Archives des articles tagués Langues régionales

Un desenat de familhas l’an ja demandat, e desenant se prepausarà a totes los nòus maridatges

Doas familhas de Biàrritz an recebut lo primièr libret de familha bilingüe, que sas lengas son lo francés e lo basco. La consolessa màger de la vila del Bas Ador, Maider Arosteguy, vòl atal “aubrir ua nava èra a Biàrritz en tot despartimentar la lenga basca”, çò rapòrta Mediabask.

Lo document l’an revisat d’especialistas de l’Ofici Public de la Lenga Basca, en collaboracion amb de professors de drech de l’Universitat del Bascoat, per tal que la terminologia administrativa e legislativa siá exacta. Tanben s’es volgut que de bon completar pels oficièrs de l’estat civil non bascofòns.

Après un trabalh de sièis meses, lo document bilingüe es disponible e, après una comunicacion de la comuna dins la revista muncipala, i a mai de dètz familhas de la vila que l’an demandat. A mai, se prepausarà lo document a totes los maridatges que se celebraràn desenant. Arosteguy encoratja d’autras comunas que prepausen aquel “dispositiu simbolic”.

Los librets de familha bilingües francés-breton an ben capitat dins fòrça comunas de Bretanha. Seriá plan que las administracions occitanas o prepausèsson tanben en occitan, e que se faguèsse de versions en gascon dins las comunas del Bas Ador per qual o desirariá tanplan en la lenga nòstra.

[Imatge: Ville de Biàrritz – poblejat dins http://www.jornalet.com

L’Assemblea Nacional francesa ha aprovat una proposició de llei que obre la porta a la immersió en les llengües minoritzades de França i que permetrà un finançament millor de les escoles immersives associatives. L’aprovació ha estat qualificada “d’històrica” per diverses entitats que treballen a favor d’aquestes llengües.

El moment de l’aprovació de la llei a l’Assemblea.

La proposició de llei de protecció i promoció de les llengües regionals ha rebut el suport de 247 diputats, amb 76 vots en contra i 19 abstencions. Ha estat presentada per Paul Molac, un militant històric per la defensa de la llengua i la cultura bretones que, des de 2012, és diputat a l’Assemblea Nacional. L’octubre de 2018, Molac va constituir el Grup Llibertat i Territoris (LT) a la cambra baixa del Parlament francès. En formen part 18 diputats, entre els quals diversos de bretons, corsos, alsacians i occitans.

A la sortida de la sessió, Molac i altres representants bretons han cantat l’himne nacional de Bretanya, el Bro Gozh.

“És una victòria col·lectiva, amb suports del conjunt dels grups parlamentaris. El teixit associatiu s’ha mobilitzat molt, i també es tracta de la seva victòria”, ha declarat el diputat bretó.

Quins són els punts més destacats de la llei?

Durant el debat d’aquesta llei s’han destacat, sobretot, tres grans aspectes.

El primer és el fet que la llei permetrà que les escoles públiques puguin emprar la pedagogia de la immersió lingüística. És a dir: podran oferir la majoria de les assignatures en una de les llengües minoritzades tradicionals —bretó, català, occità, basc, cors… Fins ara, el màxim que podia oferir una escola pública era un ensenyament paritari (50%) francès-llengua minoritzada. Sí que podien emprar la immersió les escoles associatives immersives, com Diwan a Bretanya, Bressola a la Catalunya del Nord o Calandreta a Occitània, entre altres.

El segon és que aquestes escoles associatives podran rebre fons dels municipis on resideixen els seus alumnes, encara que no es tractin del municipi on està situat físicament el centre escolar. Fins ara, aquesta possibilitat només existia per a l’escola pública.

El tercer és que la llei autoritza l’ús de “signes diacrítics de les llengües regionals” en els actes d’estat civil. Per exemple, un nadó podrà ser inscrit oficialment amb un nom que incorpori un diacrític encara que aquest no estigui present en la llengua francesa. Va ser sonat el cas, el 2017, del tribunal que va prohibir la inscripció d’un nen amb el nom bretó “Fañch” perquè la lletra “ñ” no era admissible. Tot i que finalment l’infant va poder ser inscrit amb aquest nom, el cas va evidenciar la desprotecció dels pares i mares a l’hora de posar nom als seus nadons. Amb l’aprovació de la llei, no s’hauria de repetir un altre cas Fañch.

Un trajecte de més d’un any

La llei havia estat aprovada en primera lectura per l’Assemblea Nacional el febrer de 2020, però rebaixada respecte de la proposta inicial de Molac. Per contra, el Senat, en una votació el desembre del mateix any, va recuperar les parts que havien estat tallades a l’Assemblea.

Després de l’aprovació del Senat, calia que l’Assemblea aprovés de nou la llei en segona lectura, que és la que ha fet avui. El text és el mateix que va votar el Senat, de manera que la cambra alta no haurà de tornar a pronunciar-s’hi.

En tot cas, el Consell Constitucional encara podria revisar la constitucionalitat de la llei, abans que aquesta sigui promulgada. Alguns diputats de la majoria governamental opinen que la immersió a les escoles públiques no s’hauria d’haver aprovat perquè va en contra de l’article 2 de la Constitució, que reconeix el francès com “la llengua de la República”.

Molac ha replicat que la llei aprovada no obliga cap escola a oferir una línia educativa immersiva ni a cap alumne a seguir-la, amb la qual cosa, segons el seu parer, no es pot argumentar que atempti contra l’article 2.

 

[Foto: Twitter @LCP account screenshot – font: http://www.nationalia.cat]

L’Assemblea nacional votarà una PNL que garanteix la protecció de les llengües regionals

L’Assemblea Nacional francesa votarà el pròxim 8 d’abril una proposició de llei per « la protecció patrimonial de les llengües regionals i llur promoció ».

El text presentat pel diputat bretó Paul Molac i sostingut per un ample ventall d’associacions i elegits i pels 13 presidents de les regions de la França metropolitana, entre altres, ha de constituir un primer gest perquè l’Estat Francès « se reconciliï per fi amb les seues llengües » i posi en adequació la seua legislació amb la reconeixença patrimonial de les llengües regionals inscrita dins la Constitució (article 75-1) des de 2008.

De fet, el 74,7% dels habitants del Departament se declaren favorables o molt favorables al vot d’una llei de llengües regionals (enquesta UL-CN 2015).

L’Associació per a l’ensenyament del català (L’APLEC), a través de la Fédération pour les Langues Régionales dans l’enseignement public (FLAREP) i amb les associacions de les altres llengües, ha enviat als parlamentaris nord-catalans, occitans, bascos, bretons, corsos i normands un argumentari precís sobre la qüestió. Des de l’APLEC, es considera que « el català en particular té menester de textos clars i d’un quadre legislatiu actualitzat davant de les amenaces qui pesen sobre el seu ensenyament, i més precisament al liceu objecte de totes les pressions ».

 

[Font: http://www.racocatala.cat]

Les entitats en defensa de la llengua reclamen la signatura d’un conveni per a impulsar-la a les aules

Entre 3.000 i 5.000 persones es van manifestar dissabte 13 a Kemper (Quimper) per a reclamar la signatura d’un conveni entre els governs francès i bretó que impulsi l’ensenyament de la llengua bretona. Les negociacions per al conveni actualment es troben aturades.

Les entitats convocants de la manifestació van publicar un manifest de deu punts en què demanen, entre altres mesures, que el futur conveni faciliti l’obertura de noves classes bilingües o immersives en bretó a primària i secundària, la capacitació de professorat o l’oferiment, a tot l’alumnat de Bretanya, de classes d’iniciació a la llengua i la cultura bretones.

El conveni se signa per períodes quinquennals. El darrer va exhaurir-se el 2020 i encara no se n’ha signat un de nou. El president de Bretanya, Loïg Chesnais-Girard, afirma que hi ha “un blocatge de fons” sobre aquesta qüestió, i en fa responsable el ministeri d’Educació francès.

