époque, dans ce qui allait devenir notre pays, le latin était la langue principalement écrite maîtrisée par les érudits, les savants et les ecclésiastiques, opposée à la langue parlée vulgaire, le roman.
Au XIVe siècle, « perdre son latin » s’appliquait bizarrement aux oiseaux, incapables de parler le moindre langage, comme n’importe quel autre animal.
Au XVIe, la locution signifie aussi bien « renoncer à comprendre », montrant ainsi la difficulté de cette langue pour un Français, que « ne plus savoir que faire, ni que dire » et qui s’exprimait aussi sous la forme « être au bout de son latin ».
Elle a également été utilisée aux XVIIIe et XIXe siècles pour dire « perdre son temps et sa peine, travailler inutilement à quelque chose ».
Autant dire que ce latin, pourtant indispensable pour comprendre l’étymologie de beaucoup de nos mots, a toujours porté une connotation négative, probablement liée à sa difficulté d’apprentissage et au clivage qu’il matérialisait entre les érudits et les autres.

Exemples

« Alain Rey, le plus célèbre des linguistes, lance un pavé dans la mare en proposant dans son Petit Robert 2009 des mots écrits d’une manière différente de celle des autres dictionnaires. Son but : simplifier notre langue. De quoi en perdre son latin ! »
Le Parisien – Article du 27/09/2008

Comment dit-on ailleurs ?

Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemand mit seinem Latein am Ende sein être au bout de son latin
Anglais i can’t make head nor tail about it

je ne peux faire ni tête ni queue à ce sujet

Anglais it’s double Dutch to me

pour moi, c’est du hollandais multiplié par deux

Anglais (USA) it’s all Greek to me c’est du grec pour moi
Anglais (USA) To be thrown for a loop Être lancé en boucle
Anglais (USA)

to be unable to make heads or tails of something

ne pas pouvoir dire à pile ou face
Espagnol (Argentine) estar en bolas être en boules
Espagnol (Espagne) no entender ni jota ne même pas comprendre le j
Espagnol (Espagne) perder el oremus perdre l’oremus
Espagnol (Espagne) Quedarse en ayunas Rester à jeun (= ne rien comprendre)
Espagnol (Panama) no entender ni papa ne comprendre même pas la patate
Français (Canada) pour moi, c’est du chinois c’est à ne rien comprendre
Hongrois nekem ez kínaiul van pour moi, c’est du chinois
Hébreu

לא ירד לעומקו של עניין (lo yarad leomko chèl inyènn)

il n’a pas été profondément exaspéré
Hébreu

לא הבין מאומה (lo hèvinn meouma kloum)

je ne pouvais pas le comprendre
Hébreu לא הבין כלום בעניין (lo hèvinn kloum beanyènn) ne comprenait rien à ce sujet
Hébreu לא הבין כלום (lo hèvinn kloum) je n’ai rien compris
Hébreu

לא הבין דבר וחצי דבר (lo hèvinn dibèr vakhètsi dibèr)

ne comprenait rien et demi
Italien non capirci un accidente n’y comprendre rien
Italien non capire un cazzo ne pas comprendre une bite
Italien non capire un fico secco ne pas comprendre une guigne
Néerlandais (Belgique) aan het eind van zijn Latijn zijn être au bout de son latin
Néerlandais (Belgique) met zijn mond vol tanden staan se trouver la bouche pleine de dents
Néerlandais dat is chinees voor mij c’est du chinois pour moi
Néerlandais dat is latijn voor mij ça c’est du latin pour moi
Néerlandais de draad kwijtraken perdre le fil
Néerlandais de kluts kwijtraken perdre la tête
Néerlandais helemaal van de wijs zijn avoir complètement perdu la mélodie
Néerlandais het spoor bijster zijn ayant perdu la piste
Portugais (Brésil) não entender bulhufas n’y rien comprendre
Roumain A nu înţelege o iotă Ne pas comprendre un iota

Ajouter une traduction

Si vous souhaitez savoir comment on dit « en perdre son latin » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemandcliquez ici.

Ci-dessus vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Variantes

  • Perdre son patin

[Source : www.expressio.fr]

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a assimilé le courant intellectuel et ses penseurs français à un vulgaire «virus». Mais de quoi et de qui parle-t-on exactement?

