Archives des articles tagués Klezmer
Escrito por Claudio Ferrufino-Coqueugniot
Cuando me llegó el resultado de todas mis sangres, estudio que mis hijas quisieron y regalaron, decía que el mayor torrente era el andino, con 28 por ciento, y de ahí un listado inmenso, con cierta dosis Neanderthal que justifica algunos actos, a pesar de que ahora se sabe que estos cavernarios inventaron el arte. Pues en esa lista había casi un 2 por ciento de judío ashkenazi. Hubiera pensado en sefardí, dada España, pero no, de oriente, más allá del Oder, más cerca del Vístula o el Dniester, o de los bosques húngaros o el llano valaco. De Keshenev o del Prypiat. Nunca lo sabré, pero esa sangre me pone a bailar klezmer en domingo, antes de salir hacia la parrillada que prepara mi Aly donde buscaré en el tempranillo las respuestas.
La música klezmer me apasiona. De niño, cuando vi El violinista en el tejado, quedé encandilado. Tea que nunca ha de apagarse, como la de mi antepasado Murillo. No sabía entonces nada. Recuerdo el sonoro nombre de ese pueblo hebreo, Anatevka, de la magia y del misterio. De la sobriedad y fe de esta gente que sin embargo en la fiesta se soltaba con pasión. Fotos de Román Vishniac, me acuerdo. El universo que Hitler quiso destruir. Todavía suenan los violines, el trombón, el fantástico clarinete. Suena, suena el klezmer, mientras se mecen los nazis ahorcados de Minsk porque nadie, nadie, dura mil años. La música sí, cuando llegue el Armagedón habrá entre las ruinas una melodía, seguro. Aunque la escuchen solo y últimas las hormigas.
Tendría que hablar de literatura, de los poemas de Zuzanna Ginczanka que vencieron a la muerte. Mis ojos recorren la tierra negra en las afueras de Jarkov. Ucrania, sí. Y Rusia también. Y la amada Polonia. En el panorama siempre ellos, vestidos de negro, bailando con botellas sobre la cabeza. Largos faldones y la fiesta del Purim. Isaac Bashevis Singer, Babel, Aleichem. Nadie puede negarles historia allí, ni estadía, ni memoria. Pienso en de dónde y por dónde cargo este ashkenazy conmigo. Quiero imaginarme a mí mismo en el bosque oscuro y cerrado alrededor de Vilna, en la fragua de metales fundiendo escudos para eternos héroes de eternas Troyas. Vulcano-Hefestos mientras las pupilas recorren la escritura al revés y sobre las piedras voy escribiendo el nombre de dios, inventando Golems donde no había vida.
El Golem de Gustav Meyrink, sobre quien alguna vez Kafka escribió a Milena Jesenská. ¿Cómo reclamo para mí una cultura si floto entre todas las sangres? ¿Si el cóndor mata al toro y el toro brama? Cómo si me escurro entre los destruidos muros de Zhitomir y amanezco en Uzhorod. Acompaño al vocalista de Gogol Bordello buscando las raíces de un árbol muy vivo y sólido, frondoso y profundo. Chagall. Mazel tov.
[ Fuente: https://bit.ly/3o9ifUn%5D

Parmi de très nombreux voyageurs de Valiske, il y a une personne plus musicale que toutes les autres.
Maurice Vinitzki dit Moyshé, se lève tôt à Kiev, Odessa, la Nouvelle Orléans, Jackson Mississippi, Addis Abeba, Gondar et partout où nous allons.
Et avant le petit déjeuner, il discute avec les oiseaux locaux, dans une langue universelle…en sifflant.
Maurice, un musicien polyvalent, a répondu par affirmation à la difficile question que les survivants se sont posé en 1945 : avons nous droit de faire de la musique après Auschwitz ?
La vie juive a repris petit à petit, avec les mariages et bar mitsvot, notamment à Paris et à Marseille. Et c’est ici que Maurice avec sa fratrie a apporté sa joie et ses notes musicales juives avec un certain…Charles Aznavour !
Car tout d’abord, comme exige la tradition, faire de la musique juive est une affaire familiale et celle des amis.
Maurice vient d’une famille très musicale, avec un cousin aussi d’origine odessite, Michel Polnareff.
À l’époque personne parlait du klezmer, car ce terme n’existait pas, mais de « yiddishe shtikleh » (morceaux juifs) qui réchauffaient les cœurs et les âmes à la sortie de la Shoah.
Valiske propose une rencontre exceptionnelle avec notre Ami Maurice qui vous ne laissera pas indifférent. Avec les anecdotes, histoires et souvenirs, vous allez plonger dans la France de 1945-1950 qui retrouve le goût de la vie et…la musique juive.
Ce mardi 27 avril 2021 à 18H (heure de Paris).
Rencontre en www.zoom.com
ID de réunion : 980 4855 4871
Code secret : 711439
L’accès direct et gratuit pour vous ici :
https://zoom.us/j/98048554871?pwd=WGF3WkhvS0E4eUpEY1lKSnh3c0IrQT09

 

[Source : www.valiske.com]

Passaport de Chann Rachel Glucksman, descendent d’alguns dels protagonistes d’aquesta història © Yad Vashem.

Escrit per Enric H. March

Shtetl era el nom que rebien a l’Europa de l’Est, abans de l’Holocaust (Shoà), les localitats on la comunitat jueva representava un alt percentatge de la població total. Aquest territori europeu comprenia una zona repartida entre l’Imperi rus, Polònia, Lituània i Romania, i es concentrava sobretot a la regió històrica de Galítsia, avui repartida entre Polònia i Ucraïna. Sense ser exactament el mateix, un shtetl seria semblant al nostre concepte de call.

La invasió romana de Jerusalem, l’any 70 de l’era comuna, i la derrota dels israelites va propiciar la diàspora: bona part dels jueus d’Israel es van dispersar per la Mediterrània; d’altres es va assentar a la zona del Rin, entre Alsàcia i Renània, lloc al qual van anomenar Ashkenaz, topònim d’on deriva el terme asquenazita amb què s’anomena els jueus procedents del centre i est d’Europa, i avui repartits per diversos països del món. A partir del segle X, aquestes comunitats van emigrar Europa de l’Est (vegeu Els jueus de l’est d’Europa) i cal diferenciar-los dels jueus alemanys que, més o menys assimilats, es van quedar a Alemanya fins l’arribada de Hitler al poder.

Els jueus de l’Est van desenvolupar durant la seva estada en terres del Rin una llengua pròpia, el jiddisch (alemany medieval amb influències eslaves i hebrees, escrit amb caràcter hebraics), que encara parlen més de 3 milions de persones i que té un premi Nobel de literatura: l’escriptor nord-americà d’origen polonès, Isaac Bashevis Singer.

Com a terme cultural, “shtetl” s’utilitza com a metàfora de la forma tradicional de vida del segle XIX entre els jueus d’Europa de l’Est. Els shtetls eren comunitats observants del judaisme ortodox, socialment estables al llarg dels segles malgrat la influència externa o els atacs que, com no podia ser de cap altra manera, de tant en tant rebien dels seus propis veïns. Aquesta situació es la que es veu reflectida a la pel·lícula El violinista a la teulada (1971), de Norman Jewison. L’Holocaust (Shoà) va donar lloc a la desaparició dels shtetls i de tota la seva cultura, tant a través de l’extermini massiu com de l’èxode, sobretot cap als Estats Units i l’Estat d’Israel. Amb l’excepció de les comunitats sefardites de Grècia, la major part dels 6 milions de jueus exterminats pels nazis eren asquenazites (vegeu Chagall, Yósik i l’extinció del món i Quan l’Est End era la fi del món).

A vegades l’atzar, o aquesta meticulosa mania que tenen els jueus de preservar la memòria, fa que per art de màgia la vida torni allà on ni tan sols hi ha ningú que recordi els morts. Un petit documental familiar en color filmat a Polònia l’any 1938 produeix el miracle.

L’any 1921, 550 jueus vivien a la ciutat polonesa de Wielopole Skrzyńskie i constituïen aproximadament la meitat de la població local. Vint petites fàbriques i negocis de famílies jueves estaven en funcionament.

David Teitelbaum (1891-1972), un fotògraf aficionat que va néixer a Wielopole Skrzyńskie, va emigrar als Estats Units l’any 1900 i es va convertir en un pròsper home de negocis. Tornaria a la seva ciutat natal gairebé tots els anys per visitar la seva família. El 1938 va filmar el seu viatge. El juny o el juliol de 1939 va viatjar a Wielopole Skrzyńskie de nou, però només hi va romandre un curt període de temps perquè la guerra era imminent: el nazis són a punt d’envair Polònia. És possible que algunes seqüències de la pel·lícula fossin filmades en aquesta l’última visita. A la pel·lícula hi apareixen membres de les famílies Teitelbaum, Rappaport i Sartoria, els seus veïns i coneguts.

L’ocupació alemanya de Wielopole Skrzyńskie el setembre de 1939 va comportar un període de decrets antisemites, persecucions, treballs forçats, robatoris i assassinats. A la primavera de 1942, als jueus se’ls va prohibir viure en certes zones de la ciutat i es van veure obligats a desplaçar-se a una zona de carrers estrets on poder ser controlats. No era exactament un gueto tancat, però els residents van ser objecte de severes restriccions de moviment. El 26 de juny de 1942 els jueus de Wielopole Skrzyńskie van ser desallotjats i enviats al gueto de Ropczyce. Uns cinquanta jueus malalts i vells van ser assassinats abans de la sortida forçada. Algunes de les persones que apareixen a la pel·lícula estaven entre els assassinats aquell dia.

Aquestes persones han estat identificades pels seus familiars, en particular Channa Rachel (Helen) Glucksman, la neboda de David, que viu als Estats Units.

Les persones que apareixen a la pel·lícula reconegudes per Channa, són:

Oizer Teitelbaum, avi de Channa i un dels líders de la comunitat, assassinat el juny de 1942, i la seva dona Leah (nascuda Blattberg), àvia de Channa, que va morir malalta abans dels assassinats i les deportacions en massa, o va ser assassinada el mateix juny de 1942. Els seus noms estan inscrits en el memorial dels jueus assassinats a Wielopole Skrzyńskie.

Oizer i Leah van tenir nou fills: Raizel, Chiel (nascut el 1882, va emigrar als Estat Units), Sheindel (nascuda el 1889), David (nascut el 1891, va emigrar als Estat Units), Chaya Klara (nascuda el 1895, va emigrar als Estat Units), Shaya Sam (nascuda el 1896 o 1897, va emigrar als Estat Units), Gusi (nascut en 1904), Yankel (va emigrar als Estat Units), i Eliezer.

David, l’autor de la pel·lícula, també hi apareix. Igual que els seus germans: Chiel; Raizel, que va morir, i el seu marit, Moshe Sartoria (destí desconegut); Sheindel i el seu marit Moshe Aaron Rappaport (1887- ?), que presumiblement van morir, però no se sap on ni com.

Els fills de Sheindel i Moshe Aaron també estan identificats: Simcha (1914- ?), Chiel (1915 o 16- ?) i Shlomo (1917- ?), tots tres de destí desconegut; Channa Rachel (1919) va marxar als Estats Units mitjançant els tràmits de David durant la darrera visita, i va deixar Wielopole Skrzyńskie el setembre o l’octubre de 1938; Chaim (1921- ?), de destí desconegut; i Etla (1929- ?), que va desaparèixer sense deixar rastre. També s’identifiquen els fills de Raizel i Moshe, Shaya (destí desconegut), Chiel, i Sara i el seu marit (nom desconegut).

També apareixen, entre d’altres personatges anònims que passegen per la plaça del shtetl ignorant que l’horror era a punt d’arribar a Polònia, Juda Redel, veí d’Oizer i Leah, assassinat el juny de 1942, i la seva dona Eidel, que era la germanastra de Moshe Aaron Rappaport. I també Nathan Lipschitz (1918-2011), un supervivent, que era el fill del rabí de la ciutat, Yehuda Zindel Lipschitz, i nét del rabí hassídic Yitzhak Lipschitz.

El miracle del document que ens retorna els morts ens deixa un doble sentiment. D’una banda, recuperar per un instant la vida impossible als nostres ulls; però de l’altra, sabem que fora de la pantalla els mercats i les escoles són buits, que els músics ja no toquen pels carrers, que el sastre ja no fa vestits… Veiem com somriuen a la càmera, però tot s’ho va endur el fum de les xemeneies… Només ens queden les paraules d’Isaac Bashevis Singer, Der Nister, Sholem Aleijem, Joseph Buloff, la música klezmer, l’humor del Tren de la vida, els colors de Chagall… I això, malgrat tot, ens fa immortals.

Croquis del shtetl de Wielopole Skrzyńskie, fet per Herman Lenger © Yad Vashem

Croquis del shtetl de Wielopole Skrzyńskie, fet per Herman Lenger © Yad Vashem

 

[Font: enarchenhologos.blogspot.com]

 

 

 

Escrito por Claudio Ferrufino-Coqueugniot

Hoy me hice anacoreta. Contribuyó a eso el frío. Hay nieve y hielo debajo, barro negro en los lugares que se ha echado sal. Ya la noche fue larga, cuatro horas conduciendo en esas condiciones. A medianoche, el auto iba por la carretera de un lado a otro. Menos afortunadas que yo, personas solitarias echaban humo por las narices enfrente de sus vehículos estrellados contra las barras de seguridad. Si hay algo solo es eso: quedarse en medio de la oscuridad blanca rogando por un auxilio que tarda, cuando el fin del mundo es el fin del mundo, no parece otra cosa. Lo obvié con música, intentando permanecer en medio del camino mientras iba resbalando a los costados. Blues y góspel. Mi padre diciendo, bajo profundo que era él en el Coro de los Valles, que los mejores bajos eran rusos y negros norteamericanos. Lo confirma la noche invernal, cuando voces que se desatan de la larga esclavitud, le cantan a un “Señor”con tonos cavernosos.

Entonces permanecí encerrado el domingo, comiendo pan y café, como el pan y cuchillo de Miguel Hernández, y a veces algo de tallarín de ayer, frío, que día después y sin calor sabe mejor que nuevo. Terminé la botella de malbec con el cuarto que quedaba, dormí siesta a la hora de dormir siesta, lujo que no puedo darme. Llamé a las hijas temprano para cumplir el amor de padre; a los amigos no porque andan desvariando con depresiones, ajenos ellos a todo, incluso a la distancia entre ficción y realidad. Será que mi instinto básico me animaliza, o que el Neandertal que pervive en mí en un porcentaje del dos por ciento aconseja no salir hoy de la cueva, que hay fieras afuera y que las bestias de adentro se controlan con vigilancia y mesura. Me cubrí de vinagre y sal a la manera de cebolla en escabeche para aislarme del mundo.

Leí a Ana Ajmátova, mi gran amor. Vi cine histórico lituano, la historia del rey Mindaugas del siglo XIII. Con él volví a mi pasión oriente-europea para estudiar en mapas y en narrativa lo que mostraba la imagen. En una geografía en la que el Gran Ducado de Lituania se extendía del Báltico al Mar Negro consideré premonitoria la presencia de dos ciudades: una hacia el sur, Poltava, y otra hacia el norte Velikiy Novgorod, casas de Irina y Milana respectivamente, Ucrania y Rusia. En Poltava estuve y siempre quise sin hacerlo penetrar las tierras de Rus, de Alexander Nevsky, por el lado de la antigua Novgorod, que no se confunda con la Novgorod de Maxim Gorky. Trabajo pendiente, al igual que las tres ciudades del Báltico que anhelo ver, desde la germánica Riga hasta la talmúdica Vilna. Hablo del siglo XIII, cuando todavía aquellos nobles lituanos eran enemigos de Polonia; después vendrían los Jagellones, el inmenso poder de la república polaca y sus aliados. Por ahora son los años en que los mongoles destruían Kiev, 1240, y que la Horda de Oro amenazaba los bordes de occidente, solo detenida por feroces principados y crueles monarcas. En Eisenstein veíamos la tristeza de Novgorod con los tártaros arrastrando esclavos eslavos delante del mítico príncipe, y cómo, a veces, el invasor era aliado, cuando los guerreros asiáticos en sus pequeños caballos combatían al lado de los rusos contra los caballeros teutones encima del frágil hielo de los congelados lagos. El año pasado Kazajistán celebró 750 años de la Horda de Oro. De ella descienden.

Tanta pasión por la historia, por el hombre, sus logros y desmanes, por los vínculos y las etnias, por la apasionante lucha por sobrevivir. Cantaban los negros que fueron esclavos y continúan siendo esclavos de sus traumas en la gelidez nocturna. No era el sur ni las caminatas con grillos por el polvo de las Carolinas. El termómetro marcaba diez bajo cero, todavía tolerable para andar sin guantes ni gorra. De ahí salté al grupo Brave New World y música klezmer. Magnífica canción Chernobyl, y la imagen de las danzas de hombres vestidos de negro en el filme El violinista en el tejado, que pocos saben que viene de los cuentos de Scholem Aleichem. Comenté con Irina al respecto y no hizo comentario. No implico nada, solo que en la plaza de la catedral de Santa Sofía, en la capital ucrania, está el implacable Bogdán Mielnitski, atamán de los zaporogos, a caballo y con bastón de mando. En él se cimenta la independencia de Ucrania, en el alzamiento masivo contra los amos polacos el año de 1648. Escriben que entre 1648 y 1649 se exterminó a trescientos a cuatrocientos mil judíos en la región. Este grupo de gente afianzaba los poderes de los señores polacos con comercio y don artesanal. Entonces, como durante el hitlerismo, se los culpó de mucho y pagaron con sangre. Y pienso en la alegría del klezmer, en el ritual del baile que es tributo a la divinidad, cómo se superó la historia, la terrible memoria para seguir bailando. Volvemos al hombre, a los infinitos sirios que perdieron todo en extrema crueldad y que continúan vivos; a los yezidis del monte Sindjar que esclavizaron los fanáticos de ISIS y que no han muerto.