[Imatge: Ai’ta! Breizh – font: http://www.nationalia.cat]
On le sait peu, mais imposer à un individu un changement de langue – ou d’accent – peut provoquer de graves traumatismes psychiques.
Écrit par Michel Feltin-Palas
J’entends souvent cette réflexion : « Oui, on a obligé les Corses, les Bretons, les Auvergnats et les autres à parler français. Et alors ? » Et alors ? On peut opposer de nombreuses objections à cet « argument », mais j’aimerais cette semaine m’arrêter sur celle qui est sans doute la moins connue : les maladies psychiques que cette politique a entraînées. Je m’appuie pour cela sur les travaux d’un médecin de Montpellier, le docteur Pierre Boquel, qui mène des recherches sur ce thème depuis le centre de psychosomatique relationnelle de Montpellier, le Cresmep. Les conclusions auxquelles il est arrivé sont saisissantes. Je les résume ici :
1) La langue maternelle représente l’un des fondements de l’identité de chacun d’entre nous. C’est en effet par le langage qu’enfant, nous construisons notre relation aux autres, exprimons nos premières émotions, recevons des informations sur le monde qui nous entoure, nous construisons affectivement… Cet élément est « de la même importance que le sexe, le visage ou le nom », écrit Pierre Boquel.
2) Ce fondement se trouve fragilisé si l’on nous impose un autre idiome, supposé plus « noble ». Car il va de soi que si cette nouvelle langue est présentée comme « haute », c’est que la nôtre est « basse »… Apparaît peu à peu un sentiment appelé « honte de soi » (ou auto-odi), sachant que ce n’est pas seulement notre langue qui est dévalorisée, mais, à travers elle, notre lignée, notre région et notre culture.
3) Ce conflit entre « langue haute » et « langue basse » (les linguistes parlent de « diglossie ») provoque une redoutable tension chez la personne concernée. « Son identité profonde, attachée à sa langue maternelle, s’oppose à l’identité sociale qu’elle a dû se construire en adoptant la langue dominante et en se forgeant une « néo-identité » », précise Pierre Boquel. Il en découle un conflit intérieur où se mêlent angoisse de dépersonnalisation, perte du sentiment d’appartenance et refoulement des émotions.
4) Certaines personnes surmontent assez bien cette discordance, d’autres non. « Toute action qui fait « agir les unes contre les autres différentes aires de sa personnalité tend à rendre fou (c’est-à-dire schizophrène) », écrit Pierre Boquel en citant Searles, l’un des psychanalystes auxquels il se réfère. Dans cette situation, le « paradoxe identitaire » peut être corrélé à des pathologiques mentales.
5) Dans les cas les plus graves, ces tensions psychologiques provoquent même des maladies organiques, notamment des cancers de la face – le visage étant le siège de l’identité.
6) Ce qui est vrai des langues l’est aussi des accents, comme Pierre Boquel me l’a confirmé lorsque je l’ai interrogé pour le livre que j’ai coécrit sur ce sujet (1). Présenter une manière de parler comme ridicule en comparaison d’une prononciation standard a des conséquences délétères sur l’estime de soi des individus concernés.
Certains se rassureront à bon compte en moquant la théorie délirante d’un médecin marginal. Ils se trompent. Le célèbre neuropsychiatre Boris Cyrulnik, par exemple, ne dit pas autre chose. La langue, explique-t-il, dans Mourir de dire – la honte (Odile Jacob), compose « une représentation cohérente de soi parmi les siens », une « sorte de base de sécurité ». Tout refoulement de la langue maternelle, ajoute-t-il, entame cette « base de sécurité ».
Ces raisonnements scientifiques sont par ailleurs confirmés par les études de terrain. Jean-Jacques Kress, psychiatre au CHU de Brest, s’est penché sur le cas de la Bretagne. Sachant que diplôme et santé publique vont de pair, les habitants de cette région devraient afficher d’excellents indicateurs en matière de morbidité puisque le niveau d’études y est l’un des meilleurs du pays. Or on y enregistre au contraire des taux alarmants de dépression, de suicide et d’alcoolisme. Et l’on n’a trouvé qu’une explication à ce paradoxe : la « perte d’identité linguistique » puisque, en deux générations, 80 % de la population a dû abandonner le breton et le gallo, les deux langues historiques de ce territoire.
La Bretagne n’est pas un cas isolé. Au Canada, les communautés ayant perdu leur langue se suicident en moyenne 6 fois plus que celles qui les parlent encore. Il en va de même des aborigènes d’Australie, des Amérindiens du Canada et des Maoris de Nouvelle-Zélande. Pour ces peuples malmenés par l’Histoire, le Congrès mondial pour la santé publique a délivré en 2017 une ordonnance aussi simple que radicale : le « renforcement de la culture autochtone ». Une prescription que l’on ne saurait trop recommander aussi en France.
(1) J’ai un accent. Et alors ?, Jean-Michel Aphatie et Michel Feltin-Palas, Michel Lafon

 

[Source : http://www.lexpress.fr]

A emenda demanda « respecto real » baseado no dereito de uso e no deber de coñecemento, o que abre o camiño para a igualdade xurídica plena das linguas

O Congreso na sesión de onte, nunha imaxe insólita ante a escasa presenza de membros pola situación de emerxencia sanitaria (Imaxe: Pool)

A Mesa pola Normalización Lingüística considera « un pequeno paso cara á igualdade » que o Congreso español aprobase esta mañá parte da Proposición non de lei (PNL) rexistrada por BNG, Compromís, PNV, EH Bildu, JxCat, PDCAT, ERC, CUP, Más Madrid e Podemos co obxectivo de garantir o uso da lingua propia a toda a cidadanía.

A emenda aprobada recoñece a necesidade de oficializar linguas como o galego en territorios pertencentes a Asturias e Castela-León, acepta permitir a validez recíproca de documentos escritos en galego e portugués -que forman parte do mesmo sistema lingüístico- e a reciprocidade na recepción de radio e televisión e, por último, demanda « respecto real » baseado no dereito de uso e no deber de coñecemento, o que abre o camiño para a igualdade xurídica plena das linguas. Este punto foi aprobado cos votos a favor de todos os partidos políticos agás VOX.

O presidente da Mesa, Marcos Maceira, valora esta votación como « positiva », na medida en que « abre espazo para que A Mesa e outras entidades continúen traballando a prol do obxectivo da proposta orixinal, que é que o recoñecemento das linguas se concrete en garantías de igualdade real para toda a cidadanía. » Maceira recorda, tamén, despois da postura amosada polo PP no Congreso español, que « o PPdeG ten deberes que facer en Galiza: sentarse, falar e executar os acordos acadados ».

« Os axentes sociais definimos o camiño e conseguimos que se foran adherindo os axentes políticos », recorda Maceira. « Nesta ocasión non saíu adiante a totalidade do proposto, mais si unha parte moi importante », puntualiza, « a porta está aberta e temos a determinación de volver pór o tema sobre a mesa, porque, coas linguas, estamos a falar de democracia, liberdade e igualdade. Hai moito en xogo e  nós seguiremos traballando ».

 

[Fonte: http://www.nosdiario.gal]

Estación de metro Alisher Navoiy en Taskent, decorada con motivos que evocan la cultura del poeta del siglo XV. Foto del autor.

 

Escrito por Filip Noubel y Shokhrukh Usmonov – traducido por Eva Gonzalez

El 9 de febrero se cumplen 580 años del nacimiento de Alisher Navoiy, poeta, lingüista y pensador del siglo XV que ha desempeñado un papel fundamental en el proceso de construcción nacional de Uzbekistán.

El concepto de nación es relativamente reciente en Asia Central, región que durante siglos se articuló más en torno a la religión, los centros urbanos importantes y el idioma. La gente se definía como suní, chiíta, judía, o como procedente de las zonas que gravitaban alrededor de ciudades destacadas como Bujara, Samarcanda, Kokand, Gulja o Kasgar, que concentraban el poder político y militar local.

