Archives des articles tagués Occitan
Certains méprisent les langues régionales sous prétexte qu’elles connaissent des différences d’un lieu à l’autre. A ceci près que l’on observe le même phénomène pour les « grandes » langues…
Écrit par Michel Feltin-Palas
Parmi les nombreux arguments tendant à dévaloriser les langues dites régionales, celui-ci est l’un des plus fréquemment utilisés : « Ce ne sont pas de vraies langues puisqu’elles varient d’un endroit à l’autre », d’où le terme péjoratif de « patois » qui leur est souvent associé. Or ce raisonnement, pardonnez-moi de l’écrire un peu brutalement, est le signe d’une quadruple ignorance. Voici pourquoi.
1. Le propre de toutes les langues vivantes est de se différencier. Pensez par exemple au latin, qu’avaient en commun sous l’Antiquité tous les peuples de l’Empire romain. Deux mille ans plus tard, il a donné naissance à l’italien, au français, à l’espagnol, au portugais, au roumain, pour ne citer que les plus connues. Faut-il en déduire que toutes ces langues ne seraient que des « patois » – y compris le français ? Évidemment non. Ce sont simplement des évolutions différentes du latin.
2. Le français lui-même varie d’un endroit à l’autre. Croit-on sérieusement qu’un avocat du XVIe arrondissement parle le même français qu’un ouvrier d’une cité de Seine-Saint-Denis ? Qu’une personne ayant vu le jour dans les années 1940 s’exprime comme un lycéen de 2021 ? Qu’un Marseillais recourt aux mêmes formulations qu’un Alsacien ? Je pourrais poursuivre cette énumération encore longtemps, mais vous m’avez compris : notre idiome national varie lui aussi et c’est bien normal puisqu’il s’agit d’une langue vivante. J’ajoute qu’avant de devenir une langue morte, le latin lui-même connaissait de grandes différenciations selon les territoires. Que penseriez-vous d’une personne qui en tirerait argument pour le qualifier de « patois »?
3. Le mot « patois » est systématiquement réservé aux langues régionales. La langue la plus utilisée au monde est aujourd’hui l’anglais. Or celui-ci connaît lui aussi de grandes variations entre l’Angleterre, l’Écosse, les États-Unis, le Kenya, l’Australie, la Jamaïque, l’Inde, tous territoires où il dispose pourtant d’un statut de langue officielle… Or, curieusement, il ne vient à l’idée de personne de déclarer que Boris Johnson s’exprime en « patois britannique » et Joe Biden en « patois américain ». Non, seules les langues minoritaires « bénéficient » de ce qualificatif, ce qui est évidemment très révélateur.
4. Les langues non enseignées varient davantage encore. Quand bien même l’occitan, l’alsacien, le flamand ou le créole réunionnais varieraient davantage que le français, cela serait tout à fait naturel. Si toute langue laissée « libre » fluctue spontanément, comme je viens de le souligner, elle fluctue moins à partir du moment où elle devient la langue de l’école. Pourquoi ? Tout simplement parce que son enseignement suppose de fixer une norme – que l’on va tenter d’inculquer à tous les enfants d’un pays. Or, si cette pression exercée par le système éducatif est effective pour le français, tel n’est pas le cas pour les langues dites régionales, lesquelles ne sont pas enseignées de manière massive.
Alors, oui : l’arpitan, le poitevin saintongeais, le corse, le bourguignon, le tahitien et tous les autres connaissent des variations selon les lieux. Cela ne fait aucunement d’eux de quelconques « patois », mais des langues minoritaires, voire minorisées. Ce qui, on en conviendra, n’est pas exactement la même chose.

[Source : http://www.lexpress.fr]

COVID-19 Outbreak Prompts Auto Glass Shops to Take Action - Results from #1

Escrich per Domergue Sumien

Un aspècte gramaticau interessant deu gascon qu’ei la possibilitat d’utilizar l’auxiliar aver dens un vèrb pronominau seguit d’un complement d’objècte dirècte. Las gramaticas gasconas qu’insistishen sus aqueth usatge, e en particular que reprenen los exemples seguents de Gerhard Rohlfs (Le gascon, études de philologie pyrénéenne, p. 224, §546, edicion de 1977).

que m’èi lavat las mans (en francés: je me suis lavé les mains)

que s’a copat la cama (fr.: il s’est cassé la jambe)

Que trobam autes exemples interessants d’aqueth usatge d’aver en gascon.

t’as deslogat eth canèth (fr.: tu t’es déboîté la bobine de fil) (Joan Coromines, El parlar de la Vall d’Aran, p. 164)

s’deslogat eths dits (fr.: il s’est disloqué les doigts) (idèm)

Aquò que contrasta dab lo francés on s’utiliza obligatòriament l’auxiliar être (= estar) dens aquera situacion.

Non cau pas créser que la possibilitat d’utilizar l’auxilar aver, dens aquera situacion, e’s limitaré a l’occitan gascon. Que sembla d’estar possibla dens tot l’ensemble occitan. Que se’n tròba aqueth exemple en occitan lemosin.

Semblariá que s’avián balhat rendètz-vos, mas ente? (fr.: Il semblerait qu’ils s’étaient donné rendez-vous, mais où?) (Cap’Òc & Prisca Le Tandé, Vaque).

Los gramaticians deu gascon qu’an rason de har conéisher aqueth usatge de l’auxiliar aver, totun l’auxiliar estar qu’ei tanben atestat dens aquera situacion. Que’n trobam exemples clars e beròis en gascon, dens las òbras de bèths autors qui non son pas suspèctes de francizar la lor sintaxi.

t’ès pas lavat la cara (fr.: tu ne t’es pas lavé le visage) (V. Foix, Dictionnaire gascon-français, p. 385)

Ende punir l’òmi d’estar maishant hilh, deu polet se n’èra hèit ua tartuga, e de las duas assiètas la coscolha. (fr.: Afin de punir l’homme d’être un mauvais fils, du poulet, il s’en était fait une tortue, et des deux assiettes, il en avait fait la coquille.) (L. Dardy, 1891, Antologia populara de Labrit / Anthologie populaire de l’Albret, t. II, p. 86)

un ahoalh d’auserons que s’èran balhats rendetz-vos a la vinha de Larribau (fr. une volée de petits oiseaux s’était donné rendez-vous à la vigne de Larribau) (Joan Victor Lalana / Jean-Victor Lalanne, 1890, Condes biarnés, p. 31)

La nòsta lenga d’òc qu’accèpta donc los dus auxiliars, aver o estar, dens un vèrb pronominau seguit d’un complement d’objècte dirècte. Los cas qui evocam ací que’s poirén presentar de manèra mei completa atau, dab las duas possibilitats, se’us prengossem coma exemples dens ua gramatica.

que m’èi lavat las mans = que’m soi lavat las mans

que s’a copat la cama = que s’ei copat la cama

t’as deslogat eth canèth = t’ès deslogat eth canèth

s’deslogat eths dits = s’ei deslogat eths dits

t’as pas lavat la cara = t’ès pas lavat la cara

deu polet se n’avèva hèit ua tartuga = deu polet se n’èra hèit ua tartuga

s’avián balhat rendètz-vos = s’èran balhat(s) rendètz-vos

Los exemples d’aqueste article que son mantenguts dens los parlars deus autors e transcriuts en ortografia classica.

 

 

[Poblejat dins http://www.jornalet.com]

 

 

De centenats de milièrs de manifestants an exigit que siá efectiva l’independéncia votada lo 1r d’octòbre de 2017

E mai la pandemia e la repression de l’estat espanhòl ajan semblat d’aver desmobilizat l’independentisme catalan, aqueste a recobrat lo vam e a tornat prene las carrièras dins l’encastre de la Diada nacionala de Catalonha. Delà las nombroses eveniments que se tenguèron long de tot lo país, de centenats de milièrs de personas jonguèron, a Barcelona, la crida de l’Assemblada Nacionala Catalana (ANC), d’Òmnium e de l’Associacion de las Municipalitats per l’Independéncia (AMI). Los organizaires comptan 400 000 manifestants del temps que la polícia ne constata sonque 108 000. Los imatges, totun, son pro clars.

Jol lèma “Luchem e ganhem per l’independéncia”, los manifestants exigiguèron l’independéncia votada al referendum del 1r d’octòbre de 2017 e reprochèron als politicians d’èsser pas a la nautor. Un detalh important, que lo soslinha l’editorial de Vilaweb, es que se remarcava tornarmai las expressions de jòia e esperança abitualas abans l’an 2017.

A la fin, los parladisses remarquèron que “la dignitat d’aquel pòble es insubornabla” e s’exigiguèt al govèrn de la Generalitat que “faguèsse l’independéncia”.

Amb l’accent occitan

L’eveniment se clavèt amb la cançon Un sòmi immens interpretada per Alidé Sans e Àlex Pérez en catalan e en occitan.