Y ahora se ha puesto de nuevo la noche; el frío permaneció. Las familias de mapaches se enrollan entre sí; bellas mofetas resaltan con negro pelaje ante la nieve. Alisto la música para hoy, para mi salida nocturna al más acá y al más allá. Escojo Dire Straits, recuerdo a Julio y su muchacha Juliette, el tiempo ido de las inglesas bellas y borrachas. Si habrán muerto o viven, si se acuerdan de nosotros, si se quedó un beso en ellas no lo sabemos. Ni lo sabremos. Adjunto pasodobles taurinos, por la orquesta municipal de Madrid. Pasodobles que se afianzaron en México, en Colombia, en Cuba, que se fusionaron con el tango argentino, tan presentes en la música del que fuera suegro Pedro Ferragutti. Así para más tarde, incluso con algo de danzas del Renacimiento. La soledad es rica y el dolor y la tristeza se convierten en memoria y en tesoro. La vida sigue, la vida brilla, a pesar del frío y de la luz mala que aparece a fogonazos en los pajonales gauchos de las lecturas de infancia, en el algarrobo algarrobal de mi madre, y de Eduardo Falú, en los algarrobos de Tiataco. Polvo son. El polvo es el aire del recuerdo.

 

[Fuente: lecoqenfer.blogspot.com]

Sur le Lido, Paolo Conte, via con me (it’s wonderful), de Giorgio Verdelli, présenté hors compétition au Festival de Venise, rend honneur au chanteur-compositeur italien entouré d’une palette d’artistes.

Écrit par Firouz Pillet 

Giorgio Verdelli décrit son film comme

Un chemin pour raconter un morceau important de notre expérience émotionnelle, à travers les déclinaisons sentimentales infinies que les chansons de Paolo Conte ont assumées dans notre imagination.

Dès la séquence d’ouverture, Paolo Conte déclare :

Une chanson, c’est un peu comme le cinéma. On a besoin de touche pour peindre le paysage, la description du lieuse ce qu’il y a de plus important dans la construction de la trame. Je refuse les thèmes autobiographiques et je continue à écrire en pensant aux autres en espérant que les gens emmènent ma chanson avec eux. Le peu de part autobiographique demeure relatif, tout le reste n’est qu’invention.

Le film permet aux spectateurs de découvrir les commentaires passionnants de proches et d’artistes de la pékinsule comme Roberto Benigni, Vinicio Capossela, Caterina Caselli, Francesco De Gregori, Stefano Bollani, Pupi Avati, Luisa Ranieri, Luca Zingaretti, Renzo Arbore, Paolo Jannacci, Vincenzo Mollica, Isabella Rossellini, Guido Harari, Cristiano Godano, Giovanni Veronesi, Lorenzo Jovanotti, Patrice Leconte, Peppe mais aussi Jane Birkin avec laquelle Paolo Conte a accepté de faire un duo, le seul de sa carrière. Le film part aussi à la rencontre de Giorgio Conte, le frère cadet de Paolo, lui aussi compositeur et interprète. Cette galerie d’amis artistes du chanteur commence – et se termine avec l’intervention truculente et enthousiaste de Roberto Begnini :

Parler de Paolo Conte, c’est parler du Prince de la musique italienne. Il s’appelle Conte, il y a déjà de la noblesse dans le nom mais c’est un prince tout comme Edward Kennedy Ellington est surnommé Duke. Paolo Conte est un prince par la noblesse de sa figure, la parcimonie de sa présence, « le chic et le charme », le mystère et la fascination. Il est le plus grand, la Tour de Troyes de la musique italienne. Conte est le Matisse de la chanson italienne, il appartient à l’avant-garde et à la tradition.

Ainsi, le film de Giorgio Verdelli égraine trente-cinq chansons, en plus de celle chantée à sa manière par Benigni intitulée J’aime la femme de Paolo Conte (dédiée par le comédien toscan à Egle Conte, mariée à l’auteur-compositeur-interprète génois).

Paolo Conte, via con me raconte, suivant près de cinquante ans de carrière, cet avocat, fils de pianistes, devenu un artiste éclectique qui aime la peinture, un art qui le détend.

Le film suit les aspirations de l’artiste, entre compositions et vers, entre peintures et registre napolitain, proposant de nombreux enregistrements de concerts, des interventions de ses amis et des réflexions sur son incroyable carrière. Pour ce faire, Verdelli a puisé dans l’immense richesse des archives personnelles de Conte, en les compilant avec des entretiens, interviews – parmi lesquelles, celle de Jane Birkin, qui souligne la « voix graveleuse » de Conte qui séduit le public francophone – et des images de tournées internationales.

Arnaud Delbarre, directeur de la salle de l’Olympia, à Paris, fait remarquer que la majeure partie du public – quatre-vingts pour cent du public – ne comprend pas un mot d’italien mais vient pour le charisme du chanteur :

On aimait Mastroianni, on aime Paolo Conte comme représentants de la culture italienne. Les Français aiment Mastroianni et Conte, et non pas les pâtes et les pizza.

À travers ces images, le film de Verdelli parcourt l’immense répertoire des chansons, y compris celles écrites pour les interprètes ltels Adriano Celentano, Enzo Jannacci, Jane Birkin, Caterina Caselli, Bruno Lauzi – rappelle la diversité et l’étendue des influences musicales qui jalonne les compositions de Paolo Conte en commençant par sa passion pour le jazz, la musique klezmer, la peinture, le droit et, bien sûr, le cinéma. Ce bouquet d’influences et de passions, cultivées avec femme, constituent le puzzle de la vie et de la carrière de l’artiste chaque expression artistique -les joutes oratoires de l’avocat en font partie – s’emboîtent parfaitement telle les spinces qui forment un puzzle.

Malheureusement pour son public et les spectateurs qui l’ont peut-être découvert au Lido via le film de Giorgio Verdelli, Paolo Conte n’est pas venu à Venise, mais il a envoyé un salut et ses remerciements à ceux qui ont réalisé ce film en leur donnant son aval à travers une lettre qu’il leur a adressée :

Ce documentaire m’a présenté une vision de ma carrière, de ma vie : tant d’années… combien de rêves et combien de travail, surtout ! J’ai beaucoup travaillé et je me suis toujours senti libre de m’exprimer avec mon style, qui en réalité n’était rien de plus que la gestion de mes défauts et ça s’est bien passé.

Et Conte de poursuivre :

Je suis heureux que ce film documentaire sur ma carrière artistique ait été dédié à la mémoire de Renzo Fantini, mon grand manager et ami inoubliable.

Quand il en parle dans le film, Paolo Conte ôte ses lunettes de soleil pour dévoiler ses yeux rougis par les larmes et la tristesse.

Paolo Conte souligne :

L’impulsion de ce travail assez complexe et doit être attribuée à ma responsable, Rita Allevato, qui a travaillé en commun avec le réalisateur Giorgio Verdelli en mettant à disposition beaucoup de matériel que nous avions dans les archives. Giorgio Verdelli est un réalisateur napolitain très brillant et très sympathique. Rita a une volonté de fer; tout pour la production de Silvia Fiorani, c’est Nicola Giuliano – répète Paolo Conte -. Je pense que je devrais aussi remercier en particulier Alberto Barbera, le directeur du Festival du Film de Venise, qui a également apprécié ce travail inclus dans le programme de la revue. Ensuite, je tiens à remercier tous les artistes, les amis qui m’ont fait de très belles déclarations affectueuses.

Paolo Conte ayant fait une carrière internationale, y compris Outre-Atlantique, le film sera distribué dans de nombreux pays étrangers – plus d’une traitaient – où Conte est très populaire.

[Photo : Daniela Zedda – source : j-mag.ch]

Écrit par Hervé Roten

Le klezmer est une musique instrumentale de fête qui était autrefois pratiquée dans les communautés juives d’Europe de l’Est lors de l’accompagnement des mariages ou de festivités religieuses joyeuses, telles la fête carnavalesque de Pourim, la célébration de la Torah (Simhat Torah) ou encore l’inauguration d’une nouvelle synagogue. Comme la plupart des traditions musicales juives, le klezmer est une musique de l’exil [1] fortement marquée par son environnement géographique et culturel. Mais dans l’Europe orientale, constituée d’un glacis de peuples aux langues et coutumes diverses, cet environnement était extrêmement mouvant. La musique klezmer a emprunté aux uns et aux autres, engendrant ainsi une pratique riche et plurielle qui n’a cessé d’évoluer dans le temps et dans l’espace.

Rendre compte aujourd’hui du phénomène klezmer, c’est donc étudier comment un genre musical naît, évolue et se transforme au gré de l’histoire. C’est aussi considérer la musique dans une société donnée et l’interaction inévitable qui existe entre ces deux éléments.

Étymologie

Le terme « klezmer » dérive de l’hébreu « kli zemer » qui signifie « instruments du chant ». C’est dans un manuscrit du XVIe siècle, conservé au Trinity College de Cambridge, que « klezmer » désigne pour la première fois le musicien et non plus l’instrument [2]. Le terme est péjoratif : en argot, il désigne un voleur, un criminel. Au début du XXe siècle, « klezmer » qualifie un musicien autodidacte jouant d’oreille une musique populaire. Selon le chantre d’origine polonaise Shalom Berlinski (1918 – 2008), « Dans les années 1920-30, il n’y avait pas de terme bien défini pour désigner les instrumentistes jouant pour les mariages. Le terme « klezmer » – qu’on utilise aujourd’hui à toutes les sauces – était péjoratif : il désignait un pauvre type qui jouait de la musique vulgaire et peu évoluée. Les klezmers n’étaient pas des musiciens très appréciés. Lorsqu’ils jouaient, chacun ajoutait de l’harmonie, ce qui lui passait par la tête, selon son talent, selon son inspiration. Cela ne valait pas grand chose ; ça n’avait aucune valeur, même » [3]. Mais de nos jours, le terme est devenu plutôt élogieux pour le musicien et dans le langage courant, il qualifie aussi la musique juive traditionnelle d’Europe de l’Est, ainsi que tous ses dérivés plus contemporains.

Parcours historique

Les klezmers actuels sont donc les descendants des musiciens itinérants juifs dont on trouve trace dès l’époque romaine. Jusqu’à la fin du Moyen Age, de nombreux Juifs ont rejoint la classe universelle des saltimbanques et autres amuseurs. Paradoxalement, leur statut inférieur de musiciens leur garantissait une certaine forme d’indulgence à laquelle leurs coreligionnaires plus aisés ne pouvaient prétendre. On trouve ainsi mention de musiciens juifs rattachés aussi bien aux cours des rois chrétiens que des califes musulmans.

Ces ménestrels ou jongleurs juifs jouaient un répertoire international, principalement composé de chants, de morceaux instrumentaux, mais aussi de récitation de longues épopées épiques et divers types de poésies. Au XIIIe siècle, ils exercent leur art aussi bien en compagnie des troubadours provençaux, des trouvères du nord de la France que des Minnesänger dans les pays d’outre-Rhin.

À partir du XVIe siècle, la pratique instrumentale des klezmers fut sévèrement restreinte, d’une part par les autorités civiles qui accordaient des permissions de jouer au compte-goutte à un nombre restreint de musiciens (à Metz aux XVIIe et XVIIIe siècles, seuls trois musiciens – voire quatre, pour les mariages – étaient autorisés), d’autre part par les autorités religieuses juives elles-même, qui voyaient d’un mauvais œil l’engouement des fidèles pour cette musique peu conforme à l’éthique juive.

Les klezmers étaient toutefois régulièrement conviés par les communautés pour jouer lors de diverses occasions festives. À Prague, où ils formaient une véritable guilde, la vie musicale était intense. L’accueil du Shabbat donnait lieu à de véritables concerts spirituels. Ainsi à Prague, en 1678, eut lieu une grande procession qui comprenait plus de vingt instrumentistes, un chœur de chantres avec leurs assistants et deux chœurs de fidèles. Les klezmers étaient également requis pour les célébrations que la communauté donnait en faveur de l’Empereur régnant. Mais de telles occasions ne se produisaient pas tous les jours. Afin de vivre, le musicien professionnel juif se produisait également devant un public chrétien. De fait, les klezmers établirent des passerelles entre les mondes juif et non-juif. C’est ainsi que l’on vit des musiciens juifs jouer dans des orchestres locaux, et des musiciens non-juifs intervenir dans les orchestres juifs appelés kapelyes, kompaniye ou orkestr. C’est ainsi également que des échanges musicaux entre Juifs et Tsiganes avaient lieu quotidiennement [4].

Au tournant du XXe siècle, des centaines de milliers de Juifs d’Europe centrale et orientale fuyant les pogroms et la misère, émigrèrent aux États-Unis. Parmi eux, de nombreux musiciens trouvèrent du travail dans les théâtres, les cabarets, les hôtels, les cafés, les cirques, et plus tard les cinémas. La communauté juive américaine continuait de son côté à solliciter les klezmers pour les mariages et autres fêtes traditionnelles. Elle posséda bientôt ses cafés, ses restaurants, ses cabarets et sa radio, où pouvaient se produire les musiciens. Le théâtre yiddish fut également un lieu où chanteurs, musiciens et compositeurs purent donner libre cours à leur talent. Une nouvelle génération d’acteurs, de chanteurs, tels Aaron Lebedeff (1873-1960) ou Molly Picon (1898- 1992), émergea à cette époque.

Durant la seconde guerre mondiale, l’Europe centrale et orientale fut vidée des ses juifs (« Judenrein ») par la barbarie nazie. Des communautés entières disparurent, emportant dans les limbes une culture pluriséculaire. Mais aux États-Unis, la musique klezmer put survivre et même prospérer comme musique de danse et de réjouissance, grâce à des musiciens comme Abe Schwartz (1881-1963), Harry Kandel (1885-1943), Naftule Brandwein (1889-1963) ou encore Dave Tarras (1897- 1989). Ayant flairé des gains potentiels, l’industrie du disque américaine s’intéressa dès la fin du XIXe siècle à ce répertoire. A peu près 50 000 disques de musique juive – dont 700 pour la seule musique klezmer – furent gravés entre 1894 et 1942.

Après la seconde guerre mondiale, la tendance à l’assimilation culturelle et le sionisme qui prévalaient chez les juifs d’Amérique reléguèrent la musique juive aux oubliettes. La création de l’état d’Israël en 1948 suscita l’émergence d’un programme culturel et linguistique neuf qui ne regardait plus vers l’Europe de l’Est ; l’hébreu remplaça le yiddish et la nouvelle culture israélienne devint un lieu de référence obligé pour la diaspora.

Cependant, dans les années 1970-1980 l’intérêt pour la culture yiddish refit surface. Et par le jeu de quelques pionniers, tels le clarinettiste Giora Feidman, Henry Sapoznik (du groupe Kapelye) ou encore Lev Liberman (The Klezmorim), on vit réapparaître une musique qui fut nommée « klezmer » par le même hasard qui fit nommer « celtique » la musique irlandaise.

Partie des États-Unis, cette « nouvelle vague » klezmer n’a pas tardé à atteindre l’Europe et Israël. En 1970, le mouvement revivaliste klezmer comptait 3 orchestres aux États-Unis ; en 1990, on en dénombrait plus de 50, dont 10 pour la seule agglomération de New York [5]. En France se créent chaque année des nouveaux groupes de musique klezmer et la production discographique consacrée à ce genre est en forte hausse. Constat partagé par les professionnels : « Avec un peu plus de vingt ans de retard sur les États-Unis, le phénomène klezmer déferle sur notre vieil hexagone touchant sur son passage aussi bien les musiciens professionnels que les amateurs. Ces derniers s’inscrivent de plus en plus nombreux aux « Klezkamps » à la française, comme celui organisée pour la 1ère fois à Paris en février 2003 à la Maison de la Cultures Yiddish ou les stages de klezmer du « Yiddishland à la rencontre des Cévennes », dont la 4ème édition a eu lieu en juillet 2003″.

Si le klezmer est bel et bien vivant, il a tout de même fortement évolué : en témoignent les instrument et le répertoire actuellement en usage.

Les instruments de la musique klezmer

Les instrument joués par les klezmers ont toujours été variés : en premier lieu le violon et autres instruments à cordes frottées (alto, violoncelle, contrebasse), mais également la clarinette, la flûte, le tambour et les cymbales puis au XXe siècle les cuivres. Selon Henry Sapoznik, « l’important était leur capacité à assumer le répertoire local, la possibilité d’être produit ou réparé localement et leur portabilité » [6].