En Asia Central, zona de gran heterogeneidad lingüística, coexisten dos grandes familias de lenguas: la persa y la túrquica. Las lenguas túrquicas cuentan con cientos de palabras de origen persa, el idioma de la corte, la literatura y la filosofía. Actualmente muchos habitantes de Asia Central hablan con la misma fluidez tayiko o darí, que pertenecen al grupo de lenguas iranias, o uzbeko, turcomano o kirguiso, por ejemplo.

El árabe también desempeñó un papel clave en la religión, la educación y el conocimiento, mientras que el ruso hizo su aparición en el siglo XIX como idioma colonial.

Por su parte, las lenguas túrquicas dieron lugar con el tiempo a diferentes idiomas modernos, denominados hoy en día karakalpako, kazajo, kirguiso, tártaro, turcomano, uigur o uzbeko, y todos compartían un mismo idioma literario: el چغتای o chagatai [1], escrito en alfabeto árabe y usado entre los siglos XV y XX.

Navoiy como símbolo de la lengua uzbeka

Alisher Navoiy [2] fue un poeta y pensador a quien se recuerda en Uzbekistán sobre todo por su defensa del uso del chagatai, que es la base del uzbeko moderno, tanto literario como coloquial.

Como era habitual en Asia Central, la vida de Navoiy transcurrió entre distintas regiones, culturas e idiomas. Nació en 1441 en Herat (actual Afganistán), estudió en Mashad [3] (ciudad de Irán) y Samarcanda (situada en Uzbekistán), y murió en Herat, donde está enterrado. Sabía de muchas disciplinas, construyó edificios, trabajó con los políticos locales y escribió en tres idiomas (chagatai, persa y árabe), sobre todo poesía. Una de sus obras más conocidas es el Muhakamat al-Lughatayn [4] (La prueba de las dos lenguas), tratado que compara el persa y el chagatai, y determina la superioridad de este último.

En aquella época, una afirmación así era poco frecuente, por decir lo menos, dado el prestigio del persa y la relativa escasez de textos escritos en chagatai. Por ese motivo en el mundo túrquico, especialmente en Uzbekistán, se considera que Navoiy es el padre de la literatura uzbeka. Su seudónimo proviene de la palabra navo (‘melodía’ [5]), ideal poético que se refleja en sus gazales [6], poemas árabes breves inspirados en buena medida en la imaginería sufí. Entre sus obras más famosas se encuentran Xamsa (El quíntuplo), colección de cinco poemas épicos que incluye historias de amor de culto como Farhad y Shirin [7] o Layli y Majnun [8], y el Lison ut-Tayr (El idioma de los pájaros). También redactó tratados para ayudar a otros poetas a escribir en chagatai y adoptar el patrimonio cultural túrquico.

Алишер Навои (Alisher Navoiy), película soviética de 1947 del director tayiko Kamil Yarmatov disponible en uzbeko y en ruso, presenta a Navoiy como una figura fundamental en el proceso de construcción nacional de una identidad soviética y uzbeka a la vez. Esta obra, objeto de culto en la Unión Soviética, incluye una parte, en el minuto 21, en que Navoiy defiende la importancia de un “idioma túrquico que puede unir a la gente”:

¿A quién le pertenece Navoiy en el Uzbekistán actual? 

Una de las prioridades de las autoridades uzbekas desde la muerte de Islam Karimov [9], que gobernó con mano dura desde finales del periodo soviético hasta 2016, ha sido cambiar la imagen del país y destacar el potencial turístico de la Ruta de la Seda. El actual presidente, Shavkat Mirziyoyev [10], pone mucho énfasis en el uso de símbolos culturales para presentar a su país como un destino turístico y de negocios atractivo. Por eso se le ha prestado especial atención a la celebración de los 580 años del nacimiento de Navoiy, con actividades dentro y fuera del país. El poeta ya está muy presente, con estatuas, calles, una universidad, una beca, una estación de metro y un teatro [11] con su nombre en la capital, Taskent, así como innumerables libros y un lugar en el currículo escolar. Este video, que lleva la etiqueta #NavoiyIftiXorim en uzbeko [Navoiy, mi orgullo], muestra imágenes de lugares y monumentos importantes relacionados con el poeta, acompañadas por una lectura de sus poesías:

Son celebraciones oficiales, muy controladas por el Gobierno, como en la época soviética, y hay quien pide más diversidad en las conmemoraciones en honor de Navoiy.

A’zam Obidov, poeta, traductor literario y activista cultural que vive en Taskent y fundó Uzbekistan’s Literature and Art Bridge (Puente Literario y Artístico de Uzbekistán), declaró a Global Voices:

“В Узбекистане не существует хотя бы маленького международного фестиваля поэзии, международного фестиваля писателей. Мои многочисленные обращения о создании института Наваи за рубежом просто игнорируются. Нет прайвит-паблик партнершип в сфере искусства, культуры и литературы. Эти сферы, если хотят развиваться, должны быть независимыми, то есть полностью негосударственными, как в Европе. Для этого нужны нормальные законы. Например, если предприниматель, филантроп или какая-та организация поддерживает литературу или искусства, то, автоматически им предоставляется льгота по налогу.

En Uzbekistán no hay pequeños festivales internacionales de poesía, o escritores. Mis numerosas llamadas a la creación de un Instituto Navoiy en el extranjero no han tenido eco. No hay colaboración público-privada en el rubro de las artes, la cultura y la literatura. Para que esos ámbitos se desarrollen, deben ser independientes, estar totalmente al margen del Estado, como en Europa y Estados Unidos. Para ello, también necesitamos leyes normales; por ejemplo, que el apoyo de las artes o la literatura por parte de un empresario, un filántropo o una organización conlleve automáticamente un beneficio fiscal.

Buena parte de la obra de Navoiy se ha traducido al ruso, pero hay pocas traducciones al inglés [7], se lamenta Obidov, que pide más fondos y más atención a este tema por parte del Gobierno. Mientras, él mismo ha hecho algunas traducciones [12] que muestran la sofisticación y la complejidad del lenguaje y la imaginería de Navoiy. Espera que otros traductores encuentren así inspiración para trasladar la obra de Navoiy a sus propios idiomas.

Artículo publicado en Global Voices en Españolhttps://es.globalvoices.org

URL del artículo: https://es.globalvoices.org/2021/02/28/a-casi-seis-siglos-de-su-nacimiento-a-quien-pertenece-alisher-navoiy-padre-de-la-literatura-uzbeka/

URLs en este posteo:

[1] chagatai: https://es.wikipedia.org/wiki/Idioma_chagatai

[2] Alisher Navoiy: https://es.wikipedia.org/wiki/Ali-Shir_Nava%27i

[3] Mashad: https://es.wikipedia.org/wiki/Mashhad

[4] Muhakamat al-Lughatayn: https://en.wikipedia.org/wiki/Muhakamat_al-Lughatayn

[5] ‘melodía’: https://oxussociety.org/four-poems-from-a-new-diwan-h-t-alisher-navoiy/

[6] gazales: https://es.wikipedia.org/wiki/Gazal

[7]  Farhad y Shirinhttp://www.uzdaily.com/en/post/54192

[8] Layli y Majnunhttps://es.wikipedia.org/wiki/Layla_y_Majn%C3%BAn

[9] Islam Karimov: https://es.wikipedia.org/wiki/Islom_Karimov

[10] Shavkat Mirziyoyev: https://es.wikipedia.org/wiki/Shavkat_Mirziyoyev

[11] un teatro: https://es.globalvoices.org/2019/11/25/teatro-de-tashkent-ofrece-vistazo-a-confinamiento-japones-tras-la-segunda-guerra-mundial/

[12] algunas traducciones: http://azamabidov.uz/?p=1813&fbclid=IwAR2xAfcKr87sUVrZAAcaHjTxE5YZF22KoamtZ0tY6OrsDCTgQgEGrsWUdcM

Primera documentació: 11/09/1991

Tipus manlleu del francès
Contextos
Per l’expressió totalment despectiva de patois es referia a totes les llengües (bretó, català, fràncic, alsacià, basc, cors, flamenc, occità) parlades dins l’Estat francès. [Avui, 5/04/1995]
Repeteixo: potser no hi ha res a fer i el català s’ha d’anar galleguitzant irreversiblement cap a un patois del castellà. [Avui, 11/08/2020]
Observacions
A l’Estat francès sovint s’ha fet servir el terme patois per designar qualsevol llengua que no és el francès. Així, aquesta expressió servia per denominar l’occità, el bretó, el basc, el català, etc., tal com il·lustra el primer context. Es tracta, per tant, d’un terme despectiu que respon a una política lingüística centralista per part de la República francesa, que únicament ha promogut el francès, l’única llengua oficial de l’Estat. L’ús d’aquest mot ha transcendit el francès i també s’ha usat en altres llengües, com en català, fins al punt que és un terme força usat en sociolingüística, però sempre amb connotacions negatives.