L'anthropologue Claude Lévi-Strauss, membre de l'Académie française, pose dans son bureau du Collège de France, le 08 juin 2001 à Paris. | Joel Robine / AFP

L’anthropologue Claude Lévi-Strauss, membre de l’Académie française, pose dans son bureau du Collège de France, le 08 juin 2001 à Paris.

Écrit par Sophie Benard — édité par Hélène Pagesy

Les attaques répétées contre ses finances et son organisation se suffisaient pas; le gouvernement s’attaque maintenant à ses productions. L’Université française, qui précarise de plus en plus ses étudiants et ses travailleurs, qui offre de moins en moins de possibilités de carrière à ses enseignants et à ses chercheurs, est maintenant mise en question en son cœur. Le colloque clownesque «Après la déconstruction» qui s’est tenu les 7 et 8 janvier derniers, financé et introduit par le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, en était la preuve.

Au moment de son discours introductif, le ministre de l’Éducation nationale s’est targué d’une métaphore d’un goût douteux: «D’une certaine façon, c’est nous qui avons inoculé le virus avec ce qu’on appelle parfois la French Theory. Maintenant, nous devons, après avoir fourni le virus, fournir le vaccin.» Le pouvoir en place et les enseignants-chercheurs les plus réactionnaires de l’université cherchent donc à se défaire du «virus» que serait la French Theory. Mais qu’est-ce que la French Theory, au fait?

Une histoire franco-américaine

Son nom l’indique: la French Theory est une pensée française ou, du moins, un courant intellectuel initié en France. Elle désigne donc des auteurs et des pensées françaises; un corpus philosophique, mais aussi littéraire et de sciences sociales, dans lequel les notions de «critique» et de «déconstruction» occupent une place centrale. Et ce sont justement ces notions qui permettent aujourd’hui de rendre la French Theory responsable de la fureur wokiste qui s’abat sur la France depuis quelques années.

Mais si l’expression qui le désigne est en anglais, c’est parce que l’unité de ce courant intellectuel s’est en réalité constituée –plus ou moins artificiellement; d’ailleurs– aux États-Unis. L’histoire de la French Theory est en effet l’histoire de nombreux échanges entre les universités et les milieux intellectuels français et américains. La France du début des années 1960 connaît une ébullition intellectuelle d’une rare intensité; ébullition qui mènera, entre autres, à Mai 68. Car il faut le reconnaître d’entrée de jeu: de nombreux intellectuels susceptibles de se voir appliquer l’étiquette de French-théoriciens sont des penseurs de gauche. (On commence à comprendre pourquoi ce vaste courant intellectuel peut devenir un vulgaire «virus» dans la bouche d’un ministre du gouvernement d’Emmanuel Macron.)

Dès les années 1970, ces pensées s’exportent aux États-Unis, où les universitaires les reçoivent avec enthousiasme: les auteurs français sont traduits et étudiés, analysés et discutés. Et à peine une dizaine d’années plus tard, les effets de ces pensées commencent à apparaître sur les campus américains: fleurissent alors de nouveaux départements dans les universités, des départements d’études culturelles, d’études de genre ou encore d’études postcoloniales.

Pendant ce temps, en France, la French Theory a moins bonne réputation: l’après Mai 68 a déçu de nombreux intellectuels, et au fil des années les penseurs se réclamant des grands noms de la French Theory se font de moins en moins nombreux. Pourtant, la France n’en a pas fini avec les intellectuels qu’elle a formés et auxquels elle a permis d’exister. Dans les années 2000, l’impulsion French-théoricienne reprend: sous l’effet de traductions de penseurs américains, nos propres auteurs nous reviennent. Commencent alors, très timidement, et avec bien plus de difficultés qu’aux États-Unis, à s’installer, chez nous aussi, les études culturelles, postcoloniales, et de genre. Et la France de se saisir à nouveaux des questions philosophiques de la différence, du pouvoir et des normes.

De qui parle-t-on?

Mais de qui parle-t-on, quand on parle de French Theory? Qui sont les précurseurs des dangereux wokistes qui menacent l’Université, l’ordre social –et, pire encore, l’ordre moral? S’il est difficile d’établir une liste exhaustive de penseurs susceptibles d’être rattachés de près ou de loin à ce fourmillement intellectuel, quelques grands noms de notre histoire intellectuelle y figurent inévitablement.