Au XVIIe et XVIIIe siècles, les ensembles klezmers étaient essentiellement composés d’un luth ou d’un petit ensemble d’instruments à cordes – en général, deux violons et une viole de gambe. On avait également parfois recours au cymbalum (cithare sur table frappée avec des petites mailloches) dont la sonorité douce et virevoltante complétait admirablement le jeu virtuose des violons. En Ukraine, aux XVIIIe et XIXe siècles, la loi divisait les instruments de musique en deux catégories : les « forts » (cuivres et percussions) et les « doux » (cordes et flûtes). Les juifs n’étaient autorisés à jouer que la seconde sorte. Mais vers la deuxième moitié du XIXe siècle, en liaison sans doute avec les fanfares militaires et les musiques de conscription, les ensembles klezmers commencèrent à intégrer des instruments à vent, notamment la clarinette, puis progressivement des cuivres. L’accordéon à boutons de la fin du XIXe siècle était aussi très prisé, mais d’un prix élevé et donc rare. Les percussions étaient souvent réduites à un simple tambour (tshekal) ou une grosse caisse (pukou baraban) avec ou sans cymbale (tats).

À la fin du XIXe siècle, dans un souci d’équilibre, l’effectif des instruments à cordes fut renforcé. C’est ainsi que se constituèrent des orchestres de taille plus importante.

Les premiers enregistrements de disques – en Europe dès 1897, et surtout aux États-Unis ont également influencé la composition des orchestres. Les premiers enregistrements connus de musique klezmer concernent avant tout des petits ensembles de type : deux violons et un cymbalum, avec l’éventuelle adjonction d’un accordéon. Cependant progressivement, les compagnies de disques favorisèrent les vents et les cuivres en raison des moyens techniques d’enregistrement de l’époque, qui s’accordaient mieux avec le son plus puissant et plus directionnel des cuivres que celui des instruments à cordes. Le tuba remplaça ainsi la contrebasse. Au États-Unis, sous l’influence du jazz, le saxophone et le banjo furent également utilisés. De nos jours, les ensembles klezmer, succombant à la vague des musiques du monde, peuvent non seulement intégrer des guitares, des pianos, mais aussi des instruments ethniques comme le didjeridoo ou le tabla !

Le répertoire

La musique klezmer est extrêmement composite. Au courant hassidique [7], elle a emprunté la joie, la ferveur et surtout les niggounim, ces mélodies sans paroles, faciles à mémoriser et à répéter. Elle y a adjoint, en un subtil mélange, des mélodies populaires juives ou non-juives, des musiques de danses profanes et des musiques synagogales. Comme pour l’art klezmer, le style cantorial ashkénaze (hazzanout) comporte de nombreux ornements. De plus, il fait appel aux mêmes modes, voire aux mêmes motifs. Cette influence de la hazzanout sur la musique instrumentale juive est évidente, ne serait-ce que par le nom de certains ornements – comme le krachs (soupir) – qui proviennent directement de la tradition cantoriale.

Cependant, c’est surtout durant les danses et les cérémonies juives que les klezmers pouvaient laisser leur talent s’épanouir ; à chaque circonstance correspondait un type de musique : pour les repas et le recueillement, on jouait surtout des niggounim. Mais la plus grande partie du répertoire klezmer était traditionnellement liée au mariage, qui contient non seulement des musiques de danses (broyges tants : danse de réconciliation entre les belle-mères ; patsh tants : claque des mains ; freilekh : danse circulaire ; sher : quadrille ; etc.) mais également des musiques rituelles et processionnelles (l’arrivée et le départ des invités, la procession des mariés sous le dais nuptial (la khupa), etc.).

Le répertoire klezmer au sens large inclut aussi de nombreuses chansons yiddish, traditionnelles ou récentes. Ceci n’est pas surprenant si l’on sait, d’une part, que les mariages traditionnels étaient animés par un badkhan, un maître de cérémonie tenant aussi les rôles d’improvisateur comique, de parodiste ou de moraliste, voire de chanteur ; et d’autre part que la fête de Pourim, (commémorant le salut des juifs de Perse par la reine Esther) donnait aussi lieu à des représentations (Pourimshpil) où figuraient musiciens, acteurs et chanteurs.

Si le répertoire est varié, il n’en demeure pas moins que le klezmer est un genre musical aisément reconnaissable, même par le profane. Quelles en sont les principales caractéristiques musicales ?

Systématique musicale

Le klezmer emprunte sa conception à la musique orientale : la mélodie a la place primordiale et le discours se développe linéairement grâce à l’ornementation et à l’improvisation modale. Mais ce qui frappe le plus quand on écoute de la musique klezmer, c’est une sensation de liberté, voir même de chaos sonore. Comme si tous les instruments parlaient en même temps ! Et pourtant, tous disent la même chose, tous re réfèrent à un même modèle mélodique, mais que chacun développe à sa façon. On est bien dans un rapport d’hétérophonie, comme celui régnant à la synagogue lorsque chaque fidèle entonne la prière à sa hauteur, sa vitesse, avec son phrasé et ses ornements préférentiels.

L’harmonie n’est toutefois pas totalement absente ; elle est cependant soumise à la mélodie : ainsi, un seul accord peut suffire pour toute une section de morceau, soit 8, 16 ou 24 mesures ! C’est la friction entre la mélodie et l’harmonie sous-jacente qui produit les dissonances et crée la tension mélodique typique de cette musique.

L’ornementation est extrêmement riche et variée (krekhts : gémissement, dreydelekh : grupettotshok : cliquetis, etc.). Le vibrato est peu pratiqué, mais les notes longues sont agrémentées de trilles. Les glissandi sont souvent utilisés par les violonistes mais aussi par d’autres instrumentistes. Enfin, l’approche d’une note s’effectue assez souvent par son appoggiature inférieure.

L’improvisation est fréquemment utilisée dans la musique klezmer. A l’origine, elle consistait à modifier le phrasé, les articulations ou les ornements d’une mélodie, ou à y adjoindre des « enjolivures ». Mais cette conception a naturellement beaucoup évolué au XXe siècle sous l’influence du jazz, avec l’apparition de solos basés sur les grilles d’accords du thème.

Les musiques klezmers utilisent principalement cinq grands types de modes : le mode majeur, les modes mineurs (naturel, harmonique et mélodique ascendant) et trois modes synagogaux (shtaygerim [8]) : Ahava Raba (grand amour), Mi sheberakh (celui qui bénit) et Adonoï molokh (Dieu roi), nommés d’après l’incipit de prières connues. Ces shtaygerim sont définis par une modalité formulaire très proche de celle des modes arabes (maqamat) ou indien (raga). Ils peuvent utiliser un nombre de notes inférieur ou supérieur à l’octave (dans ce cas, les notes de l’octave supérieure ne sont pas forcément identiques à celles de l’octave inférieure : cf. Adonoï molokh) ; les pentes ascendante et descendante de l’échelle peuvent être différentes (Mi sheberakh) ; le déroulement mélodique est régi par des règles strictes (hiérarchie entre les degrés : notes de cadence, de demi-cadence, etc.) et l’utilisation de formules ou motifs caractéristiques du mode [9].

Les rythmes, généralement binaires, empruntent les caractéristiques des danses auxquelles il se réfèrent (khosidl, hora, terkish, sirba, etc.). Cependant dans certaines pièces (taksim ou doïna par exemple) ou à l’intérieur d’un morceau, il peut y avoir des passages non mesurés : l’accompagnement, souvent joué à l’accordéon ou au cymbalum, se contente de tenir une note ou un accord sur lequel le soliste improvise sa mélodie.

À l’origine, le tempo avait une grande liberté et fluctuait en fonction de l’atmosphère ou du public : il fallait l’accélérer lorsque l’ambiance s’échauffait ou le ralentir lorsqu’une grand-mère entrait dans la danse. Cette adaptation aux circonstances est également perceptible dans la façon de terminer les morceaux : une montée chromatique rapide débouchant sur la suite mélodique et harmonique VIII – V – I, jouée a tempo ou le plus souvent ralentie, permettait de conclure la pièce rapidement et à n’importe quel moment, en fonction des évènements (entrée de la mariée, annonce d’un cadeau, etc.).

Le klezmer traditionnel était une musique purement fonctionnelle, lié au mode de vie des Juifs ashkénazes. Actuellement, les choses sont quelque peu différentes : comme le jazz, le klezmer devient un genre à part entière ; il est joué par des artistes de toutes origines et toutes religions, et a gagné ces lettres de noblesse en montant sur scène. Il faut dire que le particularisme du klezmer est gommé par l’universalisme de ses inspirations : mélange de musiques populaires roumaine, russe, polonaise, ukrainienne, lituanienne, hongroise, grecque, ottomane (turque ou arabe) et surtout tsigane, le klezmer n’est-il pas une des premières musiques de « fusion » ?

Mais en quittant son milieu et sa fonction originelle, le klezmer risque aussi de perdre son identité. Et comme le constate la sociologue Barbara Kirshenblatt-Gimblett, passer d’une « musique de tradition » à une « musique d’héritage » n’est pas sans danger [10].

Aujourd’hui, les musiciens klezmers oscillent entre respect, tradition et modernité. Les uns font œuvre de fidélité, en reproduisant les sons et les arrangements du passé. Les autres ont conservé au klezmer sa fonction paraliturgique, en jouant pour les mariages et les fêtes juives. Les derniers, enfin – de loin les plus nombreux – marient leur musique, l’un à la musique contemporaine, l’autre au jazz, le troisième aux musiques du monde…

Mais après tout, le klezmer n’est-il pas une musique de mariage ?

« J’utilise l’expression ’musique patrimoniale’ afin d’établir une distinction entre une musique faisant partie intégrante d’un mode de vie et une musique qui a été choisie pour être préservée, protégée, vénérée et redécouverte, en un mot, un ’patrimoine musical’ ». (pp. 232-233)

Voir la vidéo sur la conférence « Le renouveau du klezmer – Hervé Roten et Denis Cuniot

Lire l’article sur la danse klezmer
Ecouter la playlist Le klezmer 1
Ecouter la playlist Le klezmer 2

[1] Comment oublier que le peuple juif a passé plus de la moitié de son existence en dehors de tout foyer national ? A tel point que le terme grec « diaspora » (dispersion) qui s’appliquait uniquement aux juifs déracinés est aujourd’hui passé dans le langage courant pour désigner les minorités ethniques exilées (diaspora chinoise, arménienne, etc.) !

[2] Une partie non négligeable de la documentation du présent article provient du site Internet de Michel Borzykowski (http://borzykowski.users.ch) qui a effectué un remarquable travail de synthèse sur le sujet. Qu’il en soit ici remercié.

[3] Entretien avec le chantre Shalom Berlinski (1918-2008) enregistré par H. Roten le 24 septembre 2003.

[4] Cette interactions entre Juifs et Tsiganes résulte d’une communauté de destin (même statut inférieur et même mode de vie itinérant) ainsi qu’une prédilection pour les musiques d’influence orientale. La doïna, ce chant triste, est un exemple de musique jouée par les uns et les autres. D’ailleurs un des créateurs de la musique nationale tsigano-hongroise, Mark RozsavölgyI (1787-1848) s’appelait en réalité Mordchele Rosenthal. Son orchestre tsigane était entièrement composé de Juifs déguisés en tsiganes.

[5] PAYEN Dominique, La musique klezmer et les klezmorim de Berkeley, mémoire de Maîtrise, Université de Rouen, oct. 1990, p. 31.

[6] SAPOZNIK Henry, Klezmer ! Jewish Music from old World to Our World, New York, Schirmer books, 1999.

[7] Le hassidisme est un mouvement mystique né en Podolie dans la première moitié du XVIIIe siècle. Il prône l’accession au divin par des expériences collectives et extatiques s’appuyant notamment sur la musique et la danse.

[8] Le shtayger (ou steiger) – terme signifiant « mode » ou « manière » en yiddish – est un modèle mélodique servant de base à l’improvisation du chantre. Il se compose d’une échelle déterminée et d’un ensemble de formules mélodiques caractéristiques.

[9] Cf. AVENARY, Hanoch, « Shtayger« , Encyclopaedia Judaïca, Jérusalem, Keter Publishing House, 1972, vol. 14, pp. 1464-1466.

[10] Cf. KIRSHENBLATT-GIMBLETT Barbara, « La renaissance du klezmer : réflexions sur un chronotope musical », Cahiers de Littérature Orale, n°44, 1998, pp. 229-262.

[Source : http://www.iemj.org]

El músico despliega una vez más su enorme capacidad como multiinstrumentista y conocedor de las más variadas tradiciones, desde las llanuras entrerrianas a los paisajes áridos de Medio Oriente; desde Tucumán a los Balcanes, del Caribe a Andalucía. En esta entrevista habla de su infancia, del poder de los canciones y de su pasión por la poesía y la palabra. Desde septiembre, además, estará de gira por el país. 

Escrito por Mariano Del Mazo

Hay un libro abierto en el pasa platos del estudio de Palermo donde semanalmente circulan decenas de alumnos. El libro es La pequeña voz del mundo, de la poeta Diana Bellesi: “Las tareas de esta voz: permanecer atenta a lo inútil, a lo que se desecha, porque allí, detalle ínfimo, se alza para ella lo que ella siente epifanía. Las tareas de esta voz: deshacer las cristalizaciones discursivas de lo útil y tejer una red de cedazo fino capaz de capturar las astillas de aquello que se revela. Atención y artesanía”. Marcelo Moguilevsky se declara atrapado por Bellesi; el flamante hallazgo de la obra lírica de la santafecina es, de alguna manera, una instancia más del influjo de la poesía en su vida cotidiana. Multiinstrumentista (clarinete, flauta, armónica, saxo, piano, clarón…), dueño de un conocimiento de una vasta territorialidad musical –de las llanuras entrerrianas a los paisajes áridos de Medio Oriente, de Tucumán a los Balcanes, del Caribe a Andalucía-, Moguilevsky descubrió no hace mucho que finalmente lo que lo completa como artista es la canción, el poema: variables del poder de la palabra.

En esa dirección, acaba de publicar un disco maravilloso junto al guitarrista Sebastián Espósito. Se titula Cliché y es una mixtura de canción, música instrumental y algunos covers como “Noche de ronda”, de Agustín Lara, en el que desata su cada vez más imperioso berretín por el canto. Hay en la voz de Moguilevsky un desgarro que descubre una judería profunda y, a su vez, una sedimentación de tantos kilómetros recorridos. Casi adolescente viajó a conocer Europa y ya no paró. Esa itinerancia es pura curiosidad y se escucha en cada uno de los mojones de una trayectoria que oscila entre el trabajo solitario rodeado de máquinas (el extraordinario concepto de Buey solo), una compulsión a los dúos –César Lerner, Quique Sinesi, Juan Falú, ahora Espósito-, y algunos trabajos en grupo como Comedia, Cuatro Vientos, el combo delicatessen de Puente Celeste o el académico Cuareim Quartet. La multiplicidad de registros es el eje de su compleja identidad artística.

CANCION SOBRE CANCION

Ahora se muestra abducido por el formato de la canción popular, esa unidad hecha de brevedad y misterio que no se puede enseñar en las escuelas de música. Moguilevsky canta como suelen cantar los músicos, una raza a la que pertenecen por caso Luis Salinas, Daniel Maza, Franco Luciani, Hugo Fattoruso y tantos más: entonado, sin afectación, sin vibrato, corazón y hueso. “Quién te dice que mi próximo disco no sea de canciones. Hace poco participé con Juan Falú de un recital dedicado a Yupanqui, y volví a meterme en aquellos temas de Ata. Y me partieron la cabeza. Ya me la habían partido, pero ahora me impactaron desde un lugar diferente. Cómo tres acordes te pueden desarmar… Pasa con Yupanqui, con Eduardo Falú. Es milagroso. La simpleza de la profundidad. Conozco ‘Piedra y camino’ desde los cinco años. Ahora lo estoy haciendo solo, voz y kalimba, y me pega directo acá, en el cuore. También vengo dando vueltas alrededor de un tema de Charles Aznavour que le gustaba a mi hermana, ‘De quererte así’. Si lo ves de una manera determinada, para mí errónea, es una canción medio pedorra, pasada de moda… Pero en una parte dice: ‘Y mi gran temor de quererte aún más al morir’. Bueno, me perfora ese verso. Qué sé yo, será el recuerdo de mi hermana, será que dentro de poco cumplo 60, será que tengo una hija de un año y medio… No sé. Lamento no creer en Dios, pero me siento interrogado por el misterio”.

Su hermana, mayor, murió y con ella una cosmogonía que incluía un estante de discos de época: además de Aznavour, Los Beatles, Sandro, Quilapayún, Los Jaivas, Roberto Carlos, Mercedes Sosa. Flor y nata de la melodía y el compromiso, el beat y la revolución, dos de las caras de los ’60 y principios de los ’70“astillas de aquello que se revela. Atención y artesanía” diría Bellesi. “Soy muy fanático de la infancia, de ese recuerdo, esa pregnancia. Para mí es un tesoro que hay que cuidar. Siempre vuelvo a imágenes. Hay una muy nítida: me veo jugando con los animalitos del Jack entre malvones del balcón del departamento donde vivimos un tiempo, en Arenales y Julián Alvarez. ¿Por qué siempre me acuerdo de eso? No lo sé”.