 

 

[Font: neolosfera.wordpress.com]

Una analisi de la distància entre los neolocutors militants e los natius, e dels problèmas d’estandardizacion e d’ensenhament

Las politicas lingüisticas de l’estat francés an ben capitat a far venir gaireben inexistenta la transmission intergeneracionala de l’occitan e de las autras lengas territorialas franc del francés. Pasmens, aquela transmission se contunha de far per mejan de l’educacion, de l’ensenhament associatiu, d’iniciativas individualas de reapropriacion, e tanben per transmission familiala dins las familhas militantas.

Foguèt publicat en decembre passat lo libre Entre francizacion e demarcacion qu’analisa, en francés, las problematicas dels diches neolocutors en relacion sustot amb las questions d’ensenhament e d’estandardizacion tant del ponch de vista de la lingüística descriptiva coma de la sociolingüistica. L’òbra detalha lo pauc de contacte entre los locutors qu’an popat la lenga al brèç e los neolocutors militants, a causa de la situacion sociolingüistica del país, e lo sentiment de rompedura que pòt existir entre las doas comunautats.


BANEGAS SAORIN, Mercedes e SIBILLE, Jean. Entre francisation et démarcation. Usages hérités et usages renaissantistes des langues régionales de France. L’Harmattan, 2020. 234 paginas. 25 èuros.

 

[Imatge: Guilhèm Sevilha – poblejat dins http://www.jornalet.com]

Le 25 janvier dernier, le ministre de l’Éducation nationale a pris un arrêté modifiant les modalités du concours externe au Capes pour différentes matières, dont la langue corse. Désormais, les coefficients donnent une part plus importante à la langue française.

Le 25 janvier dernier, le ministre de l'Éducation nationale a pris un arrêté modifiant les modalités du concours externe au Capes pour différentes matières dont la langue corse.

Le 25 janvier dernier, le ministre de l’Éducation nationale a pris un arrêté modifiant les modalités du concours externe au Capes pour différentes matières dont la langue corse.

« On commençait à aménager un espace de plus en plus digne pour la langue corse« , regrette Ghjiseppu Turchini, enseignant de langue et culture corses à Bastia.

Fervent défenseur de la langue corse, il reste circonspect face à l’arrêté du ministre de l’Éducation nationale, pris le 25 janvier dernier, fixant les nouvelles modalités au concours externe du Capes (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) pour différentes matières, dont la langue corse.

Le changement est majeur : une inversion des coefficients. Si jusqu’à présent il était de 7 pour la langue corse et de 4 pour le Français, à partir de 2022 le système de notation passe à un coefficient 4 pour la langue corse et 8 pour le Français.

« Cela nous donne l’impression que la compétence en langue devient secondaire. Comme si on disait : ‘si ce professeur ne donne pas de cours de langue, il fera autre chose’« , analyse Ghjiseppu Turchini.

« Des coups répétés de plus en plus forts »

Pour Romain Colonna, maître de conférences en sociolinguistique et en études corses, cet arrêté, couplé aux différentes réformes menées par Jean-Michel Blanquer relève d’une « remise en question de l’ensemble du système éducatif dédié à la langue corse« .

Car la réforme du bac défendue par le ministre de l’Éducation nationale a donné un coup dur à l’enseignement des langues régionales. Si la matière est prise en option par les lycéens [le plus gros des effectifs pour la langue corse] le coefficient passe de 2 à 0,6 alors que pour d’autres options, comme les langues anciennes, il reste le même. « Que ce soit au collège ou au lycée, les coefficients sont de plus en plus faibles et, par conséquent, les élèves s’inscrivent moins. Ce sont des coups répétés de plus en plus forts [envers l’enseignement du corse] et cela devient préjudiciable« , estime Ghjiseppu Turchini.

Fin d’une dynamique de progression ?

Les deux professeurs vont jusqu’à questionner le « rapport que l’on entretien avec cette langue dans la société.« 

C’est presque désabusé que Ghjiseppu Turchini évoque « la dynamique de progression de l’enseignement de la langue corse« , établi depuis peu dans les établissements scolaires du second degré dans l’île. « On commençait à convaincre de plus en plus d’élèves et maintenant on rogne le peu que l’on avait« , se désole l’enseignant.

S’il s’est battu en 1990, date de la création d’un Capes monovalant en langue corse, c’est en faveur de la « diversité » des langues dans la société. Un credo pour lequel il continuera de se mobiliser. « Nous sommes dans une société où le monolinguisme est dépassé. En plus d’apprendre la langue corse, on conserve aussi tout le patrimoine qui va avec« , lance-t-il.

Actuellement, en Corse, 108 personnes sont titulaires du Capes langue corse, seuls trois enseignants sont titulaires de l’agrégation.

 

[Photo : Martin Bureau / AFP – source : france3-regions.francetvinfo.fr]

Reclaman la normalizacion de l’ensenhament del catalan e los mejans necessaris per poder prepausar un ensenhament de qualitat

Quatre sindicats d’ensenhament s’acampèron dimècres passat a Perpinhan davant l’inspeccion academica, en revendicant mai de preséncia de la lenga catalana dins las escòlas.

L’acamp seguissiá la crida dels sindicats CGT, SNES-FSU, Solidaris e FCPE que denóncian dins un comunicat que “la situacion del catalan es inedita dins lo territòri francés pr’amor que per exemple lo breton gaudís de tres oras setmanièras (nivèl de lenga, cultura bretona, nombre d’oras reglamentàrias per la o las DNL [disciplinas non lingüisticas]) del temps qu’en Catalonha Nòrd, dins la majoritat dels centres escolars, lo nombre d’oras se limita a doas per setmana.

Per quant a las DNL, l’abséncia e l’insufisença d’oras assignadas en catalan obligan de mesclar d’escolans bilingües e monolingües. Aquela situacion a per consequéncia que qualques corses se pòdon pas far en catalan.”

Per aquesta rason, los sindicats reclaman la normalizacion de l’ensenhament del catalan e lo compliment de la circulara n° 2017-072 del 12.4.2017, los mejans necessaris per poder prepausar un ensenhament de qualitat e las oras assignadas en catalan per assegurar l’ensenhament de las disciplinas non lingüisticas.

[Poblejat dins http://www.jornalet.com]

JPEG - 507.9 ko

Drapeau et slogans nationalistes serbes écrits en cyrilliques sur les murs de Podgorica. Dans le détail : « Avec la foi en Dieu » [qui fait référence au slogan inscrit sur le drapeau serbe royaliste « Pour le roi et la patrie, avec la foi en Dieu »]. « Krajina » [écrit en rouge] « Le Kosovo c’est la Serbie » [en couleur jaune] 4S – [Samo sloga srbina spasava – Seule l’Unité sauve le Serbe], le slogan de l’unité serbe) Le drapeau est serbe (la croix est ajoutée).

Écrit par Philippe Descamps et Ana Otašević

Durant les sept décennies de l’époque yougoslave, les Monténégrins avaient pour langue officielle le « serbo-croate » – codifié à partir du milieu du XIXe siècle –, comme leurs voisins de Bosnie-Herzégovine, de Serbie et de Croatie. Au quotidien, ils utilisent le même dialecte que les régions limitrophes du sud-ouest de la Serbie, d’Herzégovine orientale ou du sud de la côte dalmate. La Constitution de 1992 stipulait encore : « La langue officielle du Monténégro est la variante iékavienne de la langue serbe. » Mais une volonté de « purifier » et de « nationaliser » la langue a suivi l’éclatement de la fédération dans chacun des nouveaux États.