Drapèl catalan a Nouméa

L’anecdòta simpatica per l’independentisme la trobarem al parlament de la Nòva Caledònia, qu’a l’ocasion de la Diada, issèt lo drapèl catalan. De soslinhar que dempuèi julhet passat l’archipèla ten son primièr president canac e independentista.

 

[Imatge: Vilaweb – poblejat dins http://www.jornalet.com]

Les Français ont-ils choisi en toute liberté d’abandonner les langues régionales au profit du français ? Beaucoup le croient ; ils se trompent.

Écrit par Michel Feltin-Palas

Un énarque de mes amis – non, ce n’est pas un oxymore – m’a dit un jour : « Après tout, si les Béarnais ont décidé de ne plus parler béarnais, c’est qu’ils l’ont bien voulu. » Il relayait là une croyance qui, pour être répandue, n’en est pas moins parfaitement erronée. Voici pourquoi.
Certes, l’État a toujours laissé les familles utiliser chez elles les idiomes de leur choix. Ce n’est pas pour autant que les Béarnais, les Catalans, les Normands, les Alsaciens, les Corses et les autres ont « décidé » d’abandonner leur langue historique. En réalité, on a fait en sorte qu’il en soit ainsi, en ayant recours à deux moyens complémentaires.
La mesure la plus décisive remonte au tout début de la IIIe République. En érigeant le français – et le français exclusivement – comme langue de l’école et de la réussite scolaire, Jules Ferry et le nouveau régime ont fait de celui-ci l’unique langue du savoir, des diplômes et de la promotion sociale. Or, c’est là une règle de base de la linguistique : laisser un individu « libre » de choisir une langue « utile » et une langue « inutile », c’est évidemment avantager la première. Les familles bretonnes, pour prendre ce seul exemple, auraient sans doute été ravies de voir leurs enfants devenir instituteurs, médecins ou avocats en suivant des études en breton, à ce « détail » près que cela était impossible. Dès lors, l’alternative était la suivante : soit passer au français, soit être condamné à la misère. Drôle de choix ! Comme le souligne le linguiste Patrick Sauzet« une langue ne peut fonctionner et se transmettre sainement que si elle peut être la langue de toutes les activités d’une société, des plus familières aux plus publiques, des plus simples aux plus élaborées, des plus humbles aux plus prestigieuses. L’enfermement des langues régionales dans le quotidien et l’informel a préludé à leur disparition programmée. Combien de temps pense-t-on que le français vivrait, au Québec comme à Paris, s’il était absent de l’école, des médias et de la vie publique, renvoyé à la seule sphère privée ? Pourquoi exiger des langues régionales qu’elles survivent dans des conditions objectivement impossibles ? »
Venons-en maintenant au deuxième moyen qui a conduit de nombreux Français à changer de langue. Et disons les choses comme elles sont : il s’est agi de méthodes indignes utilisées par certains instituteurs. J’exagère ? Jugez-en d’après ces quelques témoignages, hélas représentatifs :
· « Il y avait une ardoise qui circulait pendant les récréations (1960) que l’on mettait sur le dos de chaque copain qui parlait en occitan. Et le soir, tous ceux qui avaient leur prénom inscrit sur l’ardoise restaient pour conjuguer la phrase : « Je ne parlerai pas patois dans la cour. » (1)
· « Quand je suis entrée à l’école maternelle, à l’âge de 3 ans, je ne parlais que l’alsacien. La directrice m’a souvent enfermée dans un local obscur. » (2)
· « Dans l’école marseillaise de ma grand-mère, au début du XXe siècle, les petites filles surprises à parler provençal devaient nettoyer les toilettes. Et les récidivistes étaient contraintes de les lécher « puisqu’elles avaient de la merde dans la bouche ». (3)
· Après la Première Guerre mondiale (…), les instituteurs donnaient aux petits enfants alsaciens un morceau de savon à mâcher pour nettoyer leur bouche de cette affreuse langue » (Tomi Ungerer, dessinateur).
Faut-il préciser que, devenus adultes, ces malheureux élèves ont, pour la plupart, « choisi » de ne pas transmettre leur langue maternelle à leurs propres enfants, pour leur éviter de connaître les mêmes humiliations ? Préciser encore que ces pratiques ont été employées en France massivement jusqu’aux années 1960 pour ne disparaître que dans les années 1990 ? Préciser enfin qu’elles ont été aussi en vigueur dans les anciennes colonies, où elles perdurent parfois ?
Oh, il ne fait guère de doute que les « hussards noirs de la République » croyaient bien faire. Cela ne doit pas conduire pour autant à réécrire l’Histoire. Non, aucune famille n’a décidé spontanément d’abandonner la langue de sa région. Oui, l’État a créé des contraintes qui les ont conduites à opter pour le français. Oui encore, les méthodes auxquelles on a recouru pour parvenir à ce résultat ont été scandaleuses. Oui enfin, il serait bon que de tels faits soient enseignés, à l’ENA et ailleurs, ce qui éviterait à mon ami comme à beaucoup d’autres d’asséner en toute bonne foi d’absolues contre-vérités.
(1) Je n’ai plus osé ouvrir la bouche…, Philippe Blanchet et Stéphanie Clerc Conan, Editions Lambert-Lucas.
(2) Alsace, une langue qu’on assassine, collectif, Editions Salde.
(3) Langues, accents : les discriminations oubliéeslexpress.fr, 5 avril 2016.
[Source : http://www.lexpress.fr]

Capture d’écran d‘une vidéo sur YouTube [1] expliquant l’histoire et la présence actuelle de la langue occitane.

Écrit par Filip Noubel

Parmi la vingtaine de langues dites régionales parlées en France métropolitaine, six sont placées sous la rubrique d’occitan ou langue d’oc [2]. Parlé par plus d’un demi-million de personnes, et alimenté par une pratique éducative, médiatique et culturelle, l’occitan voit pourtant son nombre de locuteurs reculer. À qui la faute?

L’occitan (prononcé “outsita” en occitan) tire son nom d’une division des langues romanes issues du latin autour de la prononciation du mot “oui” selon une ligne qui partage la France en deux. Au nord, oui prend la forme du mot “oïl [3]” alors qu’au sud il devient “oc”,  ce qui a donné les termes de langue d’oc et d’occitan qui sont aussi utilisés pour décrire l’aire géographique et culturelle d’Occitanie qui représente la majeure partie du sud de la France.

L’occitan en tant que langue écrite est attesté dès le 10ème siècle, et a fonctionné comme langue littéraire, juridique et orale [4] jusqu’au 18ème siècle. À partir du 19ème siècle, il devient une langue principalement parlée qui reste la langue dominante des populations d’Occitanie dont beaucoup ne comprennent pas le français.

Qui parle occitan aujourd’hui?

Le nombre de locuteurs occitanophones qui se prête à de nombreuses interprétations reflétant différentes définitions de la maîtrise et de la pratique d’une langue.

Aujourd’hui, les estimations varient: [5] une enquête linguistique [6] réalisée en 2020 auprès de 8,000 personnes sur une grande partie de l’Occitanie par l’Office de la langue occitane [7], un établissement public créé en 2016 et couvrant 22 départements, indique que 7% en moyenne de la population parle l’occitan. Cette population représente plus d’un demi-million [8]de locuteurs.

Aujourd’hui, on distingue six principales variantes de l’occitan selon la région où elles comptent le plus de locuteurs: le gascon, le languedocien, le provençal, l’auvergnat, le limousin et le vivaro-alpin.

En dehors de la France, deux autres pays reconnaissent l’occitan comme langue avec statut régional officiel: l’Espagne, dans région du Val d’Aran [9] ; et l’Italie, dans les Vallées occitanes [10] du Piémont et de Ligurie. Monaco compte également 15% [11]d’occitanophones.

En France, les occitanophones sont en moyenne des hommes de 66 ans vivant à la campagne et qui pratiquent cette langue principalement en famille et avec leurs amis et leurs voisins. Plus de détails sur cette enquête sont disponibles dans cette vidéo sur YouTube:

Fait important, on ne compte plus d’occitanophones monolingues. On peut diviser les locuteurs de cette langue en deux catégories: une population qui a plus de 60 ans et parle l’occitan car cette langue leur a été transmise par la famille, et un deuxième groupe qu’on pourrait qualifier de néo-occitanophones, qui apprennent la langue dans des écoles immersives, et dont les parents ou la famille ne parle pas toujours occitan.

Pour ce qui est de l’éducation scolaire, l’Occitanie compte plusieurs écoles immersives dites Calandreta [12]. L’occitan est également proposé comme matière facultative [13] dans les écoles et enseigné dans les universités [14] où il est possible d’obtenir un diplôme supérieur en langue et culture occitanes.

Au niveau des médias, il existe une chaîne de télévision en langue occitane, OcTele [15]; plusieurs stations de radio [16] en général bilingues occitan et français, et une série de sites d’information régionale [17]en occitan. Le rôle des médias est essentiel [18] car ils valorisent une langue et contribuent à la transmission aux générations futures en ancrant cette langue dans la modernité et la culture numérique.