Sus padres también murieron. Dice que ya disolvió los conflictos, que prescribieron, que se amparó en la familia que formó casi desmesuradamente y que se puede sintetizar en seis hijos de dos matrimonios. “La música me salvó. Ya de chiquito. No me gustaba el fútbol, era parco, me hacían bullying en el colegio, por no decir que me cagaban a trompadas, y me tenía que defender”.

¿Por qué decís que la música te salvó?

-Bueno, mis compañeros de escuela me empezaron a respetar más cuando a los siete años ya tocaba en flauta dulce la Suite troileana de Piazzolla y los Conciertos para oboe y orquesta de Vivaldi. Ellos la rompían jugando a la pelota, yo tocando. A los 13 años ya empecé a actuar para gente, a subir a algún escenario. Y fui por primera vez a un psicólogo”.

Demasiado chico.

-Muy chico. Fui porque me sentía incomprendido por mis padres.

¿Por qué?

-Se opusieron tenazmente a que yo fuera músico. Mi viejo era de Basavilbaso, un pueblo agrícola de Entre Ríos, descendiente directo de los gauchos judíos. En casa había un piano, de mi hermana. En cuanto puse las manos en ese piano, lo vendieron. Más clarito, imposible. Lo pude procesar, no lo culpo: mi viejo se oponía por limitaciones propias, por falta de visión. Cuando volví del viaje por Europa, donde sobrevivía como músico callejero, a los 18 años, trajo las llaves de su mercería de Aráoz y Güemes, las puso frente a mis ojos, el llavero colgando, y me dijo: ‘La mercería es tuya’. Yo le repetí que quería ser músico, pero a él no le entraba. Me mandé solito a estudiar composición en la Universidad Católica. Pagaba la cuota con lo que sacaba en fiestas judías. Mirá, mi papá cuando gané el primer dinero más o menos digno como músico después de una gira, ponele, no sé, dos mil o tres mil dólares de ahora, se enojó. Se enojó mal. No podía entender que yo ganara más que él, que se levantaba todos los días a las siete de la mañana. Para redondear el tema de mi viejo, poco tiempo antes de morir si le preguntabas qué le hubiese gustado ser, respondía: ‘Director de orquesta’. Una cosa de locos.

¿Y tu madre?

-Me quería demasiado. Mucho amor sobre mí. Me perseguía, me asfixiaba. De ella heredé el silbido, era una gran silbadora. Cuando estaba en Europa le escribía cartas en las que le ponía que quería ser músico a toda costa. Un día recibí una carta de ella, “a poste restante”, en la que me decía: “Tengo un tumor en el útero. Te esperamos”. Me cagué en las patas y volví.

EL MISTERIO DE LA ARENA

La frase “la música me salvó” tiene otra justificación, más concreta, y se despliega en el espacio que puede caber entre un chicle pegado en el pelo en un recreo y una guerra. Debido a la prórroga que pidió para poder realizar el famoso viaje a Europa, le tocó la colimba en plena guerra de Malvinas. La posibilidad de que lo mandaran al frente lo aterraba. Hizo migas con un mayor, que le decía: ‘Ruso, quedate tranquilo. Tocá la flauta, vos no vas al Sur, vos dedicate a la música”. El mayor era fanático del jazz, y Moguilevsky pasó gran parte del servicio militar haciendo música. “Yo ya pensaba en cómo romperme una gamba tirándome desde una terraza. No es que no crea que a las Malvinas no había que defenderlas, pero de entrada me pareció una guerra insensata”.

Hizo la primaria en una escuela privada judía, habla perfectamente hebreo y tempranamente estudió la Torah y la Cábala. “Me reconozco ciento por ciento judío. En el humor, en ser hinchapelotas, en las maneras de manifestar las alegrías, en las preguntas. Después me alejé de los templos: el entorno me expulsó, o me sentí expulsado yo. Percibí que la mayoría tenía una ideología chota, conservadora, que nada tiene que ver con lo humano. Me ocurren cosas extrañas con la judería: cuando estuve en Palestina, recorrí esas calles, y era como si caminara una ciudad que conocía desde siempre”.

Con el acordeonista César Lerner forma una dupla que, con intervalos, se dedica exclusivamente a la música klezmer. Si con Juan Falú editó algunos de los más hermosos discos de folklore instrumental de guitarras, vientos y diálogos improvisados, con Lerner recorrió escenarios de todo el mundo con una fórmula análoga. Temas propios, anónimos, músicas de bodas, de entierros, de caminos. Como dice el poema que escribió para el arte interno del disco Sefarad (2017): “El anhelo en la lejanía/ el oriente ha sido nuestro intento. / Quedan la paciencia y la devoción /de quienes no saben más/ que caminar en el desierto/ Sefarad, fidelidad a la búsqueda, a la pregunta/ al misterio de la arena”.

“Con César somos hermanos. Cada uno hace su camino y, siempre, hay espacio para el trabajo en común. Ahora estoy totalmente tomado por una idea que tiene que ver con tres acordes. Tres acordes primarios que atraviesan cinco siglos de música tonal: Do, Fa y Sol; tónica, subdominante y dominante; primero, cuarto y quinto. No quiero que suene a técnico, lo que quiero decir es que en esos tres acordes cabe el universo. Es el ABC, una piedra basal de la música popular. Y tiene que ver con todo. Hay un canto religioso judío llamado nigun, en el que la gente se ubica en círculo para desarrollar una especie de mantra. Es conmovedor cómo la música popular desafía el tiempo”.

Va al piano, y toca esos acordes. Suenan bellos y tristes. Invierte, arpegia, se demora. Todo en Moguilevsky se desliza en forma natural y asimismo con la circunspección algo mística que se observa en ciertos maestros. Entre diferentes universidades –La Plata, San Martín-, talleres que da en el interior del país y grupos particulares, dice que suma unos 150 alumnos.

¿Cuál es la idea que más repetís, que más te interesa trasmitir?

Piensa unos instantes. Y dice:

-Que entender la música como un lugar de pensamiento no enfría el corazón.

Vuelve al piano, y sigue tocando. No se escuchan tres acordes; se escucha una música densa, puro folklore más allá de los mares, judíos que lloran, gitanos que gritan, dolor y desarraigo, campos yermos. El sonido que él define como “un enigma” lo completa el oyente. Tal vez aparece cifrado en el libro abierto sobre el pasa plato; tal vez lo que se escucha es la pequeña voz del mundo de Marcelo Moguilevsky.

[Imágenes: Xavier Martín – fuente: http://www.pagina12.com.ar]

Compositeur juif américain, George Gershwin (1898-1937) a écrit ces chansons et spectacles musicaux marquants du XXe siècle. Arte diffusera le 31 décembre 2019 « Concert de la Saint-Sylvestre 2019Kirill Petrenko et l’Orchestre philharmonique de Berlin » (Silvesterkonzert der Berliner Philharmoniker 2019) réalisé par Torben Jacobsen. Arte rediffusera le 2 janvier 2020 « Gershwin, le classique américain » (Gershwin, der amerikanische Klassiker), documentaire de Jean-Frédéric Thibault. 

Publié par Véronique Chemla

« True music must repeat the thought and aspirations of the people and the time. My people are Americans and my time is today » (« La musique doit refléter les idées et les aspirations des gens et de leur temps. Pour moi, les gens, ce sont les Américains et le temps, c’est aujourd’hui »), a déclaré George Gershwin.

George Gershwin est né Jacob Gershowitz en 1898, à Brooklyn, New York (États-Unis), dans une famille juive nombreuse – quatre enfants -, ouvrière, d’origine russe. Il américanisera son nom en Gershwin.

Enfant prodige, il se passionne pour la musique, et étudie le piano avec des professeurs qui remarquent son génie : Charles Hambitzer, Edward Kilenyi.

Il se familiarise avec la musique klezmer – influence notable dans « S Wonderful », « Funny Face » -, les musiques afro-américaines, dont le jazz, et développe un goût pour la musique moderne française ainsi qu’un intérêt pour la gamme pentatonique.

En 1914, il débute comme interprète, pianiste, et vendeur de chansons chez Jerome H. Remick and Co., entreprise qui fabrique des partitions musicales.

En 1916, la Harry von Tilzer Company publie sa première chanson (When you want ’em, you can’t get ’em, when you’ve got ’em, you don’t want ’em), et en 1917 il édite sa première pièce pour piano, Rialto Ripples.

George Gershwin quitte Remick’s et accompagne les spectacles de vaudeville de Fox’s City Theater. Là, il crée ses œuvres, et fait la connaissance de Jerome Kern et Victor Herbert.

1919 marque un premier tournant dans la carrière de George Gershwin. Il est employé par l’éditeur T. B. Harms Co comme compositeur. Son premier succès : I Was So Young, You Were So Beautiful (1919).

La même année, Gershwin compose tous les morceaux du musical La, La, Lucille. Pour Demi-Tasse, il compose en dix minutes, avec le parolier Irving Caesar, vingtenaire comme lui, la chanson Swanee. Al Jolson l’entend lors d’une soirée, et l’intègre dans Sinbad, spectacle à succès au Winter Garden Theatre, et l’enregistre pour Columbia Records en janvier 1920. Gershwin disait : « Swanee a pénétré les quatre coins de la Terre ». La chanson est n°1 en 1920 pendant 18 semaines dans les Charts américains. George Gershwin en vend un million de copies, et environ deux millions de disques. C’est le premier standard et la chanson best-seller de sa carrière. Ce qui lui donne la liberté de se concentrer sur son œuvre : composer pour les salles de spectacles et les films, donner des concerts pour populariser ses œuvres. Le titre « Swanee » a aussi été immortalisé par Judy Garland dans A Star Is Born (Une Étoile est née).

Avec son frère parolier Israel Gershwin (1896-1983), dit Ira Gershwin, George Gershwin compose des chansons popularisées par Fred Astaire ou le producteur de spectacles Florenz Ziegfeld – Rhapsody in Blue (1924), Concerto pour piano en fa (1925), Un Américain à Paris (1928) -, crée le jazz symphonique et conçoit des comédies musicales qui rencontrent un succès commercial et critique.

George Gershwin fait la connaissance de célèbres compositeurs européens : Maurice Ravel à New York en 1928, Alban Berg à Vienne, Arnold Schönberg… Malgré sa réussite professionnelle et ses concerts, il continue d’étudier auprès de professeurs et de compositeurs. Et peint des aquarelles.

À Hollywood, George Gershwin s’installe pour composer des chansons populaires rendues célèbres notamment par Ella FitzgeraldLouis Armstrong ou Herbie Hancock, ainsi que des partitions pour des films.

Ami des stars, il se lie avec les actrices Paulette Goddard, Simone Simon…

Signe de son succès et de sa popularité : en 1934, il anime l’émission radiophonique bi-hebdomadaire Music by Gershwin.

Le Summertime de Gershwin à Charleston

Dans le cadre d’Invitation au voyage (Stadt Land Kunst) par Fabrice Michelin sur Arte, « Linda Lorin nous emmène à la découverte de trois lieux qui appartiennent à notre patrimoine artistique, culturel et naturel. Dans ce numéro : « Le Summertime de Gershwin à Charleston »  (Gershwin und Charleston), en Caroline du Sud – Hérode le Grand, bâtisseur de Judée – L’incontournable : à Versailles, le Petit Trianon ».

« Jusqu’à la fin du XIXe siècle, Charleston, en Caroline du Sud, était du fait de l’esclavage l’une des villes les plus riches des États-Unis. George Gershwin (1898-1937), qui la découvre en 1933, y compose Porgy and Bess, le premier opéra noir et son emblématique chanson, « Summertime ». Une révolution dans l’Amérique pratiquant la ségrégation raciale. Le livret est signé Ira Gershwin et DuBose Heyward. L’œuvre est adaptée de la pièce de théâtre Porgy de Dorothy et DuBose Heyward, créée à Broadway en 1927 et adaptée du roman Porgy de DuBose Heyward (1925).

Ces trois œuvres évoquent la vie d’Afro-Américains dans un quartier imaginé, Catfish Row, à Charleston (Caroline du Sud) au début des années 1930 : Porgy, mendiant handicapé, s’efforce de protéger Bess, mariée à un voyou, Crown, et que Sportin’ Life veut rendre dépendante de la cocaïne et prostituer. En 1935, a lieu la première de l’opéra de près de quatre heures, mêlant en trois actes jazz, musique populaire et style européen, Porgy and Bess à Boston et New York. Un classique de la culture outre-atlantique.

Summertime (1934) est la chanson la plus célèbre de l’opéra. Cette berceuse chantée par Clara à son enfant, puis par Bess, a été enregistrée pour la première fois en 1935 par Abbie Mitchell, accompagnée au piano par George Gershwin, qui dirige l’orchestre.

George Gershwin décède d’une tumeur au cerveau le 11 juillet 1937 (à 38 ans) à Los Angeles, Californie.

Son frère Ira Gershwin (1896-1983), parolier, en sera profondément affecté et s’est consacré notamment à faire perdurer le patrimoine artistique de son cadet.

En 1959, Otto Preminger réalise une adaptation cinématographique de l’opéra, avec Sidney Poitier, Dorothy Dandridge et Sammy Davis Jr.

« Gershwin, le classique américain »

Arte rediffusera le 2 janvier 2020 « Gershwin, le classique américain » (Gershwin, der amerikanische Klassiker), documentaire de Jean-Frédéric Thibault. Compositeur juif américain, George Gershwin (1898-1937). Au travers de quatre de ses plus grandes œuvres, « Rhapsody in Blue », « Concerto in F », « Un Américain à Paris » et « Porgy and Bess », portrait de George Gershwin, un autodidacte timide mais sûr de son génie, disparu en 1937 à l’âge de 38 ans. »

Depuis 80 ans, Rapsody in Blue, le Concerto pour piano et l’Ouverture Cubaine ne quittent le répertoire des plus grands orchestres du monde. Depuis 80 ans, Porgy and Bess fait partie de la programmation des salles d’opéra dans le monde et Summertime reste l’un des airs les plus célèbres jamais composés. Depuis 2015, la comédie musicale tirée de An American in Paris est jouée par quatre troupes en alternance, sur les plus grandes scènes de music-hall mondiales. Plus que jamais, George Gershwin est à l’honneur dans le monde musical. Devenu « classique », il est aussi l’un des créateurs des plus célèbres comédies musicales américaines. Symbole absolu de la réussite « made in US », il su créer pour le continent américain une musique sur mesure, empreinte d’influences multiples, dans laquelle chaque américain peut retrouver une partie de ses propres racines et chaque européen son histoire personnelle. Notre histoire de George Gershwin est l’histoire de « l’invention » d’une certaine culture américaine, séduisante, désinhibée, résolument moderne et toujours innovante. »

« En juillet 1925, le Time Magazine consacre sa couverture à celui qu’il présente comme le plus grand compositeur national : George Gershwin. De par ses origines modestes et la popularité de sa musique, irriguée par le swing et le jazz, cet autodidacte de 26 ans, fils d’immigrants juifs ayant fui la Russie des pogroms, incarne une nouvelle et séduisante version du rêve américain ».