À Podgorica, ce mouvement a pris de l’importance après la séparation avec la Serbie. La nouvelle Constitution de 2007 proclame : « La langue officielle du Monténégro est le monténégrin. » Ce texte précise qu’elle peut s’écrire aussi bien en alphabet latin qu’en cyrillique. Il distingue par ailleurs le serbe, le bosnien et le croate comme « autres langues » également d’usage officiel, tout comme l’albanais parlé dans le sud-est du pays. « C’est la même langue que l’on appelle par quatre noms différents, assure pourtant Mme Rajka Glušica, professeure en sciences du langage à l’université de Podgorica et auteure d’un livre sur le nationalisme linguistique.

Il y a des variantes, mais les dialectes ne correspondent pas aux frontières nationales. Celui de Dubrovnik (Croatie), par exemple, est plus proche de celui de Nikšić (Monténégro) que de celui de capitale (…)

 

[Photo de l’auteur – lisez l’intégralité de ce billet sur http://www.monde-diplomatique.fr]

S’il est parfois employé sans mauvaise intention, ce terme sert principalement à discréditer les langues privées de statut officiel. Mieux vaut pour cette raison ne pas l’utiliser.
Écrit par Michel Feltin-Palas
On le sait notamment depuis George Orwell et son célèbre roman 1984 : qui veut contrôler la pensée contrôle d’abord les mots servant à l’exprimer. Aussi est-il utile de se pencher sur un terme qui a joué un rôle décisif dans le sort des langues régionales en France : patois.
Commençons par l’étymologie. Selon le très sérieux Dictionnaire historique de la langue française des éditions Le Robert, celui-ci trouverait son origine dans l’ancien français patoier « agiter les mains, gesticuler (pour se faire comprendre comme les sourds-muets) ». Une autre hypothèse a été avancée par le grammairien du XVIIe siècle Gilles Ménage. Lui renvoyait à la formule latine patrius sermo, soit « la langue des pères », celle que l’on apprend oralement en famille, mais que l’on n’écrit pas. Patrius aurait ensuite évolué en patrois, puis en patois.
Une chose est certaine : ce vocable n’a rien de neutre. « Au Moyen Age, patois désignait toutes les autres langues. C’est à partir de la fin du XVIe siècle qu’il va se spécialiser. Alors que les idiomes des pays étrangers sont désignés par leur nom – l’italien, l’anglais, l’allemand – on réserve patois aux langues des Provinciaux », souligne Gilles Couffignal, maître de conférences en histoire de la langue à la Sorbonne. Dans la première édition de son Dictionnaire, en 1694, l’Académie française écrit ainsi : « Langage rustique, grossier comme est celuy d’un païsan, ou du bas peuple. » Même a priori chez Diderot, dans l’Encyclopédie, où l’on peut lire : « Patois. Langage corrompu tel qu’il se parle presque dans toutes les provinces : chacune a son patois […]. On ne parle la langue que dans la capitale. »
Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que cette vision commence à être remise en cause. Après avoir étudié le sujet avec un peu de rigueur, les linguistes en arrivent à une conclusion implacable : il est scientifiquement impossible d’utiliser le même mot pour désigner des langues d’origine celtique (le breton), germanique (le flamand, le platt), latine (le picard, le gallo, le gascon, le provençal, le catalan, le corse, etc) sans oublier le basque, que l’on ne peut rattacher à aucune de ces familles.
Les prétendus patois seraient donc de véritables langues n’ayant simplement pas la chance de bénéficier d’un statut officiel ? L’argument ne plaît pas à tout le monde. Soucieux de justifier l’unité du pays et la prééminence du français à l’école, un autre groupe de linguistes aux penchants nationalistes allume un contre-feu. Parmi eux : « Gaston Paris et Paul Meyer, définissent alors les patois comme les « évolutions naturelles du latin » », indique Gilles Couffignal. Une théorie qui se heurte toutefois à deux nouvelles difficultés. La première est qu’elle ne résout pas la question des langues de France non issues du latin. La seconde est qu’elle conduit en bonne logique à classer le français comme l’un de ces patois, puisque lui-même est issu du latin. Pensée sacrilège !
Gaston Paris (le bien nommé) sort alors de son chapeau le « francien », prétendu dialecte parlé anciennement en Ile-de-France, lequel, dit-il, aurait fini par l’emporter sur les autres langues d’oïl. Pur artifice, là encore. « Qu’est-ce qui a présidé à l’invention du francien ? C’est le fait de grammairiens républicains ou proches de la République, et jacobins, souligne le linguiste Bernard Cerquiglini. Leur vision est celle d’un pouvoir central fort qui, par le moyen de l’école, diffuse sa langue comme l’idéal républicain dans les provinces, voire les colonies. »
Malgré la faiblesse de son argumentation, Gaston Paris parvient pourtant à imposer ses vues. Il faudra attendre la montée des revendications régionalistes, dans la seconde partie du XXe siècle, pour qu’un autre discours émerge peu à peu. Les défenseurs des langues minoritaires refusent l’étiquette infamante de « patois » et finissent par obtenir gain de cause. Très symboliquement, depuis 2001, une délégation du ministère de la Culture s’occupe du français et des « langues de France ».
Hélas… Chassé des textes officiels, le mot reste en usage dans les représentations collectives, y compris chez certains locuteurs, qui reprennent à leur compte le terme dont les représentants de l’État – notamment les instituteurs – ont toujours désigné leur langue. « Pour eux, patois renvoie à leur manière intime de s’exprimer, à la langue des sentiments profonds », relève Gilles Couffignal. Il ne s’agit surtout pas de les en blâmer, mais cette attitude relève typiquement du « complexe du colonisé », c’est-à-dire une situation où les dominés adoptent les codes du dominant, faute de « conscientisation », comme on disait naguère.
Soyons honnêtes. Il existe une dernière acception de ce terme. Purement technique, elle consiste à décrire la variation locale d’une langue, sans connotation péjorative aucune. « Un patois, écrit ainsi la linguiste Henriette Walter, est une langue à part entière, qui se parle dans une aire géographique limitée et qui a connu une évolution légèrement différente de celle des patois voisins. »
Cette approche ne m’a cependant jamais convaincu pour une raison très simple : si l’on adopte cette terminologie, l’on devrait, en toute rigueur, l’appliquer à tous les idiomes de la planète qui diffèrent peu les uns des autres. Évoquer par exemple les patois français de Belgique, du Québec ou… de Paris; ou encore affirmer que Shakespeare utilisait le patois britannique de l’anglais tandis que Faulkner écrivait en patois américain. Or il se trouve qu’on ne le fait jamais, ce vocable étant exclusivement réservé à nos pauvres langues régionales. Conclusion ? Patois est à langue ce que « youpin » est à juif ou « pédale » à homosexuel : un terme dont la vocation est de rejoindre le cimetière des mots à bannir de l’usage courant.
[Source : http://www.lexpress.fr]
Dans un pays historiquement multilingue, il paraîtrait logique d’écrire les noms de lieux en catalan, en basque ou en breton. Mais on est en France…