La culture est un vecteur qui permet à la fois de conserver l’héritage du passé tout en évitant la réduction au folklore ou à la muséologie. À ce titre, le monde occitan dispose de plusieurs institutions culturelles qui participent au prestige de la langue: des académies littéraires comme celle des Jeux Floraux [19] qui date de 1694, la fondation Félibrige [20]qui date de 1854, le Congrès permanent de la langue occitane [21], l’Office de la langue occitane déjà mentionné, des maisons d’édition [22]en occitan.

Certaines de ces initiatives, tout comme certains médias, bénéficient d’un soutien financier de l’État alors que d’autres sont privées.

Une langue qui reste menacée

Toutes les initiatives décrites ci-dessus sont positives et témoignent d’un renouveau certain, pourtant un fait reste avéré : le nombre de locuteurs ne cesse de diminuer [23]. Il ne semble pas que le manque d’initiatives culturelles soit à incriminer.

Le phénomène de recul est bien sûr lié au vieillissement des locuteurs occitanophones traditionnels dont la génération disparaît peu à peu. Mais réduire le problème à une explication purement démographique serait trop simpliste.

Il existe en effet des facteurs politiques tout aussi essentiels. Une des principales raisons est l’imposition du français qui accumule depuis trois siècles les arguments juridiques pour empêcher un usage plus répandu de l’occitan. Ainsi, dès 1802, [4] il est interdit de parler autre chose que le français à l’école publique. Cette interdiction est ensuite renforcée par des punitions et maintenue jusqu’aux années 1950, date à laquelle certaines langues régionales commencent à être enseignées [24].

Le débat est loin d’être terminé comme en témoigne la dernière polémique en date autour de la loi dite Molac de 2021  [25]à propos de l’enseignement immersif dans les écoles publiques, car l’État reste farouchement attaché à l’article 2 de la constitution française [26] qui déclare que “la langue de la République est le français”.

Les communautés des langues régionales et leurs représentants – activistes, personnalités politiques et de la culture ont beau se référer à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires,  [27]Paris refuse pour le moment de ratifier cette charte, après l’avoir toutefois signée. Cette méfiance répétée à l’égard des langues régionales explique la difficulté à valoriser l’occitan au sein de générations plus jeunes et surtout à une échelle plus étendue.

Ainsi, comme l’explique Jean-Christophe Dourdet, chercheur en langues occitanes dans un article de 2020 [28]:

La question de la revitalisation des langues est avant tout une question sociolinguistique. Plutôt que de demander une reconnaissance officielle des langues, d’autres approches de « revitalisation » visent à revendiquer des droits linguistiques pour les locuteurs et groupes de locuteurs de ces langues. Cette approche ne fonctionne que s’il existe une conscience linguistique suffisante pour permettre une revendication de groupe. En France, les locuteurs des langues de France ne présentent en général qu’une très faible conscience linguistique étant donné qu’ils considèrent leurs idiomes comme des « patois » au sens d’objets dépréciés. Cette idée est le fruit de décennies de politiques linguistiques françaises niant toute diversité linguistique au profit du tout français comme langue universelle d’émancipation.

La situation ne peut donc évoluer dans un sens d’une revalorisation active que dans le cas d’un soutien politique non-équivoque qui ne voit pas les langues régionales comme une menace. À ce sujet, la Charte européenne est très claire dans la définition de ses objectifs [29]:

La Charte se fonde sur une approche qui respecte pleinement les principes de souveraineté nationale et d’intégrité territoriale. Elle ne conçoit donc pas les relations entre les langues officielles et les langues régionales ou minoritaires en termes de concurrence ou d’antagonisme ; le développement de ces dernières ne doit pas, en effet, entraver la connaissance et la promotion des premières. Selon la Charte, chaque langue a sa place légitime.

James Costa, un chercheur britannique qui travaille sur les langues occitanes et écossaise entre autres, résume bien la situation en rappelant que la demande de plus de droits pour l’occitan se place dans une vision ouverte  tournée vers l’avenir [30]:

In that sense, language revitalization isn’t about regenerating pre-existing groups, but about inventing new ones, on new terms, while drawing on a construction of those groups as timeless or ancient.

Dans ce sens, quand on parle de revitalisation linguistique, il ne s’agit pas de régénérer des groupes pré-existants mais en fait d’en inventer de nouveaux, basés sur de nouveaux principes, tout en s’appuyant sur un socle éternel et ancien de ces groupes.

Article publié sur Global Voices en Français: https://fr.globalvoices.org

URL de l’article : https://fr.globalvoices.org/2021/08/10/266988/

URLs dans ce post :

[1] une vidéo sur YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=lkYW0X8BCAw&t=14s

[2] rubrique d’occitan ou langue d’oc: https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Promouvoir-les-langues-de-France/Langues-regionales

[3] oïl: https://fr.wikipedia.org/wiki/Langue_d%27o%C3%AFl

[4] langue littéraire, juridique et orale: https://locongres.org/fr/ressources/divers-fr/10950-pichona-istoria-de-la-lenga-occitana-e-de-son-estatut-fr-fr

[5] estimations varient:: https://www.laregion.fr/IMG/pdf/EnqueteOccitan.pdf

[6] enquête linguistique: https://www.ofici-occitan.eu/fr/restitution-des-resultats-de-lenquete-sociolinguistique/

[7] ’Office de la langue occitane: https://www.ofici-occitan.eu/fr/presentation-de-loffice/

[8] plus d’un demi-million : https://www.ofici-occitan.eu/fr/les-enjeux/

[9] Val d’Aran: https://fr.wikipedia.org/wiki/Val_d%27Aran

[10] Vallées occitanes: https://fr.wikipedia.org/wiki/Vall%C3%A9es_occitanes

[11] 15% : https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_%C3%A0_Monaco

[12] Calandreta: http://calandreta.org/

[13] matière facultative: https://www.cairn.info/revue-ela-2006-3-page-265.htm#:~:text=Au%20coll%C3%A8ge%20l

[14] dans les universités: https://www.occitanetudesmetiers.com/occitan-universite.htm

[15] OcTele: https://www.octele.com/

[16] radio: https://www.radiopais.fr/

[17] sites d’information régionale : https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article2427

[18] est essentiel: https://www.researchgate.net/profile/Fernando-Ramallo-2/publication/320935180_Les_langues_minoritaires_dans_la_communication_mediatique/links/5a0380270f7e9beb17705d4c/Les-langues-minoritaires-dans-la-communication-mediatique.pdf

[19] des Jeux Floraux: https://jeuxfloraux.fr/academie/missions/

[20] fondation Félibrige : http://www.felibrige.org/le-felibrige/

[21] le Congrès permanent de la langue occitane: https://locongres.org/fr/lo-congres-fr/l-institution/missions

[22] maisons d’édition : https://www.letrasdoc.org/fr/les-edtions/

[23] ne cesse de diminuer: https://www.univ-montp3.fr/uoh/occitan/une_langue/co/module_L_occitan_une%20langue_10.html

[24] commencent à être enseignées: https://www.vousnousils.fr/2020/02/05/quelle-place-pour-les-langues-regionales-a-lecole-628758

[25] la loi dite Molac de 2021 : https://fr.globalvoices.org/2021/07/20/266601/

[26] l’article 2 de la constitution française: https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur#:~:text=DE%20LA%20SOUVERAINET%C3%89-,ARTICLE%202.,Libert%C3%A9%2C%20%C3%89galit%C3%A9%2C%20Fraternit%C3%A9%20%C2%BB.

[27] Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_europ%C3%A9enne_des_langues_r%C3%A9gionales_ou_minoritaires

[28] un article de 2020: https://journals.openedition.org/mimmoc/5667

[29] la définition de ses objectifs: https://www.coe.int/fr/web/european-charter-regional-or-minority-languages/the-objectives-of-the-charter-

[30] tournée vers l’avenir: https://occitan.hypotheses.org/55

 

Capture d’écran d’une vidéo sur YouTube [1] sur des manifestations au Pays Basque pour la protection de l’enseignement immersif

É

La France a longtemps pratiqué une politique linguistique axée sur l’imposition du français comme seule “langue de la République” tout en ignorant, voire interdisant l’usage de plus de vingt autres langues parlées sur son territoire européen. Au 21ᵉ siècle, les attitudes ont changé grâce à un regain d’intérêt pour les cultures régionales, ainsi qu’à certaines mesures législatives. Une nouvelle loi censée protéger les langues régionales passée en mai de cette année vient relancer le débat.

La nouvelle loi, intitulée Loi du 21 mai 2021 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion  [2](dite aussi Loi Molac du nom du député Paul Molac [3] qui avait proposé ce projet de loi), entérine certaines avancées sur l’usage des langues régionales. Le texte législatif reconnaît ainsi l’importance de ces langues en termes généraux en leur conférant d’une part un statut de “trésor national” et d’autre part en soutenant l’enseignement des langues régionales, obligeant les communes “à contribuer aux frais de scolarité des écoles privées proposant un enseignement bilingue”.