L’anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Strauss (1908-2009) est par exemple incontournable, en ce qu’il a révolutionné ses disciplines de prédilection par la création de l’ «anthropologie structurale», qui leur applique des méthodes issues d’autres disciplines. Devant la fertilité intellectuelle de la démarche, les philosophes Gilles Deleuze (1925-1995) et Félix Guattari (1930-1992) s’engouffrent dans la brèche structuraliste (L’anti-Œdipe, 1972, Milles plateaux, 1980) et le psychanalyste Jacques Lacan (1901-1981) appuie ses travaux sur le structuralisme et la linguistique –et change à jamais le visage de la psychanalyse.

L’incontournable Simone de Beauvoir (1908-1986) et son Deuxième sexe (1949) provoquent aussi l’émoi aux États-Unis, ainsi que les autrices et philosophes Hélène Cixous (1937-) –qui a d’ailleurs cofondé le Centre universitaire de Vincennes en 1968, terreau fertile de renouveau intellectuel et politique, et y a créé dès 1974 le premier centre européen d’études féminines– et Monique Wittig (1935-2003), figure de proue des pensées queer et lesbiennes (La pensée Straight, 1992, Les Guérillères, 1969). Citons encore Jacques Derrida (1930-2004), philosophe de la déconstruction s’il en est, et Michel Foucault (1926-1984) (Les mots et les choses, 1966, Histoire de la sexualité, 1976 à 1984, et L’archéologie du savoir, 1969).

«Qu’on puisse adresser à ces penseurs des reproches théoriques est une chose; qu’on s’autorise à réduire leur importance historique et politique en est une autre.»

Si le regroupement de ces auteurs et autrices très différents les uns des autres peut sembler réducteur, il n’en reste pas moins qu’on retrouve, dans l’ensemble de ces pensées, au-delà de leurs divergences théoriques, des éléments communs. La démarche «critique» qu’on leur prête souvent est avant tout celle d’une critique du sujet –en particulier du sujet tel qu’il fut philosophiquement construit par Descartes, c’est-à-dire hors de toute détermination contingente. En ce sens, critiquer le sujet revient à démontrer que le sujet est construit, qu’il s’insère dans une culture qui lui est propre, dans des savoirs et des pratiques précises, dans un contexte historique et social, et que l’ensemble de ces déterminations le constituent, participent de ce qu’il est.

L’idée de la continuité historique est aussi remise en question par ces auteurs, par l’hypothèse selon laquelle l’histoire ne consiste pas en un progrès linéaire mais procède plutôt par périodes, ou par «régimes épistémologiques», pour reprendre l’expression de Foucault. Enfin la «critique» French-théoricienne s’applique à la critique elle-même, c’est-à-dire à la philosophie allemande –on pense par exemple à Kant et à ses Critiques, de la raison pure, et de la raison pratique.

Puissance méthodologique

Une fois de plus, c’est l’universalisme métaphysique qui est ici questionné: la morale, qui est par exemple l’objet de la Critique de la raison pratique, est-elle la même partout dans le monde? Ou la morale que Kant s’applique à établir est-elle déterminée par son époque, son lieu de vie, et l’ensemble des déterminations qui le constituent? Loin de considérer que la démarche kantienne est sans valeur, les French-théoriciens semblent plutôt s’être attachés à montrer qu’elle était un lieu de la vérité, l’un de ses aspects, mais qu’elle ne pouvait prétendre être la seule– et que d’autres discours, d’autres expériences devaient donc venir l’enrichir, la compléter.

Or la démarche de questionnement des savoirs eux-mêmes et de la façon dont on les produit est par essence une démarche philosophique. La puissance des pensées de la French Theory –qui a été immédiatement repérée aux États-Unis– est donc avant tout méthodologique: elle n’appelle pas à des thèses ou des doctrines précises mais à une méthode intellectuelle de production de la pensée. Foucault se félicitait ainsi de laisser derrière lui, pour les générations futures, une «boîte à outils» conceptuels et méthodologiques plutôt que des quelconques «vérités» philosophiques. Et c’est précisément pourquoi il est intellectuellement assez douloureux de constater que ces penseurs géniaux, dont les textes ne cessent d’inspirer de nouveaux développements et de nouvelles expérimentations, sont susceptibles, par ignorance ou par mauvaise foi, de se voir réduits au statut de «virus».

Qu’on puisse, quand on les lit et quand on les comprend, leur adresser des reproches théoriques est une chose; qu’on s’autorise à réduire leur importance historique et politique en est une autre.

[Photo : Joel Robine / AFP – source : http://www.slate.fr]