Écrit par Michel Feltin-Palas

Je ne prends pas grand risque en en faisant le pari : la plupart d’entre vous ne connaissez pas Treis-Sants-en-Ouche« commune nouvelle » d’environ 1400 habitants située dans l’Eure, regroupant les anciennes localités de Saint-Aubin-le-VertueuxSaint-Clair-d’Arcey et Saint-Quentin-des-Isles. Pourquoi ai-je décidé de vous en parler cette semaine ? Parce que l’appellation de cette nouvelle collectivité, qui signifie littéralement « Trois saints du pays d’Ouche », est écrite en normand et que cet exemple permet de poser concrètement la question de la langue utilisée en France pour désigner les noms de lieux.
Au départ, une idée simple : « Nous avons fait ce choix parce que ce sont nos racines, notre culture », explique Marc Descamp, le premier magistrat de la localité. Seulement voilà, on est en France et, en France, on n’utilise pas n’importe quelle langue dans l’espace public. En la matière, des préconisations ont été fixées par la commission nationale de toponymie – une instance interministérielle. En substance : le français s’impose pour les noms des circonscriptions administratives – « région », « département », « commune », etc. -, ainsi que pour la partie générique des artères : « rue », « avenue », « boulevard », etc. En revanche, pour le reste, les langues régionales retrouvent droit de cité (c’est le cas de le dire), du moins là où elles sont ou ont été en usage. En Languedoc, rien n’interdit par exemple d’évoquer la « rue du Marcat » (rue du Marché). « Cette position nous paraît conforme à l’article 2 de la Constitution, qui indique que « la langue de la République est le français », et à son article 75-1, qui prévoit que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France » », souligne Pierre Jaillard, le président de la commission. Dans ce cadre, la formule « commune nouvelle de Treis-Sants-en-Ouche », avec un nom générique en français et une partie spécifique en normand, ne pose aucun problème.
Cette position est cependant jugée beaucoup trop tolérante par le ministère de l’Intérieur. D’ailleurs, dans un premier temps, le préfet du département de l’Eure s’était opposé à cette appellation. « Heureusement, le sous-préfet de Bernay nous a soutenus et a réussi à convaincre son supérieur », se souvient Marc Descamps. Qu’à cela ne tienne, ledit ministère – qui a refusé de répondre à L’Express – voit d’un mauvais œil la valorisation des langues régionales, perçues comme un ferment de séparatisme. Et si l’existence d’un mouvement d’indépendance normand vous a échappé, rassurez-vous : ni Gérald Darmanin ni ses équipes ne l’ont repéré. Non, ce qu’ils redoutent, c’est que Treis-Sants-en-Ouche ne donne des idées à d’autres. Qu’en Corse, Ajaccio – à la française – ne soit rebaptisée Aiacciu, pour prendre un exemple qui ne doit rien au hasard. Car derrière la langue, il y a la culture, l’identité, le sentiment d’appartenir à un groupe. Et cela, au ministère de l’Intérieur, on n’apprécie pas vraiment.
C’est pourquoi sa direction générale des collectivités locales a fait pression pour que toute allusion aux langues régionales soit retirée des documents diffusés par la commission nationale de toponymiecomme en témoigne le compte rendu de la réunion qui s’est tenue sur le sujet. Dans ses « amendements au considérant 15 », il est spécifié : « si Ajaccio créait une commune nouvelle avec une commune voisine, la nouvelle entité ne devrait pas s’appeler Aiacciu, mais soit Ajaccio, soit un nom vraiment nouveau. » Pour plus de sûreté, la discrétion est clairement préconisée : « Le considérant 15, même ainsi amendé, ne sera pas cité dans le Guide pratique à l’usage des élus. »
Pour autant, il serait abusif de considérer qu’il y a eu en France une volonté systématique de franciser des noms de lieux. En Bretagne, en Corse, en Provence, au Pays basque, en Provence, on trouve ainsi à foison des appellations qui témoignent de l’histoire linguistique de ces territoires. Il y a à cela une raison simple : pendant longtemps, l’État s’est totalement désintéressé de cette question (1). C’est seulement après-guerre, avec la création d’organismes comme l’Insee ou de l’Institut Géographique National (IGN), qu’il a entrepris de fixer des règles. Encore l’approche était-elle avant tout pragmatique : pour l’essentiel, on cherchait à mettre un terme à l’anarchie qui régnait en matière d’accents ou de traits d’union, afin d’améliorer l’efficacité des recensements.
Cela ne veut pas dire que l’État soit resté neutre en la matière. Dans les faits, d’innombrables noms de lieux ont bel et bien été francisés, souvent avec un total amateurisme, comme on peut le constater en lisant l’ouvrage 20 000 lieux sous la loupe, qu’Yves Lavalade a consacré à la région du Limousin (1). À Vitrac-sur-Montane (Corrèze) Las Peiruças – les sols caillouteux – sont ainsi devenus… Les Perruches ! À Lignac (Indre), Los Caraudis – les touffes de noisetiers – ont été transformés en Les Cœurs-Dits tandis qu’à Juillaguet (Charente) Los defens – parcelles interdites à la pâture – ont été traduits par Les Défunts. Une démarche tristement révélatrice de l’ignorance de Paris à l’égard des langues minoritaires.
Certains diront qu’il y a des malheurs plus grands dans le vaste monde et ils n’auront pas tort. J’aimerais toutefois connaître leur réaction le jour où, à Dieu ne plaise, une Europe anglophile adopterait la même démarche et rebaptiserait Bordeaux « Waterfront« , Tours « Towers » et Paris « Bets« . Ce jour-là, peut-être comprendraient-ils ce que ressentent leurs compatriotes attachés à l’histoire et à la culture de leur région.
(1) 20 000 lieux sous la loupe, Yves Lavalade (illustrations de Jean-Louis Savignac), Éditions Le Puy Fraud.

 

[Source : http://www.lexpress.fr]

Ce pacte vise à lutter contre l’illettrisme et promouvoir la pratique des langues régionales. Le projet est coprésidé par la Délégation générale de la langue française et des langues de France.

Amiens, capitale de la Picardie, région où le taux d’illettrisme (11%) est trois fois plus élevé que celui observé au niveau national (Insee).

L’objectif est clair: permettre un «renforcement de la coopération entre l’État et les collectivités territoriales des Hauts-de-France». Cela afin de mieux prendre en compte les «priorités linguistiques dans les territoires.» C’est la Délégation Générale de la langue française et des langues de France (DGLFLF) qui présidera entre autres le «comité de pilotage» du pacte. L’une des missions sera de «superviser la cartographie de l’ensemble des acteurs de la langue française, de la francophonie et des langues régionales concernés par les priorités du pacte dans les Hauts-de-France», peut-on lire sur la publication de la DGLFLF.

De nombreux acteurs sont engagés dans ce comité. Des différents responsables de la région Hauts-de-France, ainsi que des représentants du gouvernement à la Culture et à l’Éducation sont réquisitionnés pour mener au mieux cette mission.

Lutter contre l’illettrisme

Prévu pour une durée de trois ans renouvelable, cet accord entend mener une lutte contre l’illettrisme, l’un des plus importants facteurs de pauvreté dans la région. Cela se fera notamment en facilitant l’accès à la culture: «La Communauté de communes Retz-en-Valois s’associera au ministère de la Culture pour développer des actions intensives en faveur de la lecture, en lien avec le conseil départemental de l’Aisne.»

Faire la promotion de la francophonie dans la région

Divers acteurs sont cosignataires de ce pacte: la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le président du Conseil départemental de l’Aisne, Nicolas Fricoteaux, et enfin le président de la Communauté de communes Retz-en-Valois, Alexandre de Montesquiou. Tous «s’engagent en faveur d’une politique linguistique renouvelée», et veulent tenir compte «des priorités et des caractéristiques territoriales en faisant la promotion de la francophonie.»

Renforcer la pratique du picard et du flamand occidental

Cette mise en valeur de la francophonie se traduit par le soutien des langues régionales des Hauts-de-France, le picard et le flamand occidental. À ce titre, le pacte prévoit d’appuyer «la création de l’Office public du flamand occidental, et une initiative équivalente en faveur du picard».

Notons qu’un projet baptisé Cité internationale de la langue française contiendra toutes les «actions définies par le pacte linguistique». Avec pour objectif de devenir en 2022 «un lieu de création, d’innovation et de culture en langue française dans le monde, ainsi qu’un lieu de référence pour les langues régionales de France.» Cette cité internationale sera abritée entre les murs du château de Villers-Cotterêts, propriété de l’État située dans le département de l’Aisne.

[Photo : 214251785/Philippe Paternolli – stock.adobe.com – source : http://www.lefigaro.fr]

À l’heure où les 88 pays membres de la francophonie célèbrent leurs 50 ans d’existence, chacun peut aussi observer la multiplication des anglicismes dans nos échanges quotidiens.