Toutefois, la loi butte sur de nombreux aspects et continue à discriminer les locuteurs de langues régionales dans deux domaines : l’enseignement immersif et l’emploi de signes diacritiques spécifiques aux langues régionales dans les papiers d’identité.

En France, l’enseignement immersif consiste à plonger de très jeunes enfants dans un cursus où toutes les matières ou presque sont enseignées dans la langue cible. Ainsi l’histoire ou les mathématiques sont par exemple enseignées en breton ou en basque. Cet enseignement concerne 14 000 élèves [4]ce qui représente 0,1 % des élèves français, un chiffre en augmentation régulière [5].

La Bretagne a montré le chemin en 1977 en créant les écoles Diwan qui proposent une éducation bilingue dans plus de 50 écoles [6]. Ce mouvement a été suivi pour l’occitan (écoles Calandreta [7]) ainsi que d’autres langues comme l’alsacien, le corse et le basque. Ces écoles sont dites associatives, financées par l’État et les familles, et dispensent un programme scolaire approuvé par le ministère de l’Éducation nationale avec un statut d’”enseignement privé sous contrat”, dont relèvent également la plupart des écoles privées catholiques, par exemple.

Dans la rédaction finale du texte de la loi du 21 mai, le Conseil Constitutionnel s’est référé à l’article 2 de la constitution française [8] qui déclare que “La langue de la République est le français” pour justifier l’interdiction de l’enseignement immersif en langues régionales.

Un État-nation qui impose une langue unique 

Pour l’État français, la centralisation est un élément constitutif de son identité, et ceci inclut le rôle de la langue française.

Le français est une langue romane qui a évolué à partir du latin qui se divise au Moyen-Âge en langues d’oc et d’oïl au sud et au nord du territoire de la France actuelle.

En 1539, un premier document impose l’usage du français, qui remplace le latin comme langue officielle pour tous les documents publics. Il s’agit de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts [9] du roi François Ier. Au départ, le français reste une langue minoritaire qui cohabite avec d’autres langues, mais peu à peu il s’impose comme langue dominante et exclusive dans tous les domaines : gouvernance, jurisprudence, éducation, commerce, religion, littérature et médias.

Au 19ᵉ siècle le système éducatif renforce ce rejet des langues autres que le français en particulier sous l’égide du ministre de l’Éducation de l’époque, Jules Ferry [10], qui interdit l’usage des langues régionales à l’école sous peine de châtiments. C’est la fameuse sentence énoncée dans les écoles publiques du pays: “Interdit de cracher par terre et de parler breton [11] (ou basque, occitan ou toute autre langue régionale).

Une diversité linguistique en net déclin

Aujourd’hui, une institution étatique est en charge des langues parlées en France, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France [12]. Elle répartit les langues en trois catégories en dehors du français: langues régionales [13] parlées en France métropolitaine, les langues non-territoriales [14]comme le yiddish, le romani ou la langue des signes, et les langues des Outre-mer [15] dont on compte plus de 50 et parmi lesquelles figurent le kanak, le tahitien, ou le créole.

Les 23 langues régionales officiellement reconnues représentent une grande diversité linguistique comportant des langues romanes (catalan, corse, occitan, francoprovençal), germaniques (flamand, alsacien), celtes (breton) et non-indo-européennes comme le basque.

Mais si ces langues étaient les principales langues maternelles de millions de Français et Françaises jusqu’au 19ᵉ siècle [16], aujourd’hui on estime le nombre de locuteurs de ces langues à 2 millions, soit un peu moins de 3 % de la population de France métropolitaine. Voilà pourquoi l’État devrait se mobiliser pour freiner ce déclin et encourager un renouveau linguistique pensé dans la diversité.

Une politique en zigzag qui semble systématiquement opposer reconnaissance de la pluralité et défense du français

Toutefois, l’État français maintient une position ambiguë au sujet des langues régionales, hésitant entre diversité linguistique et protection sourcilleuse du français. En 1992, il a tenu à faire amender la constitution de la 5ᵉ République pour stipuler pour la première fois la place officielle de la langue française, mentionnée dans ce fameux article 2 afin de défendre la langue française qui semblait en péril face à une progression de l’anglais.

De plus, la France refuse de ratifier les 39 articles de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires [17] qu’elle a signée, en évoquant encore une fois une contradiction avec le même article de sa constitution. Ce traité datant de 1992 du Conseil de l’Europe [18] se propose de sauvegarder la diversité linguistique en Europe et inclut “la nécessité d’une action résolue de promotion des langues régionales ou minoritaires, afin de les sauvegarder; la facilitation et/ou l’encouragement de l’usage oral et écrit des langues régionales ou minoritaires dans la vie publique et dans la vie privée la mise à disposition de formes et de moyens adéquats d’enseignement et d’étude des langues régionales ou minoritaires à tous les stades appropriés.”

Des changements interviennent en 2008 lors d’une révision constitutionnelle [19]qui mentionne ces langues dans l’article 75-1 de la Constitution : “Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France.” À ce sujet, le seul domaine où on peut noter un relatif engagement de l’État est l’aide financière apportée à des programmes radio et télé qui s’ajoutent à des initiatives privées principalement pour l’alsacien, le basque [20], le breton [21], le corse [22] et l’occitan. [23]

Manifestations et retour en arrière du Conseil Constitutionnel 

Suite au passage de la loi du 21 mai, de nombreuses manifestations [24] ont eu lieu à travers toute la France principalement au mois de mai pour dénoncer une censure de l’enseignement immersif qui dépend largement d’un soutien financier de l’État. Des pétitions [25] ont été lancées qui rappellent que l’article 2 de la constitution avait été élaboré et présenté comme une défense du français à l’encontre de l’anglais. Fait à noter, de nombreuses écoles bilingues français-anglais pratiquent l’immersion linguistique en France et ne semblent pas tomber sous le coup de cette loi.

Les activistes rappellent également que le président français Emmanuel Macron avait pris la défense [26] des langues régionales dès le 26 mai, s’opposant clairement à la décision du Conseil Constitutionnel qui a fini par réagir le 16 juin [27] en précisant que l’enseignement immersif est anticonstitutionnel uniquement dans l’enseignement public, mais autorisé dans le secteur privé.

Les activistes se penchent maintenant sur la définition du terme d’école associative [28] qui peut être interprété comme faisant partie du service public. La partie de ping-pong politico-législative va donc continuer. Reste à savoir si le 2 septembre, les élèves qui parlent alsacien, basque, breton, corse ou occitan retrouveront le chemin de leurs écoles.

Article publié sur Global Voices en Français: https://fr.globalvoices.org

URL de l’article : https://fr.globalvoices.org/2021/07/20/266601/

URLs dans ce post :

[1] sur YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=-hHvFsDdIEM

[2] Loi du 21 mai 2021 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion : https://www.vie-publique.fr/loi/278001-loi-sur-les-langues-regionales-loi-molac#:~:text=25%20mai%202021-,Loi%20du%2021%20mai%202021%20relative%20%C3%A0%20la%20protection%20patrimoniale,r%C3%A9gionales%20et%20%C3%A0%20leur%20promotion&text=La%20proposition%20de%20loi%20apporte,enseignement%20et%20les%20services%20publics.

[3] Paul Molac: https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Molac

[4] 14 000 élèves : https://www.youtube.com/watch?v=aqhfv2-dvA8

[5] un chiffre en augmentation régulière: https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/29/01016-20130729ARTFIG00330-le-succes-des-langues-regionales-a-l-ecole.php

[6] éducation bilingue dans plus de 50 écoles: https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ecoles-diwan-40-ans-enseignement-bilingue-langue-bretonne-toujours-menacee-1354929.html

[7] (écoles Calandreta: http://calandreta.org/

[8] l’article 2 de la constitution française: https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur#:~:text=DE%20LA%20SOUVERAINET%C3%89-,ARTICLE%202.,Libert%C3%A9%2C%20%C3%89galit%C3%A9%2C%20Fraternit%C3%A9%20%C2%BB.