« Avec son frère aîné et parolier Ira, ils sont les auteurs de dizaines de chansons fredonnées d’un bout à l’autre du pays, et peaufinées parfois avec le jeune danseur Fred Astaire. Mais c’est sa Rhapsody in Blue, subtile combinaison de jazz et de classique, écrite en cinq semaines en 1924, qui a consacré ce jeune homme timide et bravache à la fois, aussi sûr de son génie qu’assoiffé de reconnaissance. Avec cette œuvre orchestrale novatrice, il a été le premier compositeur de Broadway à tenter une incursion dans l’univers fermé de la grande musique… »

« À l’aide d’émouvantes archives, commentées par des spécialistes, Jean-Frédéric Thibault retrace chronologiquement la vie brève de George Gershwin, qui sera emporté prématurément par une tumeur au cerveau, en 1937. Ce portrait swingant s’articule autour de quatre de ses compositions les plus importantes : Rhapsody in Blue, donc, mais aussi Concerto in F, Un Américain à Paris et Porgy and Bess. Chacune a bousculé les codes de son temps et suscité la polémique, mais aussi récolté un succès public immédiat. Ce fut le cas de Porgy and Bess, qui a déstabilisé le cénacle de l’opéra avec son casting exclusivement noir – une déclaration de guerre délibérée de George Gershwin à la ségrégation – et sa tonalité jazzy. Une musique follement inventive, aussi paradoxale, inclassable et séduisante que son auteur. »

« Concert de la Saint-Sylvestre 2019Kirill Petrenko et l’Orchestre philharmonique de Berlin« 
Arte diffusera le 31 décembre 2019 « Concert de la Saint-Sylvestre 2019Kirill Petrenko et l’Orchestre philharmonique de Berlin » (Silvesterkonzert der Berliner Philharmoniker 2019) réalisé par Torben Jacobsen. « Kirill Petrenko dirige l’Orchestre philharmonique de Berlin et la soprano Diana Damrau pour un moment musical tour à tour pétillant et endiablé. Au menu : des extraits d' »Un Américain à Paris » de Gershwin, les danses symphoniques de « West Side Story », de Leonard Bernstein, ainsi que des pièces de Kurt Weill, Stephen Sondheim et Harold Arlen. « Guten Rutsch! »

« L’Orchestre philharmonique de Berlin fête la « glissade » dans le Nouvel An, comme on dit en Allemagne, au rythme de la comédie musicale et de Broadway. C’est la première fois que le chef Kirill Petrenko, qui a succédé à Simon Rattle à la tête d’une des formations les plus prestigieuses au monde, dirige ce traditionnel concert de la Saint-Sylvestre. C’est aussi la première collaboration entre l’orchestre et la grande soprano allemande Diana Damrau. Ensemble, ils interprètent des extraits d’Un Américain à Paris, de Gershwin, les danses symphoniques de West Side Story, de Leonard Bernstein, ainsi que des pièces de Kurt Weill, Stephen Sondheim et Harold Arlen. »

« Gershwin par Jean-Yves Thibaudet et Philippe Jordan »
Arte diffuse sur son site Internet « Gershwin par Jean-Yves Thibaudet et Philippe Jordan » (Gershwin mit Jean-Yves Thibaudet und Philippe JordanMit den Wiener Symphonikern). « Sous la baguette de Philippe Jordan, son directeur musical, l’orchestre symphonique de Vienne consacre un concert à deux légendes de la musique américaine du XXe siècle : Leonard Bernstein et George Gershwin. Le pianiste Jean-Yves Thibaudet, artiste en résidence au sein de l’orchestre, se joint à l’ensemble pour le « Concerto pour piano en fa majeur » de Gershwin. »

« Gershwin par Jean-Yves Thibaudet et Philippe Jordan« 
France, Autriche, 2017, 3 min
Disponible sur Arte du 14/06/2017 au 16/06/2030

« Concert de la Saint-Sylvestre 2019Kirill Petrenko et l’Orchestre philharmonique de Berlin » réalisé par Torben Jacobsen
Allemagne, 2019, 95 min
Avec Diana Damrau

Composition : Leonard Bernstein, George Gershwin, Richard Rodgers, Kurt Weill, Harold Arlen, Stephen Sondheim
Direction musicale : Kirill Petrenko
Orchestre : Berliner Philharmoniker
Présentation : Dorothee Haffner
Sur Arte le 31 décembre 2019 à 18 h 05. Disponible du 31/12/2019 au 29/01/2020

« Gershwin, le classique américain » de Jean-Frédéric Thibault France, Illégitime Défense, 2018, 53 min
Sur Arte les 21 octobre 2018 à 23 h 05, 17 novembre 2018 à 5 h 40, 2 janvier 2020 à 00 h 15. Disponible du 25/12/2019 au 17/01/2020

Visuels :
Le pianiste et compositeur américain George Gershwin, [1898-1937]
George Gershwin et son frère Ira Gershwin, aux États-Unis.
George Gershwin (au milieu), Fred Astaire (au 1er plan) et Ira Gershwin (au dernier plan) à Hollywood en 1937.
George Gershwin et son frère Ira, en compagnie de Guy Bolton (au dernier plan).
© DPA / Photononstop

Le pianiste et compositeur américain George Gershwin, à gauche [1898-1937]
© Mary Evans Picture Library / P
« Le Summertime de Gershwin à Charleston » France, 2018, 39 min sur Arte les 31 mai 2018 à 16 h 30, 17 novembre 2018 à 5 h 40, 3 janvier 2019 à 17 h 25

Les citations sont d’Arte. Cet article a été publié le 30 mai 2018, puis le 16 octobre 2018.

[Source : http://www.veroniquechemla.info]

Joann Sfar est un dessinateur, romancier, illustrateur, musicien, producteur et cinéaste français juif né en 1971 à Nice. Ses albums de bande dessinée (BD) de la série Le Chat du rabbin l’ont rendu célèbre. Cet auteur talentueux a aussi réalisé Gainsbourg, vie héroïque. Son œuvre prolifique aborde des questions religieuses, philosophiques et spirituelles. Joann Sfar a créé des dessins ironiques dans lesquels il exprime notamment son indignation face à l’antisémitisme. En novembre 2019, a été publié Amertume Apache, nouvel album du lieutenant Blueberry signé par Joann Sfar et Christophe Blain. 

Publié par Véronique Chemla 

Joann Sfar est né en 1971 à Nice dans une famille juive :  son père André, né en Algérie, alors française, était avocat et avait lutté contre la résurgence du néo-nazisme, et sa mère Lilou, d’origine ukrainienne, est chanteuse pop.  Orphelin de mère à l’âge de quatre ans, Joann Sfar grandit sou l’autorité bienveillante de son père et son grand-père, ancien résistant, médecin dans la brigade Alsace-Lorraine puis rabbin.  « mon grand-père maternel et mon père, qui avaient une vision opposée de l’existence. Toute la famille juive ukrainienne de grand-père a été déportée. Pendant la guerre, il était le médecin de la brigade Alsace-Lorraine. Son titre de gloire, c’est d’avoir sauvé la main droite d’André Malraux, qui, pour le remercier, lui a accordé la nationalité française. C’était un type très cultivé, très caustique, qui, dans son enfance, avait fait des études pour être rabbin mais était d’un anticléricalisme total. Les seules choses qui l’intéressaient dans l’existence étaient l’amour, la science et la littérature. Quand j’étais petit, il disait une phrase que j’aimais beaucoup : « Quand on voit ce qui s’est passé, soit Dieu n’existe pas, soit c’est un sale con. » Mon côté fouteur de merde, je le tiens de lui », a relaté Joann Sfar à Télérama (3 juin 2011).

Joann Sfar est scolarisé en école juive.

« Papa est né l’année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933. C’est l’année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C’est l’année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c’est pas rien. « , écrit Joann Sfar dans Comment tu parles de ton père. « Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir et un père comme André Sfar. Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le Kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes ». « c’est un juif méditerranéen, très beau, excellent pianiste, champion de ski nautique, brillant avocat niçois, aujourd’hui à la retraite. Un séducteur, mais en même temps un homme très traditionaliste, très attaché à la religion. Son exploit à lui est d’avoir été le premier à faire mettre en prison des néonazis, dans les années 1970. Ce qui m’a valu pendant mon année de CM2 d’aller à l’école entre deux gendarmes, parce que ma classe avait été saccagée par les gens qui voulaient l’intimider. On avait des coups de fil la nuit, on recevait des cercueils… Ça ne l’impressionnait pas, au contraire. À 13 ans, le jour de ma bar-mitsva, je me suis fait attaquer et voler dans la rue. Mon père m’a engueulé parce que je n’avais pas été capable de frapper mes agresseurs, et mon grand-père m’a félicité de ne pas avoir pris de risques. Ça résume beaucoup de choses sur mon enfance. Je les aimais tout autant tous les deux, mais je n’ai jamais choisi entre l’ironie et le coup de poing dans la figure. Je suis capable des deux », a dit Joann Sfar à Télérama (3 juin 2011).

« Ma République idéale, c’est Nice où j’ai grandi : on était toujours fourrés ensemble, Blancs, Noirs, juifs, musulmans, on se sortait les pires vannes racistes du monde, mais il ne nous serait pas venu à l’idée de ne pas se fréquenter ! », a déclaré Joann Sfar à Télérama (3 juin 2011).

Joann Sfar aspire à une carrière dans la bande dessinée. Il suit des études de philosophie à Nice, puis à l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Pierre Carron.

En 1994, l’Association, jeune maison d’édition fondée par Jean-Christophe Menu, Lewis Trondheim, David B., Mattt Konture, Patrice Killoffer, Stanislas et Mokeït, publie les premières planches de Joann Sfar. Une nouvelle génération s’épanouit en se distinguant de l’école classique franco-belge.

Cet auteur travaille au sein de l’atelier Nawak, puis de l’atelier des Vosges à Paris. Et y initie des collaborations artistiques. « Il y a un effet de génération avec l’arrivée de Christophe Blain, Marjane Satrapi, Lewis Trondheim, David B., qu’on travaillait dans le même atelier, qu’on a amené un style, un goût un peu neuf. Mais ça ne correspond pas à une « école » artistique ! On est tous trop individualistes, trop différents. Même quand on a collaboré pour des albums, c’était pour le plaisir, pas pour rédiger des manifestes. On n’a jamais prétendu être « alternatifs ». Moi pas, en tout cas. J’ai juste demandé autant de sérieux pour la bande dessinée que pour la littérature. C’est réussi, puisqu’on a maintenant les mêmes maladies que la littérature : surproduction, critique indigente… En ce moment, la BD ne va pas très bien, les gros éditeurs ont perdu une partie de leur identité, l’édition indépendante s’est tuée elle-même en coupant les branches qui poussaient le mieux… », s’est souvenu Joann Sfar à Télérama (3 juin 2011).

Il crée des séries pour adultes et jeune public : Petit Vampire, Sardine de l’espaceLe Chat du rabbin, Donjon, Klezmer,Carnets...

Le Chat du rabbin
En 2002, Dargaud a publié le premier tome de la série Le Chat du rabbin, mise en couleurs par Brigitte Findakly. Ce chat est inspiré de celui de Joann Sfar qui l’a appelé « Imhotep, comme l’architecte des pyramides ».

« Le chat du rabbin adore se blottir dans les bras de sa maîtresse, Zlabya. Après avoir dévoré le perroquet de la maison, il se met soudainement à parler. Mais le rabbin lui interdit alors de voir sa maîtresse car il ne dit que des mensonges. Le rabbin commence à enseigner à son chat la Torah afin de le remettre dans le droit chemin. Ce dernier demande donc naturellement à faire sa Bar-Mitsva. Mais un chat parlant a-t-il vraiment le droit de faire sa Bar-Mitsva ? »

La série comprend les albums suivants, traduits en  allemand, anglais, arabe, espagnol, hébreu, italien, polonais, portugais, russe, suédois ou/et tchèque :
– La Bar-Mitsva (2002), préfacé par Éliette Abécassis. Joann Sfar le dédie « en hommage à tous les peintres d’Alger au xxe siècle » ;
– Le Malka des lions (2002), préfacé par Mohamed Fellag ;
– L’Exode (2003), préfacé par Georges Moustaki.
– Le Paradis terrestre (2005), préfacé par Jean Giraud.

– Jérusalem d’Afrique (2006), préfacé par Philippe Val. Joann Sfar y a indiqué que cet album vise à lutter contre le racisme. « Si j’étais en Israël, je serais sans doute d’extrême gauche. En revanche, j’ai du mal à comprendre la manière dont ce pays est décrié ici. La création de l’État d’Israël après la Seconde Guerre mondiale, c’est le constat que l’Europe n’arrivait pas à protéger les Juifs. Je déborde d’amour pour les populations qui habitent là-bas, j’y vais souvent. C’est inextricable comme dans beaucoup d’autres coins du globe. Mais la quête que mènent mes personnages est surtout une réflexion sur les racines, sur l’illusion que tout était mieux avant. La Terre promise pour le futur ou l’âge d’or pour le passé, ça m’emmerde. Seul le présent m’intéresse », a expliqué Joann Sfar à Télérama (3 juin 2011).

– Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi (2015) ;
– La Tour de Bab-El-Oued (2017).

Élise McLeod et Sei Shiomi mettent en scène La Bar-mitsva du Chat du Rabbin, avec Rémy Darcy, Shiran Azoulay, et Camille Nahum, adaptatrice, au théâtre Michel Galabru en 2004, puis au Théâtre Le Temple en 2005.

Joann Sfar cofonde le studio de production Autochenille Production.

En 2011, Joann Sfar a adapté au cinéma les tomes 1, 2 et 5 du Chat du rabbin, « critique acidulée des religions, au travers des aventures d’un chat parlant ». « Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l’éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d’elle… même à faire sa Bar-mitsva ! Le rabbin devra enseigner à son chat les rudiments de loi mosaïque ! Une lettre apprend au rabbin que pour garder son poste, il doit se soumettre à une dictée en français. Pour l’aider, son chat commet le sacrilège d’invoquer l’Éternel. Le rabbin réussit mais le chat ne parle plus. On le traite de nouveau comme un animal ordinaire. Son seul ami sera bientôt un peintre russe en quête d’une Jérusalem imaginaire où vivraient des Juifs noirs. Il parvient à convaincre le rabbin, un ancien soldat du tsar, un chanteur et le chat de faire avec lui la route coloniale… » Ce film en 3D reçoit le César du meilleur film d’animation.

« Pendant la préparation du dessin animé, on a filmé [mon chat] pendant des heures, avec son air de se foutre de tout, de ne penser qu’à sa gueule… C’était vraiment le Candide de Voltaire que je voulais pour mon histoire. Au départ du projet, j’étais très angoissé. Ce sont les comédiens qui m’ont rassuré. Avec eux, les ressorts narratifs m’ont tout à coup paru très simples : dès qu’ils sont arrivés, maquillés et costumés, j’ai eu des souvenirs de mes lectures enfantines de Molière : Hafsia Herzi, qui joue Zlabya, la maîtresse du chat, c’est la jeune fille à marier du théâtre classique. Son père le rabbin, Maurice Bénichou, on pourrait le trouver dans Tartuffe, en plus tendre. Quant à François Morel, on s’est rencontrés pendant une lecture du Petit Prince. Il faisait toutes les voix, et en particulier celle du renard : ultra séduisant, un peu salaud, égoïste… Personne, mieux que lui, n’aurait pu donner sa voix au chat, en faire un vrai valet de Molière, un Scapin ou un Sganarelle. Après, j’ai choisi de faire un film d’animation, et non un « live », parce que je voulais qu’il y ait une homogénéité entre le chat et les autres personnages, je ne voulais pas le faire tout seul en animation, donc il fallait que tout soit dessiné », a confié Joann Sfar à Télérama (3 juin 2011).

Et d’ajouter : « depuis, dix ans ont passé, pendant lesquels j’ai tourné en ZEP, dans les collèges et les lycées, avec la BD. Ça m’a permis de mesurer les effets du livre. Un jour, une gamine est venue me dire : « Ton bouquin, on voulait pas l’ouvrir, mais ça nous a plu, finalement, parce qu’on a vu que les Juifs et les Arabes sont aussi cons les uns que les autres. » C’est exactement ce que je voulais : dédramatiser la relation entre les musulmans, les juifs, les chrétiens… Quand j’ai commencé la préparation du dessin animé, j’étais devenu très conscient de cette dimension pédagogique. Ça m’angoissait, parce que les « messages » peuvent alourdir un film, voire le foutre en l’air. Par exemple, lorsque le vieil imam regarde le spectateur droit dans les yeux et dit : « Notre Dieu n’est pas haineux, il aime la science. » C’est trop direct, mais je ne pouvais pas laisser la moindre ambiguïté, risquer, sur un tel sujet, de ne pas être compris. Il y a quelques jours, en pleine tournée de promo du film, j’ai laissé échapper : « Il faudrait arrêter de faire comme si la religion c’était sacré. » Brassens disait qu’il faut critiquer les uniformes, mais pas les gens qui les portent. J’adore les Arabes, les Juifs, mais par contre, la religion, ça m’emmerde. »

Et de conclure : « Mon film « est plein de défauts ! Comme la BD, comme Gainsbourg (vie héroïque)… Mais j’aime essayer des choses inédites, que je ne maîtrise pas forcément. C’est la maladresse qui est émouvante. Le point faible de mes récits, c’est leur structure. Ils ont quelque chose d’organique, de dilaté… Autant j’ai l’impression qu’avec mes livres j’ai ouvert une petite blessure qui me ressemble, autant je ne sais absolument pas si mes films sont intéressants. Je n’ai aucun recul. J’ai presque hâte d’en avoir quatre ou cinq derrière moi pour y voir un peu plus clair… »

Le 8 novembre 2018 de 10 h à 12 h, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme (mahJ) proposera la projection, pour les élèves à partir de 10 ans, du film « Le chat du rabbin » réalisé par de Joann Sfar et Antoine Delesvaux (France, 2011, VF, 1 h 40), suivie d’une rencontre avec Dominique Lurcel, metteur en scène et traducteur de Nathan le Sage (1779) de G. E. Lessing, véritable plaidoyer en faveur de la tolérance religieuse, directeur artistique de la compagnie Passeurs de Mémoires. « À Alger dans les années 1920, un chat vit avec Zlabya, la fille du rabbin Sfar. Un jour, il commence à raconter des histoires ! Inquiet, le rabbin décide de l’éloigner de sa fille. Prêt à tout pour rester auprès de sa maîtresse, le chat prie le rabbin de le préparer à sa Bar-mitsva ! Il se met alors à questionner les croyances des hommes, causant bien du tracas au rabbin ». Projection pour les classes participant au dispositif « Classes croisées » ou au parcours d’éducation artistique et culturelle « Regards croisés autour de la Méditerranée ».

Œuvre variée

L’œuvre de Joann Sfar rencontre un succès croissant populaire et critique, distinguée notamment lors du Festival de bandes dessinées à Angoulême, et par le Prix René Goscinny pour La Fille du professeur (1997 ).

Cet auteur conçoit des billets dessinés dans la presse généraliste (Mon cahier d’éveil dans Charlie Hebdo, Télérama, Le Huffington Post).

Il illustre des livres classiques – Candide de Voltaire, Le Banquet de Platon –, et écrit des romans, dont L’homme arbre.

Joann Sfar a dirigé des collections chez Bréal Jeunesse et chez Gallimard ( « Bayou »).

En 2003, sa série Petit Vampire fait l’objet d’une adaptation télévisuelle.