Depuis le milieu des années 2010, les consommateurs français ont découvert les opérations commerciales du « Black Friday » (vendredi noir) qui, aux États-Unis, lancent chaque année fin novembre la période des achats de fin d’année (ici, dans les rues de Rennes).

Écrit par Jean-Michel DJIAN

La langue de Molière a du souci à se faire. Pas une année ne se passe sans que de nouveaux anglicismes surgissent dans notre vocabulaire commun ; pas un jour sans que des animateurs du petit écran ou des réseaux sociaux ne s’en fassent les praticiens zélés pour dire dans un « globish » très tendance ce que nous pourrions exprimer en français : « cluster », « click and collect », « food trucks », « black friday », « crowfunding »… Et c’est sans compter sur le PDG de la SNCF qui surprend ses interlocuteurs en déclarant à la radio attendre le « go sanitaire » du gouvernement avant d’avoir à décider de la reprise normale du trafic ferroviaire.

Que cache notre propension naturelle à emprunter à l’anglo-américain des mots qui semblent résonner mieux que les nôtres dans l’usage quotidien ? Une question à laquelle bien peu de responsables politiques se sentent à l’aise pour répondre. Et pour cause, ils sont les premiers à penser que leur non-emploi les pénalise s’ils veulent être entendus. Est-ce parce que l’anglo-américain fait toujours moderne et branché, jeune et universel ; qu’il répond à une exigence sonore ou musicale simplificatrice ou qu’il fleure bon le raccourci ou l’onomatopée ? Toujours est-il que, pour de bon, le pli est pris.

Il fut pourtant un temps où défendre la langue française était une affaire d’État. Pour faire barrage à l’anglais ou contenir les résurgences de langues régionales effervescentes une disposition fut même ajoutée en 1992 dans la Constitution pour rappeler que « la langue de la république est le français » (article 2). Une loi complémentaire, dite loi Toubon, votée le 4 août 1994, fut même votée dans la foulée pour protéger le patrimoine linguistique français mais surtout créer l’obligation d’utiliser le français dans l’usage commun.

Éternelle opposition

C’était sans compter sur Google qui allait, quelques années plus tard, accélérer le phénomène, mais surtout sur le Conseil constitutionnel qui avait, à juste titre, estimé que la liberté de pensée et d’expression inscrite à l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen s’opposait à ce que la loi fixe la terminologie précise à employer (hormis celle intéressant directement le service public). Comment dépasser l’éternelle opposition entre une langue qui entend toujours cultiver son génie national tout en protégeant son lexique, et la même qui prend le risque de mourir en se fermant à la créativité langagière de celles et ceux qui la pratiquent ?

À l’heure où, dans la plus grande indifférence, les 88 pays membres de la Francophonie célèbrent cette année leurs 50 ans d’existence, personne n’a de réponse. Et probablement que plus personne n’en aura, tellement toute réglementation ou menace en la matière a désormais quelque chose de surréaliste. Vouloir, par exemple, imposer dans une terminologie officielle « syndrome d’épuisement professionnel » en lieu et place de « burn out » semble linguistiquement logique, mais qui peut encore dire que la traduction anglaise doit répondre à ce même critère, surtout si sa consonance vocale fait la différence ? D’ailleurs notre ministre de la Culture Roselyne Bachelot l’a compris, qui préfère installer sur son bureau un petit cochon rose en guise de tirelire pour pénaliser symboliquement tous ses visiteurs en flagrant délit d’usage intempestif d’anglicismes.

Heureusement qu’en France ou en Angleterre il reste l’humour pour botter en touche quand des mots, dussent-ils être français, ne suffisent plus à dire les choses ou se raconter.

 

 

[Photo : MARC OLLIVIER – source : http://www.ouest-france.fr]

Illustration de First Draft News

Écrit par First Draft News – traduit par Marie Kéïta

[Sauf mention contraire, tous les articles renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Les langues que nous parlons déterminent largement notre accès aux informations crédibles et aux vérifications qui réfutent des semi-vérités ou de fausses affirmations. Un récent webinaire organisé par First Draft [2] et Global Voices se penche sur la manière dont les minorités linguistiques peuvent surmonter cette inégalité en matière d’information.

2020 nous a appris que pratiquement toutes les communautés luttent contre les effets de la désinformation. Tandis que celles et ceux qui parlent des langues majoritaires ont accès à la vérification des faits et des informations dans leurs langues maternelles, il n’en va pas toujours de même pour les autres communautés. Les plateformes ainsi que les organisations de vérification des faits investissent souvent trop peu dans les langues minoritaires, ce qui rend difficile la lutte contre la désinformation ainsi que le renforcement de l’éducation aux médias au sein de ces communautés.

Dans le cadre de son initiative Rising Voices [3], Eddie Avila de Global Voices [4] [fr] et Marie Bohner [5]de First Draft se sont entretenu·e·s avec des expert·e·s du monde entier afin de voir comment les communautés locales font face à la menace de la désinformation dans leurs langues maternelles. Parmi elles/eux, Rahul Namboori de Fact Crescendo [6] (Inde), Endalkachew Chala, [7] de l’Université Hamline (États-Unis) et Kpenahi Traoré de RFI [8] (Burkina Faso), qui ont partagé leurs points de vue sur la manière de relever ce défi unique.

L’Inde compte 22 langues officielles [9] [fr] en dehors de l’anglais, et au moins 500 langues non officielles, ce qui complique particulièrement la tâche des personnes chargées de vérifier les faits, des journalistes et des éducateur·trice·s qui doivent s’assurer que tout le monde a accès à des informations fiables. La diffusion de fausses informations a eu des conséquences particulièrement dangereuses dans le pays, puisque les rumeurs ont provoqué des attaques [10] et des émeutes contre les minorités ethniques et religieuses [11], faisant des dizaines de morts ces dernières années.

C’est dans ce contexte que Fact Crescendo [6] combat la désinformation, explique monsieur Namboori. Avec l’aide d’équipes locales, cette organisation vérifie les informations dans sept langues régionales, en plus de l’anglais et le hindi, pour trouver les rumeurs et éviter leur diffusion. Les équipes régionales de Fact Crescendo sont composées de journalistes locaux et locales qui parlent la langue de la région et comprennent l’environnement culturel et politique unique dans lequel ils/elles opèrent. Grâce à des outils tels que CrowdTangle de Facebook, les équipes surveillent des centaines de groupes et de comptes sur les réseaux sociaux pour suivre les informations fausses et trompeuses. Fact Crescendo utilise également WhatsApp, via des numéros de recueil de renseignements et des groupes, pour que ses enquêteurs puissent communiquer directement avec les communautés locales et leur fournir des informations fiables dans leur propre langue.

Il ne s’agit pas uniquement de la circulation de fausses informations dans les langues principalement parlées en Inde telles que l’anglais et le hindi, mais également de la manière dont les mauvaises informations provenant de l’étranger font leur chemin dans le pays. Des déclarations mensongères sur le coronavirus en provenance d’Italie ou d’Espagne sont passées de l’espagnol et de l’italien à l’anglais et à l’hindi, avant de faire leur apparition dans les langues régionales, a déclaré M. Namboori. Une dose de contexte adaptée à l’audience visée est ajoutée à chaque passage, ce qui rend la fausse information d’autant plus crédible et lui permet d’avoir un impact dans les communautés linguistiques qui n’ont pas ou peu accès à des informations fiables.

L’Éthiopie présente une diversité similaire en matière de langues, avec trois langues principales et 86 autres parlées dans ce pays d’Afrique de l’Est. « La plupart de ces langues manquent de ressources, et les faits ne sont pas vérifiés dans ces langues », a déclaré Endalkachew Chala, d’Éthiopie. Même si plusieurs d’entre elles sont très utilisées sur les réseaux sociaux, leurs locuteurs n’ont pas facilement accès à des informations vérifiées ou fiables.