[9] ’Ordonnance de Villers-Cotterêts: https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordonnance_de_Villers-Cotter%C3%AAts

[10] Jules Ferry: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Ferry

[11] Interdit de cracher par terre et de parler breton: https://www.breizh-info.com/2016/05/25/44012/frederic-morvan-de-disparition-de-langue-bretonne/

[12] Délégation générale à la langue française et aux langues de France: https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9l%C3%A9gation_g%C3%A9n%C3%A9rale_%C3%A0_la_langue_fran%C3%A7aise_et_aux_langues_de_France

[13] langues régionales: https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Langues-de-France/Langues-regionales

[14] langues non-territoriales : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Langues-de-France/Langues-non-territoriales

[15] langues des Outre-mer: https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Langues-de-France/Langues-des-Outre-mer

[16] 19ᵉ siècle: https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_r%C3%A9gionales_ou_minoritaires_de_France

[17] Charte européenne des langues régionales ou minoritaires: https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_europ%C3%A9enne_des_langues_r%C3%A9gionales_ou_minoritaires

[18] Conseil de l’Europe: https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_de_l%27Europe

[19] révision constitutionnelle : https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_constitutionnelle_du_23_juillet_2008

[20] basque: https://www.communaute-paysbasque.fr/basque-et-gascon/basque/vivre-en-basque/les-medias-bascophones

[21] breton: https://www.missionbretonne.bzh/liens/medias-bretons/

[22] corse: https://www.isula.corsica/linguacorsa/Approche-de-la-langue-corse-a-travers-les-medias_a81.html

[23] l’occitan.: https://www.cfpoc.com/accueil/liens-utiles/medias/

[24] nombreuses manifestations: https://www.ouest-france.fr/education/enseignement/langues-regionales-ce-qu-il-faut-retenir-du-debat-sur-la-loi-molac-7279489

[25] pétitions: https://www.mesopinions.com/petition/droits-homme/justice-nos-langues/147179?utm_source=ocari&utm_medium=email&utm_campaign=20210608081501_23_nl_nl_lexpress_bout_des_langues_60bdc55a8a44675e7c7b23c6#EMID=4978ab130374749a14c630b07c77777415f957230f857034c02e5b56c20cdef9

[26] avait pris la défense: https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/05/26/langues-regionales-emmanuel-macron-defend-leur-enseignement_6081548_823448.html

[27] réagir le 16 juin: https://www.francebleu.fr/infos/education/langues-regionales-l-interdiction-de-l-enseignement-immersif-ne-concerne-que-le-public-selon-les-1624008746

[28] école associative: http://calandreta-milhau.fr/ecole-associative/

Un òme sonat Jean-Louis Iratzoki aguèt fracturats lo peronè e una cavilha per aver conversat amb son nebot en basco a Sant Joan de Lus (Bascoat), çò raportàvem aqueste dissabte dins las paginas de Jornalet. L’òme èra per carrièras davant l’ostal de son fraire e charrava amb son nebot qu’èra al balcon quand foguèt interpelat e brutalament agressat. “Sèm en França aicí, qu’es aquò, aquel patois?”, çò li diguèron los assalhidors. “Sèm en França aicí, qu’es aquò, aquel patois?”, vaquí la rason que justifica una tala agression.

La redaccion de Jornalet, coma la majoritat de las personas dotadas de consciéncia, sèm espantats davant aquel fach e esperam que los assalhidors seràn localizats e jutjats. Mas, tant que i aurà un estat oficialament —e constitucionalament— bascofòb, britofòb, catalanofòb, occitanofòb e fòb de tot çò qu’es pas francés, i aurà d’assalhidors per justificar quina agression que siá amb l’argument  “Sèm en França aicí, qu’es aquò, aquel patois?”

França, creatritz del mot  pervèrs patois, reclama falsament d’èsser lo brèç dels dreches umans e de la libertat. En nom d’aquelas libertat, egalitat e fraternitat, a practicadas d’umiliacions e de vexacions suls enfants de lengas occitana, alsaciana, arpitana, basca, bretona, catalana, còrsa o flamenca a l’escòla, per los obligar de renonciar a lors lenga e cultura. França a condemnat de nacions entièras a viure jos la “vergonha“ dins un procès pervèrs e maquiavelic de genocidi cultural. Los assalhidors de Sant Joan de Lus an integrats los arguments qu’an justificadas aquelas persecucions. “Sèm en França aicí, qu’es aquò, aquel patois?”.

En mai de se batre per un cambiament constitucional que permeta la liura expression de totas las lengas e culturas, es urgent que las autoritats francesas reconescan oficialament aquel culturicidi, que las escòlas ensenhen aquela istòria de vergonha e que se divulgue los testimoniatges de tant de mond qu’an patit en rason de lor lenga. Cal que totes los ciutadans sàpian quant de mond foguèron tustats suls dets amb la règla, foguèron umiliats en portant un bonet d’ase sul cap o un esclòp al còl; quant de ciutadans foguèron obligats de lecar los excrements dels comuns o d’urinar dins las bragas per una sola rason: “Sèm en França aicí, qu’es aquò, aquel patois?”.

Jean-Louis Iratzoki es pas estat la sola agression bascofòba qu’an patit los abitants de Sant Joan de Lus durant aquestes darrièrs jorns. Una de las victimas raportava a Mediabask que las violéncias bascofòbas an aumentat car “la cultura basca s’es refortida a Sant Joan de Lus e d’unes son contra”.

Tant que l’estat francés, luènh de demandar perdon per la Vergonha, presicarà lo mesprètz de las lengas e culturas autoctònas autras que l’oficiala, aquelas agressions aumentaràn a mesura que las culturas dels “mespresats” se veuràn refortidas. E cal dire qu’avèm l’intencion de nos batre per refortir nòstre occitan al país.

 

 

[Poblejat dins http://www.jornalet.com]

Francesc Xavier Vila es l’autor del primièr estudi sociolingüistic de l’occitan en Aran

Imatge

La Direccion Generala de la Politica Lingüistica de la Generalitat de Catalonha es venguda un secretariat. Aquela pojada de reng cèrca de garentir l’avenir del catalan, de l’occitan e de la lenga dels signes catalana. La foncion màger del Secretariat de la Politica Lingüistica es d’analisar, planificar, dirigir, coordenar e executar la politica lingüistica de la Generalitat de Catalonha. A mai, son prètzfach es d’elaborar de proposicions legislativas restacadas a aquelas tres lengas territorialas, dont l’occitan.

Per dirigir aquel nòu secretariat, s’es nomenat lo sociolingüista Francesc Xavier Vila. Professor de l’Universitat de Barcelona e expèrt de l’evolucion de las lengas dins la societat catalana, Vila es l’autor d’Eth coneishement der aranés ena Val d’Aran, considerat coma lo primièr estudi sociolingüistic de l’occitan en Aran fach amb un metòde e de paramètres de recèrca omologables.

 

[Poblejat dins http://www.jornalet.com]

Escrich per Lo Quentin

Lo 4 de junh lo despartament d’intelligéncia artificiala de Facebook publiquèt un papièr coma dison tocant las traduccions automaticas de mantuna lenga. Dos jòcs de donadas, un de 46 lengas e un autre de 101. 101 es l’identificant dels cors per debutant dins lo sistèma escolar estatsunidenc. Dins los dos grop trobem la lenga occitana representada. De 6000 lengas estimadas pel monde, causèron d’inclure nòstra lenga. Per aquesta experiéncia calguèt trobar un traductor professional per traduire 3001 frasas de l’anglés a l’occitan, frasas de la Wikipèda en anglés. Per çò qu’es dels còrpus, l’occitan es considerat coma «pauc dotat» en tèxtes numerizats e anonats. Mas un paragraf del papièr nos indica aquò:

«Al contrari [de las lengas africanas], la traduccion dins mantuna lenga europèa, amai lengas paucas dotadas coma l’occitan, an de melhoras performàncias. Aqueste resultat met en davant l’importància tan del nombre de donadas que lo transferiment d’aprentissatge de lengas ligadas. Per exemple, la traduccion cap a e a partir de l’occitan pòt naturalament manlevar de lengas plan dotadas coma lo francés, l’italian e l’espanhòl.»
Aprenèm doncas que la maquina poguèt crear de palancas entre lengas de meteissa familha per compensar las paucas ressorsas disponiblas. Seriá de bon contar al monde contra lo multilingüisme aquò.

Òm pòt se demandar l’interest de Facebook de menar aqueste estudi. Encara que siasque pas perfiècha la traduccion automatica permet de comprendre l’idèa màger d’un messatge. Pòdi pas rescondre qu’aqueste malhum social practica de censura pels governaments e autres grops de pression. Per acabar amb una nòta positiva, los jòcs de donadas son provesits en open source.

Ligam cap al blog Facebook AI: https://ai.facebook.com/blog/the-flores-101-data-set-helping-build-better-translation-systems-around-the-world/

[Poblejat dins http://www.jornalet.com]

 

 

C’est à Paris que l’Italien Tommaso Melilli a fait ses premières armes derrière les fourneaux. Chantre de la trattoria, l’ex-étudiant en lettres publie «L’Ecume des pâtes», récit généreux mêlant petite et grande histoire

«Enfant, je préparais des soupes de fleurs pleines de fantaisie, avec de l’eau du robinet, des pissenlits, des violettes, de la chicorée sauvage et des marguerites. Je m’installais et je touillais», raconte Tommaso Melilli.