En 2010, Joann Sfar se lance dans le cinéma avec le film Gainsbourg, vie héroïqueavec Éric Elmosnino, Lucy Gordon, Lætitia Casta. Ce long métrage obtient le César du meilleur premier film.

En 2011, il conçoit une exposition sur Georges Brassens. « C’était très amusant à faire, d’autant que si Gainsbourg est un poète qui me fascine, Brassens est une sorte de maître. Sa vision de la vie me convient », a déclaré Joann Sfar.

Dès 2013, sur France Inter, il tient dans l’émission Downtown la chronique « Vous voyez le tableau ».

En 2016-2017, l’Espace Dali à Montmartre proposait l’exposition Joann Sfar – Salvador Dali : Une seconde avant l’éveil. « 1939, Dalí publie une Déclaration d’indépendance de l’imagination des droits de l’homme à sa propre folie, en réponse aux censeurs. Il emploie dès lors cette liberté d’expression en favorisant les associations d’idées et d’images spontanées qui donnent à ses œuvres une incomparable puissance imaginative. C’est à Joann Sfar, l’un des conteurs contemporains les plus talentueux, connu du grand public pour sa bande dessinée Le Chat du Rabbin et son film Gainsbourg Vie Héroïque, que l’Espace Dalí a donné carte blanche pour imaginer le scénario d’une rencontre artistique avec celui que Brassaï appelait « l’explorateur aussi hardi que lucide de l’irrationnel ».

« Artiste formé aux Beaux-Arts de Paris, Joann Sfar, nous propose un chemin dessiné dans ce qu’il s’imagine être le cerveau de Dalí. Il encourage la perdition et l’égarement parmi les figures monstrueuses. Ce qui lui importe, c’est que l’exposition soit aussi excitante qu’un conte de fées. L’exposition est une invitation au « voyage immobile » d’un peintre et de ses modèles évoluant entre rêve et réalité, au fil de l’écriture en dessin de Joann Sfar. Dans un décor enchanté par les sculptures et objets surréalistes de Dalí et les créations Haute Couture de Schiaparelli qui ont inspiré l’artiste, plus de 200 dessins originaux, croquis, esquisses sont à découvrir. Parallèlement à l’exposition, Joann Sfar publie aux éditions Rue de Sèvres un récit en bande dessinée en hommage à Dalí, Fin de la parenthèse, dont les dessins originaux sont présentés dans l’exposition.

Joann Sfar joue notamment du ukulélé. Il a accompagné sur scène Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos. Il a élaboré des pochettes du groupe et le clip de la chanson Tes lacets sont des fées. Il a aussi coréalisé avec Kerascoët le clip Hyacinthe pour Thomas Fersen.

Juifs, judaïsme, antisémitisme

Dans son œuvre prolifique,Joann Sfar aborde des questions religieuses, philosophiques et spirituelles. Joann Sfar s’est fait le chantre d’un judaïsme sépharade, souvent méconnu.

Il a créé des dessins ironiques dans lesquels il exprime notamment son indignation face à l’antisémitisme.

En janvier 2016, Joann Sfar a publié sur les réseaux sociaux ses dessins moquant le qualificatif « déséquilibré » adopté hâtivement et notamment par les autorités politiques et l’AFP (Agence France Presse), et repris par l’ensemble des médias, dès qu’un Juif est victime d’une agression antisémite par un individu doté de toute sa conscience, responsable de ses actes jusqu’à preuve du contraire. GÉNIAL.

En juin 2016, une « adaptation de la BD « Le Chat du rabbin » a été dégradée dans la médiathèque de Lannion, ciblée par des actes antisémites à répétition. Joann Sfar s’est insurgé contre des dégradations antisémites commises sur une adaptation de son œuvre « Le Chat du rabbin » dans une médiathèque de Lannion ».

« Livres et DVD sur la Seconde Guerre mondiale et la Shoah dégradés, commentaires injurieux dans les WC… Depuis un an, la médiathèque de Lannion (Côtes-d’Armor) est la cible d’actes antisémites et racistes, comme en fait état Ouest-France. La dernière provocation en date a visé une adaptation vidéo de la bande dessinée Le Chat du rabbin. En réaction, son auteur, Joann Sfar, a poussé un coup de gueule sur Facebook. Après avoir partagé l’article de Ouest-France qui rapporte la nouvelle dégradation commise dans la médiathèque bretonne, le célèbre dessinateur s’est fendu d’un long message sur son profil Facebook, sur un ton mêlé de tristesse et de lassitude. « On m’a élevé avec des phrases du genre ils commencent par brûler des livres et après ils s’en prennent aux hommes ».

Et d’ajouter : « Depuis Mohamed Merah, le coup d’envoi du grand massacre d’hommes et de femmes a démarré en France. Dans ce monde où chaque semaine annonce une nouvelle tuerie, la première pensée qui me vient, c’est en plus on défonce des livres. Pardon pour mon apathie. J’arrive face à vous après quinze ans d’interventions en Zep durant lesquelles j’ai vu comme enseigner la Seconde Guerre mondiale devenait un acte périlleux. Vraiment, au point où on en est, je devrais ne même pas être ému, de découvrir que mes livres qui ne parlent que de vivre-ensemble et de rapprochement entre les hommes sont l’objet de déprédations. »

Le « dessinateur profite de ce message pour expliquer ses difficultés à vendre son œuvre Le Chat du rabbin dans certains pays.  « Je ne veux pas nommer les acheteurs, mais sans exception les représentants d’innombrables territoires m’ont dit : « à titre personnel, ça nous plairait, mais il y a rabbin dans le titre, alors ce n’est pas pour nous ». La bonne nouvelle que retient Joann Sfar consiste au fait que « pour la première fois un journal parle » des attaques dont son œuvre est la cible. Il termine son message sur Facebook, « liké » et partagé plusieurs milliers de fois, par une forme d’avertissement : « Les juifs sont un baromètre : quand on commence à cogner dessus, c’est que les libertés ne sont plus là pour longtemps. »

Le 3 octobre 2017, dans sa page Facebook, Joann Sfar a publié son avis sur un plan gouvernemental de lutte contre l’antisémitisme :
« Pourquoi je ne parviens pas à me réjouir de l’annonce d’un « nouveau plan de lutte contre l’antisémitisme » ?
 Parce que nos gouvernants font chaque jour de petites caresses à chacune des minorités qui subit de plein fouet le retour du fanatisme religieux. Un jour on va faire un câlin aux femmes agressées, un autre aux juifs, comme si ça allait changer quoi que ce soit.
Nos gouvernants refusent depuis des années de s’attaquer au soft power qui encourage de tous les côtés la partition du pays et le retour de catégories religieuses qui tiendraient lieu d’identité principale des citoyens. On me demande depuis son élection pourquoi je ne parviens pas à m’enthousiasmer pour Macron ou son équipe ; ça tient à cette lâcheté, dont l’histoire le tiendra comptable : il refuse absolument de se déterminer face à l’entrisme des fanatiques. Il copie l’attitude de Trudeau et considère que critiquer ce repli sur soi n’est pas la mission d’un gouvernement. La France n’est ni l’Angleterre ni le Canada. On ne peut pas regarder ailleurs lorsque des citoyens s’extraient de notre pacte social.
En France, on attend d’une équipe gouvernementale qu’elle ait un projet de société. L’angle mort du projet Macron, c’est le religieux. Les représentants de ce gouvernement me semblent agir comme jadis le Cadi pour nos ancêtres colonisés : on va faire des compliments à chaque petite communauté pour acheter un ersatz de paix civile. C’est lâche. C’est humiliant. Et ça ne satisfait que ceux qui regardent ailleurs que dans le vrai monde.
Les grands opérateurs de télévision continuent de faire la retape pour des chaînes du câble qui diffusent la parole de Tariq Ramadan et de ses copains. Les dictatures du Golfe inondent depuis plusieurs décennies nos chaînes de télés, nos compétitions sportives, et notre espace public d’une vision du monde incompatible avec une démocratie. À ma connaissance, aucun des trois gouvernants qui se sont succédé depuis une dizaine d’années n’a fait un seul geste face à ces tentatives de convertir notre jeunesse au fanatisme.
La jeunesse française a été abandonnée. Je parle des représentants les plus vulnérables de notre corps social. Un jeune a besoin qu’on lui propose des choses. Des rêves. Des motifs de fierté. Qu’on lui dise simplement « viens, on va trouver une place pour toi ». En Algérie au temps du GIA, les islamistes étaient très forts pour proposer un repas ou de l’aide, ou des soins aux déshérités. En Algérie, au début, on se moquait des barbus et ensuite il y a eu trois cent mille morts.
Comme beaucoup, je suis convaincu que le rejet de la partition religieuse est une mission de la gauche. Je suis également certain qu’abandonner la jeunesse soit à un vide culturel, soit à une influence totalitaire, puisqu’il n’est question de rien d’autre, je suis convaincu que c’est une faute politique et historique. La noblesse et la mission d’un gouvernement se situe avant tout dans cet endroit : la jeunesse, les faibles. Et oui, l’État a pour mission de proposer un projet de vie.
Notre jeunesse a été abandonnée. Puis, dans les prisons, dans les clubs de sports, sur les chaînes de télés et dans les quartiers, on a acheté la paix en laissant des fanatiques s’occuper des jeunes à la place des pouvoirs publics. C’est trop tard, bien entendu. Mais je ne parviens pas à feindre l’enthousiasme lorsque nos dirigeants font semblant de s’attaquer au problème.
Quand Merah a tué, on n’a pas montré les victimes. On s’est laissés hypnotiser par le tueur. On a montré ses photos sur lesquelles il souriait au volant de sa bagnole. On a provoqué une identification immédiate entre le tueur et notre jeunesse.
Rien ne va changer. Le système du sport de haut niveau et de la télévision par câble va continuer d’accepter les pétrodollars. Nos journaux vont persister à faire passer pour de la ferveur religieuse ce qui relève depuis longtemps de l’envie de partition. Et Macron va continuer de dire sa détermination sans que quiconque comprenne ce qu’elle signifie.
Je crois qu’aujourd’hui j’aurais presque plus d’enthousiasme pour un président qui oserait dire : « nous sommes inutiles et nous le savons. Oui il y a un retour de la haine et du fanatisme et de la pensée tribale. C’est un phénomène mondial et notre pays, comme les autres, est marqué par cette résurgence de la Guerre du Feu. »
Ou bien je crois que je pourrais m’enthousiasmer pour un vrai homme de gauche, qui se rappellerait que notre pays a été unifié par l’école, et par la séparation inflexible de l’Église et de l’État. Quelle honte de voir que les organismes d’État censés veiller à la laïcité passent leur temps à défendre les bigots. Lorsque Macron a laissé en place les dirigeants de l’Observatoire de la laïcité, il a eu un geste politique d’une lâcheté rare. On mesure sur le terrain la compromission constante de cette officine avec les défenseurs du fanatisme. Puisqu’ils sont encore en place, nous avons le droit de penser qu’ils représentent l’idée que se fait notre gouvernement de la façon d’agir face aux extrémistes. Ou bien ils considèrent comme modérés ou acceptables les promoteurs d’un mode de vie semblable à celui des saoudiens, ce qui est très inquiétant.
Oui, les tueries de Mohamed Merah ont marqué le début d’un bain de sang dont on ne voit pas la fin. Et à l’époque, la réprobation n’avait pas eu la force qu’elle aurait dû. Des années avant, quand on avait profané une tombe juive à Carpentras, il y avait eu un million de français dans les rues. Pour Merah, on n’a pas vu les victimes. Il y a deux jours, deux jeunes femmes ont été égorgées au nom de guerres préhistoriques à la gare de Marseille. C’était il y a deux jours et on n’en parle déjà presque plus.
On a compris. Ça va être comme ça. Pour longtemps. La gauche est si bas en ce moment. Et caresser les fanatiques dans le sens de la barbe n’a jamais apporté de victoire électorale. Je ne suis pas con au point de terminer cette lettre en disant que je rêve que quelqu’un à gauche se rappelle de la force qu’on peut avoir quand on ne se trompe pas de combat. Je sais que personne ne viendra et que ça n’arrivera pas.
Comme beaucoup je n’attends rien. Bien entendu qu’un politique ne peut pas faire le discours que j’évoquais, en proclamant la certitude de son inutilité. Mais pour ma part, la force d’applaudir m’a quitté pour longtemps.
Bien entendu c’est un calcul économique qui a amené nos dirigeants à accepter les pétrodollars. Évidemment, c’est un calcul électoral qui encourage cette tolérance indigne face aux promoteurs du fanatisme et de la partition. Dans les deux cas c’est indigne. Dans un climat où le danger des politiques extrêmes est si fort, Sarkozy, Hollande puis à présent Macron ont failli à leur mission. Ils font le lit de tous ceux à l’extrême-droite comme à l’extrême-gauche, qui diraient « nous avons des méthodes expéditives, nous allons faire quelque chose ». Quel dommage ! Je crois que ça serait la noblesse d’un gouvernement modéré et responsable, comme prétend l’être l’équipe actuelle, que d’initier un changement total d’attitude.
Notre pays n’est respirable que par son refus de la partition. Notre espace public n’a rien à faire des superstitions des uns et des autres. Notre pays est très atypique, par son goût rageur de la démocratie, mais aussi par sa tradition d’union nationale, de ferveur révolutionnaire, d’envie d’unité et souvent de promiscuité parmi les citoyens. Nous sommes un des seuls pays au monde dans lequel un président pourrait sans risquer d’être ridicule dire « c’est ainsi qu’on doit vivre en France ». Car nos musées, nos théâtres et nos universités ont été construits dans une envie d’universel, et dans le projet de voler le sacré au religieux pour le donner…pardon, j’allais dire pour le donner à Rome.
Pardon, je me suis juste fait plaisir en écrivant quelques lignes. Je sais qu’il ne va rien se passer et que chaque massacre donnera lieu à davantage de haine et de partition. Bonne journée à tous. Je ne suis pas très provocateur, je n’ose pas dire bonne nuit. »

Le 2 novembre 2017, Joann Sfar a partagé sur sa page Facebook l’article du Monde En France, l’antisémitisme au quotidien en le précédant de ce commentaire :
« Je ne sais pas si on se le raconte aussi clairement mais les tueries de Merah on marqué un tournant dont la façon dont la communauté juive parle des agressions. Avant ce drame, chacun avait à cœur de faire connaître les agressions lorsqu’elles avaient lieu. Depuis, c’est l’inverse. Pour une raison simple: on a découvert que chaque attaque suscitait des vocations. Je voudrais qu’on rappelle les messages anonymes infects qu’a reçue l’école Ozar Hatorah après les massacres. Je me souviens que le carré juif du cimetière de Nice, celui où repose ma mère, a été profané quelques jours après. On se souvient, tous, enfin, que ces tueries ont été le point de départ d’une recrudescence de ces violences antijuives. Donc oui, de plus en plus, lorsqu’ils rentrent chez eux le pardessus recouvert de crachats, les juifs religieux ferment leurs gueules. Et les juifs qui n’ont pas l’air juifs ne savent plus comment se planquer. On leur a dit que les écoles publiques n’étaient plus pour eux. On ne compte plus ces réunions honteuses durant lesquelles des chefs d’établissements annoncent officieusement aux familles qu’il vaudrait mieux scolariser les enfants ailleurs. Puis il y a eu Merah et les écoles privées sont devenues elles aussi un lieu de danger. Depuis deux ans ce sont les agressions aux domiciles, qui se multiplient. Pourquoi mes mots? Pour insister sur le fait que contrairement à ce que croient trop de gens, les juifs ne passent pas leur temps à dénoncer, ou à pleurnicher. Au contraire. Sur ces affaires, la plupart des victimes ferment leurs gueules, se font le plus petites possibles, en espérant que l’orage passe, pour ne pas donner des idées à d’autres salopards. Il ne va pas passer, l’orage. Tout le monde a très bien compris. Qu’est-ce qu’on doit faire? Chaque réponse qui me vient me donne envie de me cogner la tête contre un mur. Je n’ose plus dire aux victimes que je croise que « la solution est l’éducation ». Si je dis ça je prends une baffe. Ce n’est pas aux victimes de faire quelque chose ou de trouver des solutions. »

Lors de “Vivre ensemble, les Assises Nationales de la Citoyenneté”, premières assises nationales de la citoyenneté organisées à Rennes par Ouest France (19-20 janvier 2018), Joann Sfar a déclaré à ce quotidien : « On se bat depuis des décennies pour que les jeunes gens de ce pays s’entendent bien et s’aiment. Malheureusement on est rattrapé par un retour du religieux, du fanatisme, du racisme. » Une situation qu’il impute en partie aux pouvoirs publics, « qui ne nous ont pas assez aidés ». Et d’ajouter : « Je fais partie des gens qui se sentent très cocus du vivre ensemble, parce qu’on a connu du vivre côte à côte, mais aujourd’hui il y a du vivre contre. »

En avril 2018, Joann Sfar a signé le Manifeste contre le nouvel antisémitisme publié par Le Parisien le 22 avril 2018 et dénonçant l’antisémitisme musulman, une « épuration ethnique à bas bruit ». Ce Manifeste a été rédigé par Philippe Val, ancien directeur de Charlie hebdo. Il a été signé par 300 politiciens, intellectuels, artistes, etc. Au 29 avril 2018, il a reçu 33 137 signatures.