Dernièrement, les coupures d’accès à internet dans la région septentrionale du Tigré, en raison des conflits dans le pays, ont aggravé la problématique des langues sous-financées et insuffisamment outillées. Cela a contribué à créer deux univers de l’information dans lequel les personnes vivant dans la région du Tigré ne savent pas ce qui se passe dans le monde, a déclaré monsieur Chala. Les habitant·e·s ont uniquement accès aux informations diffusées dans les médias locaux, ce qui a conduit à une compréhension « incohérente » de la situation puisque les personnes vivant dans le Tigré ont une perspective différente de celles et ceux qui habitent à l’extérieur, a ajouté monsieur Chala.

Monsieur Chala a également vu des fausses informations relatives à la santé proliférer dans toute l’Éthiopie. Des fausses déclarations à propos de la pandémie de Covid-19 ont fait le tour de l’Éthiopie dans plusieurs langues, se propageant à la fois au sein des communautés linguistiques et au-delà.

À travers le pays, il existe des personnes disposées à vérifier la véracité des faits, a déclaré monsieur Chala, mais les financements étrangers vont presque toujours à ceux qui disposent des connexions politiques ou ceux qui parlent les langues dominantes dans les centres urbains. Il a ajouté que les plateformes et les entreprises étrangères devaient embaucher des locuteur·trice·s natifs/natives de langues minoritaires pour contribuer à la vérification des informations pour ces communautés afin de ne pas dépendre de personnes non-natives.

Dans d’autres pays d’Afrique, les locuteur·trice·s du bambara, une langue minoritaire de l’ouest du continent, font également face aux mêmes problèmes de financements. Bien que les membres de la communauté bambara reçoivent les informations des médias locaux à la télévision et à la radio, et puissent ainsi éviter la vague de fausses informations en ligne, ils dépendent aussi entièrement des médias traditionnels, a déclaré Kpenahi Traoré. La responsabilité de ces médias de rapporter des informations factuelles est par conséquent d’autant plus grande, car souvent, les communautés bambara n’ont pas accès à internet pour vérifier ce qu’elles entendent. D’après Mme. Traoré, même si les organisations locales ne disposent pas des ressources nécessaires pour diffuser des informations factuelles à leurs communautés, il existe des organisations étrangères comme RFI Mandenkan, qui vérifient les informations en bambara et dans d’autres langues locales.

En Amazonie, où les communautés communiquent principalement à l’oral, il a été crucial que les ressources — particulièrement celles concernant le coronavirus — soient elles aussi « adaptées au contexte local », a déclaré monsieur Avila à Global Voices. « Les personnes en qui l’on peut avoir confiance ou les choses qui semblent crédibles dans une culture, peuvent être différentes dans une autre, c’est pourquoi il est très important d’en tenir compte dans le genre de contenu que nous voyons en ligne. »

Tandis que des individus et certaines organisations s’efforcent de fournir aux locuteur.trice.s de langues sous-financées des informations factuelles, les populations des minorités linguistiques sont toujours nettement désavantagées par rapport à celles qui parlent les langues dominantes. Même si le monde s’est davantage internationalisé sur internet, les personnes avec une moindre connectivité ou qui communiquent différemment sont laissées pour compte. Les médias et les plateformes de réseaux sociaux peuvent investir dans ces communautés locales pour développer l’éducation aux médias, afin qu’elles puissent accéder, de la même manière que les autres, aux informations vérifiées dans leurs langues.

Pourtant, ces exemples mondiaux soulignent également la nécessité d’aborder des questions plus larges telles que les taux d’alphabétisation ou la connectivité à l’internet lors de la conception de solutions visant à contrer le problème de la désinformation dans les langues minoritaires. Il est essentiel de comprendre comment les communautés linguistiques communiquent pour mettre en place l’infrastructure nécessaire à l’amélioration de l’éducation aux médias.

Article publié sur Global Voices en Français: https://fr.globalvoices.org

URL de l’article : https://fr.globalvoices.org/2020/12/29/260046/

URLs dans ce post :

[1] initialement publié : https://firstdraftnews.org/latest/combating-misinformation-in-under-resourced-languages-lessons-from-around-the-world/

[2] First Draft : https://firstdraftnews.org/

[3] Rising Voices : https://rising.globalvoices.org/

[4] Global Voices : https://fr.globalvoices.org/

[5] Marie Bohner : https://twitter.com/MarieBohner

[6] Fact Crescendo : https://www.factcrescendo.com/

[7] Endalkachew Chala : https://www.hamline.edu/faculty-staff/endalkachew-chala/

[8] RFI : https://www.rfi.fr/en/

[9] 22 langues officielles : https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_en_Inde

[10] attaques : https://www.bbc.com/news/world-asia-india-44856910

[11] minorités ethniques et religieuses : https://www.wired.com/story/how-whatsapp-fuels-fake-news-and-violence-in-india/

La sénatrice Marie-Claude Varaillas a dû s’expliquer face aux occitanistes sur son vote lors du débat relatif au projet de loi voulant protéger les langues régionales.

Dordogne : polémique autour du vote d’une loi sur les langues régionales

Marie-Claude Varaillas rappelle qu’elle est très attachée à l’occitan.

Écrit par Hervé Chassain

Marie-Claude Varaillas est très en colère. La sénatrice communiste de Dordogne s’est fait attaquer par des défenseurs de la langue d’oc. Ils l’accusent d’avoir refusé de voter en faveur d’une loi protégeant les langues régionales.

Un communiqué signé par Jean-Louis Lévêque, administrateur de la Maison occitane du Périgord, a déploré que son groupe ait voté contre ce projet de loi relatif à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion.

« Faux et injuste »

« C’est faux et injuste, se défend Marie-Claude Varaillas. Notre groupe s’est seulement abstenu en raison d’un amendement déposé en séance par la droite qui dénaturait le texte initial pour lequel nous devions voter. »

Elle rappelle que cet amendement, lié à la loi Carle, oblige les communes à prendre en charge les dépenses de fonctionnement d’écoles privées d’une autre commune au motif qu’un enfant de de leur secteur y est scolarisé. Ce serait le cas pour les établissements proposant l’enseignement de langues régionales.

Les communistes et écologistes refusent « de favoriser le secteur privé de l’Éducation nationale au détriment des établissements publics ». La sénatrice assure que le texte, qui va passer à l’Assemblée nationale avant de revenir au Sénat, sera voté une fois débarrassé de son amendement controversé.

Les défenseurs des langues régionales comme Jean-Louis Lévêque déplorent « l’hostilité dont font encore preuve certains élus à l’égard du plurilinguisme dans notre pays ». Il a ainsi relayé le « vif mécontentement ressenti par les structures qui se battent au quotidien pour que vive l’occitan dans notre département ».

Marie-Claude Varaillas, qui rappelle qu’elle parle occitan depuis son enfance et qu’elle y est très attachée, assure qu’elle fera tout pour le défendre et encourager son enseignement. Elle a déjà écrit dans ce sens aux représentants du monde occitan, ainsi que sur sa page Facebook :

 

[Photo :  Philippe Greiller – source : http://www.sudouest.fr]

Desapareixeran les faltes sobre els noms, imposades per l’Estat

Segons informa la Clau, el Senat francès aprova la llei que autoritza els accents catalans als noms: í, ó, ò i ú ja no estan prohibits.

Després de l’Assemblea Nacional, el Senat va aprovar, dijous 10 de desembre, la « llei relativa a la protecció del patrimoni de les llengües regionals i la seva promoció ». Aquest text tolera la inclusió al codi civil dels accents de les vocals i altres signes que no existeixen en francès, és a dir, í, ó, ò, ú i l·l. Un nou examen a l’Assemblea estatal hauria de validar definitivament aquesta mesura.

Aquest progrés posa fi a rebuigs i contradiccions, ja que els accents de certes llengües estrangeres ja eren acceptats pels serveis d’estat civil dels ajuntaments. En alguns casos, s’ha necessitat la intervenció dels tribunals per assegurar-se que els noms catalans s’escrivissin sense errors. Tècnicament, l’article 9 de la llei estableix que “els diacrítics de les llengües regionals estan permesos en els documents d’estat civil”.

 

[Foto: Elisenda Rosanas (ACN) – font: http://www.racocatala.cat]