Il dort jusqu’à ce que l’odeur et la vapeur des pâtes égouttées dans l’évier atteignent son lit

L’Ecume des pâtes est un livre où l’on voyage à travers les cuisines et les régions, qui entremêle dans une joyeuse anarchie les passions des chefs, les anecdotes historiques et les confidences personnelles. «Je retourne deux fois par an dans la petite ville où je suis né. C’est là où vit ma famille», confie au téléphone notre chef italien en quête de racines. Chez lui, de retour dans le village où il a grandi en Lombardie, près de Crémone, il dort jusqu’à ce que l’odeur et la vapeur des pâtes égouttées dans l’évier atteignent son lit. Puis, au bout de trois jours, il cherche une excuse pour repartir.

Soupes aux fleurs

«La maison où j’ai grandi avait été une petite ferme», écrit-il. Quand ils le voient arriver, les voisins s’exclament: «Regardez qui est là, le Gitan!» Les souvenirs reviennent: «Derrière la maison, nous avions un grand jardin avec des orties qui me piquaient les mollets. À la campagne, on est seul, et enfant, je n’aimais pas être seul. Je n’aimais donc pas la campagne. Certains après-midis, je m’asseyais par terre, sous un abricotier: je préparais des soupes de fleurs pleines de fantaisie, avec de l’eau du robinet, des pissenlits, des violettes, de la chicorée sauvage et des marguerites. Je m’installais et je touillais.»

Quelques années plus tard, il se rend à vélo dans un village proche de chez lui entre Crémone et Mantoue, où Elda et Giuseppe ont repris dans les années 1960 une auberge au nom énigmatique: La Crepa (la faille), située sur la place du village au style Renaissance, qui abrite un théâtre, une église et la mairie. Les enfants et petits-enfants sont aujourd’hui aux fourneaux. Melilli fraternise avec le dernier venu, un Japonais du nom de Tatsuya. Là, sur ses terres, il prend conscience qu’il cuisine en parlant le dialecte de Crémone. Et, comme dans sa rubrique Pentole e parole (des casseroles et des mots) qu’il tient dans le journal La Repubblica, il disserte sur les mots et sur les plats.

On découvre le brocoli fiolaro qui vient de Vénétie, «gros bulbe de feuilles lancéolées, entre les feuilles de fougère et de chicorée»; le chou spigarello, aux feuilles frisées, légume de Campanie, avec lequel on prépare la soupe noire. De la plaine du Pô, on passe à San Maurizio di Frassino, en vallée occitane, où le mets simple et magistral est le «Tuma, patate e aïoli» – fromage frais, pommes de terre et aïoli. Ce plat délicat est célébré par le chef Juri Chiotti, fondateur du restaurant Reis (racines, en occitan).

L’espoir d’une gaffe

On est loin de Paris, quand il cuisinait chez le chef Giovanni Passerini le pigeon presque cru et le cavolonero, le chou noir. À Milan, ville où il réside aujourd’hui, Tommaso Melilli continue à se souvenir et à méditer: «Pour ceux qui ont eu la chance d’en avoir un, le bar est un lieu qui enseigne la différence. Les codes du politiquement correct n’y sont jamais entrés parce que la possibilité que quelqu’un commette une gaffe est un espoir, une occasion de combattre l’ennui.»

Melilli est resté un rat des champs dans la jungle des villes, qui retrouvent sous sa plume leur authenticité perdue grâce, par exemple, à un plat traditionnel comme le bouillon aux marubini, raviolis typiques de Cremone. «Je n’y peux rien, avoue-t-il: ce sont les choses que j’ai envie de manger, de cuisiner et d’offrir aux autres.»

Ce livre, en somme, est un hymne à l’amitié et à la sensualité des mets, qui pourrait se réclamer de celle que l’on nomma «la poétesse du goût», l’écrivaine Mary Frances Kennedy Fisher, Américaine qui découvrit elle aussi la gastronomie en exil et qui déclara: «Il me semble que nos trois besoins essentiels, de nourriture, de sécurité et d’amour, sont tellement mêlés entre eux que nous ne pouvons réellement penser à l’un sans le lier aux autres. Et c’est ainsi que lorsque j’écris sur la faim, j’écris vraiment sur l’amour, et sur la faim de cet amour, et sur la chaleur et l’amour et la faim de cette chaleur… et enfin sur la chaleur et la richesse et la splendide réalité de la faim apaisée… et tout ne fait plus qu’un.»

Récit
Tommaso Melilli
«L’Ecume des pâtes – À la recherche de la vraie cuisine italienne»
Traduit de l’italien par Vincent Raynaud
Stock, 240 pages.

 

 

 

 

 

[Photo : Greta Plaitano – source : http://www.letemps.ch]

La nova Secretaria de Política Lingüística impulsarà un “gran pacte” per incrementar l’ús del català

El govern català ha presentat aquest dimarts el decret de reestructuració del Departament de Cultura que, entre altres coses, preveu elevar Política Lingüística al rang de secretaria en lloc de direcció general com fins ara. El Departament de Cultura es proposa “reforçar la vocació transversal i constructiva de la nova Secretaria de Política Lingüística.

Acte de presentació del programa Ep! Escolta i Parla, el maig del 2019 / R.G.A.

La fins ara directora general de Política Lingüística, Ester Franquesa, s’ha acomiadat del càrrec tot destacant els “molts projectes realitzats” per la llengua catalana, l’aranès i la llengua de signes catalana tot i l’”escassedat de recursos” i les “situacions abans inimaginables” en els darrers anys “molt convulsos però també apassionants” que ha viscut el país.

El Departament de Cultura, ara en mans d’Esquerra Republicana de Catalunya, ha anunciat que el secretari de Política Lingüística es nomenarà “properament” i tindrà com a encàrrec principal desenvolupar “un gran pacte per la llengua per tal de protegir, incentivar i incrementar l’ús del català en tots els sectors”. El departament assegura que la llengua serà una “prioritat governamental” i que s’actualitzaran “els mecanismes que estudien i n’impulsen l’ús des d’una visió integradora i cohesionadora dins de la societat catalana”.

 

 

[Font: http://www.diaridelallengua.cat]

El govern espanyol les diferenciava en els informes que envia sobre compliment de la Carta europea de llengües regionals o minoritàries.

La Unió Europea li ha dit a l’executiu espanyol que el català i el valencià són la mateixa llengua. El govern de Pedro Sánchez pretenia fer-les passar per dues llengües diferenciades, però la Carta Europea de les llengües regionals o minoritàries els hi ha contestat que a l’Estat espanyol es parla « català a les Illes Balears, Catalunya i sota el nom de valencià/català al País Valencià ». Segons l’Estat les llengües cooficials són el basc, el gallec, el valencià, el català i l’occità/aranès.

El consell de ministres de Pedro Sánchez, format per membres del PSOE i Unides Podem, compta amb 2 ministres catalans; Miquel Iceta (Política Territorial i Funció Pública) i Manuel Castells (Universitats), nascut a Hellín (Albacete), i 3 ministres valencians; José Luis Ábalos (Transports, Mobilitat i Agenda Urbana), José Manuel Rodríguez Uribes (Cultura i Esports) i Lluís Planas (Agricultura, Pesca i Alimentació). Pedro Duque (Ciència i Innovació), malgrat ser madrileny, estiueja des de petit i té casa a Xàbia.

 

[Font: http://www.racocatala.cat]

De polemicas politicas e judiciàrias an marcat en Catalonha los examens que comencèron dimars passat, e l’occitan es estat, indirèctament, dins lo debat

Ongan, un tribunal a ordenat al govèrn de la Generalitat que done a totes los escolans los enonciats dels examens en catalan, castelhan e occitan aranés, après una denóncia d’una associacion espanholista que planhiá que se balhèsse sonque los enonciats en catalan. Los jutges argumentan que lo catalan pòt pas èsser considerat coma “una lenga preferenciala”.

Ça que la, l’administracion catalana respondèt que los examens se farián en catalan mas que totes los estudiants avián a lor disposicion d’examens dins las tres lengas oficialas e qu’aurián, per tant, d’examens en espanhòl o en occitan s’o demandavan.

A la fin, sonque 67 escolans, sus mai de 5000, demandèron los fuèlhs d’examen en espanhòl. Sabèm pas quantes escolans los sollicitèron en occitan.

Es lo tresen còp que l’administracion prepausa de fuèlhs d’examen en occitan aranés.

Malgrat que l’occitan siá oficial al Principat de Catalonha dempuèi 2006, es sonque a partir de 2019 que las administracions comencèron de trabalhar per garentir los dreches lingüistics dels candidats occitanofòns. Dins aquel sens, cal mençonar l’estudianta aranesa Lourdes Bruna, qu’en 2017 respondèt pel primièr còp a dos examens preüniversitaris en aranés, après o demandar pr’amor de l’oficialitat de la lenga.

 

 

[Poblejat dins http://www.jornalet.com]

« De l’esperança a l’indignació ». El 29 de maig Perpinyà clamarà a favor de l’ensenyament en català

Cartell de la convocatòria a favor de la immersió educativa del 29 de maig a Perpinyà el

Cartell de la convocatòria a favor de la immersió educativa del 29 de maig a Perpinyà.