« Au cœur de la nuit – Joann Sfar et Javier Mariscal »
« Au cœur de la nuit – Joann Sfar et Javier Mariscal » (Durch die Nacht mit… Joann Sfar und Javier Mariscal) est un documentaire réalisé par Ilka Franzmann. « À Barcelone, le dessinateur et cinéaste Joann Sfar rencontre le graphiste Javier Mariscal pour une promenade très animée. Les deux dessinateurs échangent sur l’univers de Miró, se délectent de design rétro, se laissent inspirer par la voix d’une chanteuse de musique klezmer et admirent le lever du soleil depuis le port ».

« Aux côtés du Français Joann Sfar et de l’Espagnol Javier Mariscal, les rues de la capitale catalane se muent en un « comic-strip » un peu fou ». 
« Il y est question de littérature fantastique et de vampires, de lampes parlantes ou encore de la poésie d’un banc public ». 
« Les deux dessinateurs échangent sur l’univers de Miró, se délectent de design rétro, se laissent inspirer par la voix d’une chanteuse de musique klezmer et admirent le lever du soleil depuis le port ».

Ils « débattent avec passion de « Chico et Rita », le film d’animation de l’artiste espagnol, traitant des amours contrariées d’un couple de musiciens cubains, mais aussi de l’œuvre surréaliste de Joann Sfar consacrée à Gainsbourg ». 
Ils « retrouvent dans un bar le réalisateur Fernando Trueba, qui leur fait revivre l’époque du jazz à Cuba ».

« Si le dessin est pour Joann Sfar un moyen de se confronter à la réalité et d’arrêter le temps, c’est avant tout un jeu pour Javier Mariscal ». 
Les « deux artistes confrontent leurs deux approches en enrichissant de leurs traits de crayon la nuit ibérique ».

Politique
Lors de l’élection municipale de 2014 à Paris, Joann Sfar se rend dans les QG de campagne de candidates – Anne Hidalgo (socialiste) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) – pour y dessiner des scènes drolatiques.

« Attention, ne t’en prends jamais aux Insoumis car ça déclenche des torrents de messages et ça rend ta page Web inutilisable, c’est un matraquage comme même l’extrême droite n’a jamais osé », avaient prévenu les camarades journalistes de Joann Sfar.

Le 20 avril 2017, lors de la campagne pour l’élection présidentielle, Le Monde a publié la tribune de Joann Sfar « Les méthodes des partisans de Mélenchon sont dégueulasses ». Il y a dénoncé « les attaques dont il a été victime après la publication de ses dessins sur le candidat à la présidentielle ». Dans l’un deux, il écrivait dans la bulle : « En ce qui concerne les relations avec la Russie et la Syrie, je vais continuer à aligner mes positions sur celles de Front National ». « L’auteur de bande dessinée Joann Sfar, également réalisateur et romancier, avait prévu de voter Jean-Luc Mélenchon [candidat de La France insoumise (LFI), mouvement d’extrême-gauche] au premier tour de l’élection présidentielle. Il n’en fera rien après la campagne « d’intimidation » dont il dit avoir été victime, sur les réseaux sociaux, de la part de cybermilitants du candidat de La France insoumise. Les comptes Facebook, Instagram et Twitter du créateur du Chat du rabbin ont été l’objet de centaines de commentaires hostiles. Tout est parti de plusieurs dessins de Joann Sfar mis en ligne après le meeting à Marseille, le 9 avril, de M. Mélenchon. Le dessinateur a subi un nouveau déferlement de commentaires virulents après la publication sur Facebook, le 13 avril, d’un texte dans lequel il critiquait la proposition de M. Mélenchon de rejoindre l’Alliance bolivarienne pour les Amériques [ALBA], mais aussi l’étonnement de l’une de ses soutiens, Clémentine Autain, qui, dans une interview à Franceinfo, semblait découvrir le programme de politique étrangère de son candidat] :

« Je ne suis pas dessinateur de presse professionnel. Je suis auteur de fiction. Je pratique le commentaire politique sur mes comptes Facebook, Instagram et Twitter. Il arrive que des journaux en ligne reprennent ces dessins, mais cela reste pour moi une activité récréative, et peut-être aussi une façon de partager mes interrogations sur notre monde.
Depuis des mois, comme le savent les visiteurs de mes pages, j’ai tapé très fort sur Fillon, beaucoup sur Hollande, et j’ai attaqué quand cela m’a semblé nécessaire Marine Le Pen, que je dessine peu, car je crois que ça lui fait de la pub, mais personne ne peut douter de mon engagement contre l’extrême droite.
Torrents de messages
Au sujet de Mélenchon, beaucoup de camarades journalistes et de community managers [« animateur de communauté », sur le Web], ­m’avaient mis en garde : « Attention, ne t’en prends jamais aux Insoumis car ça déclenche des torrents de messages et ça rend ta page Web inutilisable, c’est un matraquage comme même l’extrême droite n’a jamais osé. »

C’est, semble-t-il, un fait avéré parmi les community managers, et même dans les pages Facebook personnelles. Et je crois qu’il y a beaucoup d’autocensure pour éviter ces matraquages.
J’ai fait trois ou quatre dessins sur Mélenchon le jour de son meeting à Marseille. L’un d’eux ironisait sur son prétendu refus du culte de la personnalité ; d’autres, plus sérieux, s’alarmaient de l’alignement de sa politique étrangère avec celle de l’extrême droite, en particulier en ce qui concerne la Syrie. Ce sont ces dessins qui ont mis le feu aux poudres. J’ai vu débarquer sur Facebook, Instagram et Twitter des centaines de pseudos dont je n’avais jamais entendu parler et qui venaient me « désintoxiquer ».
Cela m’a tellement énervé que je me suis documenté sur le programme de Mélenchon, pour qui je m’apprêtais à voter, malgré le mauvais goût que m’a laissé son ancienne campagne de « bruit et de fureur », car je pensais qu’il avait changé.
J’ai alors été un des milliers d’internautes à partager cet extrait vidéo hallucinant où Clémentine Autain – la porte-parole du mouvement Ensemble !, qui soutient le candidat de La France insoumise – découvre en direct le contenu du programme de politique étrangère qu’elle est censée défendre. Ce n’est pas le partage de cette vidéo qui a attiré les trolls, ce sont mes dessins sur la Syrie, publiés trois jours plus tôt.
Le site Arrêt sur images a qualifié de « fact checking » la campagne dont j’ai été victime. Je récuse ce terme. Voici, en effet, en quoi elle a consisté :
– des centaines de profils ont fondu soudainement sur mes pages perso ;
– des tweets personnels vieux de trois ans, auxquels la date a été retirée pour les faire croire actuels, ont été réutilisés. Dès que le pot aux roses a été découvert s’en est suivie une campagne de calomnies pour expliquer que ces tweets sont la preuve que j’ai toujours été un ennemi du camp de Mélenchon, ce qui est faux ;
– des articles et des argumentaires tous semblables ont été publiés sur mes pages pour m’expliquer en quoi l’ALBA n’est qu’une alliance commerciale (certes, mais mon sentiment reste inchangé, cet article du programme s’inscrit dans un mouvement global de rapprochement avec des dictatures) ;
– quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit où l’on poste quoi que ce soit sur Mélenchon, des commentaires sont arrivés immédiatement sur mes pages ;
Rien ne sert à argumenter face à de pareilles attaques concertées.
Depuis, j’ai pu recueillir des explications auprès de journalistes spécialisés au sujet des méthodes des Insoumis. Celles-ci se résument à :
– la création de centaines de faux comptes Twitter ;
– l’utilisation de la plate-forme Discord [prisée des gamers] pour planifier des attaques de « désintoxication » sur les pages professionnelles et personnelles de quiconque critique les Insoumis ;
– la distribution aux militants de fascicules sur lesquels est écrit : « Si on vous dit ça, répondez ça » ;
– la mise en cause personnelle et morale de la personne qui a critiqué la ligne des Insoumis.
Depuis le déclenchement de cette histoire, je reçois des centaines de messages de personnes qui n’ont pas ma célébrité et qui disent avoir été blessées par ce type d’attaque. On me dit qu’aucune de ces méthodes n’est illégale, c’est possible. Mais je les trouve dégueulasses. Et aucun des autres candidats ne les utilise avec cette intensité.
La question que pose cette histoire, c’est la marge de manœuvre de voix individuelles face au rouleau compresseur d’une campagne très manipulée et très au fait des méthodes de harcèlement informatique.
Chaque article publié sur cette affaire m’a valu l’accusation de « vouloir faire ma promo » ou de « pleurnicher dans les jupes de mes amis journalistes ». C’est particulièrement injuste.
Résultat : l’autocensure va continuer, car personne n’a envie de vivre ce genre de truc. Même s’ils ne le diront jamais publiquement, je sais que la plupart des dessinateurs politiques y réfléchissent à deux fois avant de dire un seul mot sur Mélenchon.
Tiens, le pompon : quand j’ai commencé à recevoir des injures antijuives, certains soutiens des Insoumis m’ont attaqué en me reprochant d’en faire état et, en cela, de ternir l’image de leur mouvement. Comme si on ne se doutait pas qu’à s’acharner pendant trois jours sur la page personnelle d’un auteur, on finit par attirer de vrais désaxés.
C’est là que je souhaite en venir : même « célèbre », un auteur reste un individu, sans community manager, sans modérateur, sans appareil de campagne, sans faux comptes, sans collectif sur Discord. On voit bien qu’aujourd’hui, une voix seule ne peut plus dire son désaccord face à une telle organisation.
Rouleau compresseur
Dans un contexte où de plus en plus de sujets sont interdits aux humoristes, il me semble que c’est grave. Le style d’une formation politique ne tient pas seulement dans le contenu de son programme, mais aussi dans les méthodes qu’elle emploie.
L’idée que les dirigeants des Insoumis ne cautionneraient pas ce type d’attaque est un conte de fées. Depuis le déclenchement de tout ça, je n’ai pas lu un mot de leur part pour se désolidariser ou pour calmer le jeu. Le but, c’est qu’on se taise. Un parti qui autorise à cette échelle ce type de comportements risque d’avoir un exercice du pouvoir inquiétant.
Je suis désolé pour les militants sincères qui se sont sentis blessés par mes prises de position. Le rouleau compresseur mis en œuvre par les activistes et divers trolls m’a rendu incapable de répondre individuellement à tous ceux qui auraient souhaité avoir avec moi une discussion apaisée ».

Terrorisme islamiste

Le 7 janvier 2015, au siège de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, Chérif et Saïd Kouachi, deux frères terroristes islamistes ont assassiné onze personnes — dont huit collaborateurs du journal — et en blessent onze autres avant de tuer durant leur fuite, un policier déjà blessé et à terre. L’un d’eux crie : « On a vengé le prophète Mohammed, on a tué Charlie Hebdo ». L’attentat est revendiqué par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), basé au Yémen. Ces djihadistes sont finalement abattus le 9 janvier 2015  par le GIGN à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), au nord de Paris.

Le 8 janvier 2015, à Montrouge, Amedy Coulibaly, en coordination avec les frères Kouachi, tue une policière municipale et blesse grièvement une autre personne. Le 9 janvier 2015, il prend en otage les clients d’une supérette casher à la porte de Vincennes à Paris et en tue quatre. Il est finalement tué lors d’un assaut du RAID et de la BRI. Il revendiquait agir au nom de l’État islamique.

Le 5 février 2015, Joann Sfar a ouvert son blog en publiant le texte « Si Dieu existe » illustré de dessins ainsi que le dessin Où est le courage ?

« Il paraît que ça a été notre 11-Septembre. Je me souviens très bien où j’étais le 11 septembre 2001. C’était deux jours avant mon mariage. Le 7 janvier, j’étais chez moi. Le 11 janvier était l’anniversaire du décès de ma mère. Ce 11 janvier, on s’est senti très entourés. Nous? Les dessinateurs? Les citoyens français? Les juifs qui se disent que ne pas manger casher est excellent pour la santé parce que ça évite de prendre une balle? Les Français musulmans qui mesurent comme tout ça va encore leur retomber sur le coin de la figure ? »

« Je n’ai rien pu écrire ni dessiner à mesure qu’on nous annonçait les assassinats. Et puis sur le coup de 17 heures j’ai écrit quelques mots. Les noms des dessinateurs morts. Une phrase « ils croyaient s’en prendre à des dessinateurs, ils ont aussi tiré sur l’islam ». Et comme tout le monde j’ai fait un dessin idiot avec un crayon contre une kalachnikov. Lors de très grands événements, on a le devoir de faire un dessin idiot. Ce sont des moments où être malin peut paraître obscène. Les catastrophes de cette ampleur sont les seuls instants de la vie d’un dessinateur où il a le droit d’être comme la lune, comme Plantu, de tout résumer en un dessin. C’est moche. Le dessin, ça ne sert pas à ça. Cette époque où l’on vous disait « tu as vu son dessin, tu as tout compris à l’actualité », c’est tout ce que je combats. Je crois que le dessin et les mots sont un ruban sans fin. Ils se déroulent et on passe toute la vie à en chercher le sens. Un dessin qui résume, qui simplifie, qui donne le sentiment qu’on a compris de quoi il est question, c’est un dessin que je n’aime pas. S’il me complique la vie, s’il lance une discussion sans fin, alors j’aime le dessin. »

« Je n’ai rien à dire. Je n’ai pas de message à transmettre, pas plus que de vision définitive du monde. Je ne me sens aucune mission d’informer. Je suis certain de ne pas être plus intelligent que mon lecteur. Simplement, pardon de parler de mes fesses mais mon nombrilisme atavique m’a souvent incité à les confondre avec le pays, leur amplitude sans doute… oui, je disais que tout ça est en vrac, et que j’ai commencé d’écrire beaucoup. On ne décide pas le moment où l’on a un besoin vital et de son lecteur et de son papier. À chaque fois que j’ai recommencé des carnets, c’est parce que j’étais en travaux. Il y avait des brisures à colmater. »

« Aujourd’hui, un mois après, j’intègre Le Huffington Post. J’ai besoin d’amis. J’ai besoin de faire partie d’un journal. J’ai besoin qu’on m’envoie au contact du monde. La foule qui s’est levée pour fêter l’anniversaire du décès de ma maman, je veux dire le 11 janvier, je veux dire, tous ces invités qui étaient là, j’ai besoin qu’ils me racontent une histoire. J’écoute, je note. Si vous voulez, je suis là pour longtemps. »

« Dès aujourd’hui, on va prépublier ici les pages de mon carnet. Je suis déjà en page 140. Je n’écrirai pas régulièrement, je ne suis pas régulier. Mais je suis très reconnaissant qu’on me laisse cet espace pour partager mes questions et mes images. Parfois mes préoccupations entreront en résonance avec l’actualité, sans vraiment que je le fasse exprès. »

« Je dois aussi vous demander pardon pour l’étalage d’histoires intimes qui émaillent ces pages. En vrai, je ne raconte guère de secrets sur moi. J’ai l’impression de me borner à partager des choses que tout le monde vit. Je ne fais pas la leçon. Je suis en vrac et paumé, comme vous j’imagine. J’ai mesuré, le 11 janvier, comme quatre millions de paumés, dès qu’ils se rassemblent, se sentent mieux. Ces pages servent sans doute à ça: se sentir mieux ensemble. Et aussi, garder la certitude que même si on ne porte pas un grand programme politique, on a le droit de ne pas croire les pessimistes. Le futur n’est pas écrit. S’il est pourri, ça sera de notre faute ! »

« Merci à l’équipe du HuffPost de m’accueillir. Le carnet s’appelle « Si Dieu Existe ». Je me suis dit qu’avec un titre aussi con, j’allais attirer du monde. »

Après les attentats terroristes islamistes du 13 novembre 2015  à Paris – salle de spectacles le Bataclan, terrasses de cafés – et à Saint-Denis – grand stade de France -, Joann Sfar a publié douze dessins sur son compte Instagram.

Les Fables de La Fontaine
Le ministère de l’Éducation nationale va donner un livre à lire pendant les vacances d’été 2018 à 800 000 écoliers de CM2 quittant l’école primaire pour le collège. Ce « livre pour les vacances » est un recueil de Fables de La Fontaine, illustrées par Joann Sfar.

« Avec « Un livre pour les vacances« , l’objectif est de renforcer le goût et la pratique de la lecture chez ces élèves qui vont entrer au collège, en leur donnant l’occasion de découvrir durant leur temps de loisir une œuvre du patrimoine littéraire et de partager le plaisir de sa lecture avec leur famille, leurs camarades et leurs professeurs. L’opération « Un livre pour les vacances » a été expérimentée en 2017 dans les académies d’Aix-Marseille, Nantes et Lille. Elle est généralisée à toutes les académies en 2018. Chaque année, il sera demandé à un artiste contemporain de grand talent d’illustrer une sélection des Fables de la Fontaine. Cette année, Joann Sfar a accepté de les illustrer, s’inscrivant dans le sillage d’illustrateurs de renom qui ont fait dialoguer ces fables avec des œuvres plastiques depuis le XVIIe siècle, et faisant ainsi de ce recueil un véritable livre d’art ». Combien d’enfants comprendront cette langue française si belle ?