La sentència del Consell Constitucional francès barrant el pas a l’ensenyament immersiu del català ha provocat molt malestar a la comunitat educativa i a la societat de la Catalunya del Nord. L’anomenada ‘llei Molac’, elaborada pel diputat bretó Paul Molac pretenia defensar la protecció del patrimoni de les llengües regionals i la seva promoció, per primera vegada en diverses dècades.

Tot i això, la immersió lingüística en català i altres llengües regionals ha estat tombada perquè « la llengua de la República és el francès ». La prohibició pot afectar escoles que imparteixin classes en bretó, basc, català o occità.

Des de les Escoles Bressola s’ha resumit molt bé el trànsit que s’ha viscut entre l’aprovació de la llei i la seva derogació pel part del Constitucional: « Amb poques setmanes de diferència hem passat de l’esperança a la indignació ». Aquesta indignació és el sentiment que marca el comunicat que han emès per valorar la sentència i convocar una manifestació a favor del sistema immersió pel pròxim dissabte 29 de maig a les 15h a la Plaça Catalunya de Perpinyà.

La sentència no només reafirma la supremacia del francès respecte totes les llengües de l’Estat, sinó que posa en risc el model educatiu de la Bressola, perquè, segons la sentència, seria « il·legal » ensenyar en català.

Cartell de la convocatòria de la manifestació a favor de l’educació immersiva. 

 

 

[Imatge: La Bressola – font: http://www.racocatala.cat]

se faire brutalement répudier ; se faire éconduire désagréablement ; aller se faire voir ; se faire renvoyer brutalement

Origine et définition

Les Grecs avaient autrefois une réputation affirmée de pédérastie (je ne suis pas allé vérifier ce qu’il en est aujourd’hui, mais on me susurre dans mon oreillette qu’elle est très surfaite).
Alors quand on propose à quelqu’un d’aller chez eux, c’est parce qu’on veut rapidement s’en débarrasser et qu’on lui souhaite « bien du plaisir » une fois arrivé là-bas.
C’est tout aussi aimable que de proposer à quelqu’un « d’aller au Diable » afin qu’il aille brûler dans les flammes de l’enfer.

Compléments

Aujourd’hui, pour éconduire quelqu’un, on a aussi « casse-toi ! ». C’est plus court, mais ça fait moins travailler l’imagination.
Des variantes de cette expression existent avec des verbes nettement plus vulgaires à la place de ‘voir’, ce qui en accentue encore le côté désagréable.
Parmi ceux-ci, il y a le très imagé ‘empapaouter‘, qu’on comprend actuellement comme ‘enculer’ (‘sodomiser’ pour les oreilles chastes). Ce mot est en fait issu de l’occitan ’empapautar’, légèrement plus raffiné car il veut normalement dire ‘rouler’, ‘arnaquer’.

Exemples

En France, on a une expression injurieuse pour éconduire un individu, on dit « aller se faire voir chez les Grecs« .
C’est pour beaucoup le summum de l’impolitesse! (lire plus) France – Belgique – Luxembourg – Suisse « Aller se faire voir chez les Grecs » Quelle vulgarité!

Comment dit-on ailleurs ?

Langue

Expression équivalente

Traduction littérale

Allemand

geh doch dahin, wo der Pfeffer wächst

va où pousse le poivre!
Anglais fuck off ! / Piss off ! va te faire foutre ! / Va chier !
Anglais get lost vas te perdre, perds-toi !
Anglais go to bath aller au bain
Anglais go to Halifax aller à Halifax
Anglais go to Jericho aller à Jericho
Anglais (USA) fuck you ! va te faire foutre !
Anglais (USA) go get fucked vas te faire baiser, sodomiser
Arabe (Tunisie) mché yaq’dhi il est allé faire des courses
Espagnol (Espagne) ir a freír espárragos aller faire frire des asperges
Espagnol (Espagne) que te den por el culo va te faire foutre
Espagnol (Espagne) mandar a hacer puñetas envoyer faire des poignets
Espagnol (Espagne) ir a tomar por culo aller se faire foutre
Espagnol (Espagne) ¡Que te zurzan! va te faire reprendre !
Espagnol (Colombie) vaya que lo bañen va te faire laver
Espagnol (Argentine) andar a freír churros aller se faire frire des churros
Finnois painu helvettiin! va dans l’enfer
Français (Canada) aller jouer sur la ligne jaune
Français (Canada) aller se faire voir ailleurs aller se faire voir ailleurs
Français (Canada) envoyer jouer dans le trafic

se débarrasser de quelqu’un ou envoyer promener quelqu’un

Grec καλά ξεκουμπίδια! bon debarras !
Grec άντε και πηδήξου! va te faire sauter !
Hébreu נתבקש בישיבה של מעלה

on nous demandera de nous asseoir

Italien va fan culo ! va te faire foutre !
Italien vaffanculo! – Va al diavolo!

va dans le derrière – Va chez le diable

Italien vatti a far friggere va te faire frire
Néerlandais (Belgique) je kan de boom in tu peux monter l’arbre
Néerlandais (Belgique) kus mijn kloten ! embrassez mes couilles
Néerlandais (Belgique) loop naar de haaien! vas-t`en
Néerlandais de deur wijzen montrer la porte
Polonais idz do diabla! va au diable!
Ajouter une traduction

Si vous souhaitez savoir comment on dit « aller se faire voir chez les grecs » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemandcliquez ici.

Ci-dessus vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

 

[Source : http://www.expressio.fr]

 

Pasmens, serà lo president de la cambra que decidirà quora es necessari de passar a l’espanhòl

Desenant, los deputats del Parlament d’Astúrias poiràn pas parlar sonque en asturian. Lo burèu de la cambra regionala a decidit que deuràn tornar dire lors parladisses en castelhan s’un dels deputats ispanofòns se planh d’aver pas comprés.

Pasmens, serà lo president de la cambra que decidirà quora es necessari de passar al castelhan. Curiosament, los qu’an votat en favor d’aquesta règla son los membres del burèu del Partit Socialista e d’Esquèrra Unida del temps que los drechistas s’abstenián —es lo cas de Ciudadans— o votavan contra, los del Partit Popular.

Una lenga protegida mas non oficiala

L’asturian fa partida d’una lenga romanica dicha asturleonés qu’en mai d’Astúrias se parla dins las províncias de Leon e Zamora, dins qualque val de la zòna de Cantàbria e en qualque endrech d’Extremadura. E mai, dins l’encontrada de Miranda, dins lo nòrd-èst de Portugal, es lenga oficiala amb lo nom de mirandés e una grafia subsidiària de la portuguesa.

Per quant al galèc-asturian, apelat localament eonaviego, es parlat dins la zòna occidentala d’Astúrias al lindal amb Galícia. L’Acadèmia de la Lenga Asturiana lo considèra coma una lenga pròpria e diferenciada del galèc, mas l’Acadèmia Galèga lo vei ela coma una varianta del galèc.

L’asturian ten una cèrta proteccion en Astúrias dempuèi 1998 gràcias a la Lei d’Usatge e de Promocion de l’Asturian. Mas las associacions que defendon la lenga denóncian que l’administracion contraven sovent a aquela lei. En mai d’aquò, planhon que los dreches lingüistics que prepausa la lei sián fòrça limitats.

Pr’aquò, l’asturian e l’aragonés son pas reconeguts coma lengas oficialas. Si qu’o son lo basco, lo catalan e lo galèc dins lors airals lingüistics e l’occitan en Aran e al Principat de Catalonha.

 

 

[Imatxe: Europa Press – poblejat dins http://www.jornalet.com]

Escrich per Joan-Marc Leclercq

Se ditz sovent que lo gost per la musica e per las lengas son ligats. Solide. Una lenga, es purmèr una musica.

Per malastre, coneishi pas las chifras per l’occitan, mes sabi que cada lenga utiliza una “benda passanta”, es a díser una platja de frequéncias que l’es particulara. Lavetz que l’uman sap ausir los sons entre 16 e 16 000 Hertz, la lenga francesa, per exemple, utiliza pas los entre 300 e 1000 Hz e s’estanca a 2000 Hz dens los aguts.

Los campions de la frequéncia son sen discutida las lengas eslavas, (rus, polonés, chèc, eslovac, etc), qu’utilizan totis los sons entre 100 e 16 000 Hz. Pas besonh de’vs díser qu’un natiu de país eslau a mens de dificultats que non pas un aute per reconéisher (e doncas poder prononciar com cau) los sons d’una lenga estrangièra qu’apreng.

Per comparar encara milhor dambe la musica, lo francés utiliza pas qu’una sola octava. Se volètz saber çò qu’aquò vòu díser, sufís pas que de cantar: “dò, re, mi, fa sol, la, si dò” e n’auratz atau l’estenguda. Melodiós, lo francés? L’anglés, eth, utiliza 4 octavas e lo rus … 11! Quan un Rus ausís un Francés parlar sa lenga, tot aquò le sembla plan plat.