Réforme du statut

« En France, les livres sont très bien protégés grâce au prix unique, mais les auteurs sont en danger », a déclaré Joann Sfar sur France Inter, le 22 juin 2018, « relayant un mouvement plus vaste réuni sous la bannière #auteursencolère sur les réseaux sociaux. Les auteurs s’inquiètent notamment de la hausse de la CSG (passée de 7,5 % à 9,2 % depuis le 1er janvier), qui a entraîné une perte de leur pouvoir d’achat (même si cette hausse de la CSG a été en partie compensée par la suppression de la cotisation d’assurance-maladie), et de la réforme à venir du régime social des auteurs qui prévoit notamment une refonte de leur système de retraite ».

« L’histoire se rappellera que c’est une ministre éditrice qui a massacré les écrivains », a affirmé M. Sfar, signataire d’une tribune dans Le Parisien (17 juin 2018) alors que 41 % des auteurs professionnels gagnent moins que le SMIC, selon les données avancées par les défenseurs du monde du livre. Ancienne directrice des éditions Actes Sud, la ministre de la Culture Françoise Nyssen et Agnès Buzyn, son homologue en charge des Solidarités, ont réaffirmé dans un communiqué « l’importance que les artistes auteurs bénéficient d’une couverture sociale de qualité ». Les deux ministres avaient dépêché en avril une mission sur ce dossier, qui rendra « dans quinze jours » des préconisations et se poursuivra jusqu’en d’octobre ».

Alexandre Benalla

Le 18 juillet 2018, Le Monde publiait une vidéo montrant Alexandre Benalla, chargé de mission et garde-du-corps du président Emmanuel Macron, filmé lors de la manifestation du 1er mai 2018 place de la Contrescarpe, à Paris. Il frappait un manifestant à terre et portait un brassard de la police ainsi qu’un casque spécifique aux forces de l’ordre. Une enquête préliminaire a été ouverte à son endroit pour « violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public, usurpation de fonctions, port illégal d’insignes réservées à l’autorité publique, complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection ».

Des révélations successives par les médias sur cet individu et le projet présidentiel de contrôler le Groupe de sécurité de la Présidence de la République (GSPR) ont induit une grave crise politique nationale. Ce qui a inspiré à Joann Sfar des dessins drôles notamment sur le casse-tête pour les communicants de l’Élysée chargés de trouver des parades à ce scandale d’État.

Macron et Pétain

En novembre 2018, Joann Sfar a réagi à la volonté du président Emmanuel Macron de rendre hommage à l’ex-maréchal Pétain lors de son « itinérance mémorielle » pour le centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Devant l’indignation suscitée, exprimée par des politiciens et le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), le président français a décidé de ne rendre hommage qu’aux maréchaux.

Sur son compte Instagram, Joann Sfar a publié une série de dessins sur ces faits. Il persiflait sur les visées électoralistes ayant inspiré la décision de rendre hommage à l’ex-maréchal devenu chef de l’État français durant la Deuxième Guerre mondiale et l’Occupation nazie allemande.

Bagelstein

Une des enseignes les plus célèbres de bagel est Bagelstein, cofondée par Gilles Abecassis en 2011 à Strasbourg.

Le samedi 9 février 2019 au matin, a été découvert, sur la vitrine d’un restaurant Bagelstein aux allures de boutique, le graffiti « JUDEN ! » (JUIF, en allemand). Le restaurant est situé sur l’île Saint-Louis, un quartier calme, touristique et résidentiel, dans le centre de Paris.

« La plainte a été déposée samedi [par les gérants du restaurant]. La police est venue sur place », a ajouté le responsable de l’enseigne. « Une source judiciaire a indiqué à l’AFP, dimanche, que le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour dégradations volontaires aggravées et provocation à la haine raciale, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Ce graffiti antisémite a suscité l’indignation de membres du gouvernement dirigé par le Premier ministre Edouard Philippe, des partis de droite et de gauche, d’acteurs, du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) et de Joann Sfar.

Le 12 février 2019, sur son compte Twitter, Bagelstein a répondu à l’agression antisémite par une photographie de la devanture surmontée par « SALUT L’ARTISTE : ON A FINI LE TRAVAIL POUR TOI ». Sur la vitre, le « JUDEN » a été modifié ironiquement en GUTEN  TAG ».

Le 9 février 2019 après-midi, le dessinateur et réalisateur français juif Joann Sfar a posté sur Facebook un long texte sur ce graffiti antisémite :

« Je garde un silence de tombe depuis cette histoire de gilets jaunes. Car je sais ce qu’on va me répondre. C’est bizarre ce moment où l’on se dit qu’il est inutile de parler. On ne parvient même pas à se souvenir du nombre de banderoles ou cris ou graffitis antijuifs qui ont explosé depuis le début du mouvement. Jamais une formation ou un syndicat n’a aussi unanimement refusé de réprouver de tels débordements. Il y aurait eu de tels graffitis antisémites à un défilé de n’importe quel grand parti ou syndicat, ça aurait fait un scandale justifié. Même à un défilé du Front National, ils auraient eu trois procès et Marine Le Pen aurait exclu du monde!!! Ici, non. Ici, personne n’a rien vu, n’y est pour rien, n’en pense rien. Jamais la culture de l’excuse ne s’est aussi bien portée. Personne n’est représentant ni responsable ni comptable de rien. Je suis davantage inquiet par la multitude qui se satisfait de telles explications que par les quelques ordures qui tiennent effectivement la bombe de peinture. Et cette légende qui a cours en ce moment, selon laquelle la colère de la foule serait un moment sacré qui ne débouche que sur du vrai, du bien et du beau! La foule a accompagné sans coup férir tous les changements de régimes, des plus bénéfiques aux pires. Le peuple, oui, c’est une notion que je comprends et que je respecte. Le peuple français, ce sont soixante millions de personnes. La foule, c’est autre chose, c’est une occasion, aussi, de montrer ce qu’on a de plus laid. Cette idée que l’on est légitime dès lors qu’on est violent, et qu’on a raison puisqu’on souffre, ce fut le combustible des pires meurtres du siècle passé. On se dit sans doute que les garde-fous ont sauté, une génération plus jeune est là, qui a oublié, ou qu’on manipule plus facilement. Soyez certains que ceux qui jouent avec votre haine et votre désespoir n’ont rien oublié. Celui qui a choisi d’écrire « JUIF » en allemand sur cette boutique sait très bien qu’il pense aux vitrines de la nuit de cristal. Il faut se taire, je crois, parce que plus personne n’a envie d’entendre.N’importe quelle alerte grave ne débouche aujourd’hui que sur une controverse twitter. La culpabilité sociale est telle sur nos chaines de télé et chez les commentateurs que n’importe quelle réaction sensée face à ces dérives passe pour un soutien au gouvernement Macron. Oui, on a le droit d’être en opposition totale avec de nombreuses décisions du gouvernement actuel tout en ne trouvant aucune excuse à ceux et celles qui utilisent le désespoir des gens pour attiser, une fois encore, la haine raciale, le fantasme sur le juif, sur le franc-maçon, prétendument tous riches et puissants bien entendu, ou la haine de l’immigré. Tout ça, c’est inacceptable. Je ne comprends pas ceux qui participent à ces manifestations et choisissent depuis le début de ce mouvement de minimiser son contenu raciste et antisémite. ce n’est pas un ou dix, ce sont des centaines de graffitis ou de tweets anti-juifs depuis le début de cette histoire. Et il faut encore subir les durs d’oreille qui m’expliquent que ce n’est pas représentatif. Pas représentatif? C’est une constante depuis les origines de ce mouvement. Ce qui est représentatif, c’est la lâcheté de ceux qui regardent ailleurs, y compris parmi les commentateurs, trop contents de s’acheter une caution peuple. L’écrivain installé, le comique ou le comédien qui en fait des caisses sur « nous le peuple », en général il fait silence radio sur ces graffitis. Vous en avez pas marre de cette constante du « ces éléments ne sont pas représentatifs du mouvement »? ce qui est représentatif, ce sont tous ces gens qui regardent ailleurs quand on écrit « JUDEN » sur une vitrine. A croire que le connard qui taguait a fait ça à quatre heures du matin et pas pendant une manif noire de monde. Moi je ne pourrais pas faire UN PAS dans la rue aux côtés d’une clique qui ne loupe jamais une occasion de s’en prendre un coup aux migrants, un coup aux juifs, un coup aux francs maçons. Tous ceux que « ça ne dérange pas », ou qui « considèrent que le peuple a des choses à dire et tant pis si ça fait pas plaisir », vous avez un sacré mépris pour le peuple! Si vous croyez que le peuple, ce sont ces ordures, vous avez une bien basse idée du peuple français ».

Le 10 février 2019, Joann Sfar, auteur du Chat du rabbin, postait un deuxième texte sur sa page Facebook :

« Je dois vraiment répondre aux « fact-checkers » qui annoncent l’heure et le lieu où a été trouvé le tag « JUDEN » sur une vitrine? A savoir la nuit précédent la manifestation hebdomadaire des gilets jaunes, et sur l’ïle Saint louis? Et donc, m’écrit-on, « nul ne peut incriminer les gilets-jaunes ». On peut d’autant moins les incriminer qu’ils n’ont ni représentants, ni parti, ni ligne idéologique, ni horaires ni parcours de manifestation. On fait vraiment semblant de ne pas comprendre de quoi je parle? Depuis le mois de Novembre, le lâchage est total dans les attaques contre les migrants, les francs-maçons, les juifs. L’obsession Rothschild à longueur de tweets, les quenelles, l’extrême droite au grand complet qui se mèle aux cortèges sans que grand monde y trouve à redire. Et comment pourrait-on les faire taire dans un mouvement sans service d’ordre ni représentants légitimes? les gilets-jaunes, c’est tout le monde et c’est personne, c’est l’inauguration d’un mouvement où personne n’est responsable de rien, puisque le seul ciment de ceux et celles qui participent au mouvement, c’est leur colère, sans doute légitime, et leur rage, dont les manipulateurs de tous poils savent bien quoi faire. Et on ose me dire que dans ce climat un tag « JUDEN » sur une vitrine n’a rien à voir avec le mouvement? Je ne crois pas qu’un tel tag aurait été possible en France avant le mois de Novembre. J’aurais pu écrire le même message sept jours plus tôt, tandis que les fidèles de la synagogue de Strasbourg subissaient des injures antijuives au sortir de leur prière. Ou chaque samedi depuis le début de ce mouvement à l’occasion des innombrables saillies contre ces catégories qu’il est convenu d’accabler en temps de colère: les migrants, les juifs, les francs maçons. Je n’ai rien écrit car ainsi que je le disais dans mon texte d’hier, « je sais ce qu’on va me répondre ». « Ca n’est pas représentatif ». « ce ne sont pas les gilets jaunes ». Ca ne peut jamais être les gilets jaunes puisque les gilets jaunes c’est personne en particulier. Je regrette de n’avoir pas inclus dans mon message précédent l’heure et le lieu où l’on a écrit « JUDEN » sur la vitrine d’une enseigne de nourriture. Et je laisse les fact-checkers à leur certitude qu’on ne peut incriminer personne. J’incrimine pour ma part ceux et celles qui depuis le mois de Novembre se taisent, par peur sans doute, mais aussi par culpabilité sociale, ou par démagogie. Et puisqu’il faut répéter des évidences, je n’ai JAMAIS dit que les gilets jaunes étaient antisémites. J’ai dit qu’un mouvement qui a pour seul ciment l’addition des colères et refuse de se doter de représentants prête le flanc à toutes les récupérations. La constance avec laquelle les divers gilets-jaunes refusent de dénoncer les extrémistes qui marchent avec eux fait le lit de tous les débordements. Merci aux fact-checkers de m’avoir expliqué que ce que nous vivons depuis le mois de Novembre n’a en rien ouvert la porte à des « JUDEN » sur les vitrines. Sans doute souhaitez-vous attendre que les actions ressemblent davantage à la nuit de cristal pour mesurer ce que depuis des semaines vous tolérez avec un relativisme effarant. »

« La Reine de shabbat »

Le 25 octobre 2019, a été publié par Dargaud le tome 9 de la série « Le Chat du rabbin » intitulé « La Reine de shabbat » par Joann Sfar.

« Le rabbin revient sur un élément ancien, fondateur du principe de départ de la série mythique de Joann Sfar. Le jour de l’enterrement de sa femme, il décide de garder un chat. Le chat. Pour Zlabya. Pour ne pas « être deux ». Des années plus tard, le chat se mit à parler. Un événement hors du commun qui questionna le rabbin sur sa foi, ses croyances, autant qu’il joua un rôle dans le désir de liberté et d’indépendance de la jeune Zlabya. Nous suivons Zlabya dans une aventure située entre le tome 1 et 2. »

Lieutenant Blueberry

Le 6 décembre 2019, Dargaud a publié Amertume Apachenouvel album du lieutenant Blueberry – personnage créé en 1963 par le scénariste Jean-Michel Charlier et le dessinateur Jean Giraud pour le magazine Pilote – signé par Joann Sfar (scénario) et Christophe Blain (scénario et dessin). Retenu dans la sélection officielle du Festival d’Angoulême 2020. Le c’est le premier volet d’un diptyque dont le second tome, aura pour titre Les Hommes de non-justice.

« Alors qu’il patrouille aux abords d’une réserve indienne, le lieutenant Blueberry assiste au meurtre de deux femmes de la tribu apache tuées par trois jeunes Blancs. Les deux victimes sont la femme et la fille d’un guerrier, Amertume : un double meurtre qui risque d’embraser la région en déclenchant une nouvelle guerre… Un récit à la fois fascinant et crépusculaire, une forme d’ hommage à ce western culte. »

Le 15 novembre 2019, Joann Sfar a confié à Ligne claire :

« Il y a déjà longtemps que le projet était en marche. On a eu, tous les deux, avec Christophe Blain, un rapport très particulier à Jean Giraud. Il a été un maître pour nous à des moments divers de nos vies. Giraud a été un peu le parrain du Chat du Rabbin dont il a fait une des préfaces. Lors d’une visite à son atelier, il avait proposé à Christophe de dessiner un Blueberry que lui aurait écrit. Ce projet n’a jamais abouti. Parallèlement, moi qui avait une passion pour Pratt, j’avais travaillé sur un projet de Corto Maltese. Qui ne s’est jamais fait. Il y avait une porte ouverte pour que nous fassions ensemble quelque chose sur une icône de la BD. C’est Dargaud qui nous a contacté en la personne de Philippe Ostermann. Il nous a proposé de réfléchir à ce qu’on aurait à dire sur Blueberry.
C’était délicat pour de multiples raisons. La première c’est que Jean Giraud venait de disparaitre. La seconde, à tort ou à raison, c’est que Blueberry passe pour la grande BD réaliste. Je dis à tort ou à raison, parce que je fais partie des gens qui pensent que réaliste ne veut rien dire. Blueberry se trouve dans un lieu névralgique pour tous les amoureux de BD.
Moi j’ai amené les personnages, les situations, la dramaturgie. Il les a repris pour développer les scènes de façon western. Il a développé le tout et des choses qui chez moi n’y étaient pas, le jeu de piste, la poursuite des Indiens entre autres. J’ai l’impression d’avoir apporté une dramaturgie presque théâtrale que lui a rendu plus cinématographique.
Chacun a ses goûts mais le western est devenu un genre presque expérimental où le grand public ne va plus. C’est peut-être aussi que dans l’album un des personnages s’appelle Amertume. Le deuil est omniprésent dans ces deux albums. Il y a la joie de retrouver nos plaisirs d’enfants dans le western. J’espère qu’on sent le deuil et les interrogations d’un homme debout. C’est d’autant plus flagrant que c’est un western militaire. Blueberry est un gradé qui n’est pas le chef. Ses rapports avec les hommes du rang ou son supérieur sont au centre du récit. Si son métier c’est soldat, ce doit être le sujet du récit.
Vous verrez mieux dans le deuxième album mais dans tous mes récits le sacré est présent. Il nous raconte une histoire. Il y a le dogmatique, le méchant en quelque sorte, et celui qui raconte des histoires, pas obligatoirement le gentil mais celui qui nous rend du souffle. Dans ce récit en deux parties, il y a un pasteur assez abominable et ce montreur de marionnettes qui ment en apportant du rêve. A aucun moment il ne fait autre chose que de distraire. C’est Arlequin, le Théâtre. Je souffre beaucoup en ce moment de tous ces artistes qui se prennent pour des justiciers. Or pour moi l’artiste qui oublie qu’il est un Arlequin est un traître. L’artiste qui se prend pour un tribun, un politique, c’est un traître. Le vrai artiste, c’est Arlequin, celui qui fait semblant de s’en foutre. »

« Le Chat du rabbin«  réalisé par Joann Sfar et Antoine Delesvaux
France, 2011, 1 h 26
avec François Morel (Le chat du rabbin (voice)), Maurice Bénichou (Le rabbin (voice)), Hafsia Herzi (La fille du rabbin (voice)), François Damiens (Le reporter (voice)), Mathieu Amalric (Le prince (voice))
Sur OCS Choc le 2 mai 2018 à 18 h 50

« Au cœur de la nuit – Joann Sfar et Javier Mariscal » par Ilka Franzmann

Allemagne, 2014, 52 min

Sur Arte le 10 novembre 2017 à 3 h 10

[Source : http://www.veroniquechemla.info]