Se los Poloneses de Varsovia parlan drin com los Angleses, dambe una votz meslèu aguda e un ton precioset, qu’un professor de cant diseré “una votz de cap”, los Silesians de Katowice hèn bronir lora garganta, çò que’us balhar un parlar que sembla mès raspós e garronhut.

Me brembi plan d’un jorn quan èri dens un restaurant a Praga dens una sala plena. Lo brut de las charradissas semblava lo bronzinar d’un buc plen d’abelhas (la lenga chèca es meslèu aguda), levat una taula on parlavan totis dambe una votz d’otratomba au punt qu’aquò aperèc mon atencion. Après conta-ròtle deus amics chècs presents, èra una taula d’Eslovacs. E totun, las duas lengas, a l’escrit, son fòrça vesinas, los locutors se comprenguen aisidament. Mes cantan pas parièr.

La musica, es pas sens que las nòtas, es hèita tanben lo ritme. E aquiu tanben, cada lenga a lo son pròpri. S’apèla l’accent tonic.

Lo francés possedís un accent que cad regularament sus la darrèra sillaba, levat s’i a un “e” mut a la fin deu mot, qu’es pas prononciat au nòrd, çò que cambia pas ren. Los parlars franceses “deu sud”, aquestes qu’utilizan lo sistèma fonologic (aperat “accent”) de l’occitan, prononcian plan lo “e” dit “mut”, çò que perpausa una varianta mens monocòrda, mès rica e que pareish “cantanta” a l’escota. L’occitan eth medish utiliza aquestas duas possibilitats de ritme “mascle” (l’ostau) o “femenin” (la hemna).

Lo chèc e lo hongrés, que totun son pas brica de la medisha familha lingüistica mes vesins geograficament, partatjan la particularitat d’aver totis los mots accentuats sus la purmèra sillaba. Aquò les balha una vam especiau e un caractère energic. Daubuns an notat que las òbras compausadas per musicaires chècs e hongareses, pr’amor d’aquesta particularitat, an una melodia que comença suu purmèr temps, lo temps fòrt.

A mon vejaire, las lengas qu’an un accent tonic irregular son las mès bèras per escotar. Dambe un pichona inclinason au rus e a l’italian. Un mot dambe l’accent tonic sus l’abans-darrèra sillaba dens la lenga de Dante se ditz una parola sdrucciola, (un mot eslenc) dambe l’accent que cad suu “u”, ensajatz de prononciar. Es polit. Es lo cas per crescere, domenica, riconoscere, ultimo, grafico. Podètz tanben cantar lo famós La donn’é mobile …

Lo rus, eth, alternarà l’accent dens la cançon:

Kalinka, kalinka, kalinka maïa,
Fsado ïagada, kalinka, malinka maïa …

Cada lenga a doncas sa tessitura (sa hautor), son ritme e sa melodia (combinason deus dus). Après, coma una cançon, cada lenga a tanben son tèxte, son univèrs, son imatgeria, sa risuessa lexicala. Mes, aquò, es quicòm mès …

 

 

[Poblejat dins http://www.jornalet.com]

Un desenat de familhas l’an ja demandat, e desenant se prepausarà a totes los nòus maridatges

Doas familhas de Biàrritz an recebut lo primièr libret de familha bilingüe, que sas lengas son lo francés e lo basco. La consolessa màger de la vila del Bas Ador, Maider Arosteguy, vòl atal “aubrir ua nava èra a Biàrritz en tot despartimentar la lenga basca”, çò rapòrta Mediabask.

Lo document l’an revisat d’especialistas de l’Ofici Public de la Lenga Basca, en collaboracion amb de professors de drech de l’Universitat del Bascoat, per tal que la terminologia administrativa e legislativa siá exacta. Tanben s’es volgut que de bon completar pels oficièrs de l’estat civil non bascofòns.

Après un trabalh de sièis meses, lo document bilingüe es disponible e, après una comunicacion de la comuna dins la revista muncipala, i a mai de dètz familhas de la vila que l’an demandat. A mai, se prepausarà lo document a totes los maridatges que se celebraràn desenant. Arosteguy encoratja d’autras comunas que prepausen aquel “dispositiu simbolic”.

Los librets de familha bilingües francés-breton an ben capitat dins fòrça comunas de Bretanha. Seriá plan que las administracions occitanas o prepausèsson tanben en occitan, e que se faguèsse de versions en gascon dins las comunas del Bas Ador per qual o desirariá tanplan en la lenga nòstra.

[Imatge: Ville de Biàrritz – poblejat dins http://www.jornalet.com

Escrich per Joan-Marc Leclercq

Es interessant d’espiar com cada lenga resistís o reagís a l’omnipreséncia deus mots angleses (o globish) dens lo mitan professionau o jornalistic. Segon son estructura o son grad de capacitat de creacion, cada lenga guardarà son originalitat … o pas.

L’exemple mès simple es lo deu mot computer. Lo japonés l’adoptat d’un biaish fonetic dambe コンピューター [Konpyūtā], que benlèu un anglofòne reconeisheré pas obligatòriament a l’escota, quan lo chinés creèc lo mot 电脑 [Diànnǎo] que vòu díser “cervèth electric” (电 = electricitat 脑 = cervèth).

Si lo catalan e l’espanhòu an causit la solucion latina ordinador e ordenador, l’italian, mès anglicizat, a cedit a computer quan lo portugués a creat lo mescladís risolièr computador. De notar tanben lo roman dambe son drin susprenent calculator, e lo prèmi de la concision reveng au suedés dambe dator que m’agrada fòrça.

Mes existís un nivèu superior a l’acceptacion de mots anglosaxons, es lo de’n crear autes que son quitament pas en usatge ni dens las isclas britanicas ni aus USA. Lo siti La culture générale n’a trobats 41 en francés. N’an hèit la lista. Podèm doncas comparar dambe l’usatge de l’occitan qu’es una lenga que resistís mès a l’envasida de l’anglés gràcia a son esperit creatiu. Vaquí doncas una seleccion personala:

Purmèr podèm remercar un beròi grop de mots en -ing que son sovent inventats o lavetz sonque la purmèra part d’una expression, que tot solets vòlon pas díser gran causa en anglés:

Brushing (blow-dry) Camping (campsite / campground) Dressing (wardrobe / closet) Forcing (-) Footing (jogging) Lifting (face lift) Parking (car park / parking lot) Pressing (dry cleaner’s) Relooking (makeover) Shampooing (shampoo) Smoking (dinner-jacket / tuxedo) Travelling (tracking shot / dolly shot / trucking shot) Warning (hazard lights, flashers).

L’occitan perpausa fòrça simplament las reviradas:

Brossatge, campatge, vestider, lo tot, corruda, tibapèth, parcatge/pargue, netejader, cambiamustra, lavacap, vèsta de serada, plan sus via, lutz de destressa (en francés tanben).

Puèi lo dusau grop es lo deus mots en -man e -woman qu’existissen pas tanpauc:

Perchman (boom operator) Recordman (record holder) Rugbyman (rugby player) Tennisman (tennis player).

Mercés a sas numerosas terminasons (-aire, -ista, -ador) l’occitan fòrma aisidament:

Perjaire, recordaire, jogador de rugbí, tenista.

E vaquí qu’arriba una tièra de mots que cadun per aicí crei de la lenga de Shakespeare mes qu’ac son pas brica:

Baby-foot (table football / table soccer) Baskets (sneakers) Catch (wrestling) Open space (open plan) Pin’s (lapel pin / enamel pin) Pompom girl (cheerleader) Slip (briefs).

L’occitan se trufa de tot aquò dambe:

Butabala de taula, solièrs d’espòrt, luta liura, burèu obèrt, espingleta, clapateras, culòta.

De notar tanben los risolièrs “Book” que los anglofònes disen portfolio (!), lo mot de soca gascona “Caddie” (trolley / shopping cart) vengut de “capdèth” (èi escrit un article suu caminament mondiau d’aqueste mot) e l’inexplicable Talkie-walkie qu’es en vertat walkie-talkie.

Dens un filme de Woody Allen, vesoi un còp que l’expression anglesa the daylies èra revirada “les rushes”.

Lo nivèu de penetracion deus anglicismes dens una lenga seguís reglas que son pas fòrça regularas. Se lo francés n’es victima, se lo shuc de “canneberge*” es vengut cranberry sus la botelhas, se lo “doubeurre[1]” estoc abandonat per butternut, la lenga de Coluche a totun resistit per çò qu’es de l’embarrament, sia “confinement”, que fòrça paises sequenon an adoptat devath la fòrma lockdown.

Çò qu’es meslèu rassegurant, es que, a còps, anglicismes pòden desaparéisher deu vocabulari. En tot huelhetar un vielh diccionari, èi trobat los mots macadam macintosh (per un manto de ploja) qu’èi pas ausits dempuèi … longtemps.


[1] Èi pas trobat de revirada en occitan d’aquestes plantas.
[Poblejat dins http://www.jornalet.com]